La Voix De Sidi Bel Abbes

PETITE CHRONIQUE EMBALLANTE Partagé par Mustapha BRAHIM DJELLOUL

J’aimerais vous poser une question…
Vous est-il arrivé de calculer chaque jour le nombre d’objets imputrescibles et inutiles qui se retrouvent dans votre poubelle et vont aller grossir les montagnes qui se multiplient à grande vitesse sur la planète? Patrimoine de la civilisation vouée au profit, à l’argent, patrimoine que l’on tait! Qu’en dites-vous?
Ah, notre planète… Si belle, si indulgente envers ses enfants inconscients que sont les humains… Elle ne dit rien, elle tente d’avaler tout ça et elle a mal au ventre! Je parle simplement de la destruction qui suit chacun de nos petits gestes, mine de rien, comme ça, spontanément parce qu’on se garde bien d’y penser!… L’humain ne pense jamais quand sa pensée risque de s’aventurer dans les méandres de sa bêtise…
On achète sans contester! On consomme. Chaque fois qu’un fruit ou un légume est disposé sur une barquette de «stirofoam» et enveloppé dans une grande feuille de plastique, on ne dit rien. Rien non plus des plastiques qui moulent le moindre objet, que ça soit une brosse à dents ou une ampoule électrique, tout est sous plastique, ces plastiques soit disant hygiéniques, avec lesquels en plus, il faudra se battre pour utiliser notre achat…
Ces plastiques avec lesquels on se mesure chaque jour sont devenus une norme qu’il ne nous vient même pas à l’idée de contester. Or, l’ampleur des dégât est énorme.
Ce qui me perturbe, c’est que personne ne songe à parler du sujet, à débattre de ce problème devenu crucial : celui des emballages inutiles, celui des déchets qui nous étouffent ou nous étoufferont tôt ou tard. Omertà… Omertà qui fait la fortune des sociétés d’emballages! Si on pesait chaque jour les capsules et les emballages de toutes sortes qui vont venir grossir les horreurs que nous léguons sans scrupule à nos enfants? Je crois qu’on nagerait en plein cauchemar.  Personne n’évalue le poids de ce que nous léguons avec le sourire aux générations perdues dans notre jungle toxique…
Je m’arrête là et je vous laisse continuer la réflexion, car je suis terrifiée par le manque d’attention mondiale qu’on attribue à ce genre de problème. Bonne journée, bonne soirée à vous tous et pensez à vos emballages de tous les jours …
Peut-être trouverez-vous un moyen de les diminuer, de les refuser carrément?Dites-moi SVP…
Nadine Grelet © 27/2/17.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=70506

Posté par le Fév 28 2017. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

9 Commentaires pour “PETITE CHRONIQUE EMBALLANTE Partagé par Mustapha BRAHIM DJELLOUL”

  1. Imène

    Les photos sont terribles , choquantes !
    Celle de la couverture représentant la petite indienne qui peine à émerger sa tête de ce fleuve de déchets …ça doit être le gange , le grand dépotoir ! est particulièrement émouvante , et ce bébé phoque ou otarie , je ne sais pas ..le museau pris en piège dans une boîte de conserve.. Mon Dieu ! c’en est trop…

  2. BRAHIM DJELLOUL Mustapha

    L’écrivaine québécoise Nadine GRELET a été très contente de la publication de son article sur notre journal la voix de Sidi Bel Abbes, et je suis aussi très content de l’avoir partagé avec nos lecteurs.
    Voici son lien de remerciement :

    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10209772768733647&id=1164321514

  3. chaibdraa tani djamel

    L’homme a détruit la (sa) terre,comme a dit ALLAH TA3ALA « YOUKHARIBOUNA BAYTAHOUME BI AYDIHIME »

  4. Dounia

    Salem,
    C’est notre faute , on n’a pas même pas le courage de dire à quelqu’un de ne pas jeter ses ordures n’importe où !!!….. sauf peut être si on lui dit qu’il ne faut surtout pas qu’il les jettent chez lui ……

  5. Mme CH

    Dans quel monde vivons nous…??? Les terriens sont devenus des inhumains, sans foi ni loi….plutôt des humanoïdes, des consommateurs sans bornes, des matérialistes, des pollueurs, des fouteurs de pagaille, des corrompus, des immoraux, des borgnes, des égoïstes, des dépravés, des pervers, des libertaires, des n’importe quoi…..etc..etc….et des 9awm Toubbe3 !!!

    Quand on voit ces photos, on se dit quel désastre…quelle bassesse, quelle honte…!! Dieu nous a créés et a créé pour nous une terre saine et équilibrée…….mais ce n’est pas vrai, nous sommes devenus « des criminels »…nous sommes en train de tout détruire…et de s’autodétruire bien sûr….!!! Shame on us…!!!

