La Voix De Sidi Bel Abbes

Pensée il y a 21ans :fut assasiné Mohamed Boudiaf ,Retour sur une période tumutueuse

Nous revenons ce soir pour observer d’abord une pensée a feu boudiaf qui est considéré comme un repère, Le grand moudjahid Si Tayeb El Watani, (Mohamed Boudiaf), qui est un des leaders de la révolution algérienne, un homme d’État serviteur de sa nation, un président aimé par les Algériens, assassiné le 29 Juin 1992, à Annaba . est révoqué ce soir et nous profitons pour vous inviter a suivre ce retour sur une période tumultueuse.Naturellement des avis et opinions  pourront diverger entre des pour et des possible contre car l’histoire n’as pas totalement écrite des zones d’ombres subsisteraient Néanmoins ce qui nous a essentiellement inspiré est surtout une pensée a observer.

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=29604

Posté par le Juin 27 2013. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

55 Commentaires pour “Pensée il y a 21ans :fut assasiné Mohamed Boudiaf ,Retour sur une période tumutueuse”

  1. NOUR T

    On a ramené un vieil homme , patriote , aimant son pays , avec l’intention de bâtir .
    Mais malheureusement , on l’a assassiné en direct devant les caméras de la télé . Ce crime restera à jamais une tâche noire dans l’histoire de l’Algérie .
    Larbi Belkheir , mohamed Lamari , Smail Lamari et compagnie sont partis sans nous dire la vérité . C’est dommage .

  2. BENHADDOU B

    la vèritè nous dèpasse nous simples citoyens! une grande pensèe à tous nos morts ALLAH yarhamhoum!

  3. belabbes

    Vous avez raison la vérité est difficile a savoir

  4. jamel

    un patriote on était deja mal parti en 62 le reste ne fut guére reluisant bravo la voix de belabbes

  5. Mémoria,

    Si Nour,la vérité est inconnue chez les profanes seulement ! Mais il reste un consensus sur le mode opératoire,les commanditaires de l’opération et surtout le mobile du crime politique;car l’assassinat de feu Boudiaf fût un crime politique.
    Le lieutenant Boumâarafi Mebarek,ancien cadet de la Révolution de l’ENCR de Guelma puis d’El Koléa, fût un maillon de la chaîne d’exécution ,un outil aveugle de l’opération….Il n’en fût pas le cerveau…
    Tâche noire dans l’histoire contemporaine de la sociologie politique comme l’assassinat de JF Kennedy à Dallas en 1961 et ceux qui suivirent aux States comme Malcom X,Martin Luther King,le second Kennedy brother….et les victimes du crash des Twin Towers du 11 septembre 2001 qui ressemble étrangement à l’incendie du Reichstag de Berlin en 1933…

    Hobbes avait prédit : « l’homme est un loup pour l’homme »
    Bonne nuit …sans cauchemars sauf pour les Caïn de ce bas monde …..
    Mes respects Si Nour !

  6. tewfikhayii

    Salam,
    Non, mes frères, la vérité ne nous dépasse pas,c’est nous peuple qui faisons la politique des trois singes (ne pas voir,ne pas parler,ne pas entendre).Tout se qui se passe en Algérie est connu, sauf pour celui qui raisonne comme le faisait Djouha, qui disait que le feu m,épargne et après moi le déluge.
    Si boudiaf Rahimahou allah était patriote jusqu,à la dernière minute de sa vie.
    Si boudiaf croyait en ce qu’il faisait et croyait dans le génie et le patriotisme de ce peuple et il est arrivé en 6 mois à donner de l,espoir et à réapprendre aux jeunes de se faire confiance et de se prendre en charge.
    Si Boudiaf, a fait confiance, en prenant l’exemple sur lui en gardant le même personnel de la présidence, inféodé aux chiens qui ont planifié et commis l’acte parricide. Des personnes proches de lui, lui avaient conseillé de changer les services de sa garde présidentielle, mais le monsieur seigneur qu’il était, avait rétorqué à ses conseillers,qu,il faisait confiance à ce peuple qui avait combattu une puissance mondiale. C’est cette confiance aveugle envers certains chiens qui l,a condamné à mort.
    Si Boudiaf était pressé, comme s’il savait que son heure allait arriver,et qu’il lui fallait finir le programme qu’il avait établi pour la remise de l’Algérie sur les rails de la modernité et de l,état de droit.
    Si Boudiaf, a renvoyé le tailleur SMALTO qui habille les rois et les présidents ,et il portait ses costumes de condition modeste, et quand est venu son chef cuisinier lui proposer le menu, il l’a renvoyé, lui rétorquant qu,une petite soupe avec un peu de légumes lui suffisait amplement.
    Si Boudiaf, a passé les 6 mois qu’il lui restait à vivre à parcourir l’Algérie d’Est en ouest, en exhortant les algériens, à s’organiser et à ne plus se laisser faire et à dénoncer (tirns, j,ai déjà entendu ce terme quelque part, n’est ce pas Si Mouhal)
    quiconque, a commis un acte répréhensible, ou toute personne corrompue.
    Si Boudiaf avait fustigé le FLN (tiens un autre terme déjà entendu et qui n’a pasa plu à une certaine personne bornée) et avait dit que sa place était au musée, et n’oublions pas que Si tayeb El watani en est l’un des pères fondateurs, et il a aussi remis à l’ordre les anciens moudjahidines en leur rappelant que le combat pour la liberté était fini et que maintenant il fallait cesser de sucer le sang de cette algérie, et ça,c’est le père de la révolution qui l,a dit et les écrits sont là.
    Si Boudiaf a déclaré,dans certaines entrevues,que beaucoup de militants de la cause nationale, à leur tête Messali hadj et Cheikh abdelhamid Ben badis, étaient contre le déclenchement de la révolution armée le 1 er Novembre 1954, et Si boudiaf avait dit sa célèbre phrase, lors d’une réunion du CRUA:
    Du moment que personne n’est d’accord pour la révolution, par Dieu tout puissant, je déclencherai la révolution le 1er Novembre 1954, même si je dois la faire avec les singes de la Chiffa, et ce coup de gueule a permis le déclenchement de l,action armée. C’était ça Si Boudiaf. Feu Ali Mahsas avait déclaré à Feu Yves Courrière, premier historien de la guerre d’Algérie, que Si Boudiaf et lui (mehsas) étaient attablés à une table de café à l’opéra au centre de Paris, quand Si Boudiaf se tourna vers lui et lui dit :Que penses tu Si Ali, si nous déclenchons la révolution le 1er Novembre, le jour de la fête des morts des chrétiens (Toussaint).Interloqué, Ali Mehsas, regarda le verre de Si Boudiaf, des fois,i aurait pris quelque chose qui lui aurait tourné la tête, et lui aurait fait dire n’importe quoi. Mais une fois sûr, il lui fit répéter l’idée plusieurs fois pour être sûr
    et c’était le cas.Prudent, Si Mehsas lui demanda de réfléchir et de demander conseil aux 5 autres chefs historiques,chose que fera Si Boudiaf, et aura le consentement des 5 autres héros, partis trop tôt.
    Si Boudiaf, a refusé le deal ignoble proposé par le clan d’oujda et des 3 B pour le coup d,état à l’aube de l,indépendance, par l,intermédiaire du rais convalescent aux Invalides, et l,a renvoyé comme un malpropre,deal qu’a accepté sans ciller l,assoiffé de pouvoir feu Ben Bella Rahimahou allah
    Pour cerner la personnalité,les prises de position courageuses,les réalisations de ce grand monsieur, il faut des volumes et des volumes pour raconter tout cela
    ALLAH YARHAME SI TAYEB EL WATANI ET ALLAH IJAZI ELLI KANE ESSABABE.
    Salam.

  7. tewfikhayii

    PS : L’association de cheikh Abdelhamid Ben Badis ne rejoindra le FLN que plusieurs mois plus tard et le MNA restera contre le FLN, et il y aura beaucoup d’escarmouches entre les membres du MNA et le FLN, ce qui fera l,affaire des services secrets français, et Messali Hadj ne fera rien pour y remédier tant sa mégalomanie était immense. N’empêche que ce monsieur a été précurseur du miltantisme Nord Africain et tous les acteurs de la révolution nationale ont grandi au sein du PPA et du MTLD, chose qu’il ne serait pas aisé d’omettre de dire, rendre à césar, ce qui appartient à césar.
    salam.

  8. Mouhal

    السلام عليكم
    Certes Boudiaf était un homme historique ,néanmoins des points noirs entachent son parcours exceptionnel.Un de ces points reste l ouverture des camps dans le sud Algériens où beaucoup de nos compatriotes furent internés des années durant et sans jugement et sans motif et ceci suite à une ignoble »DÉLATION » ya si Tewfikhayii. Beaucoup de nos compatriotes qui ont subit cette injustice ont tout perdu.
    Le culte de la personnalité reste très fort dans notre société,il faut absolument se débarrasser de cette notion de ZAÏM si on veut avancer.Ce ne pas l homme qui fait l histoire mais c est les peuples qui la font.
    En tous les cas chacun de nous est comptable de ses faits et gestes devant son créateur.
    PS: je ne suis pas un barbu.

  9. DR HARMEL

    Merci MrToufikkhayii pour ce résume historique du rôle qu’a joué notre héro Si Taib el watani alias Mohamed Boudiaf ,permettez moi monsieur après votre permission d’ajouter quelques précisions sur les circonstances de prise de décision du déclenchement de la révolution .Tout les initié savent que vers la fin de l’année 1953 et le début 54 des discordances sont apparues au sein du MTLD entre les centristes du comité central présidés par le défunt Houcine Lahoual et le clan du président du parti avec le regretté Missali el Hadj .Le conflit se résumait sur la ligne politique du mouvement ;l’opportunité du déclenchement d’une révolution armé et surtout le problème de leader chip …Devant ce triste état général du mouvement national et surtout du MTLD un groupe de neuf personnes tous recherchés par l’autorités coloniale française et anciens de l’organisation secréte(OS) branche armée du parti démantelée en 1950 après plusieurs actions armés dont le fameux hold-up de la poste d’Oran ont décidaient de réagir ..Ce groupe est resté en contact pendant toute la période de clandestinité , était constitué de Mustapha Benboulaid ,Didouche morad ,Larbi Benhidi,Rabeh Bitat ,et pour ceux qui étaient en fuite à étranger il .s’agissait d’Ait Ahmed ,Kheider ,Benbella en Egypte en fin Mehsas et le coordinateur du groupe Mohamed Boudiaf étaient en France.Ce groupe depuis sa création était toujours convaincu que seule la lutte armé était la solution à la servitude coloniale du peuple algérien alors l’ancien dirigent de l’organisation le défunt Belouzdad (mort suite à une tuberculose 1953)avait acheminait des armes de le Lybie vers divers régions du pays .Au début de l’année 54 le coordinateur en contact avec l’ensemble du groupe avait compris que c’était le moment tant attendu et ont pris la décision de déclencher la lutte armé …En toute objectivité ils ont trouvé normal de contacter l’incontournable Krim Belkacem qui était déjà dans les maquis en Kabylie à tête de 500 hommes bien armés….pour être bref il y’a eu en suite la réunion des 6 qui ont partagé la direction des 5 régions de la révolution et le défunt défunt Boudiaf comme coordinateur était également le lien avec ceux de l’étranger et puis vint la réunion des 22 et la création du CRUA qui s’est transformait en FLN avec la déclaration du premier novembre et le déclenchement de la révolution… MERCI LA SUITE DU COMMENTAIRE DEMAIN IN CHAA ELLAH

