La Voix De Sidi Bel Abbes

Ramadan en France : Les musulmans pratiquent plus qu’il y a vingt ans

En cette 1ere journée du mois sacré du ramadan, attablée devant mon téléviseur, un compte rendu dans la chaine française France 3 dans sont JT de 19h, autour de ce mois sacré en France attira mon attention. En effet, la source citée est l’IFOP, qui indique que le jeûne est beaucoup plus suivit qu’avant. Grande fût ma joie à l’annonce de ces données soulignant la hausse de la pratique religieuse. Ainsi indique-t-on que le Ramadan marque le moment où la communauté musulmane se rassemble et se compte : cette année, selon une enquête de l’Ifop sur les musulmans en France.

« Le Ramadan est une pratique autant culturelle que religieuse, respectée par l’ensemble de la communauté, même par ceux qui ne croient pas ou ne pratiquent plus », constate Franck Frégosi, spécialiste de l’islam (1), qui fait la comparaison avec ce que représente la fête de Yom Kippour pour les juifs.

D’ailleurs, l’enquête indique que le jeûne est suivi presque de la même manière que l’on soit homme (73 %) ou femme (68 %), jeune ou âgé : les deux catégories les plus assidues sont même les 18-24 ans et les plus de 55 ans, toutes deux avec une participation de 73 %.

UNE MAJORITÉ DE PRATIQUANTS

Second enseignement, le suivi du Ramadan a fortement augmenté, 10 points de plus qu’en 1989, date de la première enquête réalisée en France sur le sujet. C’est le signe, plus général, d’un accroissement de la pratique religieuse au sein de la population musulmane française.

En effet, selon cette enquête Ifop, et pour la première fois, la proportion de musulmans qui se considèrent croyants et pratiquants est plus importante que ceux qui se disent uniquement croyants, 41 % contre 34 %.

Certes, tout dépend de ce que chacun met derrière ce terme de « pratique », et la mesure est forcément subjective. Reste qu’elle est beaucoup plus forte que pour la population catholique, pratiquante à 16 %. Il est vrai que, traditionnellement, la pratique religieuse est plus accentuée dans les communautés minoritaires, où le besoin d’affirmation identitaire se fait plus sentir.

VERS LA FIN DE «L’ISLAM DES CAVES»

Tout aussi significative, la croissance de la fréquentation de la mosquée le vendredi, de 16 % en 1989 à 25 % en 2011. Les musulmans de France se rendent plus volontiers aujourd’hui dans un lieu de prière. L’augmentation est surtout sensible depuis 1994. « C’est aussi que “l’offre” de mosquées existe aujourd’hui, permettant aux musulmans d’aller prier », analyse encore Franck Frégosi.

On compte environ 2 000 mosquées et lieux de culte en France, qui assurent un maillage à peu près complet dans les zones où habitent les musulmans, à savoir les centres industriels et urbains à l’est d’une ligne Le Havre-Perpignan. Selon Franck Frégosi, « on est en train d’en finir avec l’islam des caves ». Ainsi, à Strasbourg, l’inauguration pour ce Ramadan de la Grande Mosquée devrait sensiblement influer sur la pratique.

On note que l’augmentation de la fréquentation est plus importante chez les plus jeunes. En revanche, la mosquée reste l’apanage des hommes : 84 % des femmes disent ne pas aller à la mosquée le vendredi.

UNE COMMUNAUTÉ JEUNE

Au total, et au-delà des polémiques récentes sur la laïcité, les 3,5 millions de musulmans qui vivent en France affichent donc désormais une pratique religieuse bien installée, et bien vivante. C’est aussi une communauté ancrée dans le tissu social, et jeune : 62 % ont moins de 35 ans, contre 29 % pour l’ensemble de la population.

La diversité socioprofessionnelle est à l’image de son intégration : certes, la population ouvrière reste surreprésentée, 33 % contre 20 % en moyenne dans la population générale, mais les musulmans sont aussi bien présents dans la catégorie des artisans, commerçants et chefs d’entreprise (7,2 %). En revanche, la proportion des inactifs est le reflet d’un taux de chômage plus important que pour le reste de la population.

UNE ORIENTATION POLITIQUE À GAUCHE

Pour autant, son orientation politique porte la marque des débats récents sur la laïcité, l’identité française ou le port de la burqa. L’Ifop a mis en regard la cote de popularité du président de la République avec la religion. En un mois, octobre 2009, date de lancement du débat sur l’identité nationale par le chef de l’État, la cote de popularité de ce dernier auprès des musulmans est passée de 27 % à 17 %.

« Cette population est traditionnellement plus à gauche que la moyenne, mais le débat récent autour de l’identité française a accentué la tendance, les musulmans ayant eu le sentiment, à tort ou à raison, qu’ils étaient visés à travers ce débat », souligne ainsi Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l’Ifop.

(1) L’Islam dans la laïcité aux Éd. Pluriel.

