La Voix De Sidi Bel Abbes

Produit national dites-vous ? Par Ahmed Ouhala.

10336692_4097770777960_4334532730629790435_n    Bonne nouvelle, la pomme de terre algérienne est arrivée sur le marché. C’est par cette phrase à la fois résonnante et étonnante que la journaliste d’une chaine allemande a choisis pour commencer le journal du soir, en général très attendu par les téléspectateurs.
C’était en 1975, un Bélabésien, jadis en formation en Allemagne de l’Ouest, la RFA, alors qu’il prenait son diner dans un restaurant de Berlin, il entendit avec stupéfaction l’annonce balancée par la journaliste allemande. Si pour lui l’annonce de cette nouvelle est une surprise de taille, pour les allemands autour de lui c’était une nouvelle rassurante. L’algérien ne croyait ni ses oreilles ni ses yeux. Comment l’arrivée de la pomme de terre, un produit très banal en Algérie, sur le marché allemand est-il une bonne nouvelle ? Comment une nation allemande très productive, perfectionniste et exigeante, attend avec impatience l’arrivée d’un produit algérien banal ?!
L’algérien regarde avec stupeur les yeux des allemands autour de lui, qui acclamaient cette information, interprétée comme une bonne nouvelle pour eux. Il essaya de trouver une réponse dans leurs regards sans pour autant oser demander les raisons d’un tel goût pour la patate de son pays.
Après une hésitation discrète, il saisit l’occasion du passage de la servante du restaurant prêt de lui, pour lui poser la question qui tarauder son esprit :
S’il vous plait, dites –moi pourquoi l’arrivée de la pomme de terre algérienne suscite t’-elle un tel engouement chez-vous Allemands ?
La réponde fut aussi instinctive que simple : « Ben, c’est la meilleure pomme de terre pour les frites Monsieur ».
Si les frites françaises de renommé mondiale sont classées les meilleures du monde, les pommes de terre algériennes sont, du moins elles étaient, les meilleures pour faire des frites, si le slogan disait « on fait du bon café avec du café », on pouvait dire là : « il n y a pas de frites françaises sans les pommes de terre algériennes ». Car c’est grâce à cette pomme de terre mal connue chez elle que les français ont fondé la réputation de leurs frites très célèbres dans le monde entier. Le malheur c’est qu’il fallait partir en Allemagne, entrer dans un restaurant allemand et regarder le journal télévisé allemand pour savoir que nous produisions les meilleures patates du monde. Il fallait partir au pays de la qualité et de la perfection pour savoir que nous algériens on peut, si on veut, même sans le savoir, même sans le vouloir, on peut proposer un produit qui rivalise voir devance en qualité, les produits des autres.
Pour consommer algérien, il ne suffit pas de faire quelques slogans improductifs ou des discours stériles, mais en cherchant ce que nous pouvons produire en bonne qualité et ce que nous pouvons améliorer parmi nos produits, où on peut être compétitifs et où nous pouvons être les meilleurs. Si la patate algérienne produite par des algériens à partir de la semence algérienne, avait la côte en Allemagne, le pays où on consomme ce produit comme nous consommons le pain, c’est la preuve que nous pouvons faire mieux que nous faisons, mieux que nous pensons pouvoir faire et même mieux que les autres font, dans les domaines que nous pouvons maitriser et améliorer, et l’agriculture en est un.
Mais avant de consommer nationale il faut commencer par produire nationale, cela commence par donner la chance aux milliers de bras et de têtes qui savent et peuvent produire ce qui est meilleur, le consommer ça va de soi.
Produit national dites-vous ? Par Ahmed Ouhala.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=60137

Posté par le Mai 4 2015. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

23 Commentaires pour “Produit national dites-vous ? Par Ahmed Ouhala.”

  1. OUERRAD

    MERCI , pour cette contribution ould khouya ;
    l alchimie qui a fait , que la pomme de terre ait ete cotee au premier pays consommateur de ce produit est simple : le sol algerien est une terre benie part ALLAH .De plus arrosee du sang des chouhadas et surtout le soleil .
    Il ne faut surtout pas , se prendre la grosse tete , et se dire que ceux sont les methodes culturales qui en sont la cause que nenni .Car du temp de la reforme agraire et de la revolution agraire plus tard , la mecanisation de sa culture ; n a pas reussie .
    Preuve en est , il n y a pas autosuffisance .
    Quant à la semence , c est une semence importee , sauf en deuxieme et troisieme generation quand certains agriculteurs prennent sur ceux de garder leurs semences ,
    quoique c etait interdit .
    Meme , cette introduction sur le marche europeen etait un tout petit essai fait du temps de la defunte OFLA , et qui a engendrait un grand scandale , son PDG a meme ete poursuivi en justice et emprisonne .
    Ce n est donc pas la politique agricole du pays qui est à l origine de cette prouesse .
    En ce moment un autre produit est tres prise et rivalise avec son frere français :DANONE ? pareil , c est simple comme bonjour :la tere benie de KABYLIE , et le soleil .

