La Voix De Sidi Bel Abbes

Premier anniversaire de la disparition du Président Ahmed Ben Bella, mon père

Rien n’est éternel en ce bas monde. Nous savons tous que nous ne sommes que de passage. Mais lorsqu’un être cher nous quitte, nous précède, nous sommes submergés par le chagrin. Voilà un an que Ahmed Ben Bella, mon père, nous a quittés. Un an déjà ! Le temps est si vite passé. Il me semble que c’était hier. Il m’a fallu accepter la séparation avec mon père. C’est la volonté de Dieu. C’est la condition humaine. Mais mon père n’était pas que mon père. Il était le père de tant d’évènements dans l’histoire de l’Algérie. Il était Ahmed Ben Bella ! Son nom est intimement lié à l’Algérie et, par ce fait inaltérable, chaque Algérien en a une part. Mon père, celui dont je puis témoigner de son infinie bonté et de sa générosité sans pareille, était un homme semblable à tous les hommes. Ses proches, ceux qui le côtoyaient au quotidien, savaient l’écorché vif qui dénonçait jusqu’à son dernier souffle le sort fait aux plus démunis, aux laissés-pour-compte, au petit peuple auquel l’attachaient des racines paysannes et une pareille souffrance face à l’injustice, ce mot terrible dont, plus que quiconque, il savait le sens profond.

Ils se souviendront de l’extrême humilité de cet homme face à son destin et face à ses semblables, de celui qui ne fut jamais chiche de son temps à l’égard de personne. Qui discutait à perte de vue des qualités de tel ou tel grand footballeur avec des passionnés rencontrés par hasard ou de son entêtement à imposer Zineddine Zidane au-dessus de tous dans le panthéon des gloires du sport roi. Exit Messi, Maradona et autres Pelé. Mais en ce jour anniversaire, ceux de sa génération, pareillement épris des principes égalitaires qui furent au fondement de la Révolution du 1er Novembre, dont l’histoire a déjà retenu qu’il en fut l’un des tout premiers acteurs, auront gardé le souvenir du premier président algérien, si fier de son pays. Un président qui dut affronter, à l’orée de l’indépendance et dans de terribles difficultés, les mains vides, les premiers pas chancelants d’une population pauvre, meurtrie par une guerre sans pitié. Un militant sincère qui sut préserver l’unité d’un pays, alors sans ressources, menacé par une «congolisation» que les ennemis extérieurs espéraient. Un révolutionnaire qui a toujours mis les intérêts de la nation au-dessus de tout. Sa révolte contre l’injustice dépassait les frontières algériennes. Il n’a jamais cessé de dénoncer le colonialisme, la guerre impérialiste, la faim dans le monde, le pillage de la planète, notre maison commune, mise à mal par un ordre mondial prédateur. Il ne fut pas toujours entendu mais, jusqu’à la fin de ses jours, il demeura égal à lui-même, un Algérien parmi son peuple, dans les bons et les mauvais jours. Toutes les causes humaines l’interpellaient et la cause féminine pour l’émancipation n’était pas des moindres. Ce musulman pieux, qui défendait l’islam des lumières contre les «vieux démons rétrogrades et les idéologies mortifères», réprouvait ceux qui donnaient de notre sainte religion une image si dégradée. Mon père refusait que de simples humains en vinssent à altérer le message de paix du Prophète de l’islam. Ben Bella, mon président, repose en paix ! Ta mission sur cette terre est accomplie. A toi, à tes compagnons, braves parmi les braves, nous devons notre fierté de femmes et d’hommes libres ! Repose en paix, mon cher père. Gloire à nos martyrs ! A Dieu nous appartenons et à Dieu nous retournons !

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=25359

Posté par le Avr 11 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

44 Commentaires pour “Premier anniversaire de la disparition du Président Ahmed Ben Bella, mon père”

  1. merabi

    une pensée a un révolutionnaire Rabi yerhmah

  2. Hachemi

    Merci au SDEG et la DGSE d’avoir miser sur aventurier qui fomenter le premier coup d’État institutionnel à Tripoli en poussant Benkhedda à la sortie en complicité de celui qui allait 3 ans après une gouvernance de vendetta, son ministre de la défense de l’époque, j’ai nommé Haouari Boumédienne alias Boukharouba. Ce que vit actuellement l’Algérie corruption, islamisme assassinat n’est que la semence de Benbella et Boumédienne, précédé par les 3 B qui ont assassinés Abane Ramdane

  3. le révolutionnaire

    el marhoum si Ahmed Beb Bella, par sa personnalité et la fermeté de ses opinions, était appelé a devenir un grand chef d´état africain et, a coup sur, un des leaders du tiers monde. le président Ben Bella calme, souriant jamais sous pression, jamais impatient, Ben Bella ne mettait jamais fin de lui-même avec sa scrupuleuse politesse paysanne. il y avait en lui en particulier dans son sourire et dans la bonne foi de son regard quelque chose de juvénile et de confiant qu´on ne se serait pas attendu a trouver chez un homme d´état. on sentait en lui, en même temps, le courage, la dignité naturelle et la rude franchisse. el marhoum Si Ahmed Ben Bella intelligent, ouvert, musulman mais sans fanatisme, trés arabe, mais sans la xénophobie, il émanait de lui une humanité remarquable. rahimah Allah wa Allah yarham oumati muhammed al mustapha (S.B.sur lui) djamii3n.

  4. le révolutionnaire

    lisons tous ce qu´a fait cet homme, lisons écrivons filmons… nous sommes libres grâ a Allah et des hommes comme lui, il y avait une seule idée, un message, une seule voie, un seul espoir l´indépendance?. lisez avant d´affirmer des obsurdités de coloniser ingnard a la botte de ces maîtres le colon et les harkis, lisez et prenner la peine de rendre au président el marhoum Si Ahmed Ben Bella sa Gloire.

  5. FRIC

    Nous étions des artistes peintres , éleves du lycée El djala ;nous fumes conviés à exposer à Alger salle Ibn khaldounn…..le soir venue ,le cortège officiel du prèsident Benbella et son gouvernement vinrent visiter la première exposition des jeunes peintres de Belabbes en compagnie de notre professeur mr Lopez ….nous avions entre 13et 15ans ……Le président et tous les visiteurs ,restaient admiratifs devant le travail éffectué par ces jeunes peintres de l’indépendance ….on a eu droit à la télé ,les journaux ,et meme les actualités algériennes ….Il se dégageait de cet homme ,une aura de lumière ,qui nous fascinait ,nous les adolescents ,le président était d’une beauté sublime ,son sourire éclatant ,nous mettait dans une joie immense ..il avait une gentillesse d’un papa envers ses enfants ..il restait de longs moments devant les tableaux de chaque peintre ,admiratif ,il nous posait des questions sur la peinture sur notre vie de gamin ;puis nous félicitait chaleureusement , embrassait notre professeur Mr Lopez qu’il remerciait fraternellement …Le président Benbella était fier de nous ,il se retournait regardant les membres du gouvernement leurs disant « voila l’avenir de l’Algérie « ….suite….

    • Ghosne

      bravo! Mr Fric et Bravo pour l’intellectuel que vous êtes! et malgré la guerre à cette époque votre passion elle est là et on la sent , les pinceaux et les mots faciles on ne peut que vous souhaiter une très bonne santé pour continuer à écrire . Longue vie Cher Monsieur.

      ps/Sincèrement quand on se rappelle lorsqu’on avait 13 et 15 ans toutes les facultés mentales POUR ECRIRE et rester SIMPLE comme vous c’estD3AWI EL KHEIR car j’en connais qui ne posterai même pas un commentaire.