  10. hamid ourrad

    Par son audace et sa témérité BOUDIAF est passé dans l’histoire de l’Algérie et aussi pour sa double révolution, l’une contre la France coloniale, l’autre contre ce régime criminel et mafieux qui a détruit l’Algérie.
    Ce régime est déjà passé dans les poubelles de l’histoire ,pour le mal incommensurable qu’il a fait à cette grande nation l’Algérie.
    Ce régime en plus d’avoir détruit l’Algérie, il a assassiné cet ESPOIR privant notre pays de ce grand homme ,mais n’oubliant pas qu’il viendra un jour ou ils seront jugés par la justice populaire et divine
    La mort n’existe pas pour les grands hommes comme Boudiaf,Abbane Ramdane ,Khemisti,Si Ellhaouas ,et bien d’autres assassinés par le clan de Oujda

  11. AL HANIF

    Si Mémoria!
    Je n’arrive plus à vous suivre.
    Vous êtes un officier plein de promesses et on vous désigne pour tuer le Président de la République et vous n’avez pas de drame de conscience?????
    Executeriez vous de tels ordres?
    Le mode opératoire comme vous dîtes est connu et les motivations aussi!

    • Mémoria,

      Si El Hanif,

      Vous n’êtes pas sans savoir que toutes les fabriques d’officiers dans le monde se ressemblent ne serait-ce que sur cette variance dans la typologie d’hommes portant tous le même uniforme;et vous en verrez de toutes les couleurs dans le comportement d’hommes,issus de vécus différents, au milieu du danger et des armes .Vous n’avez pas été étranger à ce genre d’atmosphère jadis et vous devinerez que le jeune cadet ait été sujet à un conditionnement déterminant une praxis à suivre vu son état affectif morcellé.Là la conscience d’un officier plein de promesses comme vous dites s’efface devant une raison d’Etat revendiquée par un clan du pouvoir très haut gradé qui invoque l’urgence de mettre fin à un processus de normalisation avec le Maroc et le délestage du Polisario dans les dunes d’Amgala……Tous les officiers ne sont pas des commissaires politiques à même de prioriser ce drame de conscience « Dreyfusarde » au dépend de l’exécution d’ordres non écrits relevant d’en haut…
      Cette dramatique histoire d’un cadet de la Révolution ne peut occulter l’assassinat « parricide » du Président du HCE(Haut Comité d’état),et non président de la République élu,dans une période trouble et sujette à caution du point de vue constitutionnel et institutionnel.Il est important de recadrer le débat Si Smiley dans son contexte spatio-temporel et comprendre de façon diachronique l’ambiance qui régnait en 1992….
      Toute une symbolique psychanalytique aussi dans ce spectaculaire assassinat avec rafale dans le dos tirée par un très jeune officier,brillant et discipliné cadet de la Révolution décrit par ses camarades,ayant eu un vécu affectif et familial à problèmes,…………..et enlevant la vie à un des « pères » de cette Révolution qui a englouti tant de ses enfants !
      « Drame de conscience » avez-vous dit Si Smiley ? Pourquoi ne pas poser cette terrible question à Yasmina Khadra ou le Commandant de l’ANP Mohamed Moulessehoul qui reste aussi un cadet de la Révolution qui a réussi à s’imposer sur les plateaux de France et de Navarre en tant qu’écrivain et messager d’une lecture algérienne de cette évolution du monde ?
      C’est vrai Si Smiley que je n’aime pas beaucoup les Offs car j’ai été sous-officier et je connais la valeur des hommes dans mon unité et de son encadrement.Je me méfie à ce jour des partisans de l’élite et du leadership et je crois toujours au génie….du peuple.Vous devinerez aussi qu’une partie de l’énigme se trouve aussi dans l’un des deux livres…
      Fraternellement ! Compassion avec la famille Boudiaf .

  12. kfaraoun

    Le mouvement de l’islam authentique a été crée en 1930 par Abdelhamid Ibn Badis et en 1932 a eu la création de l’association des oulemas qui a eu une grande audience auprès des couches sociales avec un slogan qui résume toutes les aspirations du peuple algérien
    L’ALGERIE EST NOTRE PATRIE
    LA LANGUE ARABE EST NOTRE LANGUE NATIONALE
    L’ISLAM EST NOTRE RELIGION
    Cette association de oulamas a fait les grands préparatifs pour le déclenchement de la révolution et son premier congres a eu lieu en 1936 pour rassembler toutes les tendances à commencer par les hommes de la religion, les élus, les nationalistes, les syndicalistes et les communistes et en résumé tous les antagonistes à la colonisation.Le comité révolutionnaire d’unité et d’action a été crée le 24/01/1954 , le groupe des 22 le 25/07/1954 avec en plus de l’ordre du jour l’élection du directoire qui se composé de 6 membres qui étaient Mostefa Benboulaid désigné pour la zone des Aures , Didouche Mourad pour le Constantinois , Krim Belkacem pour la Kabylie Rabah Bitat pour l’Algérois , Larbi Benmhiddi pour l’Oranie et MOHAMED BOUDIAF assurait la coordination entre les 5 régions et l’extérieur du pays puisque c’est lui qui a informé Benbella qui était en Egypte .Ce directoire tenait des réunions secrètes et le contact était bien coordonné et la date du 01/01/1954 a été choisi pour le déclenchement de la révolution.Quand au parti de l’étoile africaine qui a été crée en 1924 par l’émir khaled le petit fils de l’émir abdelkader , Messali Hadj a occupé la fonction de la présidence du parti qu’en 1927 et dix ans apres et en 1937 Messali fonde le parti du peuple algérien . Le PPA était interdit en 1946 suite aux massacres du 08/05/1945 et c’est Ferhat Abbes qui fonde le parti MTLD . je crois que le grand précurseur du militantisme algérien est l’émir abdelkader et celui lié au nord africain est l’émir khaled le petit fils de Abdelkader. Messali hadj était le grand nationaliste et figure parmi les premiers et grands militants algériens depuis la première guerre mondiale mais il s’est opposé au comité révolutionnaire depuis la tenue du congres tenu en Belgique sous son patronage. Malgré cette bévue , il mérite d’etre réhabiliter .

  13. merabi

    je crois que cet article nous fait retourner sur une situation très dramatique avec assassinat direct dans un meeting de M BOUDIAF.Mais a mes yeux dés 1962La course au pouvoir qui se préparait hors frontières et monsieur Memoria nous parle de cerveau De qui s’agit t’il?on reste toujours sur notre faim dans ce forum

  14. tewfikhayii

    Salam,
    Si Merabi, vous vous posezencore la question ? Ceux qui l’ont assassiné l’ont fait parce que Si Boudiaf a touché à l’endroit le plus douleureux de ces lavettes :
    leur porte feuilles.Si Boudiaf a donné un grand coup de pied dans la fourmillière
    en se mettant sur le dos les anciens moudjahidines,leursorganisations satellites,
    l’institution militaire, qu’il voulait mettre au pas en donnant la priorité du civil sur les militaires,et le plus dangereux,c’est l’action qu’il a mené aux niveau des organisations de masse en les exhortant à se rassembler,à s’organiser sous l’égide de partis ou d’associations,où les vieux débris opportunistes n’auraient aucune place,et il avait mis dans le secret le regretté Abdelhak Benhamouda
    Rahimahou allah,à qui il pressentait un bel avenir dans cette algérie nouvelle,et c’est ça qui a accéléré son meurtre.Maintenant qui a tué Boudiaf,Si mérabi,vous avez l,embarras du choix,mais la décision a été collégiale,au sein du cabinet noir
    dont plus de la moitié sont sous terre Dieu soit loué:
    Voilà un petit résumé sur les fossoyeurs de la république et les assassins de Si Boudiaf, ci joint l,organigramme de ce ramassis de racailles qui governent le pays.Bonne lecture.

    Général Major Smain LAMARI Chef de la DCE (Direction de contre-espionnage)

    L’artisan du plan de l’assassinat du président Boudiaf,Smain LAMARI est avec Mohamed Lamari, Fodil Cherif et Abdelmajid, l’exécutant des décideurs.
    Né à Alger en 1941 et décédé le 27 août 2007, était Général major et directeur de la sécurité intérieure algérienne du Taghout et responsable de la mort de plusieurs milliers de musulmans d’Algérie. Des années 1980 à sa mort, il est l’un des hommes les plus influents du régime Algérien apostats et tyrannique. Originaire de Beni Slimane dans la région de Titteri, en 1961 il s’engage dans l’ALN a l’indépendance il fait un court passage dans la police puis s’engage dans la marine national. En 1973 il suit une formation spéciale pour obtenir le grade de sous-lieutenant, il a toujours évolué dans les services opérationnels. En 1989 le général Betchine, qui ne le porte pas dan son cœur, le limoge sans raison apparente, le lieutenant-colonel Smain LAMARI va se plaindre a Larbi Belkheir, chef du cabinet du président Chadli, quelques jours plus tard, il est nommé inspecteur général de la direction de la sécurité de l’Armée, passé sous le contrôle de Tewfik. Après le départ a la retraite de Betchine, Smain est nommé chef du département du contre-espionnage, sous les ordres direct du général Tewfik, un poste qu’il occupe jusqu’a aujourd’hui. Smain fut chargé par Larbi Belkheir d’organiser l’assassinat du président Boudiaf en juin 1992. En 1999 il est chargé par Belkheir d’organiser la reddition des éléments de l’armée Islamique du Salut ( AIS ) dirigé par Madani MERZAG, et faire passe le projet officiellement sous le nom de la nouvelle politique du pion président Bouteflika, les algériens qui ont voté naïvement ne savaient pas que cette accord avec les vrais terroristes (les espions de l’armée) du parti dissous est en réalité le retour au bercail des centaines d’agents de la DRS infiltrés chez les véridiques moudjahidin valeureux pour contrôler les groupes islamiques armées est salir l’image de l’Islam par des massacres d’innocents, ce que ce pion de Bouteflika ignore apparemment !?, L’accord signe avec les vraies terroristes n’est que la signature de fin de mission pour ces agents des services secret dirigé aujourd’hui par les criminels Tewfik et Smain. Responsable des missions d’espionnage et d’attaque terroriste contre les moudjadins et surement des civils, il est proche du général de corps d’armée Mohamed Mediène, plus connu sous le pseudonyme de « Toufik », patron du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) du taghout, les services Taghout de renseignement algériens. Avec ce dernier et le général Khaled Nezzar il s’oppose en 1991 à l’arrivée au pouvoir du Front islamique du salut (FIS) en soutenant l’interruption du processus électoral. À partir de 2000, il tend un piège par des négociations entre l’armée algérienne et l’Armée islamique du salut (AIS), bras armé du FIS, qui veut la reddition des moudjahidin de l’AIS et « la politique de concorde civile » du pion président Bouteflika qui échouera, en effet aujourd’hui 2010 le Jihad contre le taghout d’Algérien continue ! Homme de l’ombre, secret (sa photo n’a jamais été publiée dans la presse algérienne que voici plus haut, le chauve à lunette, portable à l’oreille), il est un des hommes fort du pouvoir. Décédé le 27 août 2007 des suites d’une maladie pour laquelle il était suivi à l’Hôpital Ain Naâdja, il est enterré au cimetière El Alia. En juillet 2008, le journal La Stampa l’implique dans l’affaire de la mort de Pierre Claverie et des moines de Tibehirine, ceux-ci ayant été assassinés dans le cadre d’une « stratégie de la tension » pour salir et le mettre sur le dos des groupes moudjahidines qui essai de faire tomber ce régime tyrannique du Taghout d’Algérie.
    C’été l’homme de liaison entre la DST (service secrets Française) et la DRS / DCE et notamment du général Philippe Rondot, coordinateur des renseignements français au ministère de la Défense à Paris.
    Oh homme du DRS et DCE, Allah n’est pas inattentif à ce que vous faite, quel bonne nouvelle pour les opprimées !

