La Voix De Sidi Bel Abbes

PORTRAITS DE FEMMES. Dalila Tamzalit, une algérienne qui s’illustre dans le domaine de l’informatique !

C’est avec les larmes aux yeux que Dalila Tamzalit, maître de conférences et professeure assistante à l’Université de Nantes (Nord-ouest de la France), a pris la parole lors la conférence « Women Techmakers » organisée, ce samedi 7 mars, par Condor.

Cette algérienne de 45 ans a commencé sa scolarité dans une école d’El Harrach, dans la banlieue populaire est d’Alger. « Je dois une fière chandelle au directeur. J’ai fait mon cycle primaire en quatre ans au lieu de six ans. J’ai été vraiment encouragée », se remémore-t-elle avec émotion. Le rêve de la petite fille était de devenir égyptologue mais la vie en a décidé autrement. Après l’obtention de son baccalauréat elle se dirige vers des études d’ingénieur en informatique et sort diplômée de l’Ecole nationale supérieure d’informatique (ESI).

Dotée d’une motivation à toute épreuve et avec le défi de prouver ce qu’elle vaut, Dalila Tamzalit choisit de parfaire sa formation à l’étranger. Elle envisage d’abord d’étudier dans une université anglo-saxonne, peut-être au Canada ou aux Etats-Unis, mais se voit finalement dans l’obligation de choisir la France pour des raisons financières. Se faire une place dans le domaine des nouvelles technologies loin de son pays est un challenge qu’elle est prête à relever.

Arrivée dans l’Hexagone sans un sou en poche, les premiers temps sont durs. Des amis et sa famille lui envoient de l’argent de temps en temps. Elle oublie les sorties et se contente d’un job d’étudiant rémunéré 200 francs la semaine. De quoi couvrir les frais quotidiens de l’étudiante qui poursuit sa scolarité à l’Institut national polytechnique de Grenoble. « J’ai bossé comme une malade », admet Dalila Tamzalit. Sa détermination lui permet de décrocher un doctorat et d’enseigner aujourd’hui à l’université de Nantes. Reconnue par ses pairs, son expertise est continuellement valorisée à travers son implication dans divers comités et ses activités auprès d’organismes de recherche au Québec, en France et en Autriche.

Seule femme parmi 23 permanents qui travaillent sur la thématique de la recherche sur le génie logiciel à Nantes, elle évolue dans un domaine où ses consœurs sont largement sous-représentées. Pour cette professeure, la gente féminine est encore à la traîne dans le domaine informatique que se soit en Algérie ou en Europe. « Sur des promotions de 120 étudiants, quatre à dix sont des filles », nous explique-t-elle. Mais les choses bougent peu à peu… Sur les six doctorants qu’elle encadre, trois sont algériennes dont une provenant de l’Université d’Alger (USTHB) et une autre de Annaba.

Choisir entre sa carrière et le mariage n’a pas été une obligation pour Dalila, « Tout dépend du contexte professionnel dans lequel on évolue. Bien sûr, on ressent de la culpabilité envers ses étudiants quand on est en arrêt pour sa grossesse. Des collègues font aussi des remarques mais il faut savoir gérer ».

Si cette mère de deux enfants en bas âge arrive à concilier travail et vie de famille c’est aussi grâce au soutien de son époux. « Le papa est très présent. Il faut se soutenir mutuellement. C’est lui qui garde les enfants pendant ce week-end, vu que je suis à Alger ». Tout est donc question d’organisation pour la quadra. Elle n’aurait manqué cette conférence pour rien au monde. « C’est une fierté et un devoir de répondre présent pour ce genre d’initiative ». Même s’il reste beaucoup à faire, elle loue volontiers les avancées du pays : « La jeunesse a un potentiel formidable et en particulier les femmes ! ». Revenir en Algérie pour participer à la vie économique locale, elle y pense : « Je le souhaite vivement d’une manière ou d’une autre ».

Le message de Dalila Tamzalit aux femmes algériennes : « La jeunesse est capable. Nous sommes parfaitement en mesure de faire face à tous les défis, il faut surtout les relever et y croire ».

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=59020

Posté par le Mar 8 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

3 Commentaires pour “PORTRAITS DE FEMMES. Dalila Tamzalit, une algérienne qui s’illustre dans le domaine de l’informatique !”

  1. OUERRAD

    L ambition et l abnegation paient , il suffit de vouloir .Il ne faut rester dans son petit coin et attendre le pere noel , il faut se secouer .Homme ou femme , les chances dans la vie sont les memes , il faut les saisir , surtout avec un entourage familial qui vous encourage .Femmes , ne baissez pas les bras et prenez exemple sur DALILA , et pourquoi pas sur DALIDA ?

  2. Hakem abderrahmane

    Un pur produit d’une société de liberté qui donne la chance à celui ou celle qui veut émerger et ce dans tous les domaines. Dalila Tamzalit n’est qu’un exemple parmi tant d’autres!

  3. Harmel Mehdi

    Femme exceptionnelle qui montre en ces journée de fête que le sexe n’a aucune relation avec la réussite… seules les capacités intrinsèques de l’individu , la volonté et l’abnégation dans le travail sont la clef de reconnaissance .. Bravo Mme Dalila Tamzalit et bonne continuation …

Répondre