  6. le révolutionnaire

    el marhoum le président Ben Bella a joué un grand rôle dans la préparation et le déclenchement de la glorieuse révolution et mérite, sans contestation possible, le titre de chef historique que lui- même et ses pairs ont revendiqué. pendant l´insurrection, il a assumé une tâche logistique trés importante, et les wilaya ont été les premiéres a souffrir de sa capture, car il s´en faut qu´aprés lui on se soit autant préoccupé, dans les fastes de l´extérieur et du GPRA., des combattants de l´intérieur. aprés l´indépendance, en dépit de quelques tâtonnements et au prix de quelques erreurs, il a appliqué avec beaucoup de loyauté le programme de tripoli, combattu les spéculations et les ambitions de la bourgeoisie musulmane, (chebaâ djedida). instauré en algerie un socialisme agraire, et, par ses positions claires et sans compromis dans les affaires africaines, il a donné,en peu de temps, a l´algerie un grand prestige international. rahimah Allah wa Allah yarham chouhadas.

  7. kerroucha

    Le combat pour la démocratie a un prix il faut y croire et lutter pour cela arrivera

  8. samia

    la liberté est garantie parladémocratie mais vous avez entiérement raison madame ;le vent de l »intégrisme est encore dans la maison Algérie.Ne pas se plier est una greand pas..

  9. Rachid

    L’intégrisme islamiste a été fabriqué de toutes pièces par le néocolonialisme à londres et d’autres capitales europennes (Des congrésislamiques étaient organisés chaque année à londres et les chefs terroristes participaient régulièrement durant les années 70 /80)Par ailleurs qui a fabriqué BEN LADEN pour contre carrer l’URSS en Afghanistan si ce n’est encore une fois les USA!et tout cela pour combatre les nationalistes en Algérie ceux là meme qui ont libérer l’Algérie !Voilà la triste vérite Madame Claude!Vive L’Algérie Gloire à nos martyrs

  10. Rachid

    Ben bella chaabi ouha dellali!C’est un grand révolutionnaire tels ses compagnons Houari boumèdiène ,Abane ramdane Lotfi Amirouche Ben boulaid Krim belkacem El haoues et la liste est longue J’aurais aimé les siter tous les un million et demi de martyrs allah yerham houm

  11. FRIC

    Nous étions les jeunes artistes peintres de Sidi Bel abbes ,logés au lycée technique du ruisseau ….Le chef du protocole du président Benbella ,nous rendit visite .Il nous fit part personnellement à chacun de nous ,jeunes adolescents ,d’une invitation officielle pour ,le soir meme ,à la présidence ,afin d’assister à la grande réception organisée en l’honneur du Mr Tito ,président de la Yougouslavie …..Nous nous sommes habillés ,des costumes ,que nous avait acheté le proviseur de notre lycée..et direction le palais présidentiel ,dans le bus mis à notre disposition …Grande effervescence ,le protocole était organisé ,d’une manière impecable ,une foule de gens ,se tenaient sur le perron de la grande salle de réception ….des ambassadeurs de tous les pays étaient présent à cette cérémonie …Nous étions vachement impresssionnés ,par l’élite de l’élite présente en ces lieux….nous les enfants pauvres ,rescapés d’une guerre coloniale sans merci ,nous voila catapulquer sur les hauteurs de la mondanité politique ….Sur le perron de l’escalier ,ou nous étions alignés ,les présidents Tito et Benbella ,s’arretaient longuement devant chacun de nous ;en nous félicitons chaleureusement …Le visage du président Benbella était radieux ,on sentait qu’il était fier de nous ,car nous avions chacun de nous; fait des portraits ,de beaucoups de présidents de la république de l’époque …Nasser ,Nehru ,Kennedy..etc ….en ce qui me concerne j’avais fait le portrait de Fidel Castro …Donc voila nos ésprits nageaient dans le bonheur total ,fini les coups et les baionnettes des légionnaires ,nous voila des enfants libres ,et considérés par notre peuple et notre président …..ALLAH EST GRAND

  12. Rachid

    Mr kada ou mr étranger Sachez que ce ne sont pas tous les citoyens de tlemcen qui sont sortis pour accueillir Francois hollande et ont de mandé le visas!Par ailleurs certains algériens demandent le visas pour visiter la France qui reste un pays à voir où vit une communauté d’algériens et où beaucoup d’algériens ont des amis français qui ne sont ni des colonialites ni des néocolonialites et qui veulent que du bien à l’Algériecar pour certains ils ont meme combatu le colonialisme!Allah akbar Gloire à nos martyrs.

  13. etranger

    danielle lire ma reponse juste apres le commentaire de mr belamri merci

  14. FRIC

    Le président AHMED BENBELLA Allah arhamouh ,était un homme d’une gentillesse extraordinaire ,il avait une capacité d’écoute hors du commun ,son visage était éclairé par une lumière des grands saints ,…..De ma vie ,je n’ai jamais rencontré un homme aussi noble ,aussi impressionnant que Mr BENBELLA….Dans mon esprit d’adolescent ,il devenait le symbole et l’exemple à suivre …Il representait le protecteur du peuple ,notre père ,….Il insuflait en nos esprits d’adolescents ,traumatisés par les années de guerre ,l’espoir et la liberté dans tous les sens du terme ….les trois jours passés en la compagnie du président BENBELLA,resteront à jamais gravé dans ma mémoire ….Je n’oublierai jamais ce sourire ,qui insuflait en vous un espoir immense ,de croire à la vie et à la fraternité humaine ….Il nous parlait que de bonté ,de vertu ,du travail bien fait ,d’écouter nos anciens et nos professeurs…Il était devenu ami ,avec notre cher professeur de dessin MR LOPEZ CARLOS ALBERTO ,un vrai belabbessien que nous n’oublierons jamais ,et à qui je rends hommage ,pour le travail effectué auprès des éleves du lycée El djala….Reposez en paix Mr LE PRESIDENT ….vous nous avez montré le chemin ,malgré toutes les vicititudes ,l’Algèrie a l’espoir de la jeunesse ,et son avenir est radieux avec la grace d’ALLAH;

  15. badissie

    c’est bizarre des étranger parle de la décennie noire , cette décennie ont la vécue, et combattue seule elle a étais organiser par les pays occidentaux , meme les peuples européens s’entre tue depuis des dizaines d’années (l’irland et les basques ) alors n’insulter pas les peuples qui veulent vivre libre car le monde entier connais que le colonialisme français est le pire et le plus cruelle dans le monde , pour ce qui demandes les visas et porte le drapeaux français c ‘est notre faute car on a pas réussie a exterminée tout les sales harkis a l’indépendance .mais cette nostalgie des colonisateur est une maladie qu’il faut traiter , alors quelque soit leurs idéologie ou meme qu’il ont commis des erreurs ,c’est des algériens qu’ont admire et ont respecte , ALLAH YAHFAD L ALGERIE , ALLAH YERHAME ECHOUHADAS , ALLH YERHAME NOS PRESIDENT HOUARI BOUMEDIENNE , AHMED BENBELLA, CHADLI BENDJEDID , VIVE L’ALGERIE INDEPENDANTE DU COLONISATEUR TERRORISTE FRANCAIS

    • Claude.B

      @Mr Badissie,
      Je donne toujours mon avis sur les sujets qui m’intéressent en respectant aussi bien les rédacteurs des articles que les lecteurs et lectrices ,et dans leurs idées ,et dans la façon dont il les expriment .
      Lorsque j’interviens sur un thème particulier c’est pour participer à un débat d’idées ,qui dit débat ,dit divergences possibles de point de vue ,et prononcer un avis différent ne signifie pas insulter autrui .
      Je n’utilise jamais l’insulte .
      Plus largement ,posez vous la question du pourquoi de mes interventions en tant qu’ ETRANGERE : j’ai rejoins ce site uniquement en raison de mon attachement à ce pays dans lequel je suis moi aussi née ,et à cette ville où j’ai passé mon enfance .
      Je déplore qu’il ne soit pas possible de débattre sereinement sans être systématiquement suspectée d’entretenir une nostalgie du colonialisme ,qui en ce qui me concerne est totalement hors sujet .
      Dites vous bien ,Monsieur ,et ceci est valable pour ceux qui partagent vos points de vue figés sur la même ligne ,que vous ne réussirez jamais à arracher de mon coeur l’amour que j’éprouve pour ce pays ,malgré les pics que vous m’adressez assez régulièrement ,ainsi qu’ à tout français né dans VOTRE PAYS .
      J’ai une capacité de résistance qui me permet de faire face à ces petits épisodes ,je tenais donc à vous le préciser afin que vous ne perdiez pas inutilement votre énergie dans un combat perdu d’avance : me donner envie de quitter le navire .