    Larbi Belkheir Chef de Cabinet du pion Bouteflika

    Né à Frenda dans l’ouest Algérien en 1937 ce fis de caïd était un enfant de troupeaux harki (troupe alliée de la colonisation française) comme son père, il a toujours servi sa mère patrie : la France, il rejoint l’ALN en 1958 (Promotion Lacoste) au poste frontière de Garn El Halfaya ( sud de Kef ) en passant par la base de FLN à Tunis; il n’a donc jamais porté les armes contre les troupes coloniale, Belkheir a été affecté au camp d’instruction de Oued Meliz (près de Ghardimaou). Il était chargé de former le 45éme Bataillon. En compagnie d’un autre enfant de troupeaux harki Guenaizia il a tenu la fameuse réunion avec les officiers de l’ALN à la frontière Tuniso-algérienne destiné à répartir les tâches à la tête du commandement de l’armée. A l’indépendance il est capitaine et chef de sous groupement stationné à Constantine, on l’envoie s’instruire à l’école d’état-major en URSS et devient directeur de l’infanterie
    1965- 1975 : chef d’état- major à Ouargla et enfin chef d’état-major à la 2e région militaire pendant dix ans. Région militaire commandée par Chadli Bendjedid
    1975 – 1979 : il obtint le grade de Commandant, et dirige l’ENITA (l’École National des Ingénieurs et Technicien d’Algérie) la ou fut tenu le conclave ou il a été décidé l’intronisation de Chadli Benjdid a la tête de l’état Algérien du Taghout et non au siège du Conseil de la Révolution, comme on a laissé croire.
    Larbi Belkheir a fait l’essentiel de sa carrière sous l’ombre de Chadli qui est également ancien officier de l’armée Française, il le rejoint logiquement à la présidence et obtint le poste de chef du haut conseil de sécurité et de la défense (HCS) en 1979. Pendant dix ans, (1979 – 1990) il occupe les postes suivants : Chef du HCS, secrétaire générale de la présidence et enfin directeur de cabinet du président Chadli.
    Il s’occupe à diviser les services secret Algériens du taghout, la S.M, commandé par Kasdi Merbah, car Belkheir savait qu’il fallait diviser pour régner, il commence par saboter puis dissoudre la DCSM (Direction central de la sécurité Militaire) grâce au soutiens de ses hommes placé aux postes stratégique des services, il crée la DRS (Département des Renseignements et de la Sécurité) et met a sa tête son homme de main a l’époque le Colonel Tewfik en 1990.
    Juin 1991 : en prévision de coup d’état contre Chadli, il se proclame ministre de l’intérieur dans le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali pour ne pas éveiller les soupçons et charge le ministre de la défense Khalled Nezzar d’organiser le coup d’état.
    Après l’assassinat de Mohamed Boudiaf a Annaba en Juin 1992, par le sous-lieutenant Lambarek Boumaarafi. Larbi Belkheir qui était parmi les instigateurs du meurtre du président, se retire de la scène politique, en juillet, pour se consacrer entièrement à ses affaires.
    Mais il reste en contacte permanent avec les autre décideurs ces derniers organisent en Juin 1998 l’assassinat du chanteur de la cause Berbère Matoub Lounes pour chasser Zeroual de la présidence de la république.
    Fin 1998, sa résidence à Hydra est le siège des tractations entre le nain de jardin pion Bouteflika et les généraux pour la désignation de celui ci à la présidence de l’état.
    En décembre 2000; il devient le chef de cabinet du pion Bouteflika malgré le refus de ce dernier de le nommer officiellement à ce poste, il a du céder sous les pressions de si Larbi.
    Larbi BELKHEIR est l’homme araignée, il est le proche confident des espions militaires terroristes infiltrées dans la résistance des moudjahidin malgré eux à l’époque, il a ses pions dans tous les camps. Il a mené les négociations avec le FIS en 1991.
    Il est l’agent de l’Elysée (la France) par excellence, c’est l’homme de main deJacque ATTALI, le conseiller politique de François MITTERAND, il a appuyé la France sur maintes et un dossier délicat concernant sa politique algérienne. Un de ses frères est d’ailleurs un militaire haut gradé dans les services se sécurités de l’armée française, ce dernier a jouer un rôle important pendant le règne de Mitterrand.
    C’est aussi, l’homme de la  » déboumedianisation ». Il a activement contribué à effacer, tous ce qui avait attrait à l’Algérie de Boumédienne alors qu’il a fait l’essentiel de sa carrière en prêtant allégeance à ce dernier.
    C’est le serviteur attentionné de la famille du président Chadli. Il se rapproche de la seconde épouse de Chadli, Hlima Bendjedid, et devient ainsi un intermédiaire influent. Un « Chayate » (servile laudateur ) par excellence, Il a été le point nodale des familles Chadli / Bourekba / Lahouel .
    Il nomme et il gomme les gens qui font partie du système. Avec Hlima, Larbi forme un duo terrible qui sévira pendant longtemps jusqu’à ce que Chadli somme sa femme de ne plus s’immiscer dans la politique.
    Belkheir à toujours su profiter des occasions qui se présentait tels un DIABLE AUX AGUETS, c’est lui qui a repêché Smain LAMARI (qui est actuellement un des décideurs) quand le général Betchine l’avait viré en 1990. L’actuel patron des services secrets, Mediene dit Tewfik, a une dette envers lui, Belkheir l’a mis à la tête de ce département.
    Il est le parrain de la Mafia politico-financière algérienne , en 1992 il prend sa retraite pour s’occuper de ses affaires entre Alger et les grandes capitales occidentales.
    Pendant cette période, il a su se faire petit et faire oublier les doutes qui entaché ses mains sur l’assassinat de Boudiaf.
    Son retour en force actuellement avec son poulain Bouteflika, prouve que sa retraite fut intentionnelle et rentre dans le cadre d’une stratégie élaboré par un cabinet noir qui préside aux ordres tyrannique du pays.
    Tous le monde sait sur Alger, que c’est lui le principal ciment et jointure entreBouteflika et les généraux Algériens.
    Comme par enchantement, le général fait un revirement total de position et apporte sa caution au candidat nain de jardin Bouteflika, Belkheir avait passé auparavant beaucoup de temps pour convaincre Nezzar, de la nécessité de l’avoir comme président de la république.
    Après quelque « gaffes » du président pion Bouteflika, Belkheir décide de s’approcher de la présidence pour mieux surveiller son poulain au visage sombre qu’il a imposé aux décideurs et faire la jonction entres le président et le pouvoir réel Algérien de la mafia des généraux. Belkheir est actuellement directeur du cabinet du président Bouteflika Il a tissé un réseau de relation extrêmement puissant et efficace dans le monde entier, surtout en France.
    Larbi Belkheir été donc le vrai président de l’état Algérien .
    Considéré par le quotidien français Le Figaro comme « le parrain du régime (algérien) depuis les années 1980 ».
    Il passe la main en 2009 suite à son état de santé. Des rumeurs insistantes sur sa mort en mars 2009 ont été démenties le 21 avril 2009 par sa famille. Il est décédé le 28 janvier 2010 à Alger, des suites d’une longue maladie à l’hôpital militaire de Aïn Naadja d’Alger.
    Il a été longtemps chef de cabinet noir des présidents pions Chadli Bendjedid et Abdelaziz Bouteflika, et il était ministre de l’Intérieur lors de l’assassinat du président Mohamed Boudiaf à Annaba le 29 juin 1992
    Après l’assassinat du président Houari Boumediene, il commença à se donner une couverture d’homme politique avec l’approbation intéressée du président Chadli Bendjedid. C’est dans les locaux de l’école militaire qu’il dirigeait, l’ENITA, que s’étaient réunis les militaires afin de choisir le successeur de Boumediene.
    Le rôle influent que Belkheir et son ami de toujours le colonel Kerboub joue dans les plus hautes sphères de l’État algérien du Taghout leur ont valu le surnom de « parrain » (sous-entendu de la mafia militaro-pétrolière algérienne).
    Après l’arrivée du général Liamine Zéroual à la tête de l’État algérien en 1994, Belkheir quitte le pays pour la Suisse.
    Zéroual doit ensuite quitter le pouvoir suite aux luttes de pouvoir dans l’état-major tels des CHACALS ET VAUTOURS AUTOUR DE CARCASSE EN PUTEFRACTION, suscitée principalement par Mohamed Mediene qui voulait prendre le dessus sur l’ami de Zeroual, Mohamed Betchine. Le pouvoir revient au pion Abdelaziz Bouteflika, Belkheir rentre en Algérie, il sert d’interface entre les militaires et le nouveau président .
    Suite à sa perte d’influence face au véritable chef actuel en Algérie, le pion président Bouteflika qui est à la tête de toutes les institutions, le nomme en 2005 ministre d’État et ambassadeur d’Algérie au Maroc. Une décision interprétée à l’époque comme une mise à l’écart de l’homme connu pour son influence au sein des cercles dirigeants.
    Ce misérable est décédé le 28 janvier 2010 à Alger, après avoir lutté pendant plusieurs mois contre une maladie grave qui l’avait obligé à effectuer plusieurs séjours pour soins en Europe. Les craintes de poursuites judiciaires à l’étranger avaient contraint le général à la retraite à effectuer ses soins à l’hôpital militaire de Aïn Naadja d’Alger.

