La Voix De Sidi Bel Abbes

Poème de l’écrivain Elhadj Abdelhamid : « La mendiante »

En attendant d’accueillir notre ami Dr El Hadj Abdelhamid, parmi les hôtes de notre journal, et suite à la demande de plusieurs lecteurs qui nous ont demandé de leur faire connaitre, notamment après la publication de sa récente nouvelle   « La veuve Oranaise », qui est toujours en ligne, et nous se faisons le plaisir de le maintenir, voila ce dernier nous envoyait un poème intitulé « La Mendiante », né ou inspiré à partir d’un triste spectacle à la sortie de la mosquée qu’il nous a dédié, et que nous partageons avec nos lecteurs(ices)en ce jour de piété. Mais qui est El Hadj Abdelhamid ?

Il est né le 27 Mai 1956 à Dar-El-Caïd , entre Baudens et Ténira dans la maison de son grand-père, Belarbi, fusillé avec son frère le 14 Janvier 1957. Baudens porte aujourd’hui son nom.
Elhadj Larbi, l’autre grand-père, est le premier imam de Ténira,mort en 1939; il a légué à sa descendance un somptueux Coran , écrit de sa main à la plume de roseau ( klom ) avec des couleurs .
Le père,Elhadj Boubekeur, membre del’Association des Oulémas au début des années 40 ,détenu en 1957, est nommé , à l’indépendance ,Vice-Président de la Délégation Spéciale de Ténira de 1962 à 1965 .Postier à Sidi Bel-Abbès.
Son oncle Elhadj Mohamed ,membre de l’ALN, magistrat, avait son cabinet dans les années 70,rue de Gambetta à l’ancienne boutique  » La Princesse  ».
Le plus jeune oncle Elhadj Houssine était un meneur de la grève du lycée Laperrine le 19 Mai 1956, officier de l’ALN, ancien membre d’un Gouvernement ( mort le…19 Mai 2010 et enterré à …Sidi Ferruch ! ).
Elhadj Abdelhamid a été un chroniqueur libre pour Le Quotidien d’Oran et La Voix de l’Oranie.
Articles :

  • La France a t-elle empoisonné l’Emir AbdelKader,
  • J.F.Kennedy, candidat FLN à la Maison Blanche,
  • La mondialisation virale, …etc…

Après ce survol sur le C.V de cette plume et médecin, voila l’intégralité du dit poème sur La Mendiante:

Sous le portique du temple
Elle avait déplié sa robe brunie
Pudeur nécessaire au seuil sacré
Pour cacher ses jambes nacrées
Rescapées de ses vingt ans mal accomplis
Elle s’est assise auprès des âmes charitables
Et,de guerre lasse, avait déposé son ballot et son orgueil affameur,
Elle a tendu sa main au coeur des prieurs qu’elle espère adouci
Par le sermon du Vendredi.
Les proches sont tous partis, les amis aussi
Seule, elle choisirait l’envol au ciel
Mais l’ange sans ailes, vestige d’un amour lointain
Se réveille sur les genoux du corps trahi et crie famine,
Les regards furtifs s’éloignent,
Pressés de rejoindre la table opulente.
Mais Dieu voit tout,
L’ange qui pleure et les faux prieurs
Qui fuient son regard.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=5563

Posté par le Juin 24 2011. inséré dans ACTUALITE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

23 Commentaires pour “Poème de l’écrivain Elhadj Abdelhamid : « La mendiante »”

  1. abbassia

    tres beau poeme qui est touchant bienvenue a la famille de la voix desidibelabbes.info

  2. redouane oran

    j’ai aime cette poesie

  3. fbm

    formidable et trés touchant.Hamid ,je te souhaite bonne continuation

  4. messafeur retraite

    la je dois dire que ce poeme est un grand message dans le pays du petrole.a d’autres poemes ou ecrits si el hadj.

  5. sarah universitaire

    tres tres poignant et franchement interpellatit de cette societe dite musulmane et indifferente.bravo docteur

  6. arbi zazou sl

    ils sont presses de rejoindre la table opulente de se positionner dans lespremiers rangees saf de la priere histoire de nous dire on est la. voila un poeme qui revele cequ ‘on est devenu ego et materialiste qui se soucie de son voisin. certains vous evitent meme dans une mosquee

  7. maatallah redouane..beni saf

    quel plaisir de decouvrir une subtilite en maniant la langue de moliere.et commme l’a dit kateb yacine qui a vecu chez vous a sidibelabbes un butin de guerre qu’eploite ce medecin.felicitetions

  8. abidaallah ain sefra

    il ressort une vraie melancolie et une cupalbilite de ne rien offrir aux prochains musulmans.tres belle poesie

  9. Mourad d'Aïn-El-Turck

    Si Abdelhamid,
    Tu nous ramènes à toute une élite locale qui s’est diluée depuis un demi-siècle dans l’Algérie profonde et s’est maintenue sur cette terre nourricière en structurant cette majorité silencieuse qui anime le miracle algérien en maitrisant aussi bien la langue de Robespierre que celle d’Ibn Khaldoun.A un de ces jours sur la place Carnot qui « voila » l’exécution à la guillotine en 1948 de Madeleine Mouton l’empoisonneuse en série…

  10. elhadj abdelhamid

    6m3 , 6m4
    notre prof de français de la 6m3 était Mr Ortéga qui parlait l’arabe et qui nous disait souvent :il ne faut pas dire en français ce que l’on pense en arabe !
    exemple : il ne faut pas dire je frappe de la flûte mais je joue de la flûte !
    les profs d’avant étaient d’une indulgence d’apôtres sans bâton qui n’avaient pas besoin de tuyau en plastique , cette arme de destruction très répandue aujourd’hui dans nos écoles .
    deux anecdotes; Salem et Mekki , deux élèves , en vinrent un jour même aux poings en plein cours de Mr Bernard qui tenta de les séparer et qui reçut un coup de Salem, destiné à Mekki qui l’esquiva, en pleine figure.
    Mr Bernard continua son cours sans aucun reproche pour ses petits mais comme sa mâchoire lui faisait encore un peu mal , il la massa un peu en disant :
    – Mon cher Salem , vous avez un coup de poing qu’il n’est pas prudent d’aller chercher !
    Cheikh Mansouri , lui , désespéré un jour de remettre à niveau un brillant lycéen , Rachid, issu de Sonis et qui n’avait jamais étudié l’arabe , fit une proposition très  » pédagogique  » à son élève :
    – Rachid, mon fils , je vais te donner une note forfaitaire de 10/20 pour toute l’année, mais je te prie de ne poser aucune question durant toute cette année et je ne t’en poserai jamais une à mon tour !

  11. abbassia de sba

    une anecdote je decouvre l’ecrivain.

  12. Kateb houari

    Qui peut me donner des rensignement sur l’expérience théatrale de Kateb Yacine. Y-a-t-il une relève . Merci

  13. Elhadj Adel

    Un poeme tres significatif , j’aime bien,et bonne continuation,et au prochain inchallah.

Répondre