  2. boiterfas

    heureusement que l’alema’d a cessé de ma’ger notre patate..sinon si lui mange la notre avec leurs 120 millio’s d’habitant y’aura plus de patate a soug ellile..qui dit que l’exportation est bonne? dans les pays qui ont un cerveau dans la tete pas un perpain, il ne parle pas d’exportation mais  »’l’exces a l’expprtation »
    une question qui a vue un pince ou un tourne vis exporté par newyork vers bel abbes?
    de l’autre coté qui a vue le gaz a algerien exporter de hassi eremel vers boston texas chicago?
    on place ce slogan économique sur nos murs  »khayratna law’ladna »  » nos richesses pour nos propres enfants »….. »mangeons et s’habillons que national » quite a tisser un pentalon avec la fibre de halfa
    y’a pas un groupe d’ansejiste femmes licenciée masteriste ou ingenieur qui ont fait de la biologie de l,agroalimentaire qui peuvent lancer une petite unité de transformation de l’exces de pomme de terre fraiche en fritte trompée dans un mélange a base d’oeuf liquide ensuite coagulé dans un bain acide ? disant une petite tonne jour?..et ce bain d’oeuf qui va multiplié par 1000 le nombre de friite a gout differents? on fera ainsi de la vrai recherche developement
    jusqu’a un groupe de fille tomberont sur une formule comme ‘coca-cola pour redevenir milliardaire?

  3. Un ami

    Heureux de vous relire. Cette contribution est interpellative. Nos décideurs dans le vaste domaine économique devront remédier. En méditant cette expérience.

  4. MILOUA

    Celà aura au moins comme effet de nous rechauffer le coeur que tout est possible,mais purée (c’est le mot) laissez faire nos competences sinon de grandes « patates » de la crise economique vont nous tomber sur la tete ,les allemands ont certainement cloné notre batata et vont nous envoyer leur « kartofeln » (pomme de terre en allemand)

  5. Menouar

    @Ouhala L’article est intéressant si jamais la consciences des chefs est secouée. Les prix ont grimpé et nous fumes otages des maquignons Une hérésie tout ce qui succéda

  6. BRAHIM DJELLOUL Mustapha

    avant tout ____IL FAUDRAIT PRODUIRE LA SEMENCE DE POMME DE TERRE___TOUTE LA POMME DE TERRE QUE NOUS ACHETONS EST CULTIVÉE AVEC DE LA SEMENCE IMPORTÉE DONC NOUS CONSOMMONS DE LA POMMES DE TERRE IMPORTÉE___NE CACHONS PAS LE SOLEIL AVEC UN TAMIS.

  7. oulhissane

    Rappelez-vous, à cette époque-là, la culture allemande était l’antipode de la culture française je dirais, sans froisser personne, qu’on apprenait des Allemands comment vaincre les Français. Pas tous, bien sûr ! N’a-t-on pas dit que le pétrole algérien est  » rouge » ?
    Il est bien regrettable de faire de l’étude de la langue allemande une étude optionnelle. Ne sait-on pas choisir ses amis, ses alliés, en lisant l’histoire ?

  8. Amirouche

    Quand je vais au marché pour acheter des fruits et légumes, j’ai toujours ce pincement au cœur quand j’entends les hautes voix des marchands primeurs : « Allez venez , clémentine du Maroc pas cher  »  » profitez ! profitez ! belles tomates fraîches de Tunisie  » ……….mais jamais de l’Algérie ………….Sallam

    • OUERRAD

      l ALGIREE svp mon ami , c est la seule valable avec ses one two tree et ses footeux ramenes de là bas , portes toi bien SAHBI …

  9. HORR Abdelkader

    A d’autres contributions monsieur Ouhala Le beau journal que l’on a;. a besoin de toutes les énergies et volontés et je suis ravi d’en faire partie selon ma disponibilité et mes participations.