    Général Major Khaled NEZZAR
    C’est le porte parole des décideurs, c’est une grande gueule ! Admirez son visage, il multiplie les conférences de presse et les déclarations officielles pour justifier la position de l’armée Algérienne a l’égard de l’interruption du processus électorale et ses conséquences sur le pays depuis dix ans.
    Khaled Nezzar est né en 1937 à Seriana dans les Aurès, son père sous-officier est retraité de l’Armée Française polythéiste, il est issu donc d’une famille aisé, contrairement à ce qu’il prétend dans ses mémoires, au lieu de rejoindre le maquis comme ses camarades pour combattre l’occupant. Comme l’a fait son camarade de classe Benaceer Abdelwahab a l’âge de 15 ans.
    Il intègre, par contre, dès son jeune âge, l’école militaire des enfants de troupe puis en 1956 il rejoint le 13ème régiment de tirailleur algérien à Landeau ( en Allemagne ), comme Larbi Belkheir et Mohammed Touati il « rejoint » l’armée de libération national avec le grade de sous officier de l’armée Française, aujourd’hui on sait que l’enfant de la « promotion Lacoste » a infiltré les rangs des moudjahidin pour occuper des postes stratégique à la tête de l’armée Algérienne après l’indépendance.
    En 1988 il est commandant chargée des forces terrestres ( CFT ) , il réprime durement les manifestations et émeutes d’octobre 1988 en ordonnant aux forces de sécurité d’ouvrir le feu sur les jeunes manifestants, ( plus de 500 morts), il est nommée juste après ministre de la défense national, après l’interruption du processus électorale dont il fut l’un des artisans il est membre du HCE ( Haut Comité d’Etat ) présidé par Boudiaf jusqu’à son assassinat en Juin 1992 par les généraux putschistes.
    Khaled Nezzar est officiellement en retraite depuis juillet 1993, il s’occupe de gérer sa grosse fortune qui est estimé a plusieurs milliard de francs, prélever sur la rente pétrolière du pays, les ventes des produits industriels et sur les commissions de vente des armes pour l’Algérie.
    Il s’est découvert dernièrement une âme d’auteur il a rédigé en trois ans quatre livres, a défaut d’écrire un best seller le général Nezzar est un bien un sériel keller !

    Mohammed LAMARI Général des corps d’Armée
    Le plus  » Fou  » des généraux mafieux, il doit son ascension a sa grande gueule et a son audace mais sûrement pas a ses compétences et sa bravoure.
    Mohamed Lamari est né a Alger le 7 juin 1939, mais il est originaire de Biskra, avant de rejoindre l’ALN en 1961 au Maroc quelques mois avant la signature des accords de cessez le feu, c’est un homme massif au regard autoritaire et aux manières cassantes. Issu de l’armée française coloniale durant la guerre d’Algérie il avait suivi une formation à l’école de cavalerie de Saumur en France.
    A l’indépendance, il a été officié instructeur, avant d’occuper le poste de chef d’état major dans les différentes unités opérationnelles qu’a eu à diriger l’Ex président Liamine Zeroual.
    Le président Boudiaf se méfiant de lui ordonna sa mise en retraite en mars 1992, mais son ordre n’a jamais été exécuté, au contraire les généraux putschistes lui ont confié le commandement du COLAS (Centre Opérationnel de la lutte Anti- subversifs) dans la foulée il est promu Général de corps d’armée le 1er Novembre 1993.
    Mohammed Lamari se distingua lors de la réunion des chef d’états majors et des commandants des régions militaires a la fin du mois de décembre 1991 juste après l’annulation des résultats du premier tour des élections législative, en approuvant les idées du ministre de la défense a l’époque Khalled NEZZAR, sa loyauté fut très vite récompensée à l’image des soldats romains à césar .
    Aujourd’hui il est l’un des décideurs du sort de tout le peuple Algérien maltraité.
    On l’appelle  » l’éradicateur » car il prône l’éradication total des groupes croyants armés islamique alors que d’autres généraux majors mécréants comme Belkheir et Touati préfèrent utiliser ces cellules terroristes infiltrées chez la résistance musulmanes pour se maintenir au pouvoir et continuer à utiliser le prétexte et monumentale mensonge du « terrorisme islamique » sur les civils, afin de salir l’Islam et dans le même coup avoir le soutien de mécréants du Nord.
    Il rejoint l’Armée de libération nationale (ALN) en 1961. Il suivra plus tard une formation d’artilleur à l’Académie militaire de Frounze (ex-URSS), puis d’officier d’état-major à l’Ecole de guerre de Paris.
    Tour à tour officier d’instruction, directeur d’école, commandant d’unités opérationnelles, chef de région militaire, Mohamed Lamari se distingue tout particulièrement en janvier 1992 lors d’un conclave réunissant prés de 200 officiers, où il demande, de façon tonitruante, au président Chadli Bendjedid de démissionner. Il estimait, après la victoire du FIS aux législatives de décembre 1991, que la gestion du « péril islamiste» passait avant tout par le départ du président.
    Écarté un moment par le président Boudiaf en 1992, il est chargé de la création d’une « task-force » anti-terroriste de 15 000 hommes. Le commandement de celle-ci lui vaudra de prendre la direction de l’état-major en juillet 1993 dans la foulée de la nomination du général Liamine Zeroual au poste de ministre de la Défense. Depuis, il est au centre de toutes les promotions militaires. Il est promu au grade de général de corps d’armée et devient de fait le ministre de la Défense lorsque Liamine Zeroual est désigné à la présidence de la République.

    Général Major FODIL CHERIF Chef de la 1ére Région Militaire
    Ancien de l’armée coloniale française, il était membre des S.A.S (Service Administrative de Surveillance) mise en place après les accords d’Evian sur le cessez le feu, comme le reste des généraux du cabinet noir, le maintient de Fodil Cherif dans le club très fermé des généraux décideurs, est la preuve incontestable, de la solidarité des anciens sous officiers de l’armée Française
    Originaire de sidi Bel Abbes, dans l’Oranie, il commande la première région militaire depuis 1998, après le départ du général Said Bey accusé de négligence grave par Zeroual, il est pressenti au poste de chef d’état Major après le départ éventuel en retraite de son mentor le général major Mohamed Lamari.
    Que de dire de plus sur cette homme, c’est l’un des exécutants du cabinet noir, ce n’est pas vraiment un cerveau ni un stratagème comme Belkheir, Touati ou Tewfik.

    Le général Major Abdelmajid

    Le général Major Abdelmajid est originaire de la grande Kabylie, lui aussi est un enfant de l’armée Française, il a « rejoint » l’ALN comme les autres généraux harkis en 1961 à quelque mois de l’indépendance, il a toujours occupés des fonctions stratégiques pour veiller aux intérêts des décideurs.
    Il suit une carrière militaire conventionnel, chef d’état major de la 4 ème région militaire ( le Sahara ) puis chef de département à l’état major avant de retrouver la 4éme région militaire au remplacement du général Major Abdelhamid Saidi mort dans un accident de voiture suspect.
    C’est l’homme qui surveille l’or noir (le pétrole) pour les généraux Mafieux et affairistes.

    Ali Tounsi, né en 1936 et mort assassiné le 25 février 2010 par son propre régime tels des chacals, est un militaire directeur général de la Sûreté nationale algérienne.
    Ali Tounsi, colonel dans l’armée, est nommé chef de la police nationale algérienne du taghout en mars 1995 par Liamine Zeroual, alors président du pays. Le 25 février 2010, il est abattu dans son bureau du quartier-général de la police à Alger au cours d’une réunion par un de sesproches, le colonel Chouaib Oltache, 66 ans. Il a été enterré le 26 février 2010 au cimetière d’El Alia à l’est d’Alger. Une Fin bien misérable pour les diables.

    Général Major, Mohamed Lamine MEDIENE dit « Tewfik », Chef de la D.R.S

    Le plus énigmatique de la liste non exhaustifs des généraux mafieux, c’est normal le général major Médienne dit Toufik a passé toute sa vie dans les services secrets Algériens.
    Né en 1939 à Gueznet dans la petite Kabylie, il grandit à saint Eugène ( Bologhine ) il rejoint les rangs de l’ALN en 1961 dans l’est algérien quelques mois avant la signature du Cessez le feu, a l’indépendance il intègre la direction des services secrets ou on l’envoie en stage de formation en URSS au sein du KGB.
    De retour il noue d’excellentes relations avec le futur président de la république Chadli Benjdid et son chef de cabinet noir Larbi Belkheir dans la 2 ème Region militaire. En 1978 il est capitaine et homme de confiance de Chadli, il réintègre la direction centrale de la SM et prend la tête de la sous direction de la sécurité de l’armée sous le commandement du général Lakehal Ayat directeur Central de la sécurité militaire.
    En 1987, sous l’influence de sa belle famille, le président Chadli signe un décret pour lequel le sous lieutenant – colonel Tewfik est désigné pour la succession du général Hocine benmalem à la tête de la DADS (département des affaires de défense et de sécurité) il aura sous sa coupole tous les services de sécurité du pays (Police, Gendarmerie, Sécurité militaire)
    Après le départ (mutation) de Lakhal Ayat, il devient directeur central de la sécurité de l’armée en remplacement du général Betchine, la démission de ce dernier en octobre 1990 lui permet de mettre sous sa coupe tous les services de sécurité en créant la D.R.S (Direction du renseignement et de la sécurité).
    Le général Major Mediene toufik est le patron des patrons des services secret Algérien du Taghout depuis plus de douze ans, il a détourné des milliards de dollars et a orchestré plusieurs opération de « nettoyage », il s’est occupé entre autres d’organiser l’assassinat de Boudiaf en juin 1992 et de Kasdi Merbah un an plus tard avec son adjoint à l’époque le général Smain
    Cet amateur de cigares qui apparaît rarement en public possède, par le biais de ses réseaux et de sa fonction, un puissant ascendant sur les médias, les partis politiques, les lobbies d’affaires et les différents courants de l’armée.