      • le révolutionnaire

        madame. il existe encore des pays coloniser par la france des droits de l´homme? : la corse, la bretagne, la martinique, la guadeloupe, la nouvelle calédonie, tahiti, les marquises, la guane, anjouan et la réunion…ect. ???.

        • Danielle B

          bonjour mr Révolutionnaire
          mais ces pays ne sont pas fous, bien au contraire, ils ont constaté ce qu’étaient devenus ceux qui avaient demandé l’indépendance et ils ne veulent pas eux aussi connaitre les affres d’anciens colonisés, ils savent être plus heureux s’ils dépendent de la france
          cordialement monsieur

      • Rachid

        Si vous aimez l’Algérie et je ne doute pas de votre amour à votre pays l’Algérie il faudrait que dans vos commentaires apparaissent des solutions aux problèmes et il ne faut pas se contenter de constats et celà si vous avez bien sur des solutions à apporter Merci madame claude!

  16. kfaraoun

    Certains pieds noirs connaissent que les atrocités de la première et deuxième guerre mondiale pourtant ils les ont pas vécus comme la guerre d’Algérie ou ils ignorent totalement les crimes odieux .
    Pourquoi les soldats français ont répondu par le feu à une marche pacifiste ou ils ont tué 45000 morts durant la seule journée du 8 mai 1945? Pour la fance l’ ‘algérien n’était pas un etre humain mais qu’un simple objet. Pourquoi on est arrivé à plus de un million de morts? Les chouhadas sont morts pour notre indépendance mais les harkis ne voulaient pas comme les colons de notre indépendance et la grande conséquence qui reste facheuse pour cette guerre est que la france a divisé le peuple algérien ou chaque portion vit sur une rive. A qui incombe la faute si les algériens se trouvent actuellement en france?

  17. merabi

    Priére se focaliser sur cette pensée sur le défunt benbella par respect a cet article signé par sa fille et ne pas provoquer de stériles polémiques..vous ne grattez rien surtout avec ceux immunisés et vrais et fidéles lecteurs.

  18. Péas

    A Mme Claude.B.
    Je m’étais permis,une fois,de vous comparer à Athéna la Grecque ou Minerve la Romaine pour vos grandes qualités humaines ,votre sagesse et votre fidélité à votre pays et votre ville Sidibelabbès.Le chemin est encore long et parsemé d’embûches (surtout si on ne prend pas garde des embûches des mots) pour faire de ce monde un lieu de tolérance,de compréhension et d’amitié.J’ai beaucoup aimé votre dernier paragraphe: »J’ai une capacité de résistance….navire.Cordialement !

    • une amie de la vdsba

      Un trés juste commentaire de péas cete dame est trés trés respectueuse et cela ne date pas de cet article Vous pouvez compter sur cette bonne graine

  19. ka

    allah yarhmou benbella disait les héros font la révolution et les zehos en profitent

  20. le révolutionnaire

    l´algerie avait subit un colonialisme de peuplement il s´agissait d´un ordre raciste, fasciste,cruel, violeurs,criminel. le mépris,l´outrage, les privations, les massacres de femmes,d´enfants et de vieillards. les dévasteur de l´équivalent de 100 milliards de dollars d´infrastructurs sociales et économique, les pillards francais qui affamé tout un peuple, contraint des centaines de milliers d´algeriens, notamment des Oulamas des cadres a l´exil, transformé les mosquées,les Medarsa, les Zaouias…ect en porcheries.

  21. sakara toulouse

    merci fric

  22. brahim

    La chita est toujours dans la poche des hypocrites disait Benbella et c’est à cause d’eux qu’ont est resté 132 ans de colonisation Il faut pas avoir peur des pieds noirs mais de leurs chiyatines

  23. hamidi

    il est préférable que des historiens parlent de notre président défunt le coup d »etat etc..