  10. mohamedDD

    Cher Ahmed, vous dites les meilleures frites sont françaises!!!!!!! désolé mais elles sont belges, et récemment j’ai appris qu’il y a une formation spécifique de fritiste. merci et bon appétit

  11. ouhala

    Le produit national restera toujours un sujet important pour tous les intervenant dans les différents domaines ; social, économique et politique, mais le problème c’est que nous somme piégés entre un rejet total de l’idée de pouvoir relancer un produit national acceptable d’une part, et un zèle démesuré pour un produit qui reste loin d’être compétitif dans le cas où il existe vraiment. Dans une telle situation il faut que les uns et les autres chacun à son niveau essais de ramener quelque chose au moulin.

  12. Mohammed

    Que proposez vous Mr ouhala?

  13. chikho

    cher Ahmed c est exacte j étais permis les stagiaires en 1975en RFA ont mange
    du produit Algériens nous étions fière de notre ALGÉRIE
    bon courage

  14. chikho

    Cher Ahmed c’est exacte ?j’étais parmi les stagiaires Algériens en 1975 en RFA .
    On mangeait de la patate Algérienne .Nous étions fières de notre Algérie
    bonne continuation

    • MILOUA

      LA SOLUTION
      Elle n’émane pas de moi je suis profane en la matière mais je viens d’écouter une émission radio où est intervenu un enfant de la ville directeur du CNRS et a fustige les décideurs de l’importation des semences de toutes catégories.
      En effet il a mis l’accent que ces semences sont toujours expérimentées sur un sol, un climat, un écosystème du pays fournisseur ,en les semant chez nous il n’est pas toujours garanti d’une bonne récolte, il a fait la même allusion aux gazons, et aussi aux vaccins expérimentés sur un échantillon d’européens aux mœurs et hygiènes alimentaires différents ,la preuve plus de 20% cet hiver de vaccines contre la grippe l’ont eue quand meme.Il a avance même que certains agriculteur ont sollicite le CNRS pour leur sélectionner des semences en analysant la terre de leurs champs et ils ont eu des récoltes records. Alors pourquoi si on veut consommer algérien aussi expérimentons algériens nos laboratoires n’ont riens à envier ceux de l’étranger.

  15. citoyen

    il n y avait pas uniquement la pomme de terre, mais aussi notre blé, notre orange, nos dattes, nos olives, …. et même notre vin si vous le permettez, il faut juste revoir les indices de nos echeques, il faut juste essayer de refaire la même choses.

  16. oualid

    tout le monde a le droit de défendre son produit, c’est de bonne guerre, il ne faut pas défendre l’indéfendable. j’aime mon pays, j’aimerai bien trouver un produit made in bladi compétitif, je pense que ce n’est pas le cas pour le moment, ça ne veut pas dire qu’on ne pourra pas le voir. mais il fut des conditions qui ne sont pas rassemblées pour le moment, des bras et des tête comme il l’a dit Mr Ouhla, motivés pour le faire.

  17. boiterfas

    l,exportation pour un pays non producteur comme le notre est catastrophique car tout le monde croit que lorsque l’exportaeur de datte deglette nour va rececoir les devises, il va les distribuér les algeriens?
    ce qui ruineux pour un pays c’est lorsque ces riches s’installent dans un pays etrangers..donc qu’est ce qu’il va faire? il va telephoner au gestionnaire de ramasser les datte ou blé dur ou orge ou olive etc et de l’envoyer par bateau ou avions ou camion a ravers les frontiére
    qu’avaient fait cet exportateur pour les algeriens? les algeriens n’ont rien reçun de contre parti..il’n’a pas envoyé de vehicule ou des cetements vers l’agerie….l’argent de la vente de nos produits sont restés chez lui a l’etrangers..donc il faut faire tres attention dans le choix de ce qui est exportable et celui qui ne l’est pas…vous ne mangez plus de deglette noure si le
    l’exporteur vie ici en algerie c’est moindre mal,,disa’t il va mettre les devises de l’exportation dans nos caisses..logiquement on exporte que l’exedentaire tout ce qui est en plus ou tout ce que nous pouvons pas consommé comme par exemple l’argile et la chaux qui forme le ciment qii fortement demandé a l’erranger il suffit d’abbaisser son prix a l’exportation et donné prix usine environ 5 dollars le sac…et c’est l’etat qui doit le faire ce n’est pas le privé..
    ici chez nous tout es mélangé tout es khalouta au lieu de fabriquer les matruax de constructions l’etat ait le mo’tage des televiseurs a ENI elle pompe des devises inutilements..
    alors qu’un simple investisseur un ingeniuer en electronique dans le’cadre de l’ansej ou cnac peut faire ce fenre de mo’tage et operer des integration des produits algeriens comme la visserie, la peintures et le mo’tage de petites cartes d’alimentation…donc 10 ingenieur en pme dans le’cadre de l’a’sej peuve’t produire l’equivalent de ENI en moindre cout et plus competitive, car n’ayant pas de charge les pme fo’t du benefice..ENI payent des centaines voir de milliers d’adminisrrateurs et entretient une grande surface calculer le’cout des fardients de l’electricité de la peinture etc ,,donc elle vend a perte impossible de faire des benefices a moins d’acheter en millions de télé par commande…
    l’etat doit s’occuper que de la matiére premieres en cha’geant le mode de production au lieu de faire une usine gigantesque qui produit 1 millions de tonne mieux creé 10 usines qui produisent chacune 100 ton’es..moins de charge moins de probléme (greve sabotage vol detournement , etc) qui’caracterise la production dunsecteur publique…certain font gros pour creer le cafouillage afon de masque les detournements,,les ptites unités de production ne les interessent pas y’a moins de vol et detournement…

  18. Imène

    Azzul !
    La pomme de terre sur la photo de couverture est trés bonne ! propre , golden , prête à être cuisinée ( en fait , c’est une patate à chair farineuse , excellente pour les frites et les chips !! ) Celle qu’on trouve sur nos étals n’est pas tjrs aussi clean…même trés boueuse !
    et bien sûr , il faut payer la gadoue avec ! Maaliche … Avant de consommer DZ , il faut d’abord produire DZ : exact ! Donner la chance aux milliers de bras et de têtes qui savent et qui peuvent …trés beau slogan ! mon cher Ouhala ..nos chômeurs ne veulent pas se décarcasser !! La valeur du TRAVAIL est déconsidérée , ils veulent l’argent sans effort..
    c’est une mentalité bien ancrée : Allez trouver – parmi les milliers de bras et de têtes – amorphes et désoeuvrés , un plombier , un maçon , un peintre , un …un ..et qui soit sérieux , travailleur ,ponctuel..ça relève tout simplement du miracle ..alors un bon Fellah !
    Nous vivons de la baraka du ciel ! l’après pétrole ..le réveil sera dur !

  19. oulhissane

    Imene, bonsoir
    Une mentalité peut, à la rigueur, être changée. Mais toute une philosophie, j’en doute.
    À mon avis, seule une formation professionnelle sérieuse donnerait aux métiers leur valeur. Dire que l’année professionnelle débute en février est déjà source de rejet, dire que la formation ne dure que 6-9 mois en est une autre. Ce qui nécessite une révision de l’orientation scolaire à partir de la fin du cycle moyen.

  20. Imène

    Bonsoir Oulhissane !
    C’est le genre humain DZ qu’il faut changer mon cher ami !
    Dîtes -moi monsieur Oulhissane : Quel regard portez vous , quelle lecture Faîtes vous ( en tant que spécialiste et pédagogue ) sur ces lycéens qui mettent le feu dans leurs établissement pour manifester la joie de  » fin d’année  » et d’en  » finir  » enfin !! ( alors qu’ils n’ont fait à tout casser que quatre mois au plus ! ) cela s’est passé au lycée de baraki ensuite au technicum de Blida , les fumigènes à Bachdajrah…
    Monsieur , si vous pouvez faire quelque chose , si vous avez les moindres prérogatives , si vous pouvez convoquer un conseil d’urgence : Faîtes ! l’heure est grave ! c’est la djahilia des temps modernes …Sauvez l’école du sinistre ! Salem .

  21. oulhissane

    Imène, salam.
    Votre réflexion est juste. Une chose a tout particulièrement retenu mon attention. Quand on met une phrase entre parenthèses, c’est comme un explosif qu’on désamorce. Et dans votre post il y a ceci :
    (alors qu’ils n’ont fait à tout casser que quatre mois au plus !) Dans un jeu de mots je dirais ceci : alors qu’ils n’ont pas fait à tout casser 5 mois de l’année scolaire ! C’est beaucoup! Il y a un feu qui brûle. On ne le voit pas. Avec une scolarité normale on aura suffisamment de temps pour éviter le pire. Ces arrêts de cours répétitifs grandiront avec nos lycéens. On ne saura jamais au juste ce qu’ils feront d’eux une fois adultes.

Répondre