La Voix De Sidi Bel Abbes

PRESENTAION A LA CINEMATHEQUE DU FILM « ZHAR » De Fatima-Zohra Zenoum

Samedi après-midi, du 28/03/2011 à 14H30, a eu lieu, la présentation et la projection du filme de Fatima-Zohra Zenom, intitulé « ZHAR » unlucky, un film expérimental, de forme hybrique jumelant la fiction et le réel. Faisant  interpréter  les comédiens Fadéla  Belkebla, Eddy  Lemar, Kada Kader, Fatima Zohra  Zemoun, Omar Zemoun, abordant  le thème « de l’exil ».

C’est l’histoire d’un écrivain « CHERIF    HAMADA » qui en ouvrant le journal El Watan, s’informe qu’il vient de décéder et s’en va à la recherche de sa vérité tout en s’interrogeant s’il vivait une fiction ou la réalité….Au hasard de la route qui devait le mener au KEF, et par le biais d’un taxieur, il rencontrera alors  « ALIA », une photographe, qui revenait également au pays, pour assister au chevet de son père malade.

Et l’on assiste au chemin du retour qui apparait comme un rétroviseur qui nous montre les conséquences d’une décennie noire et de tout se que la la société a endurée durant ces 20 années.

Parallèlement à cela, comme une forme de cinéma dans le cinéma chère à Jean Louis Godard, la réalisatrice  qui a le projet de faire un film, nous transporte dans une ballade dans l’Est du pays, pour le repérage des décors, des lieux de prises de vues et du casting qui prétexte un véritable voyage au pays profond.

Dans sa forme de reportage, le film, dans le va et vient des acteurs est une sorte de jeux de miroir, reflétant des situations et des personnages dont les sujets sont d’actualité

Animé par Kada Kader acteur du film dans le rôle de « Cherif » et par Djelloul responsable de la cinémathèque, devant des spectateurs de tout âge a permis de soulever grand nombre de questionnement sur le film, son financement, ses techniques, les difficultés rencontrées dans sa réalisation, et sur les différentes approches problématique, auxquels Kada Kader, donnait les réponses qu’il fallait

Cependant, il aurait été encore attrayant de voir la présence d’un public plus avisé dans le domaine des arts du théâtre, du cinéma et de la peinture. Cette absence semble avoir pour origine, l’indifférence que l’on attribue à la vulgarisation de  l’information et d’invitation au monde de la culture.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=1950

Posté par le Mar 28 2011. inséré dans ACTUALITE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre