La Voix De Sidi Bel Abbes

« Printemps arabe », un « sombre » bilan, à l’exception de la « fragile » expérience tunisienne

Le « Printemps arabe », événements ayant ébranlé et bouleversé le monde arabe depuis cinq ans, a été qualifié jeudi par certains quotidiens français de « sombre », à l’exception de la « fragile » expérience tunisienne, pays détonateur de ces événements.

« Cinq ans de descente aux enfers. Lorsqu’on contemple aujourd’hui l’état du monde arabe, force est de constater que les +printemps+ de 2011 ont bien mal tourné », a écrit le quotidien le Figaro qui a relevé le « sombre » bilan de ces événements, dont l’Europe est « partiellement comptable » et « dont elle paie la facture à prix fort ».

« A l’exception de la fragile expérience démocratique tunisienne (à), ils se sont soldés au mieux par un retour de l’ordre ancien, comme en l’Egypte, au pire par un chaos plus ou moins total, comme en Syrie ou en Libye », a ajouté le journal, soulignant que l’Europe qui est « en première ligne », se retrouve exposée à « une rare accumulation de dangers, de l’exode massif de populations à l’explosion du terrorisme sous toutes ses formes ».

« Malheureusement, le résultat est désastreux », a noté le Figaro qui fait constater que le terrorisme « n’épargne personne, la sécurité globale a régressé et l’exemplarité même du monde occidental a du plomb dans l’aile ».

Pour sa part, Ouest France a estimé que cinq après, le bilan du « Printemps arabe », que beaucoup d’observateurs n’hésitent pas à qualifier de « désordre arabe », est « affligeant ». « Lorsque la restauration autoritaire (Egypte, Bahreïn) ne l’a pas emporté, c’est la violence (à) et le chaos de la guerre civile qui dominenté », a-t-il souligné, relevant qu’on « ne parle plus de jasmin, mais de +Daech+ ».

« Onze millions de Syriens ont dû fuir leur foyer. Le Yémen est en guerre. La Libye en ruines. L’économie de tous les pays arabes à terre », a soutenu Ouest France qui a noté au passage l’exception « fragile » de la Tunisie, initiatrice du mouvement.

L’Humanité, quant à lui, estimé que depuis le départ du régime de Ben Ali en Tunisie, « les forces progressistes ont résisté aux tentatives de déstabilisation et de détournement ourdies par tous les ennemis de la démocratie ».

Pour le journal, ces événements « n’ont pas empêché les Tunisiens de se doter d’une Constitution dont ils sont légitimement fiers », soulignant que d’autres combats « attendent le peuple pour surmonter d’immenses difficultés ».

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=63024

Posté par le Jan 14 2016. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

11 Commentaires pour “« Printemps arabe », un « sombre » bilan, à l’exception de la « fragile » expérience tunisienne”

  1. OUERRAD

    qui seme le vent recolte la tempete ,,, l occident devra apprendre la leçon ,, mais comme c est de mauvais eleves , tant pis pour eux ,,,, l experience tunisienne n est pas fragile ,,, elle est encore à l etyat embryonnaire ,,, qu est ce que 5 annees dans la vie d une nation ,,, pour les autres c est la main mise des occident aux ,,, en syrie ,,, c est la tarte à partager entre poutine et robamah ,,, en irak et ailleurs c est le culte de la personnalite de leurs leaders qui ont su partager leurs peuples qui font que cela va tres mal et que cela prendra trop de temps ,,, et beaucoup de degats ,,,, en libye ,,,,, le dictateur a aneanti l idee de peuple lybien ,,,, c est le tribalisme voir ,,, le ghachisme ,,,, quant à la TUNISIE ,,,, elle a sa contitution ecrite par les representants du peuple ,,, et le PRIX NOBEL DE LA PAIX ……..

  2. SBA

    Sérénité et paix dans notre pays. Mais pour moi on impose pas une démocratie avec des canons et ici je remarque des critiques vraies Enfin plaidons pour la paix

  3. OUERRAD

    mes comments sont toujours en attente ???

