La Voix De Sidi Bel Abbes

Présidentielles 2014; Ali Benflis trés serein ne fera pas machine arrière

benflis

A la direction de campagne a SBA;le ton est a la sérénité relevait on ce matin et l’info ayant trait de la candidature du chef de l’Etat sortant, Abdelaziz Bouteflika, officialisée depuis avant-hier, n’a visiblement pas eu d’effet ni perturbé la sérénité du candidat Ali Benflis.précise notre source

Lui qui a, à maintes reprises, déclaré qu’il se présenterait à l’élection présidentielle du 17 avril prochain, que le président Bouteflika se porte candidat ou non, n’a pas changé d’avis après l’annonce du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, depuis Oran. «Nous avançons, nous sommes engagés et nous ne ferons pas machine arrière», nous a déclaré, hier, son directeur de communication, Lotfi Boumeghar, qui considère que Abdelaziz Bouteflika n’a pas encore officialisé sa candidature.

«On n’a encore rien vu de tel», a précisé notre interlocuteur, qui annonce une prochaine sortie médiatique du candidat Benflis avant le 1er mars, c’est-à-dire au moment où il déposera son dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel. L’on s’attend à une déclaration importante de l’ancien chef de gouvernement, mais pas question, pour l’instant, d’un retrait de la course électorale. Au contraire, soutient son entourage, Ali Benflis, qui a mobilisé tant de monde derrière son projet, compte bien croiser le fer avec le chef de l’Etat sortant et surtout son clan. Pour Ali Benflis, c’est «la seule mobilisation populaire autour d’un projet», le sien, «la surveillance et la préservation du choix des Algériens, qui va l’ouvrir».

Donc, sauf imprévu, l’ancien chef de gouvernement ira jusqu’au bout du processus électoral et n’a pas caché son optimisme de voir les Algériens porter leur choix sur sa candidature. Ali Benflis travaille à élargir encore plus son assise populaire. Il a d’ailleurs annoncé d’importants soutiens qui vont se prononcer dans les prochains jours.

Mais si l’ancien chef de gouvernement compte sur la mobilisation populaire pour imposer «le changement», la tâche n’est pas aussi simple que l’on pense. En face, il y a la machine administrative mise en branle depuis déjà des mois. Un signe qui ne trompe pas : c’est le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à qui pourtant la position de commis de l’Etat recommande de la réserve, qui a annoncé l’intention de candidature du Président sortant à partir d’Oran, lors d’une visite officielle dans cette wilaya. Cette sortie, qui confirme d’ailleurs ce que l’on soupçonnait – la tournée du Premier ministre dans les 48 wilayas est une véritable campagne électorale avant l’heure au profit de Abdelaziz Bouteflika –, a été dénoncée par le responsable de la communication au quartier général de la campagne électorale de Ali Benflis.

Que fera donc celui-ci si la tendance à la fraude se confirmait dans les prochains jours, à commencer par les dispositions constitutionnelles que le candidat Bouteflika doit satisfaire, à savoir le dépôt du dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel, qui doit être accompli par le concerné lui-même ? «Le dossier de candidature doit être déposé par le candidat en personne, après rendez-vous convenu auprès du secrétariat général du Conseil constitutionnel, contre accusé de réception», indique le communiqué n°1 de l’institution en question. Si le Président sortant faisait une entorse à la loi, quelle serait alors la position de son concurrent ? Il est vrai que le fait que Bouteflika ne puisse pas mener lui-même sa campagne électorale est un sérieux handicap qui étalera au grand jour son incapacité à gérer le pays pour un temps supplémentaire, profitera à son adversaire.