ISABELLE DE GAULMYN

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=6742

Posté par le Août 1 2011. inséré dans ACTUALITE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

10 Commentaires pour “Ramadan en France : Les musulmans pratiquent plus qu’il y a vingt ans”

  1. D.Reffas

    Un massacre à grande échelle se réalise en ce moment dans un pays arabe musulman la Syrie , et nous, de chez nous où la tolérance affiche « zéro », nous sommes tout content de compter le nombre de mosquées construites en France. Un vrai génocide s’opère par les sanguinaires baathistes dans plusieurs villes en syrie sous le silence complice des peuples arabes en ce mois de grande piété. Qui sommes nous?

    • El-katib el-andaloussî

      Oh! que tout cela est triste en ce mois scré de voir le monde arabe et musulman en effervescence comme un Aspro Mr D Reffas les cerveaux bouillonne et la démocration dans tous les pays arabes ,du Moyen orient jusqu’au Maroc la Tyranie bas son plein.
      La philosophe et psychanalyste Cynthia FLEURIE avait écrit dans son livre «  »LES PATHOLOGIE DE LA DEMOCRATIE »
      –« La démocratie a besoin d’actes de courage individuels, et d’une éthique collective du courage, pour se protéger, se réguler et être durable »
      Quand à un autre philosophe et écrivain bien de chez nous avait dit dans son livre L’HOMME REVOLTE et qui fut albert CAMUS,
      il a écrit ceci
      –«  »Ne pas agir,ce qui revient à accepter le meurtre d’autruit »
      ————————————————————————-
      Donc voilà pourquoi les gouvernants arabes ne se décident pas à intervenir contre la syrie

      • nehari

        voua avez bien cite albert camus un grand prix nobel ce journal avait parle il ya 2ou3 mois

        • El-katib el-andaloussî

          oui albert camus est un grand de par son talent littéraire; il l’est et il le resteras qu’on le veuille ou non et sa venue sur ce journal a suscité pas mal de déboire il faut lire ses oeuvres car quand on aime la lecture il ne faut jamais faire de différence c’est comme la musique .
          Ne dit-on pas que la musique n’a pas de frontière ;et bien pour la littérature c’est Idem

  2. Madjid T( Toulouse)

    Bien vu Dr Reffas ! Un peuple arabe et musulman se fait massacrer par ses gouvernants et personne n’ose élever la voix pour condamner celà , ni dans la société Algérienne ni dans le gouvernement Algérien . C’est dramatique !

  3. blal

    cher ami dr reffas,tout ce qui a eté dit par nos ancetres se realise.nmal wakoul nmal wali baqi yahmal.on ne pourra contredire.ce n’est pas les arabes qui ne reagissent pas.ceux sont les gouvernants qui ne les laissent pas.la liberte d’expression n’est qu’un leurre.les interets geostrategiques sont la pour nous faire comprendre ce que l’on doit faire.prions pour le peuple frere syrien.le despotisme finira toujours par etre vaincu.

  4. saim samir cite sabah

    ce jour j’ai aussi relu sur le jourrnal le quotidien l’ecrit de n. r

  5. Cherrak C

    La pratique du culte musulman gagne du terrain chez les jeunes émigrés.
    Rien de plus normal, face à un questionnement identitaire ils rentrent à la maison: c’est-à dire en religion, celle de leurs parents mais souvent réduites à une quête d’identité dans des sociétes qui trouvent leur présence incongrue et trop voyante.
    Peu concernés par les combats sociaux et les luttes syndicales ils ont trouvé dans l’Islam la valeur refure absolue.
    Dans un arabe approximatif ils sont plus dans le rituel religieux que dans l’exercice de la foi et de la pratique de l’Islam.
    Encadrés par gourous djihahidistes et des bâtisseurs de mirage,certaines se burquanisent et certaints arborent des tenues afghanes pur patchoun.
    Un entretien de quelques minutes suffit à sonder leur ignorance et leur désarroi.
    Pendant ce temps là un autre clan alaouite se prévalant du prophète sévit en Syrie depuis 41 ans et tire à balles réelles sur son peuple.
    Les palestiniens avaient raison. Les Assad sont des lions au Liban et des lapins au Golan.
    Logiquement les armes ne doivent-elles pas être pointées vers l’ennemi?

  6. Cherrak C

    Bachar Assad l’homme giraffe, promu d’ophtamoligiste à colonel en 3 ans pour chauser les bottes de son père, le Staline oriental lutte pour la survie de son système.
    Président par défaut, suite au décès du frère Bassel au volant d’un bolide de luxe de marque allemande (chez les dictateurs on ne se refuse rien) Bachar a prétendu incarner la modernité et en s’affichant avec sa femme (américano-palestinnienne) dans les magazines people de la veille Europe.
    Ce travail de communication politique , poudre aux yeux des naifs et des pervers visait à donner une façade acceptable à un régime confessionnel, fascite et édifié sur un ossature familiale de type sectaire et quelques affidés sunnites.En ce premier jour de Ramadhan le canon a tonné, non pas pour saluer le premier jour de jour mais pour faire un carton sur des citoyens désarmés.
    Maher, le jeune frère a remplacé l’oncle au sein de la garde républicaine pour nous faire Hamma saison II

  7. Bribi

    chacun lutte pour quelque chose.
    Nous pour remplir le ventre et Assad pour maintenir son oligarchie.
    Dans les pays arabes plus cela change plus c’est la même chose.
    Bon iftar quand même

Répondre