    Général Major Mohamed TOUATI « elmokh »

    Chef du conseil de Sécurité à la Présidence du pion Bouteflika.
    Mohammed Touati est un homme lettré, sans aucun doute, le conseiller diabolique du cabinet noir on le surnomme « el -Mokh » ou le cerveau.
    Il est né en 1936 en Kabylie, il intègre l’école militaire des enfants de troupe et se distingue entre 1957 et 1958 alors qu’il était sous officier dans l’armée coloniale française, en commandant à Tadmait des massacres sanglants contre les populations musulmanes en représailles aux embuscades tendu par la résistance de l’ALN contre les soldats français, à l’image des américains actuelle en Afghanistan.
    Trente ans après en 1985, pendant l’inauguration d’un C.E.M dans son village natal, il a été reconnu par des anciens résistants de la région, il a faillit être lynché par la population local si ce n’est l’intervention des sages du village.
    A l’indépendance, il est chef d’état major de la gendarmerie national puis chef d’état major de la troisième région militaire sous le commandement d’un autre sous officier de l’armée Française, khaled Nezzar et enfin conseiller du ministre de la défense national,puis conseiller du chef d’état major Mohamed LAMARI.En 1989 il met un pied sur la scène politique en fondant le R.C.D ( Rassemblement pour la Démocratie et la Culture ) et s’installe en mettant le Dr said Saadi à la tête du parti, Touati est l’artisan de l’assassinat du chanteur de la cause berbère Matoub LOUNES, il a chargé le député R.C.D Nouredine Ait Hamouda ( le fils du colonel Amirouche ) et sa milice d’exécuter l’ignoble tâche pour déstabiliser le président Zeroual et le pousser à la démission.
    Depuis trois ans Touati est le Chef du Conseil de sécurité à la présidence de la république un poste crée spécialement pour lui par son ami Larbi Belkheir que vous connaissez à présent.
    On le surnomme El Moukh. Un « cerveau » sous la casquette d’un des généraux les plus influents de l’armée algérienne. Cette réputation d' »intellectuel », le général-major Mohamed Touati, la doit à son profil à facettes multiples de militaire, d’analyste politique et de juriste.
    L’image de « militaire qui réfléchit », cet ancien officier de gendarmerie, issu des rangs de l’armée française coloniale, qu’il a quittée en 1961, la doit aussi au fait d’être l’un des rares généraux en exercice à publier ses réflexions politiques. La première fois, fait inédit dans les annales de l’armée algérienne, au lendemain des émeutes d’octobre 1988: il publie alors dans le quotidien gouvernemental El Moudjahid une réflexion sur la Constitution et le rapport de l’armée à la politique. Cette opinion avait précédé le retrait de l’ANP du FLN, alors parti unique, et l’adoption d’une constitution consacrant le multipartisme, en 1989.
    Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-unis ont inspiré sa dernière intervention médiatique. C’est en sa triple qualité de conseiller militaire du chef de l’Etat, de président du Haut Conseil de Sécurité et de « représentant du ministère de la Défense », qu’il livre sa vision du rôle de l’Algérie dans la lutte internationale contre la résistance musulman es dans le monde. Une implication productive dans le domaine du renseignement contre l’Islam. Kabyle, originaire de Achouba (région d’Azzefoun), le général-major Touati a fait sa carrière militaire dans la gendarmerie, l’administration du ministère de la Défense, et l’État-major. Il a la réputation d’être l’idéologue par excellence de la politique d’éradication de la résistance des moudjahidin, appliquée après l’interruption du processus électoral, en janvier 1992. Alors conseiller du ministre de la Défense Khaled Nezzar, poste qu’il occupe après avoir été directeur des opérations à l’état-major (1989-1991), il prend une part active dans la destitution du président Chadli Bendjedid, l’arrêt du processus démocratique et l’interdiction du Front islamique du salut (FIS). Cette réputation de chef de file des « éradicateurs », courant politique du taghout bourée d’injustice opposé à l’existence de la justice de l’Islam pour les peuples en particulier en Algérie, est donc leurs cauchemar. Touati sera la figure de loup de la CDN, la Commission de « dialogue » national, mise en place par le HCE pour définir les modalités d’une transition politique avec la participation du FIS interdit. À ce titre, il rendra notamment visite en prison à Abdelkader Hachani, assassiné à Alger en 1999. Paradoxalement, cet ancien magistrat militaire, qui a défini avec l’actuel patron de l’ANP, le général de corps d’armée Mohamed Lamari et le général Abdelmadjid Taright, aujourd’hui à la retraite, la politique de « concorde civile » du pion Bouteflika depuis son entrée en vigueur, en 1999. C’est ce même « éradicateur » qui souligne, en 1993 dans El Djeïch, revue interne de l’armée: « (…) le phénomène islamiste apparaît comme un nouveau choix de société et non comme un accès de fièvre sociale, culturelle et économique gérable par des remèdes superficiels, aussi violents soient-ils, ou par des antalgiques politiques (…). » « aussi violents soient-ils » VOYEZ BIEN COMMENT LES DIABLES GLISSENT LES MOTS POUR SALIR L’ISLAM, ce démon semble oublier qu’il fait partie de la mafia des généraux qui ONT PERPETREES LE MASSACRES DES INNOCENTS QUI VEULEN T LA JUSTICE DE L’ISLAM EN TERRE D’ALGERIE, ont ne le répétera jamais assez.Partisan d’une recomposition autoritaire de la scène politique, le général Touati reste un des principaux « décideurs politico-militaires ». Partisan d’un islam modifié, intégré dans le jeu du Pouvoir, il défend en petit comité militaires, il s’agit pour elle d’être « le garant de la constitution ». En clair, d’être l’ultime maître du jeu politique.

    Général Major Abdelmalek GUENAIZIA
    C’est le meilleur ami de Nezzar, ils ont fait les quatre cents coups ensemble, des coups bien sûr portés contre les musulmans d’Algérie.
    Ancien sous- officier de l’armée Française coloniale, il rejoint l’ALN en 1958, dans le cadre de sa mission ( Promotion Lacoste ) d’ou sa discrétion maladive sur son passé. A l’indépendance, il occupe différentes fonctions dans l’armée :
    Chef de bataillon, chef de groupement, adjoint chef de la 2éme région militaire sous Chadli Benjdid, c’est la ou il revoit son ancien camarade de la promotion Lacoste, Larbi Belkheir, puis il devient directeur central du matériel, commandant des forces aériennes et enfin chef d’état major de l’armée
    Entre 1990 et 1999, il est ambassadeur d’Algérie en Suisse, ou il s’occupait de préparer une retraite dorée pour les généraux mafieux en vaillant sur leurs comptes en banques dans la capitale Helvétique, aujourd’hui il est officiellement en retraite. Mais depuis l’avènement de la marionnette Boutéflika, il a repris du service en intégrant les services de la présidence en tant que conseil militaire du président. Fin de citation
    Voilà Si Merabi, maintenant, vous devriez avoir une petite idée sur les assassins du père de la révolution algérienne Si Tayeb El Watani.
    salam.

    • Mohamed

      Graves accusations et beaucoup de contradictions!

    • Mémoria,

      Si Tewfik,
      La haine vous aveugle jusqu’à nous envoyer des informations utilisées dans les sites que vous connaissez(et que nous connaissons sur le Net).Connaissez-vous les sources d’infos de ces sites ou voulez-vous nous épater avec ces renseignements que vous ne maîtrisez pas globalement ?Je ne suis pas contre votre volonté d’informer mais je vous demande plus de prudence dans la manipulation d’infos sensibles car vous risquez de faire le jeu du Mossad et de certains services occidentaux qui nous attendent au Printemps hypothétique …de Prague (1956) !
      Sans rancune !

      • tewfikhayii

        Salam,
        Si Mémoria,il n’y a ni haine, ni sidi Zékri, les faits sont là et aussi terribles soient ils,ces salopards ont vampirisé notre pays.Les informations sont tirées de l,internet soit, mais je ne suis pas dupe,car avant de les mettre sur la toile,j’ai lu ailleurs, à partir d,autres sources complètement à l’opposé des sources que vous avez devant vous.Je ne fais le jeu de personne, et cessez Mr Mémoria d,être paranoiaque,je pense que votre intelligence et votre vision est au dessus de ces considérations de bas étage. Ce que vous avez mis dans votre commentaire me laisse perplexe car je ne conçois pas que ce que j’ai écrit et mis dans mon commentaire, soit faux ou erroné.Vous dites que je fais le jeu du Mossad et des services secrets occidentaux, là de deux choses l’une, ou vous êtes naïf, ce dont je suis sceptique,et dans le cas
        contraire,je serai surpris,ou bien vous faites semblant d’être crédule pour me
        pousser, à aller plus loin dans mes affirmations. Je ne suis pas là pour épater qui que ce soit, Monsieur, nous ne jouons pas au Doudèhe (cerceau)
        la situation est grave et les hyènes sont là pour se disputer la carcasse de cette pauvre Algérie. Les moyens d’informations sont limités pour nos frères
        alors si je peux informer mes frères, car ici les moyens d’information sont performants et nous permettent de chercher beaucoup de choses inaccessibles dans notre pays,en commençant par l’internet, où il faut une seconde pour accéder à une page web ici, alors qu’il faut un temps beaucoup plus long en Algérie, ce qui fait que les recherches sont plus aisées ici que là bas (Algérie). La bibliotèque nationale nous permet de faire
        des recherches assez poussées, en nous ramenant des ouvrages et des livres, que nous suggérons et que la bibliothèque nous ramène.Voil`s Si Mémoria. Maintenant,si informer nos frères,quelque soit les sources (il y aura toujours une parcelle de vérité),vous égratigne l’épigastre,ne les lisez pas, et laissez les autres,qui sont intéressés de les lire et de donner leurs avis sur ces affirmations,nous sommes dans un pays libre, où la liberté de pensée est reconnue, n,est ce pas Si Mémoria ?. Pour une fois, que nous avons l’occasion de clouer ces charognes au pilori, il y a un défenseur inespéré qui veut semer le doute dans l,esprit du lectorat,alors que ces tristes sires ont mis le pays à terre. En principe, on doit unir nos forces et nos paroles et nos gestes pour les foutre à la porte de notre pays,pas essayer de diviser les rangs, et si printemps … de Prague, il doit y avoir,soit il y aura un printemps algérien, au point où se trouve le pays,je ne vois pas ce que le peuple perdra, ce que nous perdrons,une grande partie des citoyens vit en dessous du seuil de pauvreté, et la jeunesse préfère se faire bouffer par les requins, et par le feu, que de rester dans un pays où l,avenir est hypothéqué par une bandes de bandits de grands chemins.
        Merci de m,avoir lu.
        salam.

        • Mémoria,

          Si Tewfikhayi:
          Relisez ma phrase et répondez-moi en conséquence:
          J’ai bien formulé que « vous risquiez de faire le jeu du Mossad et de certains services occidentaux »
          Je n’ai jamais écrit que « vous faisiez le jeu du Mossad » comme vous le prétendez dans votre réponse!
          Toujours cette éternelle incompréhension d’une langue française « kidnappée » qui crée des altérations sur la Toile entre algériens et aussi….PN !!!
          L’Université Algérienne a bien plus besoin de vous ici….chez nous… que le monde associatif du Petit Maghreb où l' »élite  » de nos campus se morfond dans les souvenirs de destins brisés et d’une hypothétique intégration …..armoricaine et la mise au pas sur le boulevard
          Alexis Carel…
          Comment ne pas devenir Parano Si Tewfik ?

          A un de ces jours !

          • un ami

            khayi peu être il ya un décollage horaire lui au canada ; vous en Algérie.

