La Voix De Sidi Bel Abbes

Pour que nul n’oublie … hommage aux onze enseignantes et enseignant lâchement assassinés, il y a 19 ans, à Ain Aden (Sfisef) !

Samedi  27 Septembre 1997 ,  à l’époque premier jour de la semaine en ce début de la nouvelle année scolaire ,  une journée noire s’inscrivit dans l’histoire  de l’Algérie ensanglantée  .L a localité  d’Ain Aden  (Sfisef)  dans la Wilaya de Sidi Bel-Abbes  venait  d’être le théâtre  de  l’un des crimes  les plus odieux   perpétré  à l’encontre de  onze enseignantes  à la fleur de l’âge  ,  onze belles et braves  femmes  ont été  impitoyablement égorgées l’une après l’autre pour avoir désobéi à  leurs bourreaux souffrant de délire paranoïaque qui les ont sommé de ne plus enseigner  . Elles ont payé de leur vie pour avoir commis le crime d’inculquer le savoir aux enfants d’Ain Aden dans une période où le devoir  d’instruire était strictement interdit .

En effet  ce jour-là fut un aller sans retour pour ces éducatrices sur la route  reliant  Sfisef à Ain Aden  , le véhicule de transport à bord duquel se trouvaient  DICH Amina, TOUNSI Aziza, BOUDAOUD Kheira, BOUTERAA Rachida, MEHDANE Zohra, BOUHEND Fatima, FLIOU Sahmadia, LOUHAB Naïma, LENFAD Hafida, CHERRID Kheira, BOUALI Hanafi Sahnounia et SABER  Habib  fut intercepté par un groupe de semeurs de mort bien préparé et sur le point de passer à l’action .  quand soudain surgirent  leurs bourreaux    disposés  à assouvir  leur soif de vengeance sur des jeunes  femmes armées  de stylos , craie et cartables  … et « ce fut le temps du massacre » … ! L’une après l’autre , elles y passérent  toutes  inéxorablement sous les couteaux de leurs égorgeurs  ,  leur collègue  Habib SABER  a tenté de s’enfuir en vain , on lui tira dessus , blessé il fut achevé pareillement à l’arme blanche .  Ni les cris , ni les pleurs , ni les supplications , ni les implorations ,  ni leurs appels à la clémence n’ont pu attendrir les cœurs de leurs exécuteurs  qui étaient déterminés  à finir leur sale besogne  , ce fut  l’horreur ,  un véritable carnage ,  seul le chauffeur du dit véhicule  fut épargné et servira de témoin dit-on !

La scène s’est déroulée dans un climat de psychose ! Cependant la colère de Dieu ne se fit pas attendre, à l’instant même le ciel s’assombrit brusquement pour prendre un aspect  apocalyptique , la nature se déchaina offrant un spectacle effroyable d’où un orage terrifiant s’abattit sur  la région ressentit jusqu’à la ville de Sidi Bel-Abbes . Les victimes abandonnées  gisaient dans une gigantesque mare de sang ,  le monde entier est  plongé dans la tristesse et la consternation . Un devoir de mémoire s’impose , ce serait une trahison  à leur mémoire  si on oublie l’exemple de cet esprit de sacrifice de ces enseignantes et enseignant qui avaient l’ambition de contribuer au développement de leur pays et à  l’épanouissement de la société   «  le crime est inscrit en lettres de noblesse dans les archives de l’UNESCO en hommage à ces innocentes victimes» !! En 2002 , une stèle fut érigée à la mémoire de ces martyrs sur les lieux même du massacre , elle représente un livre ouvert où sont inscrits sur une page les noms des douze victimes. Sur l’autre, on peut voir le croquis d’un couteau qui s’abat sur une plume.

– Mohamed  GHALOUNI .

12039362_895336833878344_3599167808698660555_n 13775888_1151264141560320_7340562487923364758_n 10402970_895336690545025_3040740463149457277_n

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69260

Posté par le Sep 25 2016. inséré dans ACTUALITE, PENSEE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

7 Commentaires pour “Pour que nul n’oublie … hommage aux onze enseignantes et enseignant lâchement assassinés, il y a 19 ans, à Ain Aden (Sfisef) !”

  1. Mme CH

    Allah Yarhamhoum Bi Rahmatihi El Wassi3a….!!!

    Après le déballage du linge sale chez nous, par les différents acteurs de l’époque, intra et extra muros, et sachant qui est derrière le terrorisme dans le monde et à quelles fins….-(ne dit-on pas que la fin justifie les moyens)-……on sait pourquoi ces enseignantes et leur collègue sont morts….!! Même celles qui portent un voile ont été égorgées, alors…..!!! Rabbi Yakhallass les commanditaires et les exécutants…..!!!!

    Dieu est Juste…!

  2. Cheniti Gh.

    Allah yarham nos jeunes filles enseignantes . Impossible de ne pas verser de larmes en regardant les photos de notre progéniture , de cette innocence , de ces visages angéliques. Ya Rabi El Karim Irhamhoum Bi Rahmatica El Wassi3a . Je suis très peiné et très triste ce soir !

  3. LOULED ABDELKRIM

    Bravo Mr Ghalouni pour ce que vous faites contre la culture de l’oubli, c’est un triste souvenir pour toute la wilaya de Sidi Bel Abbes

  4. SBA

    Oui c’est un des plus tristes souvenirs qui ne peut s’oublier. Allahyerhamhoum

  5. Imène

    Le summum de la barbarie , de l’horreur ,de la sauvagerie ..
    comme l’ami Cheniti gh , je regarde un à un ces visages angéliques..la gorge , les tripes noués..Elles sont parties en martyres , et les martyrs ne meurent pas..elles sont vivantes au paradis. Allah yarhamhoum birahmatihi el wassi3a .

    A Ain Aden un bosquet de roses a fleuri
    pour embaumer à jamais l’Algérie.
    Ne pleurez pas mes concitoyens,
    la science et la technique sont vos moyens.
    Vous avez vaincu la barbarie,
    Et la source ne s’est jamais tarie.
    Pour vous elle coulera toujours
    Elle raconte l’histoire de nos amours.
    Glorieuses filles de Mercier-Lacombe
    reposez vous en paix dans vos tombes.
    Les enfants vont toujours à l’école,
    Ils chantent un hymne en fa ré et sol.
    Dans mon coeur il y a des roses
    ce n’est pas des fleurs mais autre chose.
    Elles ont des formes étranges,
    C’est sans aucun doute des anges.
    A Ain Aden des colombes se sont envolées!..
    Hassan .( Vdsba.)
    Halte à la culture de l’oubli et de l’amnésie !

  6. Imène

    Azzul !
    Sur la page principale de BAI , il ya une courte vidéo sur les 11 martyres de Ain Aden ..regardez une voiture roule à vive alllure sur la route qui mène à sfisef , écoutez et réecoutez la musique de fond.. d’abord des notes mélodieuses au piano puis à l’approche de l’endroit fatidique… écoutez bien ! ça vous glace le sang ! Imaginez toute l’horreur que ces pauvres filles on dû vivre
    Au passage lire et relire le texte de Mr. Djillali C , posté le 24 sept 2015  » Requiem pour kheira et les martyrs  » Kheira , est sa petite nièce , enseignante , sauvagement assassinée ce jour là…

Répondre