La Voix De Sidi Bel Abbes

Plaidoyer pour un patrimoine architectural de la ville qui tombe en ruines

Par la faute des hommes, du manque d’entretien, ainsi que les aléas du temps qui rongent ces majestueux édifices, qui, dans le silence subissent un délabrement, et une décrépitude fautes de restauration, et de prise en charge de ce vieux bâti. Le temps, les années, et l’inconscience humaine ont eut raison de cette beauté architecturale qui a marqué son époque, nous citerons parmi eux, le fameux château du roi d’Espagne, appelé communément « le Prado » situé au boulevard Larbi Tebessi derrière l’immeuble portant le même nom. Ce magnifique édifice avec son majestueux dôme surplombé d’un  para tonnerre, défiant le temps et les hommes, abritant depuis longtemps les services du Pari Sportif Algerien , n’ayant jamais fait l’objet de restauration, ni du moindre entretien soit il. Il tombe silencieusement en ruines, par la faute de ses occupants, inconscients de la valeur historique de cette magnifique structure, qui souffre de sa marginalisation, et du manque d’intérêt que lui porte les décideurs quand à la protection du patrimoine historique de la ville. Faudra-il attendre alors qu’il disparaisse à l’image du château Perrin sur la route de Boucène vers Sidi Lahcen, pour se lamenter et l’exemple et si édifiant, quand à la perte de ces édifices qui ont fait la splendeur architecturale de la ville de Sidi bel abbes. N’est il pas temps de changer nos reflexes, et de se comporter enfin comme des gens responsables et civilisés, en mettant le holà sur ces comportements frisant l’ignorance, sur la perte de tous ces repaires d’une civilisation, à la présence séculaire, que seul ce patrimoine demeure le témoin impassible au temps et aux hommes qui auront le devoir de le préserver au profit des futures générations. Qui aurait dit que dans nos mœurs nous avions des reflexes d’instincts de conservation ,et dans nos gènes , la culture de l’entretien ? Le contraire est bien une évidence constatée, et les résultats sont là avec toute  leur désolation . Cette culture de « la vision du bout du nez » qui fait partie de nos reflexes, à de beaux jours devant elle, mais qui tue à petit feu. Combien de témoignages historiques de la ville ont été engloutis par le temps ? par la faute  de l’inconscience, et surtout de la bétise humaine ,pour ne pas dire nos comportements primaires.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=4327

Posté par le Mai 18 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

6 Commentaires pour “Plaidoyer pour un patrimoine architectural de la ville qui tombe en ruines”

  1. sans reproche

    Superbe coup de gueule. Pathétique cri de détresse. Pour ma part, je partage avec D. Beldjillali son indignation et je dis haut et fort que les pouvoirs publics ont le devoir et l’obligation de préserver, sauvegarder ces joyaux qui sont le patrimoine de la communauté nationale et qui appartiennent au domaine de l’Etat. Les gens de l’éducation nationale ont fini par comprendre qu’il existe des batiments dédiés à l’enseignement et qui font partie de la mémoire collective et ont entrepris de les restaurer (lycées A. Azza, El Haoues, Ennadjah) et je suis convaincu que les autres ouvrages suivront, notamment et surtout ceux de l’enseignement primaire, propriétés de la commune. Les élus locaux doivent ce geste à des milliers d’écoliers qui, par le passé, ont fréquenté ces établissements et qui y retournent, plus tard en pélerinage, une larme au coin de l’oeil. Pour le reste, villa Sagrandi, chateau Napoleon, siège mouhafadha, siège chambre de commerce, siège daira désaffécté, toutes les salles de cinémas, chateau abritant fondation Tayebi Larbi… et tant qu’il y a les possibilités financières, la mobilsation désinteressée de tous les acteurs de la vie locale est requise.

  2. un cadre

    Entretenir quoi au juste? c’est un reve et c’est trop beau pour les dirigeants de l’apc et de l’apw,ils aiment la ?????

  3. sidhoum a universitaire

    il est toujous urgent de s’investir le wali commis de l’etat est responsble mais les belabbesiens doivent alerter sans cesse hokoumete les elus que vient faire un directeur de la culture des aff.relieuses tourisme executer un programme sectoriel bousculez on est avec vous

  4. mesbah aicha

    A première vue patrimoine et développement durable, qui font aujourd’hui consensus, participent de la même logique : il s’agit de mieux articuler le temps présent des sociétés, à leur passé et leur avenir, dans une logique de transmission et de solidarité intergénérationnelle,
    Par exemple, la coupole est un patrimoine culturel, d’une importance scientifique, mis à tous égards, entouré par des marchés populaires ,est-ce raisonnable?

Répondre