La Voix De Sidi Bel Abbes

Quand le Haïk manquait du trousseau de la mariée… par Dr Douar

C’était un après-midi de juillet quand le cortège de voitures est venu prendre la mariée…
Le père s’affola en apprenant que le Haïk Mrama manquait du trousseau de sa fille. Il s’opposa fermement à son départ et vociféra, faisant rompre par une voix tonnante les youyous émis par la cohue de femmes, « Si vous n’apporteriez pas El Haïk, ma fille ne posera pas ses pieds dans la voiture ». Malgré qu’elle ait eu un trousseau que toutes les jeunes filles souhaiteront l’avoir le jour de leurs mariages, un trousseau lourdement chargé, payé dans sa grande partie du compte de son cher papa, : Krafach boulahia (longue chaine d’or massif) , les parfums dans des flacons, Saboune riha (savons parfumé) ,Kaleb sekor (grosse masse de sucre en forme de suppositoire ), Henna warguia (Henné en feuilles), des habits de toutes les couleurs et une literie faite uniquement de laine pure, matelas, oreillers, tapis… Mais on avait oublié, ce jour là, ce prestigieux voile, le Haïk appelé aussi El Kssa ou El Melhfa, un habit offert par la belle mère à sa nouvelle bru qui devrait le porter obligatoirement en sortant du domicile paternel le jour de son mariage. Notre jeune princesse avait failli rester chez son père à cause d’une simple étoffe blanche qui manquait à son trousseau royal, si ce n’était pas l’intervention de sa maman qui a su remédier, par sa sagesse, cette embarrassante situation. Elle avait en réserve dans son grand Meriyou (armoire à glace) un Haïk tout neuf avec qui la mariée fut aussitôt toute enveloppée, puis en tenant la main de son père, elle s’avança à pas chancelants au milieu d’une cavalcade faite de belles femmes recouvertes de haïks toutes pressées pour reprendre place dans les voitures . Sous des youyous stridents et une pétarade assourdissante de baroude, la mariée monta sur une Peugeot 404 ornée de rubans en couleur et quitta sa maison natale en humectant le bout de son joli Haïk par ses larmes chaudes traduisant tout un amalgame d’émotions, le chagrin de quitter le lieu où elle a vécu et grandi avec ses siens, le souci d’un lendemain incertain marquant le début d’une nouvelle vie et le plaisir de retrouver son charment cavalier dans une nouvelle famille …

Quand le Haïk manquait du trousseau de la mariée. par Dr Douar

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=47898

Posté par le Mai 28 2014. inséré dans ACTUALITE, EVOCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

8 Commentaires pour “Quand le Haïk manquait du trousseau de la mariée… par Dr Douar”

  1. OUERRAD

    KI KANET ENNIA
    KI KANET ERROUJLA
    AUJOURDH UI IL VA S ENERVER POUR /// LA SALLE DES FETES ???

  2. Arbi

    beau texte merci docteur

  3. MADANI

    @ ouerrad kol wakt wakteh wa azz elbent ghir anede booha cette histoire est restée gravée dans la mémoire de mr douar ça doit etre l’ainée et vous l’aimiez bien ?

  4. Amirouche

    @DOUAR
    C’est avec impatience que j’attends vos belles et réelles contributions , je pense vous en avoir dit pourquoi dans un autre commentaire ! .
    Docteur ,
    Mon oncle faisait monter sa femme sur le siège arrière de sa Peugeot 103 rouge ; la pauvre ! ,elle tenait son dos par la main droite pour ne pas tomber et avec la main gauche tenait son haïk (kssa) car elle était obligée de ne laisser paraître qu’un seul œil .
    Avec le temps , l’âge et « l’évolution ! » ,elle souffre moins maintenant et ne fait plus la funambule car elle porte « laâdjar » (heureusement pour elle)
    Baraka allahou fike

  5. Mme CH

    El HaïK est synonyme d’EL Hya, maintenant ‘In Lem Tastahi If3el Ma Chi’ta’…!!!

    Merci Mr Douar…!!!!

  6. houssine

    Trés beau texte de notre toubib

  7. Imène

    Bjr Tlm !
    Mais qu’est ce qu’il lui a pris à belle maman ?? d’oublier comme ça , le must absolu, le must des must : le HAIK de la3roussa ?.de sa belle fille ! et susciter ainsi le courroux du patriarche Douar ! enfin madame !…on a frôlé le pire ! ..heureusement que maman – toujours les mamans, prévenantes, perspicaces, subtiles, préventives, attentionnées, qui voient venir…..- a pu ,in extrémis sauver la situation, avec un haik de rechange.. oh lalaaaa ..el hamdoulllah : All’s well, that ends well !..lol ..Merci Douar ! en fait combien fait un krafache boulahyia aujourd’hui ? le prix d’une volkswagen Touran ..? un peu plus..

  8. madjid

    les écrits de Douar sont originaux

Répondre