  4. OUERRAD

    Qui seme le vent recolte la tempete ,,,, l occident ne reçoit que le revers de la medaille ,,, vouloir tout gerer ,,, le colonialisme n a plus sa raison d etre ,,, les peuples ont compris la leçon ,, les occidents sont de mauvais eleves ,,,la tunisie n est pas une experience fragile ,,, elle est encore a l etat embryonnaire ,,, qu est ce que 5 annes dans la vie d une nation ,,, quant aux autres c est le culte de la personnalite tellement ancre , ces peuples là continuent de suivre la demagogie baathistye ,, et se fier de plus en plus aux usa à la russie et à l europe ,, ,basta tout cela c est du pipeau ,,, l egypte c est la main mise israelienne qui a pris le dessus ,,,,la lybie ,,, la notion de peuple a ete galvaudee par mouamar,,,, le tribalisme a repris le dessus ,,,, l ARABIE SAOUDITE ?????AH …..jaaaa daou3ouki ,,,,, pour nous autres ,,, RABI YOUSTOUR ,,,, le deballage des annees 90 ,,,, et la critique à l encontre de AIT AHMED RABI YARHMOU ,,,, sont le debut de notre masrahiah ,,,, si nos responsables ne prennent pas garde ,,, on est foutus ,,,, le mak , ali belhadj à oued rhou ,,, le plan de succession ,,, qui ne passe pas ,,,, ils ont trouves la solkution ::::: ROUBLAH ?khalat ha tessfa ,,,, mais les zghabas ne sont pas dupes ,,,,
    DEMERDEZ VOUS EN HAUT ….. ON VEUT LA PAIX ET RIEN QUE LA PAIX ?????

  5. Ayadoun Sidahmed

    Bonjour, de nombreux passages de cet article font part d’une amère réalité mai il n y a pas que cela, il y a également cette pseudo liberté d’expression et là je m’excuse si je vais m’éloigner de l’article publié pour faire part de mon dépit autour des caricatures publié par le journal satirique Charlie Hebdo sur le petit Aylan. Franchement je me dois de conclure et ceci est mon opinion que la fin justifie le racisme sur le dos d’un drame humain, surtout concernant un enfant, c’est honteux. Avez-vous une réponse ? De quelle démocratie parlez-vous ? Ma question s’adresse à tous ceux qui au nom de la liberté d’expression violent cette liberté !!! Sous le même prétexte sème la haine et avec le même principe ils se marrent !!! Vous defender la démocratie selon vos intérêts mesquins, vous traiter des leaders en dictateurs au nom de votre démocratie, vous avez exterminé tout un peuple pour le libérer (Iraq, Syrie, Lybie…..) et le transformer en terre abandonnée !!! Vous voulez que les peuples acceptent de mourir sous vos bombardements et chez eux, ils n’ont même pas le droit de fuir votre tuerie !!! C’est ça votre alternative, c’est ça votre humanisme ??? Vous vous régalez bien même très bien, parce que la vie humaine pour vous na pas d’importance et surtout quant il y a beaucoup de fidèles lecteurs (ces) qui se cachent derrière votre sens humoriste et au nom du même principe (liberté d’expression) afin de montrer leur joie au détriment de la douleur des victimes et quant je parle de victimes, sans exception (même de votre journal) une victime sa na pas de couleur, ni de race, ni de religion, ni de sexe ni de nationalité, c’est toujours une vie humaine, c’est ça le plus sacré, la vie humaine !!! Vous pouvez pensé ce que vous voulez, vous pouvez dire ou écrire ce que vous voulez, mais jamais sur le dos d’une vie humaine, surtout un enfant. Tristement….. !!!

  6. Mme CH

    De quel printemps parlez-vous….??? Le printemps est une saison qui concerne toute la planète, où le jour et la nuit ont une durée égale et où on assiste à l’éveil de la nature…!!!

    Alors ceux qui l’ont concocté pour les piller et morceler nos pays, doivent sûrement connaître l’origine des « printemps » sans hirondelles qu’ils ont collé sur le dos des arabo-musulmans, histoire de morceler leurs pays et piller leurs richesses…..!!! J’adore l’histoire, c’est pour ça qu’ils veulent que nous soyons amnésiques, les grands futés…….pour les benêts, bien sûr…..!!!