    • le révolutionnaire

      la véritable histoire de l´algerie, qui jusqu´ici n´a été contée que par des journalistes, et les falcificateurs de l´histoire au jour le jour, ou par des militants politiques plus soucieux d´apporter de l´eau au moulin de leur parti que de faire objective. l´histoire calibré pour légitimer le pouvoir en place??? la décinnie sanglante que nous venons de vivre repose une question fondamentale : que-ce que cette nation algerienne qui a légitimé l´insurection de 1954? Autant les premiéres générations d´aprés indépendance ont été abreuvées de mensonges d´état, autant les jeunes d´aujourd´hui font face a un silence officiel.

  24. Enigme

    Mr le révolutionnaire vos écrits sont postés de Paris et ils ressemblent d’une façon étrange à quelqu’ un dont les conclusions sont toujours illustrées par des locutions latines ! Bizarre vraiment bizarre ! Est-ce une énigme parmi tant d’autres.?

    • aissa-hakim

      C’était Ben Bella

      Fils de chouhadas, de père et de mère, en 1963, j’avais 17 ans. Pour gagner mon pain légitimement, à la sueur de mon front, j’ai travaillé quelques semaines comme garçon de cuisine au centre CASORAL de Bou-Ismaïl, ex. Castiglione. La visibilité du centre se trouve limité par de hauts murs d’enceinte. Les jeunes pensionnaires, une quarantaine, étaient des enfants de chouhadas âgés d’entre 8 et 12 ans environs.
      Ce jour là, le centre affichait lentilles pour menue unique, sans hors d’oeuvre ni dessert. Vers 11 heures, au loin un bruit identique à celui des rotors des hélicoptères qui ont rasé les douars des jeunes pensionnaires, massacré leur parent, s’approchait inexorablement. Littéralement terrorisés, ils criaient et cherchaient à se cacher comme ils le pouvaient, dans les coins et sous les tables.
      Soudain, une DS19 noire précédée des motard montés sur de grosses motos de marque BWV, qui faisaient le même bruit que les rotors des hélicoptères, pénétraient dans la cour du centre. Le conducteur de la DS19, ses 4 passagers, les motards, mettaient pieds à terres et accouraient vers la cantine. Les enfants sortaient de ce qu’ils croyaient être un abri sûr, répudiaient leur terreur, braquaient leur regard vers un visiteur particulier. Habillé en tenu militaire, de ces deux mains, ce denier sortait des ses poches cargos une poignée de friandises qu’il distribuait équitablement, caressait affectueusement la tête de chaque bénéficiaire tout en leur déclarant, en Arabe dialectal :
      « Al Dzaïr, Yemmakoum ouanna babakoum ma nessemhouche fikoum » (L’Algérie, est votre mère et moi, votre père, nous ne vous laisseront pas tomber), s’était-il engagé.
      Ce visiteur providentiel était Ahmed Ben Bella, l’un des plus illustres révolutionnaires algériens, le premier et le plus légitime Président de la république algérienne. Il était accompagné par deux personnalités de type occidentale. Il nous les avait présentées par leur prénoms : Pepito et Ernesto. J’apprendrai plus tard que Pepito était ambassadeur de Cuba en Algérie et Ernesto, Che Guevara.
      Rappelons aux générations post coloniales que la révolution algérienne était une révolution : paysanne, rurale, montagnarde, populaire. Les historiques, parmi eux Ahmed Ben Bella, qu’Allah ait son âme, n’était que l’un de ses plus ardents et des plus sincères serviteurs.
      J’ai une foi quasi religieuse que si Ben Bella n’avait pas été trahi un certain 19 juin 1965, il aurait tenu ses promesses au-delà de ses engagements, rendu la révolution à son légitime propriétaire, au peuple algérien et pris soin des plus faibles : veuves et orphelins.
      Gloire à nos martyrs ! Vive le peuple.
      Pour plus d’infos sur Ben Bella et la révolution algérienne :
      http://www.vitaminedz.com/-nous-sommes-arabes-nous-sommes-arabes-nous-sommes-arabes_Articles_22397_1095992_1.html
      http://face-a-face.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/04/10/abane-ramdane-un-mythe-devastateur-d-une-revolution-regressi.html

      Par Aissa-Hakim, Toulouse, France.

Répondre