La Voix De Sidi Bel Abbes

Présentation du « dictionnaire du passé de l’Algérie, de la préhistoire à 1962 »

Le « dictionnaire du passé de l’Algérie, de la préhistoire à 1962 », un ouvrage réalisé par une équipe composée d’une vingtaine de chercheurs dirigée par Hassan Remaoun, a été présenté mercredi au siège du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC).

Ce dictionnaire, édité par le CRASC, est une production d’une vingtaine de chercheurs et enseignants-chercheurs de ce centre et d’universités et autres institutions de recherche, dont cinq jeunes doctorants, a indiqué le chercheur universitaire Hassan Remaoun lors de la présentation de cet ouvrage.

L’oeuvre est le fruit d’un travail accompli dans le cadre du second Programme national de recherche (PNR 2011-2013) rattaché au domaine de recherche « Population et société » par l’équipe « L’Algérie entre histoire et mémoire: les hommes, les évènements et les lieux. Dictionnaire du passé et de ses représentations-DICRAHM » du CRASC.

Expertisée et agréée en 2013-2014, l’ouvrage a nécessité cependant une année de travail supplémentaire. Les auteurs ayant considéré qu’il devait être amélioré et enrichi avant la publication de sa première version, a-t-on signalé.

« L’objectif de ce travail est de fournir un dictionnaire historique – avec une ouverture sur l’anthropologie- suffisamment étoffé pour être utilisé par le grand public cultivé qui, sans être spécialisé dans le domaine, pourra avoir accès à l’essentiel de l’information concernant le passé de l’Algérie des origines à 1962 », a souligné M. Remaoun qui est professeur à l’université Oran II.

Ainsi, le dictionnaire pourra être consulté par les chercheurs, les étudiants, les enseignants, les archivistes, les bibliothécaires, les muséologues, les archéologues, les journalistes, les cinéastes et dramaturges et également toute personne intéressée par la connaissance de l’Algérie et de son passé, a-t-il ajouté.

Les chercheurs qui ont contribué à la confection de cet ouvrage se sont appuyés sur leur expérience de recherche et d’enseignement dans des disciplines telles que l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, la sociolinguistique, la politologie, voire même la préhistoire, a indiqué Hassan Remaoun, tout en précisant que l’oeuvre a nécessité quatre années de travail.

Le dictionnaire englobe la préhistoire et l’antiquité berbère, phénico-punique et romaine, le Moyen âge berbéro-arabo-musulman, l’époque ottomane et enfin contemporaine avec la colonisation française et les transformations suscitées au sein de la société algérienne jusqu’à la guerre de libération nationale et le recouvrement de l’indépendance du pays, a-t-il ajouté.

Quelques entrées aborderont également des aspects anthropologiques par l’approche des composantes de la population et de certaines tribus, voire sociolinguistiques, scientifiques et culturels.

Cette présentation, qui entre dans le cadre du cycle des conférences du CRASC, a été suivie d’une vente dédicace.

Remaoun Hassan est socio-historien, professeur à l’université Oran II et ancien directeur de la Division de recherche en socio-anthropologie de l’Histoire et de la mémoire (Histmem-CRASC). Il est également directeur de recherche associé et conseiller scientifique au CRASC.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=63204

Posté par le Fév 25 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

4 Commentaires pour “Présentation du « dictionnaire du passé de l’Algérie, de la préhistoire à 1962 »”

  1. Mme CH

    Ah! CRASC quand tu nous tiens….!!!! Pour le principe, je dis que c’est une très bonne chose…!!! Voilà enfin un PNR qui donne ses fruits….!!! Pour le contenu, la parole est aux experts et spécialistes du domaine..!! J’espère seulement qu’il n’y a pas de choux à la crème.!!

  2. Hassan

    Un travail scientifique sur l’Algérie par des algériens est toujours le bien venu. Aprés étude et analyse de l’ouvrage on peut ne pas ou être d’accord avec ses théses sur une certaine époque de notre histoire. Cependant toute critique doit être basée sur des données vérifiables et vérifiées. Il ne reste qu’à féliciter l’équipe de recherche algérienne qui a réalisé un ouvrage qui se penche sur notre histoire au moment ou  »certains » doutent de leur identité.

  3. َََAyadoun Sidahmed

    « L’oubli du passé est mortel pour le progrès » connaitre son histoire c’est bien conclure des leçons c’est encore mieux. Vive l’Algérie indépendante et prospère INCHA ALLAH

  4. OUERRAD

    Bonsoir , ou peut on le trouver ? Existe t il en version net ?Quel est le prix ?
    C est ce qui m interesse pour le moment , ensuite on verra s il y a des remarques à faire .
    JOUMOU3AH MOUBARAKAH ….

Répondre