    2. « C’est un Livre qui t’a été descendu; qu’il n’y ait, à son sujet, nulle gêne dans ton cœur; afin que par cela tu avertisses, et (qu’il soit) un Rappel aux croyants. » 3. Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d’autres alliés que Lui. Mais vous vous souvenez peu. 4. Que de cités Nous avons détruites! Or, Notre rigueur les atteignit au cours du repos nocturne ou durant leur sieste. 5. Leur invocation, lorsque leur survint notre rigueur, se limita à ces paroles: «Certes nous étions injustes». 6. Nous interrogerons ceux vers qui furent envoyés des messagers et Nous interrogerons aussi les envoyés. 7. Nous leur raconterons en toute connaissance (ce qu’ils faisaient) car Nous n’étions pas absent! 8. Et la pesée, ce jour-là, sera équitable. Donc, celui dont les bonnes actions pèseront lourd… voilà ceux qui réussiront! 9. Et quant à celui dont les bonnes actions pèseront léger… voilà ceux qui auront causé la perte de leurs âmes parce qu’ils étaient injustes envers Nos enseignements.10. Certes, Nous vous avons donné du pouvoir sur terre et Nous vous y avons assigné subsistance. (Mais) vous êtes très peu reconnaissants! »……

    51. « Ceux-ci prenaient leur religion comme distraction et jeu, et la vie d’ici-bas les trompait. Aujourd’hui, Nous les oublierons comme ils ont oublié la rencontre de leur jour que voici, et parce qu’ils reniaient Nos enseignements. »….. ‘S.Al Araf)

    41. « La corruption est apparue sur la terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains; afin qu’[Allah] leur fasse goûter une partie de ce qu’ils ont œuvré; peut-être reviendront-ils (vers Allah). 42. Dis: «Parcourez la terre et regardez ce qu’il est advenu de ceux qui ont vécu avant. La plupart d’entre eux étaient des associateurs» ». (S. Al Roum)

    A méditer avant que cela ne soit trop tard, la vie n’est qu’un court passage….!!!

    Revenons aux couffins d’antan, aux bouteilles en verre, aux piles rechargeables,…. évitons le gaspillage,….etc….pour au moins diminuer le volume des déchets

    Merci à l’écrivaine N.Grelet pour ce reportage très touchant , j’espère qu’il va éveiller/réveiller les consciences mortes/coupables et à Mr B.M.Djelloul pour ce partage très intéressant et très bénéfique…!

  6. Imène

    Azzul !
    L’article est une belle invitation à l’échange , à la réflexion jusqu’aux menus détails de nos gestes quotidiens : nos ‎déchets ( qui peuvent contenir des composantes nocives ) les sachets d’emballage dont on ignore tout – ‎devenus une norme qu’il ne vient même à l’idée de contester –( dans le texte ) et l’usage qu’on en fait , ainsi ‎que d’autres emballages qui emplissent nos sacs poubelles , et comme la poubelle chez nous est partout, les ‎ordures éparpillées ..on comprend mieux l’ampleur de la catastrophe environnementale qui nous menace et ‎son impact qui s’annonce des plus désastreux les années à venir , si on ne fait rien ! Justement Qu’est ce ‎qu’on peut faire concrètement ?? Assainir , éduquer , sensibiliser le ghachi ( illa man rahim ) sur la question de ‎la propreté de l’espace public , on ne le dira jamais assez ..A ce jour l’insalubrité régne en maître dans nos villes , nos artères, notre littoral….‎
    – Il faudrait certainement Inventer notre Mr PROPRE ! des personnes physiques ou un (des) organismes chargés d’assainir les ‎mentalités pourries, et en parallèle traquer les jeteurs d’ordures, leur déclarer une guerre sans concessions ! ‎Il faut que les gens CRAIGNENT quelque chose , une autorité , une police de quartiers : l’usage de la répression est un procédé justifié dans notre cas jusqu’à ce que les ‎bonnes habitudes s’installent.. ‎
    – Changer nos habitudes , par la lutte contre le gaspillage , interdire les sachets d’emballages dans le commerce , ‎et le retour au bon vieux couffin et panier en osier ( du coup ça va booster l’activité artisanale ), éviter de ‎prendre la voiture quand ce n’est pas nécessaire…j’ai entendu que la Tunisie a entrepris ( dés Mars 2017 ) ‎l’interdiction des sacs plastiques dans les grandes surfaces ..Pourquoi pas chez nous ?‎
    Il reste les gros pollueurs , la mafia industrielle qui impose l’omerta sur les crimes contre, l’environnement , la ‎planète et toutes les créatures qui y vivent..ça !‎
    Merci Mme Grelet pour cette réflexion à laquelle on évite de penser , qu’on occulte sciemment parfois, pour ‎ne pas nous y aventurer dans les méandres de nos bêtises justement ! Mais la réalité est d’une laideur ‎effarante , et les menaces à venir inimaginables ! Merci Mr M.Brahim Djelloul pour le partage.‎ Salem .