    « En 1848, le Printemps des peuples commence le 22 février, à Paris. Pour contourner l’interdiction de réunion et d’association imposée par la monarchie de Juillet, les partisans d’une réforme du suffrage censitaire organisent, depuis juillet 1847, une campagne de banquets où les toasts se transforment en discours politiques. Celle-ci doit culminer lors d’un rassemblement à Paris : il est interdit. Les organisateurs décident néanmoins de le maintenir et en fixent la date au 22 février. La veille, ils renoncent à leur projet. Trop tard : les participants se rassemblent, accueillis par les fusils. La soirée se termine par des échauffourées.
    Les événements s’enchaînent alors très vite. Le 23 février, les Parisiens parcourent les rues aux cris de « Vive la réforme ! » et « A bas Guizot ! » (le président du conseil des ministres). Dans l’après-midi, le roi Louis-Philippe accepte la démission de son ministre. Encore trop tard : face aux manifestants qui fêtent leur victoire, la garde du ministère des affaires étrangères, où réside François Guizot, tire. Les premiers cadavres, chargés sur des charrettes, sont exhibés dans Paris. Le lendemain, 24 février, les insurgés attaquent la troupe en plusieurs points de la capitale et prennent d’assaut les Tuileries. Acculé, le roi abdique. Le 25 février, dans la salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville, le poète Alphonse de Lamartine promet le suffrage universel : le peuple à la place du trône.

    Le 3 mars 1848, l’avocat et journaliste Louis Kossuth prononce un discours à la Diète hongroise pour réclamer la création d’un régime parlementaire, puis prend la tête d’une délégation qui se dirige sur Vienne. Dans la capitale de l’Empire austro-hongrois, la révolte commence le 12 mars. Comme à Paris, les manifestations sont réprimées et les cortèges macabres parcourent les rues.

    Le 17 mars, le roi de Prusse découvre la révolution de Vienne. Dès le lendemain, il accorde la liberté de la presse et convoque une Diète. La foule surgit sous les fenêtres du roi qui, blême, apparaît au balcon. Incapable de se faire entendre, Frédéric-Guillaume se retire en demandant, dit-on, « du repos ! du repos ! ». La troupe tire. Dans les rues de Berlin, les appels aux armes retentissent. Devant l’ampleur du soulèvement, Frédéric-Guillaume annonce de nouvelles concessions, dont une Constitution démocratique. A Munich, le roi abdique. L’insurrection s’étend à Leipzig, à Hanovre, au Wurtemberg et aux grandes villes d’Allemagne. La Pologne divisée s’agite. »

    « Un autre Printemps, celui de 1936 en France: « La grève générale de mai-juin 1936 en France est non seulement un événement historique important du mouvement ouvrier mais une action collective qui a marqué durablement la conscience ouvrière. Juin 36 n’est pas seulement une date mais un symbole et, pour les participants, une fierté. Il y a un avant et un après 1936. Avant, c’est le patronat de droit divin et l’usine où l’on rentre comme dans une prison. En 1936, les travailleurs occupent les usines et c’est les patrons qui doivent plaider pour négocier, pour demander quelles sont les revendications ouvrières et même pour se voir autoriser l’entrée dans leurs entreprises. »……Coucou, le patronat a repris le dessus , même les soi-disant socialo virent à droite et parfois sont devenus plus royalistes que le roi, Koursi oblige….!!!

    « Le Printemps de Prague débute le 5 janvier 1968. Alexander Dubček est élu président de la République socialiste tchécoslovaque. Très vite, il prend ses distances avec Moscou et installe une autre vision du communisme. Démocratisation des partis politiques, libéralisation économique, décentralisation administrative : la société tchécoslovaque est en pleine mutation. D’autant que les droits individuels évoluent eux aussi. Avec Alexander Dubček, les Tchécoslovaques gagnent en liberté. La presse et la parole ne sont plus soumises au joug soviétique. La population est libre de circuler.
    Face à cet engouement démocratique, le bloc soviétique va s’organiser pour mettre un terme au Printemps de Prague. Cette nouvelle idée du socialisme à visage humain n’est pas du goût de Léonid Brejnev, le secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique. Il met au point la doctrine Brejnev qui limite l’autonomie des États soviétiques. Les armées du Pacte de Varsovie, composé de l’URSS, de la Pologne, de la Bulgarie, de la Hongrie et de la RDA, font irruption en Tchécoslovaquie dans la nuit du 20 au 21 août 1968. Prague est rapidement prise, signant la fin du Printemps de Prague.
    Après le Printemps de Prague, en 1969, trois hommes s’immolent par le feu en pour protester contre la fin de la liberté d’expression. En mars, puis en août, un an après l’invasion, des manifestations ont lieu pour dénoncer le revirement de leur pays…. »… Tiens tiens…l’immolation par le feu, ça ne vous dit rien…??? Et maintenant, il n’y a plus de Tchécoslovaquie….!!

    « Le Printemps de l’année 1968 « coïncide avec une effervescence de la jeunesse et des mouvements de contestation. Aux Etats-Unis, le mouvement hippie fait parler de lui, les étudiants manifestent contre le Vietnam tandis que la lutte pour les droits civiques des noirs connaît des épisodes tragiques, notamment avec l’assassinat de Martin Luther King en avril 1968. L’Italie, l’Allemagne et dans une moindre mesure l’Angleterre connaissent des troubles étudiants parfois violents. Le Zengakuren (une ligue étudiante) lance également des mouvements très suivis au Japon. Grèce et Espagne connaissent des mouvements radicaux contre les régimes dictatoriaux en place.  »

    Et qui a dit que l’Histoire ne se répétait pas….!!!!

    A suivre si….!!!

  7. Imène

    Bonjour mon amie CH ! tlm ..
    Je t’invite ( je vous ) à lire l’article de Rachid Boudjedra paru sur TSA .  » Mais où sont donc passées les révolutions arabes  » trés interessant . Bonne journée !

  8. Mme CH

    Salam mon amie Imène….!!! Je ne sais pas pourquoi cet écrivain ne m’inspire aucun intérêt…!!
    Cependant, c’est une bonne question « où sont donc passées les révolutions arabes « …??? Hé bien, il faut poser la question aux instigateurs de la Roubla pour s’installer confortablement sur les puits de pétrole et tout le reste…!!!
    Il faut poser la question aux gouvernants arabes qui n’ont pas tiré les leçons du passé et ne pensent qu’à leur koursi..quel que soit le prix à payer….comme s’ils étaient immortels..!!!
    Il faut aussi poser la question aux benêts qui ont été éblouis par les nuages d’encre sécrétée par la pieuvre du mal qui se caractérise par ses longs bras et son intelligence…!!!

    Ceux qui ont concocté ces révolutions l’on fait parce que certains dictateurs sont devenus très gênants, alors ils les ont chassés du pouvoir pour justement préserver ce pouvoir, d’ailleurs, les régimes et les systèmes n’ont pas changé, ils sont toujours en place…comme ton Napoléon…..(rires)….(même si le cœur n’y est pas)…!!!! C’était trop beau pour être vrai Cygnus….!!! Mais comme nous sommes au début de la fin, il faut s’attendre à tout….!!!

    Khayticalement…!!!

  9. Imène

    Mme CH : Bonsoir a weltama !
    Aucun intérêt Boudjedra ? Pourquoi ? c’est un grand écrivain doublé d’un poète , un homme de lettres , qui maîtrise les deux langues à la perfection ( j’ai lu la répudiation , l’escargot entêté entre autres ) intéressant .Je n’aime pas son côté présomptueux , un peu mégalo sur les bords , et sa manie de dévaloriser en permanence ses camarades du métier ( d’excellents écrivains ) à coup de provocs , de diatribes ..il ya aussi ses convictions idéologiques , mais ça , ça relève de la liberté de conscience donc domaine privé.
    Ma chère CH , entièrement ok avec toi pour le reste ..les  » printemps arabes  » sont une grosse farce , un immense désastre , un subterfuge des plus malhonnêtes pour enfoncer davantage le monde arabo musulman dans le chaos et les ténèbres..et bien sûr au profit de ceux qui tirent les ficelles ..d’ailleurs je conteste l’appellation de ces sinistres événements de  » printemps  » le printemps évoque l’éveil , l’harmonie , les couleurs, la saison des amours , l’éclosion des bourgeons ..et toutes ces notions qui en appellent à la VIE ..et c’est loin trés loin d’être le cas dans notre monde arabe ..La tunisie ne fait pas l’exception , à l’époque de Ben Ali – tout dictateur qu’il était – il y’avait la paix , la sécurité , la joie de vivre malgré les problèmes inhérents à un petit pays sans grandes ressources ..ce sont les tunisiens qui le disent..mais bon comme tu dis il faut s’attendre à tout ! la men 3ache ..salami Sayyidati , tlm !

  10. Amirouche

    « Quand les missionnaires sont venus, nous avions la terre et ils avaient la Bible. Ils nous ont appris à prier avec nos yeux fermés. Quand nous les avons ouverts, ils avaient nos terres, et nous avions leur Bible. » Jomo

    Salam

Répondre