Mais son clan, plus que jamais obstiné à s’accrocher au pouvoir en présentant un candidat gravement diminué par la maladie, laissera-t-il le libre jeu électoral ? Ali Benflis sera en effet, à un moment ou un autre de cette élection, confronté à des situations délicates que seule, comme il le dit, une forte mobilisation populaire pourra dénouer. Encore une fois, nous restons dans un manque certain de lisibilité des perspectives du pays. La prochaine élection présidentielle garde ainsi une part importante d’imprévus où se jouera l’avenir du pays.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=38345

Posté par le Fév 24 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

19 Commentaires pour “Présidentielles 2014; Ali Benflis trés serein ne fera pas machine arrière”

  1. hamid

    bravo benflis du changement vive la democratie

  2. badsi

    Benflis a un profil mais a belabbes la campagne reste faible par rapport a l’est du pays ou il ya de l’animation dans les villes et villages acquis pour ce brillant avocat issu d’une grade famille

  3. BADISSI

    parmi les 40 millions d Algériens y a pas un jeune candidat ???

  4. khimmar

    Comme je l’avais toujours dit ce Said Bouteflika , conseiller à la corruption près la présidence , n’a ni foi ni loi ! Il profite même de la sélénité de son frère pour le prendre en otage et l’Algérie avec !
    Je ne suis pas en odeur de sainteté avec Hicham Aboud ancien rédacteur DRS de la revue « El-Djeich » mais la vie m’a enseigné que toute personne qui monte brutalement dans la hiérrarchie sociale sans mérite , sans compétences et sans scrupules se fait un jour descendre en flamme et sa chute sera d’autant brutale que l’est sa montée !
    A bon entendeur salut !!!

  5. houssine

    Je suis un peu la politique mais ces pro benflis sont timides dans leur démarche pour le faire plus valider

  6. hamid ourrad

    Bonjour siArbi , le boycotte n’est pas la solution ,sauf si BOUTET restera tous seul dans la course , on a déjà essayé avec le Boycotte,le résultat..le FLN a eu la majorité avec 800 000 voix
    Bonne journée.

  7. kaid

    oui il faut pas se décourager

  8. Ahmed Khiat

    Si les choses se passaient dans les règles du jeu, et c’est peu probable, M. Ali Benflis l’emporterait haut la main. Allah yjib el-khir à notre pays qui patine depuis très longtemps.

    • Zembrito

      D’habitude vous êtes plus perspicace mais là vous péchez dans l’amateurisme des goualas de la place Carnot.Ce n’est pas le pays qui patine mais c’est le peuple par son comportement passif et son absence d’éducation civique qui en est la cause.190 candidats à la candidature ,nous rappelle les années 80 quand la sonacome importait des véhicules et qu’il était presque obligatoire de s’inscrire et tenter sa chance pour se pavaner.Que chacun mesure ses prétentions et révise ses ambitions ,l’événement n’est pas à la merci du premier venu.Mitterand a consacré sa vie à la politique et rivaliser avec le pouvoir, dans l’opposition en faisant valoir son programme et ses convictions ,pour enfin convaincre son peuple un peu politisé que le notre,et jouir de cette consécration dans le service de son pays.

  9. OUERRAD

    Vivement un jeune de le trempe d ANES TINA il connait tous les problemes du pays et je meme qu il a des solutions .Quant à BENFLIS je pense qu avant toute chose et en tant que juriste et ayant un juriste en la perso de Mr SALLAT notre ami du lycee laperrine que je salut ici ils devraient tout deux soulever la justice pacifiquement pour pser le probleme de cette arnaque qui ne dit pas son nom . C est un coup d etat pur et simple ce n est plus BOUT de fire QUI TIRE LES FICELLES MAIS SELLAL ET Cie………….

  10. OUERRAD

    LIRE ET JE PENSE MEME ……..

  11. OUERRAD

    IL NOUS A TRAITE DE FAKAKIRES TOUT COMME GUADAFI A TRAITE LES SIENS OU EST IL AUJOURD HUI ALLAH EST GRAND ET NE PERMET PAS QUE L ON TRAITE SES SUJETS DE LA SORTE ………..ALLAH YOUMHIL WA LA YOUHMIL

  12. Abbes

    Benflis ou tikhentis ceux sont les memes hommes du système et pas de nouveau pas de changement

  13. BOUDDOU

    le seul moyen de battre le clan .allez votez en masse et suivez vos voix.

Répondre