La Voix De Sidi Bel Abbes

Quarantième jour de la mort de feu Zine-Eddine Bouasria « l’avocat »/ Par Tewfik Adda Boudjelal.

10416573_1531639900446635_6891831453003486831_n

     Ce soir, la maison de l’avocat de la ville de Sidi-Bel-Abbés, sise au village Américain, à abrité une veillée religieuse, commémorant le quarantième jour depuis la mort de Zine-Eddine Bouasria, plus connu sous « Mustapha ».

Le regretté, jeune avocat et enfant de la ville, est né le 25 juin 1963 à Sidi-Bel-Abbés. Après des études primaires à l’ex école Molière, actuelle Cheikh Larbi Tebessi, il continua son cursus secondaire au lycée Nadjah d’où il décrocha le précieux sésame qui lui ouvrit les portes de la faculté de droit.

Inscrit au barreau de Sidi-Bel-Abbés, Mustapha s’engagea corps et âme à défendre les plus démunis. De l’aveu même de celles et ceux qui l’ont côtoyé, il fut un militant « propre et intègre «. Fin connaisseur du monde de la culture, il était, un fervent défenseur des questions fondamentales sur l’identité, la gouvernance, l’éducation et surtout la place des femmes dans ce monde machiste.

Mustapha, connu pour ses qualités humaines, sa droiture, sa modestie et l’amour de son métier, demeurera  incontestablement dans l’histoire pour la justesse de ses actes. Considéré comme ami proche du Bâtonnier, Mustapha s’est beaucoup investi dans la maison de l’avocat .Il fut l’un des initiateurs du projet et fut aussi, très connu comme un membre fédérateur de cette grande famille de la Robe Noire.

Avant gardiste, il avait dessiné les contours du Bâtonnat du futur avec la coexistence de tous les courants.

Il a toujours milité pour la cohésion du groupe, dans le sens le plus noble du terme. Durant la période de ramadan, il se portait volontaire pour la distribution des paniers aux plus démunis et aux nécessiteux dont il vouait une affection particulière.

Ce soir, à l’initiative de la famille Bouasria et plus particulièrement de son frère Djamel, une veillée religieuse, vient d’avoir  lieu dans cet espace que le défunt fréquentait de son vivant.

La lecture du Coran,  et les prières, ont étés partagés par les amis et proches du défunt, qui ont répondu présents  comme un seul homme.

Mustapha est parti vers l’eternel le 15 décembre 2014, terrassé par une crise cardiaque  à l’âge de 51 ans .Un âge précoce, qui se situe à la croisée des chemins. Ses actes resteront à jamais un model pour les générations présentes et futurs de la robe noire.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=57947

Posté par le Jan 22 2015. inséré dans ACTUALITE, NECROLOGIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.

10 Commentaires pour “Quarantième jour de la mort de feu Zine-Eddine Bouasria « l’avocat »/ Par Tewfik Adda Boudjelal.”

  1. Bel Abbesien

    Poignant témoignage

  2. un ami

    Merci Tewfik !

  3. jamel

    Que dieu ait son âme j’ai bien aimé le texte et su davantage sur le défunt. Merci!

  4. Ali

    Un homme dévoué pour les bonnes causes. Merci vsba

  5. Cheniti Gh.

    Sidibelabbes a perdu un de ses enfants aux qualités humaines avérées :
    capacité d’écoute et de dialogue ,ouverture d’esprit, gentillesse ,générosité ….
    Mustapha allah yarhmek ! l’enfant de Sidi Yacine représentait formidablement
    bien son quartier ,ou il est né et grandi parmi tant d’autres grands noms . Je me rappelle du jeune Mustapha qui suivait des cours avec ses copains , pendant les longues vacances d’été, cours donnés par ………..un certain Houre Mohamed (Allah Yarmeh),dans le lieu réservé à la prière , sous le bâtiment F2 .Les Hocine Cheniti, Djamel Morsli et d’autres s’en souviennent certainement ! Qu’allah
    donne force et patience à sa famille Inchaallah !

  6. ourrad n

    allah akbar Mm bouasria venait souvent àl’école cheikh ould mrabet de sidi yacine ou étaient scolarisé ses enfants il était toujours présent avec eux et n’arrétait pas de demander à leurs enseignantes comment vont leurs études
    c’était un type trés sympa allah yarhamah!

  7. Dr Senhadji/ Paris .

    Ton article sous forme de témoignage, ta profonde sympathie et ton chagrin suite au décès de maître BOUASRIA, m’a fortement émue.
    Par ton affection et ton soutien dans la douleur, qui fut générale après cette perte cruelle et que tout le monde auquel je me joints, te remercions pour ta présence et tes manifestations de sympathie à l’égard de la famille du défunt et de son entourage, AJROKA ADIME .Quelqu’un meurt, et c’est comme une porte qui claque. Perdre un être cher, un ami est une douleur intense. Que la grande famille de SBA et la famille du défunt que vous avez aimé connaissent la délivrance et la sérénité dépassant la souffrance. Comment lire ce discours de sympathie et de compassion, ce discours écrit pour un être proche, notre maître Mustapha, sans que des larmes d’amour et de peine nous montent aux yeux ? C’est simplement un texte d’amour pour un être cher décédé et pourtant tellement vivant dans les cœurs et dans les souvenirs. Il était un modèle de vie… Un exemple à suivre. Sa mort est une leçon de vie. Repose en paix… La vie ne dure qu’un instant… L’amour pour les défunts est éternel. Tes proches ne t’oublieront pas…. toutes mes sincères formules de condoléances

  8. Mémoria

    Hommage posthume à un beau-frère que je n’ai malheureusement jamais connu et que je retrouve honoré par ses amis dont certains furent les miens ! Mes condoléances particulières à ses frères Hadj Kouider de la Sonelgaz et Hadj Abbès du CHU,ainsi qu’à la famille Chikhi !

    Ina LiLLAH oua Ina Ilayhi Radjiôoune !!!

  9. nacera

    Rabi yarham Mustapha, il était très brave. Jamais j’oublierai sa présence avec nous lors de la journée de la violence contre la femme, au prèsdu bâtonnier.

    Merci beaucoup au groupe qui a penser à faire cette veillée religieuse.

  10. abbes

    Un texte qui a une valeur inestimable sahit monsieur Ta boudjellal

Les commentaires sont fermés