          • tewfikhayii

            salam,
            J,ai un plaisir spécial à disserter avec vous, Si mémoria, car je sais que j’ai affaire à un personnage qui maitrise son sujet et qui respecte l’opinion des autres, tout en étant extrêmement critique au sens des termes et à leurs sémantiques. Tout l’honneur est pour vous khayi.
            Revenons à nos canassons (sourire).Risquer de faire le jeu du mossad et de certains services occidentaux ou faire le jeu du Mossad, est pour moi aller rapidement en besogne, car ,et je crois que vous le savez déjà
            pour le monde du renseignement, l’Algérie est comme un livre ouvert, du moment que tout ce beau monde opaque, a des honorables correspondants dans notre pays,et pour étayer ce que je viens de dire,
            puisque nos lecteurs, ne croient que sur preuves n,est ce pas, je vous demanderai de vous référer au livre intitulé MOSSAD où l,auteur, Michael ROSS,un ancien du Mossad, naturalisé canadien,que j’ai lu il y a une dizaine d’années avait dit que dans tous les pays arabes, l,Algérie
            entre autres, ils avaient des cellules dormantes installées depuis plusieurs décennies, implantées partout, qui prenaient en charge les agents en mission en mettant à leur disposition logistique et aide nécessaire.Les seuls pays où le Mossad n,avait pas pu s’implanter étaient l’Irak et l’Iran. Si Mémoria, je vous le recommande, il vous donnera une idée comment fonctionne le mossad.Donc, ce n’est pas moi, simple Algérien profane qui irait renseigner des services aussi parfaits que le Mossad, la DST, le MI6,le FSB ou autres.À moi ,de vous rendre la question, croyez vous en votre âme et conscience que ce que j,avance est pure fiction et fabulation ? Je voudrai avoir votre opinion si vous le voulait. Au plaisir de vous relire très bientôt.
            salam.

            • Mémoria,

              Merci Si Tewfik;
              Je voudrais vous livrer deux passages du livre de Victor Ostrovsky ,ex agent du Mossad et ayant la double nationalité canadienne, qui livre un pan de l’histoire de ce redoutable service de renseignements et d’action qui garantit à ce jour la pérennité de cette démocratie de façade qu’est l’entité israélienne…Le livre est paru à Toronto publié par Stoddart Publishing Co.Limited et aux Presses de la cité à Paris la même année.Co-édité aux éditions Rahma-Alger en 1991.

              « …………….Les combattants,eux, partaient en mission pour deux,trois,quatre ans même.Les katsas qui les dirigeaient,ceux de la Metsada,étaient les seuls liens qui les rattachaient à leurs épouses.Ils commencaient par rendre visite à celles-ci chaque semaine,et de fil en aiguille,les visites servaient plus seulement à donner des nouvelles du mari,mais à prendre sa place.Confiez-leur votre vie,mais jamais votre femme.Pendant que vous risquiez votre vie dans un pays arabe,vous perdiez votre femme dans les bras d’un katsa.La pratique était si courante que si vous postuliez pour la Metsada ,on vous demandait:-Pourquoi ?Tu veux tirer un coup? » »P113.
              No comment !

              Deuxième passage: « Abou yousouf chef de Septembre noir qui serait tué quelques semaines plus tard par un commando israélien pendant le raid du 20 février 1973 contre son quartier général de Beyrouth,décida alors qu’il fallait remplacer Salameh,au moins temporairement,à la tête des opérations européennes.Le choix se porta sur Mohammed Boudia d’origine algérienne,et bien connu des milieux chics parisiens.Ce dernier constitua sa propre cellule …….
              L’idée de Boudia était de coordonner tous les groupes opérant en Europe en une seule armée clandestine.Il permit aux membres des divers groupes de s’entrainer au Liban…,et quasiment du jour au lendemain créa une grande organisation,une sorte de bureau central pour toutes les factions…
              ….Le palestinien donna tout de suite à Riff l’agent du Mossad les adresses de Boudia.Celui-ci aimait les femmes,il avait plusieurs maîtresses à Paris.Se sentant visé il utilisait les appartements de ses femmes comme planques dormant chaque nuit dans un endroit différent….Les israéliens se mirent à filer Boudia.Ils apprirent rapidement qu’il transférait de l’argent sur le compte d’un vénézuélien nommé Illitch Ramirez Sanchez (Le futur Carlos),issu d’une famille riche ayant fait des études à Londres,Moscou et vivant à Paris et travaillant pour l’OLP…..La Metsada ne tarda pas à découvrir que Boudia était un homme prudent……Boudia ne montait jamais dans sa R 16 bleue sans ouvrir le capot,regarder sous le chassis et dans le coffre,inspecter le tuyau d’échappement à la recherche d’explosifs.Le Mossad décida donc de placer une mine à pression dans le siège de la Renault…..Le 28 juin 1973,Boudia quitta l’immeuble,se livra aux vérifications habituelles,ouvrit la portières,s’assit.Au moment où il refermait la portière,l’engin sauta le tuant sur le coup.L’explosion fut si forte qu’un grand nombre de boulons traversèrent son corps et criblèrent le plafond de la voiture » »Pages192-193-194
              Allah yarham Chahid Mohamed Boudia ,enterré à Alger et que remplacera aussitôt « Carlos » Ramirez Sanchez.!

              Mes Amitiés Si Tewfikhayi !

              • Mouhal

                السلام
                Permettez moi cette petite intrusion,Boudia a été identifié grâce au service français.

                • Mémoria,

                  Bonjour,
                  Effectivement Si Mouhal,la DST le pistait depuis des lustres et Boudia devait le savoir mais il n’en avait pas peur.Le seul point à souligner est que l’assassinat de Boudia fait partie du dossier à la décharge de Carlos ,kidnappé/livré aux services français ,affaire jugée(?) à ce jour par la …justice française.Charles Pasqua avait donné l’ordre de kidnapper Carlos à Khartoum en 1994 et il l’a reconnu !
                  La DST savait que Boudia allait mourir sur son territoire tué par le Mossad …

                  Affaire pendante….loin de la place Carnot !!!

              • tewfikhayii

                Salam,
                Si Mémoria, mes respects du soir, le livre je l’ai lu d’une seule traite, quand il est sorti et cela grâce à mon frère qui me l’avait ramené en 1992, je crois.C’est vrai le nom de l’ex agent était Victor Ostrovsky
                car il était Juif ashekenaze,mais a pris le pseudo de Michael ROSS,
                et ce qu’il y raconte est très instructif et inimaginable, ne trouvez vous pas ,Si Mémoria, mais vous n’avez pas répondu à ma question
                Salam.

        • Houari

          Mr Tewfikhayi Bonjour,
          Vous êtes vraiment loin de la réalité, vous croyez que les printemps Arabes qui se sont produits en Egypte Libye, Tunisie ont apporté du bonheur à leur peuple au contraire.
          Vous êtes vraiment pas du tout à jour , les peuples des trois pays cités souffrent le martyr depuis ce fameux printemps arabe initié par Sarko BHL le juif et Cameroon.
          Lorsque la France a quitté l’Algérie en 1962, elle a laissé un pays détruit, en espérant qu’il n’arrivera jamais a relever la tête.
          Les français n’ont jamais manqué une occasion pour se moquer des algériens, en disant: voyez, ils sont incapables de se débrouiller seuls. Nous étions la pour leur garantir de quoi manger, mais ils ont voulu l’independance , alors regardez le résultat.

          Mais aujourd hui, tout le monde voit que l’Algérie se porte plutôt bien.
          La dette a été entièrement payée.il ya énormément d’argent disponible pour les investissements futurs. c’est pas mal pour un pays, qui n’a que 50 ans d’independance après avoir été colonisé pendant 130 ans.
          C’est vrai qu’il ya eu des erreurs, je ne ni pas que la corruption n’existe pas, je ne ni pas l’existence des problèmes de gestion.
          Si Tewfik il ne faut se fier de vous sources je sais que toutes informations ont été tirée d’un livre d’un ex. militaire journaliste devenu opposant. Et jusqu’à présent il joue double jeu , en 2011 a été autorisé à rentrer au pays après avoir passé 15 ans dans l’exil, malgré tout cela il continue à dénigrer nos institutions au nom de la démocratie.
          NB je ne fais partie d’aucun clan, mais seulement de celui de l’Algérie Bonne journée Si tewfik.

          • Houari

            lire vos sources

          • tewfikhayii

            Salam,
            Toujours la même rengaine,vous êtes vraiment loin de la réalité,vous croyez que les printemps Arabes qui se sont produits en Egypte Libye, Tunisie ont apporté du bonheur à leur peuple au contraire.Chaque intervention des intra muros,démontre la méconnaissance de nos compatriotes de notre situation envers le pays.Si El Houari,si la situation actuelle du pays perdure, et qu’il n’y ait pas de changement avéré et rapide de la situation, le printemps arrivera malgré vos craintes car les tenants de la politique du pays ne font rien pour y remédier ou tenter de faire changer les choses ne serait ce que d’un iota.Ils persistent à rester dans leur marasme et leur médiocrité en humiliant chaque jour que Dieu fait, ce peuple patient au dessus de ses possibilités.En ce qui me concerne, je ne souhaite pas de printemps révolutionnaire,car cela rendra le peuple un peu plus pauvre et malheureux,et fera le bonheur des personnes nageant en eaux troubles
            mais l,état actuel des choses,le cheminement vers l’irréparable est inéluctable.Les ingrédients pour une explosion sociale sont prêts et il faudrait un miracle pour que tout cela s’apaise.Si El Houari, je ne suis pas né de la dernière pluie et je ne crois pas au Père Noel, je sais différencier entre les choses,et comprendre un tout petit peu les tenants et les aboutissants d’une affaire, les conclusions faites,l,ont été après mûre réflexion et après la lecture de plusieurs ouvrages et études faites par les historiens avérés, impartiaux et sérieux. Ne croyez pas, que je vais aller colporter des racontars, glanés du premier papier tombé entre mes mains.Quand j,ai dit que les principaux acteurs du déclenchement de la révolution, notre révolution,beaucoup de responsables politiques de différents courants étaient contre le déclenchement de la lutte armée comme Messieurs Messali Hadj, qui avait une vision plus soft de la chose, car il voulait l,assimilation, ainsi que Ferhat abbès dans un premier temps, avant de se rallier à la cause armée devant le refus des français de la demande de ce grand monsieur, a`travers son livre parlant
            de l,assimilation au lieu du statut infâme de l’indigénat,et beuacoup d’autres.Ces vérités, se trouvent dans une foultitude de livres écrits par de nombreux historiens, entre autres Yves Courrière dans ses 4 tomes
            Les fils de la toussaint,le temps des léopards,l’heure des colonels,le feu du désespoir,de Monsieur Hervé Bourges (ancien secrétaire général du ministère de l’information du gouvernement Ben Bella), l,Algérie à l’épreuve du pouvoir, Monsieur Mohamed Lebjaoui,qui est de ceux pour qui l’insurrection de Novembre 1954 a été le signal du grand espoir et le début d’un long combat.Membre du 1er CNRA, co-rédacteur du texte de la plate-forme du Congrès de La Soummam, premier responsable FLN du mouvement syndical de la Révolution algérienne, et premier chef de la Fédération de France du FLN, il est arrêté et maintenu en détention plus de cinq années dans les prisons de Fresnes et de la Santé. ses livres sur la révolution tels que VÉRITÉS SUR LA RÉVOLUTION ALGÉRIENNE- BATAILLE D’ALGER OU BATAILLE D’ALGÉRIE
            Messieurs mohamed HARBI et Benjamin STORA, et beaucoup d’autres historiens et maquisards qui ont laissé des écrits concernant la guerre d’Algérie et les dérives post indépendance. Je vous conseille de lire et comprendre les vers de Jibran Khalil Jibran, que notre frère SANS REPROCHE a bien voulu nous faire partager, et qu’il en soit remercié, qui résume en quelques vers toute ma dissertation.Si El Houari, l,Algérie
            appartient à tous les Algériens, même à l’ex. militaire journaliste devenu opposant, et c’est son droitde dénigrer les institutions, s’il pense que ce n’est pas correct.Il faut apprendre à respecter les opinions des autres, qui se vont pas dans le même sens que tout le monde, parce qu’il faut aller dans le même sens comme les moutons de panurge. Nous devons apprendre à penser de nous même et non pas laisser les autres penser et décider à nos places et lieux.non, Si El Houari, s’il y a quelqu’un ou quelque groupe de personnes qui sont contre, cela ne veut pas dire qu’ils sont manipulés par quelques forces occultes et néfastes (syndrome du socialo-communiste),qui voit des impérialistes partout,
            mais une vision différente et nouvelle de la situation; c,est ça l,apprentissage de la démocratie et de l,évolution des sociétés vers ce qu’il y a de meilleur. merci de m’avoir lu Si El Houari.
            ALLAH IJIBE EL KHEIR
            Salam.

        • BELABBES

          Merci pour ces éclairages

  15. merabi

    je vous remercie pour cette peine. rabi yerham boudiaf

  16. tayeb n

    il faut appeler un chat un chat ! Boudiaf a été tué par le « cabinet noir » constitué par Belkheir , Toufik , Lamari , Nezzar , Touati ,…. Car la politique qu’il prônait allait contr eleurs intéréts . Le peuple algérien doit le savoir et ne pas oublier .  » Un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre  » . C’est ce que disent les Hstoriens !

  17. ourred sba

    Les algériens qui ne connaissent rien à ce qui se passent en Algérie , ou qui font semblant de ne rien connaitre , doivent s’éveiller à leurs consciences et commencer à s’intéresser à l’avenir de leur pays avant qu’il ne soit trop tard! ! Je remercie tewfikkhayi pour cette contribution intéressante.

    • tewfikhayii

      Salam,
      Si ourrad sba, au secours, expliquez leur que c’est le moment de se réveiller, car à moi ils me disent que je suis à côté de la plaque,vu que je vis de l,autre côté du monde, peut être que vous,qui habitez FE DAOURA, arriverez à les convaincre que c’est la réalité, que nous traitons. ALLAH IJIBE EL KHEIR.
      Salam.

  18. AL HANIF

    Si Mémoria Salam

    Je n’entrerai pas dans le débat entre vous et Tewfik car je sais que dans ‘ la boite noire’ on ne sait jamais.
    J’interviendrai sur la vision fausse ou faussée et redondante qui semble être la votre, selon laquelle tous les algériens résidant à l’étranger seraient des âmes en peine se morfondant et pleurant le paradis perdu.
    Le choix du départ couvre des motivations aussi diverses que les situations particulières mais pour la plupart, là où ils sont, je peux vous assurer que ces algériens font honneur à l’Algérie de part leur compétence et leur rayonnement scientifique et: ou qualité humaine.
    Bien sur les incertitudes d’un marché de travail mondialisé s’appliquent aussi à eux car s’appliquant à tous dans des économies réelles et non factices, mono-dépendente d’une rente fossile.
    Vous ne verrez jamais parler es-qualité contrairement à beaucoup,car je n’entretiens aucun amalgame entre forum et exhibitionnisme mais je peux vous assurer d’une chose , c’est que la diaspora algérienne existe et elle est de qualité..
    Beaucoup ont pu réaliser pleinement leur potentiel et fuir la médiocrité ambiante et les jeux d’appareils alors qu’ils étaient bridés dans leur pays.
    Il vous suffira de consulter la liste des habilitations des medecins universitaires autorisés à exercer à l’etranger, la liste des professeurs de rang magistral pour arriver à la conclusion suivante: malheur au pays qui ne sait pas retenir ses enfants.
    Ceux qui ont tenté le retour et non appuyés par un acte vassalique et l’onction des puissants sont repartis dépités.
    Les devises de l’etat auront servi à former pour les autres pays car les conditions objectives d’un retour n’ont jamais été réunies.
    Puisque vous parler de Montréal, je peux me porter caution de certains qui s’y trouvent, qui avaient des postes éleves mais n’ont jamais rien volé ou se sont opposés à la rapine alors que leurs subordonnés exhibent maisons gogantesques et train de vie sans rapport avec leurs revenus.
    Bonne journée.
    Le sentimentalisme débridé appelant au retour et le ressort de la culpabilisation auront fait long feu.
    Nous sommes algériens vivant ailleurs ni plus ni moins.

    • sans reproche

      De Jibran Khalil Jibran:

      « Malheur à la nation qui brandit mille et une croyances, mais qui ignore la foi.
      Malheur à la nation qui se vêt d’une toge point tissée de ses mains, qui se nourrit d’un pain point pétri de ces mêmes mains, et qui se grise d’un vin point tiré de ses raisins.
      Malheur à la nation qui acclame son tyran comme un héros, et qui estime bienfaisant son conquérant de pacotille.
      Malheur à la nation qui méprise les rêves de ses ambitions, et qui se soumet à leur éveil.
      Malheur à la nation qui n’élève la voix que dans ses funérailles, qui ne se glorifie que parmi ses ruines, et qui ne se révolte qu’entre le glaive et le billot.
      Malheur à la nation dont le politicien est mi-renard et mi-pie, le philosophe un jongleur de mots, et l’artiste un maître en rafistolage et en contrefaçon.
      Malheur à la nation qui accueille son nouveau souverain en fanfare pour le renvoyer plus tard sous les huées et en acclamer un autre aux mêmes sons de trompettes.
      Malheur à la nation où les sages sont rendus muets par l’âge tandis que les hommes vigoureux sont encore au berceau.
      Malheur à la nation divisée dont chaque parcelle revendique le nom de nation ».
      AL HANIF fait bien d’ajouter une touche : » Malheur au pays qui ne sait pas retenir ses enfants ».

  19. AL HANIF

    Merci de lire ‘ vous parler’
    Pour Tewfik; petit rectificatif
    Chadli n’a jamais été officier de l’armée française mais caporal-chef et rejoindra le maquis de l’ALN en 1955.
    Ce qui en fait un militant de la première heure, vous en conviendrez!

  20. Mémoria,

    Si El Hanif Salam !

    Vous m’acculez presque à…. j’allais dire « Un duel de Titans » avec vous tant j’estime positivement vos vécus,carrière,expérience(s) ,intellectualisme et maîtrise d’une langue française butin de guerre partagé.Qu’à cela ne tienne car il faut que nous nous approchions l’un de l’autre par un affrontement dialectique inévitable puisque nous devons assumer nos positionnements respectifs dans ce monde « mondialisé » à l’extrême que notre frère Tewfikhayi pense monopoliser à lui seul dans sa BN…..
    J’aurais préféré que vous me répondiez sur le cas de conscience d’un officier et de cette terrible question adressée à moi et pas à Boumaârafi Lembarek: »Auriez-vous exécuté les ordres de tuer le président si on vous les avez donner? »
    Je vous ai répondu et attendais votre réponse….Vous répondez à la demi-attente de Tewfikkhayi sur cette élite algérienne en déperdition abroad !
    Je me demande si vous n’avez pas l’art de l’esquive ou du décrochage des vétérans de la guérilla urbaine ou si vous me prenez pour ce que je ne suis pas.Vous ne me suivez-pas comme vous affirmez dans un autre commentaire.
    Vous auriez voulu que je vous dise que j’avais été dans les milices palestiniennes ou Mourabitounes de Beyrouth en 1982.Je vous avais répondu non car je suis un homme honnête comme mon père Allah yarahmah ancien militant actif de la fédération de France du FLN ! Je ne joue pas avec les media ! Cela ne pardonne pas !
    Je suis un fils de cette émigration qui a tant donné à la Révolution et je ne renierais pas son histoire en rendant hommage à ce sociologue de l’émigration Abdelmalek Sayad(CNRS).Et aujourd’hui je me vois stigmatisé par d’autres émigrés….
    J’ai bien ciblé la problématique de l’Intelligentsia algérienne qui s’accroche aux….Panthéons perdus qui ne les enterreront jamais dans leurs carrés;ils resteront périphériques…..comme Edouard Glissant pourtant français.
    Je comprends les vécus,les unions,l’existence d’une progéniture qu’on ne peut abandonner;je ne comprends pas pas qu’on puisse nous donner des leçons de loin alors que nous avons vécu toutes les péripéties et les convulsions de cette démocratie qui va naître certainement avec sa saison algérienne loin de toute manipulation de labos que vous devinez !
    Je n’ai jamais été l’officier que vous suspectez,ni un des gens de Smiley.J’essaie d’être cet intellectuel qui a roulé sa bosse,algérien,musulman et avec ce côté humaniste ouvert sur la perception que nous ne sommes pas le centre du monde.

    Mes respects camarade et frère Kémal !