  7. Mme CH

    « A quand le neuvième continent… ? » (Echo Jijel, 12 janvier 2014)

    Dans la vie, il y a au moins trois catégories : celle qui vit dans la saleté, celle qui vit de la saleté et celle qui produit la saleté, mais balaie bien devant sa porte en engendrant la pollution de toute la planète.. ! Alors je ne sais pas si nous devons être heureux car les grands pollueurs du monde ce ne sont pas nous.

    On a appris à l’école que la terre est partagée en six continents et cinq océans, mais les humains ou devrais-je dire les humanoïdes de l’ère moderne ont réussi l’exploit de ‘mettre au monde’ deux autres continents, mais qui ne sont pas comme les autres, car très impressionnants par leur nature et leur taille.. ! Ce n’est pas un conte mais une histoire bien réelle que je vais vous rapporter.

    Voguant lors d’une régate de Los Angeles à Hawaï, en 1997, l’invraisemblable fut découvert, par hasard, par le capitaine Charles Moore : « Le Septième Continent » ; fascinant et exécrable à la fois, il s’agit d’une immense plaque de déchets plastiques évoluant entre Hawaï et la Californie dans le nord de l’océan Pacifique.

    Les déchets plastiques produits par les activités humaines et rejetés essentiellement, des côtes américaines, japonaises et des navires en mer, dérivent depuis des années et flottent à perte de vue. Ces masses de détritus charriées par le vent, et les fleuves vers la mer sont concentrées et entraînées par les courants marins vers ce ‘jeune continent’, qui s’enfonce sous la surface sur 10 à 30 m de profondeur et totalise un poids de 3,5 millions de tonnes avec une densité pouvant atteindre jusqu’à un million de morceaux par km².

    Après de nouvelles observations en 2007, il s’est avéré que cette zone monstrueuse de pollution grandissait régulièrement, sa taille aurait triplé depuis 10 ans pour atteindre 3,5 millions de km², soit près d’un tiers de la superficie des Etats-Unis.
    Jusqu’ici les détritus flottants étaient dégradés par les micro-organismes mais cela n’est plus le cas depuis l’arrivée de l’ère du célèbre plastique qui représente 90 % des déchets flottant sur les eaux des océans. Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement signalait déjà en juin 2006 qu’on trouve en moyenne 46.000 morceaux de plastique d’un diamètre inférieur à 5 mm en suspension à la surface ou jusqu’à 30 m de profondeur par 2,5 km² d’océan.

    Outre la pollution visuelle affligeante du plastique, ses débris contaminent durablement l’océan ; ils sont avalés par les animaux marins et finissent par obturer leur système digestif provoquant ainsi leur mort. De plus, des micro-organismes s’établissent sur ces bouts de plastiques, en provoquant l’amplification d’espèces invasives.

    L’Algalita Marine Research Foundation, créée par Charles Moore pour étudier ce phénomène, estime que ces micro-débris ont infiltré tous les niveaux de la chaîne alimentaire des océans et poussent vers la mort près de 100.000 mammifères marins et d’un million d’oiseaux de mer chaque année. Un des aspects les plus touchants se rapporte aux Albatros de Midway. Les parents Albatros pêchant en mer pour sustenter leurs petits, confondent les déchets plastiques avec une pitance éventuelle. Ce sont des dizaines de milliers d’Albatros qui périssent ainsi chaque an, l’estomac bourré de bouts de plastique. Aussi, selon des scientifiques américains de l’Institut Océanographique Scripps (Université de San Diego – USA), 3 poissons sur 10 ont absorbé du plastique dans le Pacifique Nord, soit 24.000 tonnes de plastiques bâfrées par les poissons chaque année dans cette espace.

    D’une manière générale, c’est toute la chaîne alimentaire qui est exposée aux dangers de ce phénomène, on risque même, un jour, de retrouver des bouts de plastique dans nos assiettes… ! Ce qui constitue vraiment une complication, n’est pas seulement la quantité de plastique, mais c’est le temps indispensable à leur détérioration évalué entre 500 et 1000 ans, car le plastique est très tenace et aucun micro-organisme n’est capable de le dégrader entièrement, la nocivité des éléments qui les composent qui en se désagrégeant dans les eaux libéreraient aussi des agents cancérigènes connus et enfin la façon dont les particules plastiques interagissent avec les divers polluants chimiques.

    Selon une expédition organisée en 2009 par l’Institut d’océanographie Scripps et dont les résultats ont été révélés en mai 2012, ce continent de déchets incite aussi au développement de certains insectes marins tels que l’Halobates sericeus (ou patineur de mer) qui exploite ces détritus flottants pour pondre dessus. Malheureusement, cela pourrait concourir au déséquilibre de l’écosystème marin.

