La Voix De Sidi Bel Abbes

Plus de 200 hommes d’affaires britanniques en Algérie vers la mi-mai

Plus de 200 hommes d’affaires britanniques séjourneront en Algérie à partir de mi-mai prochain afin d’explorer avec leurs homologues algériens les opportunités de coopération économique et de partenariat entre les deux pays, a annoncé vendredi à Oran l’Ambassadeur de Grande Bretagne en Algérie, Andrew Noble.

« Nous voulons créer des relations solides entre les citoyens algériens et britanniques, et pas seulement entre les opérateurs économiques », a affirmé l’Ambassadeur de Grande Bretagne, lors du coup d’envoi de la 3ème édition d’une conférence internationale « ELT Conférence » dédiée à l’enseignement de la langue anglaise.

Pour le diplomate britannique, la culture algérienne est devenue un « centre d’intérêt » en Grande Bretagne et qu’elle y est en train de vivre de « grands jours ».

« En trois années seulement, cette conférence organisée par le British Council est devenue l’événement le plus important du monde pour les enseignants de la langue anglaise », a souligné l’Ambassadeur de Grande Bretagne, indiquant que cela « démontre l’intérêt porté par l’Algérie à l’enseignement et à l’apprentissage de l’Anglais ».

De son côté, Martin Daltry, Directeur du British Council, a souligné que « dans un pays aussi grand et diversifié que l’Algérie, la demande enregistrée pour l’enseignement et l’apprentissage de l’Anglais est très importante et représente un véritable challenge pour offrir aux enseignants des outils didactiques de grande qualité ».

Il est revenu sur la récente visite en Grande Bretagne de la Ministre de l’Education nationale et sa participation au forum mondial de l’éducation, qui s’est tenu à Londres en janviers dernier. Dans ce cadre, le directeur du British Council s’est félicité de l’approbation de la Ministre pour élargir le programme d’éducation et d’enseignement de la langue anglaise en Algérie, signalant que les échanges universitaires connaissent également des « avancées remarquables », avec quelque 50 étudiants algériens en phD poursuivant leur cursus en Grande Bretagne.

« Cinq (5) millions d’apprenants algériens suivent nos programmes éducationnels sur la BBC Arabic et Radio Algérie, entre autres, et plus d’un (1) million à travers les sites d’enseignement de l’Anglais sur Internet, ainsi que plus de 1.000 apprenants au niveau au centre d’enseignement du British Council à Alger.

Pour sa part, M. Bouazza, Directeur de la coopération et de la communication au ministère de l’Education nationale, a estimé que cette conférence, animée par des experts de renom, a « un grand impact sur l’amélioration du niveau des enseignants d’Anglais et de leur rendement en classe, ce qui se répercute de manière positive sur les élèves ».

Le représentant du Ministère de l’Education nationale a également relevé que son département accorde une « grande importance » à l’enseignement de la langue anglaise dans les différents cycles de l’enseignement, ajoutant que les relations avec le partenaire britannique sont « très fortes ».

La 3ème édition de la conférence internationale « ELT Conférence » dédiée à l’enseignement de la langue anglaise, a été placée, cette année, sous le thème « de la Théorie à la pratique dans les classes de langues ».

Quelque 80 ateliers pratiques sont au programme avec la présence de 60 experts internationaux de renom. En outre, 1.200 professeurs, étudiants et inspecteurs de la langue Anglaise venus des quatre coins du pays sont au rendez-vous de cette conférence, du 29 avril au 1er mai.

La seconde édition de cette conférence s’était également déroulée à Oran, en mai 2015.

Un mémorandum d’entente a été signé le 5 septembre 2014 entre le ministère de l’Education nationale et le British Council pour l’enseignement de l’anglais en Algérie. C’est dans cette logique que le British Council a élaboré son programme à destination des enseignants des différents cycles, un des objectifs étant aussi l’amélioration de la qualité des manuels scolaires.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=68084

Posté par le Avr 30 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

1 Commentaire pour “Plus de 200 hommes d’affaires britanniques en Algérie vers la mi-mai”

  1. elabbassi

    d’abords il faut cesser de faire des langue une identité nationale..
    la langue n’est qu’un outils rien de plus..sauf que l’arabe a été imposé a la planete enitiere sinon a l’univers tout entier a cause du coran.le passage au paradis est un passage par l’arabe obligatoire..tous les pays du monde doivent apprendre a leurs enfants l’arabe..
    ici en algerie on doit separer les langue pour les acquis technique et technologique et l’arabe qui qui est langue fondamentale netre l’individus et son rpopre avenir paradis/enfer..
    il ya ce qu’on appel le temporaire et l’etrenel..le temporaire l’eleve doit apprendre le maximim de langue et la langue chinoise est entrain de s’imposer petit a petit et va detroner sous peu l’anglais car la langue c’est aussi l’accées a un marché..
    chez nous l’activité des cours dite privé khoussoussia n’est pas reglementé elle doit entrer dans le registre de commerce comme activité de service a part entiere ..le loobie des enseiganants qui obligent leurs eleves de payer afin d’avoir de bonne notes est une activité non reglementaire..si l’activité des cours supplementaire sera reglementé par un registre de commerce l’enseignant du primaire ou autre n’a pas le droit de donner des cours sous double  »accumulation d’activite »
    donc il faut d’abords reglementer l’actviité des cours de soutients ou suplmentaire ensuite penser a refaire les programmes car le registre de commerce va etablir une serie de condition pour cette activité que soit sur le fond que sur la forme..
    c’est je suppose que dans ces ecoles que doivent enseigner les langues supplementaire chinois allemand russe ukrenien turques etc des pays a forte potentialité technique et commerciale..les russes ont la plus grande bibliotheque jadis préparé au temps de l’union sovietique des oeuvres de grande valeurs scientifique et technqiue surtout en chimie minerale et organqiue et meme en d’autre science de la nature c’est une tres grande école faut la négliger..il faut le reconnaitre que l’école franaçaise et la literrature scientifique française due a son passé coloniale est vide
    il n’ ya rien atirer des livres français..c’est in ensemble de formule et de calcule loin de toute experimenation..pendant que l’etidnat allemand passe son temps a faire les melanges pour tester un nouveau allaiges l’algerien passe son temps a faire des calcules sans jamais touché un alliages..et sans jamais l’avoir vue..
    je pense que ces investisseurs s’ils peuvent faire quelques choses c’est d’attendre le registre de commerce pour soutenir les jeuens porteurs de projets cadre ensej de creer des écoles de langues il ne reste que l’homologation des diplome et ici c’est le soutient des anglais chinois russe allemand ukrenien etc..

Répondre