  21. DR HARMEL

    Je vous remercie Mr Toufik d’avoir ramasser ces informations très utiles de se que vous appelez le cabinet noir sur le net ;.mais je suis un peu septique sur les causes que vous avez avancé en ce qui conserne l’assassina du défunt Boudiaf .Vous avez écris qu’il s’est mit à dos les moudjahidines et les organisations satellites alors que le parti (rassemblement national) qu’il était en train de créer reposait essentiellement sur ces organisations de masses avec leurs cortèges d’opportunistes ; de ce coté il n’avait pas de choix car il travaillait dans l’urgence et il fallait retrouver une légitimité populaire .Je suis également très étonné que vous avancez l’information sur le secret partagé avec le regretté Benhamouda ?alors que ce dernier faisait parti intégrante du dispositif utilisé par les tenant du pouvoir de l’époque ….(on peut revenir plus tard sur les raison de sa mort rahimaho ellah ) .le seul point qui met d’accord tout le monde surl « institution » qui a commodité l’assassinat de feu TAIB EL WATANI reste probablement l’institution militaire .Ce pendant on peut légitiment s’interroger sur ces décideurs qui étaient les architectes du retour et l’intronisation de défunt Boudiaf à tête du HCE et qui devaient être les responsable de son assassinat? . Je pense qu’il y’a eu de la part de ce dernier des décisions très « dangereuses » qui ont touché les intérêts personnels vitaux de ces dérniers et qui les ont poussé à prendre la décision urgente de le tuer … Pour trouver les brins de repense il faut revenir sur l’actualité de l’époque et l’action mené par le regretté de créer une brigade de lutte contre la corruption et qui dépendait directement de la présidence cette dernière par une action spectaculaire a mit à jour l’affaire de trafic de tout genre dans le sud du pays célèbre sous le nom de l’affaire BETTOU…Cette affaire a donné la certitude au parrains de ce Betou que Boudiaf etait incontrôlable et pouvait ainsi menacer sérieusement leurs capacités à disposer frauduleusement et sans contraintes des richesses du pays…..Voila à mon avis une des raisons de cette tragédie nationale…. Le retour au pays du défunt représentait un réel espoir pour la nation mais une de ces décisions était très maladroites voire dangereuse je veux parler des camps de concentration du sud qui ont permis aux islamistes du FIS de s’organiser rapidement et au niveau national pour le enclenchement de leur action armée contre le régime mais surtout contre tout le peuple Algérien… MERCI

  22. AL HANIF

    Salam si Houssine

    Il n’y a pas gourrance en ce qui me concerne et je continue de voir en vous un patriote qui a mal à son pays.
    Je vous fais crédit de votre vécu et vous savez que je tiens à notre amitié.
    Bien de choses ne peuvent être exposées ici car vous comme moi connaissons notre devoir de réserve.
    En ce qui concerne votre question, je ne peux y répondre, car n’étant stipendié d’aucune officine, et encore moins agent d’ambiance de ‘ la boite noire’, je ne peux me fier qu’à des sources ouvertes.
    Et au jour d’aujourd’hui l’instruction judiciaire de mon pays n’a fait part d’aucune vérité concernant ce dossier périlleux et sensible.
    Ne connaissant pas les commanditaires comme tous les algériens, je ne peux que déplorer une occasion gâchée pour l’Algérie et la perte d’un homme faillible mais si intègre!
    Amicalement.

  23. AL HANIF

    La seule chose que je sais avec certitude concernant le défunt, car ces confidences m’ont été livrées par un de ses proches du premier cercle, c’est qu’il a été consterné par le niveau de la corruption du pays et de la dérilection de son système éducatif. Il s’agissait là pour lui d’un chantier prioritaire qu’il confiera à Djebbar ( d’ailleurs retourné enseigner dans une université française!!!!).
    Jusqu’à son assassinat, en politique averti, mais inconscient de la coalisation d’intérêts qui pouvaient liguer contre lui, il a fonctionné en Moudjahed, dormant sur place et demandant à ses collaborateurs d’être disponibles de nuit et de jour.
    En voulant s’attaquer frontalement à la corruption, après avoir voulu démissionner car mis sous tutelle par ‘ la boite noire’, il s’avait qu’en donnant l’exemple d’un incorruptible, il allait recueillir l’estime et les suffrages du peuple qui aurait compris qu’il n’était pas sorti de son exil pour faire de la respiration artificielle à un système gangréné.
    Ne perdez jamais de vue que dans un pays jeune , peu de citoyens connaissaient sa trajectoire révolutionnaire alors qu’il fut le premier d’entre.
    Mettre fin à la rente lui aura été fatal.
    Le bonjour à sa belle-famille les Benabderrahmane dont le papa, propriétaire du Widad militait dès 1940.
    L’avoir présenté comme un ‘ éradicateur’ fait partie de la manipulation mentale qui prendra sur des esprits faibles qui appuyeront sur la gachette…et se précipitent vers un commissariat pour marquer leur défiance envers leurs corps d’origine
    Si ma mémoire est correcte, avant de tomber sous les balles, il faisait le constat de notre régression en comprarant aux pays sortis de l’ornière et en insistant sur la science et l’effort.
    Ce furent ses dernières paroles.
    Paix à son âme..

  24. CHOT

    Je tiens à saluer l(honnêteté intellectuel de Si Mémoria ,depuis que je suis ces commentaires sur ce site ,a toujours fait d’une preuve d’une raison objective dans tous les sujets qu’il aborde,il analyse les faits ,sans passions,il sait évoluer avec les situations présente ,et arrive à nous sensibiliser sur des sujets avec tact mesure et discernements … Félicitation Mr Mémoria nous serons toujours attentifs à vos enseignements …..ALLAH EST GRAND

  25. un parmi d'autres

    Slm al-hanif ,
    Je suis at home du coté de l’Empire et grâce à ma tablette je me suis connecté .
    Comme promis je suis passé chez ton pote Bd du front de mer hélas je n’ai rencontré personne j’ai rencontré l’un des frères Khémisti et je lui ai demandé des nouvelle de ton ami Farid Khémisti il est Avocat à oran quai à mon ami Djamel l’aîné des Khémisti je le verrai cette semaine.
    Prend soin de toi et à bientôt .
    Quand à mon ami Claude elle m’ à appelé plusieurs fois depuis mercredi je la salued la place Carnot .

  26. abbes

    Ce qui et bien est ces contacts entre internautes lecteurs qui sont des fidèles de la voix de sba nécessitant plus de sérénité pour garantir un débat fécond

  27. Un parmi d'autres

    Comme il a été dit de la part de Mr Mémoria concernant le contact entre moi et ma terre natale ,et suite à ma réponse que les ponts n’ont jamais été interrompus et que je me trouve chez moi.
    Alors Mr Memoria je réitère mon invitation si vous tenez à une rencontre afin que nous puissions discuter et là vous faire une idée sur ce que suis.Donc faites moi signe sinon certains préjugés m’envahirons.
    Cordialement.

  28. AL HANIF

    @ Si Houssine

    Cher Mémoria qu’il me soit permis d’apporter quelques corrections à la ‘biographie’ du chahid Mohamed Boudia.
    Vous insistez lourdement sur son côté Don Juanesque mais Boudia fut surtout un militant FLN chargé des opérations stratégiques au coeur de la France.Et un planificateur hors pair.
    C’est d’ailleurs cette expertise que les palestiniens rechercheront car il était acquis à la révoultion permanente!!!!!
    Il ciblait, planifiait et executait des actions de nature à nuire au potentiel économique pendant la lutte de libération.
    Arrêté par la DST, il sera reconnu ‘terroriste’ donc opposant politique et libéré suite aux accords d’Evian.Sur sa fiche de police, son surnom était ‘ gueule d’ange’.
    Dramaturge et aimant le théâtre il sera désigné à la tête du Théâtre national.
    Il n’acceptera JAMAIS le coup d’etat de Boumediène et trouvera refuge en France.
    Autre erreur gravissime de présentation:
    Boudia se méfiait de Arafat et il sera militant du FPLP de Georges Habbache.
    merci de ne pas confondre ce mouvement laic, non confessionnel et révolutionnaire avec d’autres mouvements de la résistance palerstinienne.
    Bonne journée.

    • Mémoria,

      Salam Si El Hanif,
      Bizarrement je suis allé chez le dentiste ce matin….Ce n’est pas pour vous dire que j’avais une rage de dent ni pour m’excuser auprès d’un parmi d’autres de n’être pas venu à son RDV nocturne de la place Carnot où on devait y danser bien plus hot que sur le pont d’Avignon.
      C’est vrai camarade que je n’ai fait que reporter des passages du livre de l’agent du Mossad Victor Ostrovsky et alias Ross comme l’a lu notre khayi Tewfik. et ce dernier est plein d’éloges pour cet algérien engagé qui a eu son histoire avec la fédération du FLN. Merci pour ce complément d’information ,tout en précisant aux lecteurs d’aujourd’hui que le mouvement de Yasser Arafat s’appelait El Feth ,et puis sa présidence ultérieure sera sous l’égide de l’OLP qui fédérera difficilement toutes les factions palestiniennes(FPLP de Habbache,FLP-Cdt général Ahmed Djibril,Fdlp de Nayef Hawatmeh,El Saïka/Damas,etc…, sauf celle du front du refus d’Abou Nidal réfugié longtemps en Irak….Ces mouvements eurent pas mal de volontaires algériens et les intellos ciblèrent particulièrement Le FPLP que préférait Houari Boumèdiène pour sa ligne dure…
      Et puis El Hanif vous nous plongez-Pourquoi pas- dans l’exhumation d’un pan de cette histoire occultée de l’aide de l’Algérie aux mouvements de libération,aux militants tiersmondistes,aux isolés qui combattaient contre l’exploitation de l’homme par l’homme dans le monde: les weathermen,la new left US du professeur de philosophie Timothy Leary(réfugié à Alger),Black Panthers de Stokely Carmichaël(Réfugié à Alger),Angela Davis,Alain Krivine des anciens Comités Vietnam de Paris,Action directe,et l’énigmatique histoire de Jacques Mesrine l’ancien baroudeur des commandos de chasse en Algérie qui va se déculpabilser en devenant l’ennemi public N°1 exécuté/fusillé au rond point de la Porte de Clignancourt le 02 novembre 1979….Il avait aussi passé des vacances à Moretti sous la protection de Boumèdiène….Il a écrit un livre « L’instinct de mort » et avait été très touché par la sérénité des prisonniers du FLN avant leur exécution….Il en reviendra totalement changé selon ses proches….Arrêtons-nous ici Si Smiley avant de rendre un hommage aux algériens volontaires inconnus morts pour la cause palestinienne et arabe en Palestine occupée et au Liban.Ceux là qui ira visiter leurs tombes au Moyen Orient ?
      Fraternellement !

      • sekkal s

        Connecté je me délecte mais ceci est extravagant messieurs j’aurai aimé dire plus Hélas…je vous lis avec respect et pondération.

  29. hamid

    je vois que les arguments sérieux donnés parALHANIFune chose qui nous pousse a suivre le forum merci les deux MEMORIA etALHANIF

  30. un parmi d'autres

    Bonjour tristesse ,ce que je veux tout simplement dire en voyant le contraire de ce qui se dit c’est qu »il n’y-à pas de quoi pavoiser un petit tour et cela suffit pour se mettre plein la vue alorsmon passe – temps favori ici c’est laisser passer le temps ,prendre mon temps sachant que je perd un temps précieux et je fini par vivre à contre temps .sous d’autres cieux le temps est précieux.

    On s’habitue aux défauts des autres quand on ne croit pas de son devoir de les corriger.

  31. Arbi

    je n ‘ai pas saisi franchement ce commentaire

  32. abdel

    sa s’était un homme un vrai algérien qui aimais sont pays, pas comme c corrompu, mais y a Allah, eux sont des mécréant, moi je veut juste poser une question, comment ce fait t ‘il que l Algérie la plupart qui sont ministre et le président lui même soit marocain…

  33. BENHADDOU B

    à cette occasion:je dit à tout le monde:bonne fète du 5 juillet et joumou3a makboula

  34. amar

    Boudiaf etait un honete citoyen algerie, jusqu au jour ou il a accepter le deal des crapules de generaux, boudiafs a envoyer des milliers d innocents dans des camps du sud et ça il devra en repondre devant la justice divine

Répondre