    En mai 2013, une équipe de professionnels de la mer menée par Patrick Deixonne, Président d’OSL et membre de la Société des Explorateurs Français, s’est rendue sur place pour effectuer des échantillonnages afin d’estimer l’importance de ce 7e continent de déchets et sensibiliser l’opinion publique à cette catastrophe écologique passée sous silence. Mais, voilà, ce n’est pas tout, des scientifiques de la Sea Education Association (SEA) ont découvert un « Huitième Continent » de plastique, mais cette fois-ci, dans l’océan Atlantique Nord. Cette nouvelle à la fois préoccupante et abjecte a été révélée lors de la plus grande manifestation concernant les sciences océanographiques : l’American Geophysical Union’s 2010 Ocean Sciences meeting qui s’est tenue à Portland, le 23 février 2010.

    Cette plaque flottante, d’une profondeur évaluée à environ 10 m et d’une surface équivalente à celle du Texas, où à celle de la France, la Belgique et la Grèce réunies, s’est constituée à moins de 1000 km des côtes américaines, et son centre se trouve à la latitude d’Atlanta. Les déchets finissent à ce lieu de hautes pressions, où les vents sont faibles et où les courants s’envident dans le sens des aiguilles d’une montre. « Les courants y aboutissent, et les objets qu’ils charrient ne s’en échappent jamais », explique Giora Proskurowski, océanographe à la SEA, principal auteur des recherches. Il s’agit d’une multitude de fragments, difficiles à voir de loin. Mais quand on puise dans l’eau, on remonte une quantité impressionnante de plastique. ». Les déchets recueillis jusqu’à au moins 10 m de profondeur proviennent des navires et des continents riverains de l’Atlantique, déplacés par le vent et les fleuves vers la mer. Ils sont rarement intacts ; la plupart d’entre eux, morcelés par le séjour dans l’eau, mesurent moins de 1 cm et pèsent moins de 15 g. La densité moyenne des détritus en plastique dans l’aire explorée est d’environ 200.000 fragments par km², contre 300.000 dans la gyre du Pacifique. La plupart du temps, il s’agit de plastiques communs : polyéthylène, polypropylène, mousse polystyrène. Cependant, les principales proies de cette contamination sont les animaux marins qui peuvent être pris dans des sacs et des filets, ou ingérer des morceaux qui bouchent leur système digestif. Ces suites fatales ont été confirmées sur 260 espèces. De plus, les débris se comportent comme des éponges, qui amassent les polluants organiques soutenus. Ils sont ingurgités par la faune marine, et pourraient, par ce biais, être amenés jusqu’à l’Homme.

    Malencontreusement, le nettoiement de ces parties infectées des océans semble irréalisable, c’est comme si on voulait nettoyer notre désert, car l’étendue à couvrir est excessivement importante et les coûts seraient énormes. M. Marcus Eriksen, directeur de recherche et d’éducation à la Algalita Marine Research Foundation a déclaré : « il n’y a rien que nous puissions faire maintenant, à l’exception de ne pas faire plus de mal. »

    Ainsi, le berceau de la vie sur Terre (les océans) se trouve de plus en plus en danger, infecté par les déchets en plastiques, effet direct de notre consommation abusive et irresponsable. Il est urgent de trouver des solutions appropriées pour éradiquer ce phénomène en commençant par modérer sérieusement notre consommation de plastique et opter pour des matériaux rapidement biodégradables. Ne dit-on pas qu’ « Il n’y a pas de petits gestes pour sauver la nature ». Attention, nous vivons déjà les conséquences du réchauffement planétaire.

    Plutôt que développer des armes destructrices, les concernés feraient mieux d’inventer des appareils efficaces pour nettoyer les mers, les océans et tout endroit pollué par les Minus Créatus . !! Notre survie est en jeu !

    Ou alors à quand le « Neuvième Continent »… ?

  8. Chot

    Salem….et la mekerra,toujours aussi polluée ou alors le plan CHOT,a été mis en action…en attendant la pleine conscience restons vigilant sur notre écosystème…Bien à vous..

  9. Mme CH

    Salam Si Chot….!!! Tout ce qu’on peut dire pour le moment, c’est qu’elle ne ressemble pas, heureusement, à ce que l’on voit sur ces photos alarmantes…et il y a de quoi….!!! L’ex sympathique Wali a été muté, alors j’espère que le nouveau va poursuivre les bonnes actions pour le bien être de la ville et ses citoyens…!! Seulement, je me demande si notre ami S.A Ayadoun (que je salue) a été aussi muté à Bejaia…!!!

    Cordialement…!

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →