La Voix De Sidi Bel Abbes

Pensée a l’ancien instituteur directeur d’école et maire de Belarbi ex Baudens Ouharzoune tahar

 

Né en 1916 à Bejaïa. Instituteur puis directeur d’école de 1942 à 1975 puis directeur d’agriculture sur demande de son ami feu Tayebi Larbi de 1975 à 1984 . Ancien militant de la cause nationale aux cotés de feu Medeghri, feu Tayebi Larbi, Meslem Kada, El Mentra Yazid. Sa mission convoyage d’armes et autres…Après l’indépendance, il assure la fonction de maire de la commune de Belarbi qu’il baptisa  du nom de son camarade et ami Caïd Belarbi. Ses enfants, tous instruits et la plupart dans l’enseignement sauf un  qui depuis son décès Djamel (pilote d’avion) Le  regretté maire commença à déprimer indique un membre de la famille.A noter parmi les faits qui le marquèrent profondément c’estl’assassinat du Kaid Belarbi Abdelkader en compagnie de son frère Cheikh, et ce par le tortionnaire Chuppin., l’itinéraire de ce nationaliste parmi les colons était inconnu, pourtant, l’ex village de « Baudens » porte depuis 1963 le nom de Belarbi Abdelkader.Feu Ouharzoune Tahar avait  beaucoup oeuvré pour cette baptisation pour pérenniser Feu Belarbi Pour notre part, nous tenterons de parler à travers un papier que nous avons déjà publié en 1995 dans le Quotidien d’Oran au moment, notre confrère l’écrivain Kamel Daoud s’occupait de la page régionale. Nous dirons qu’Il n’est jamais trop tard pour accomplir un geste de   gratitude envers ces hommes et femmes qui  marquèrent  de leurs actes notre histoire puisque cette pensée a cet instituteur que fut si TAHAR et également directeur d »école qui s’occupa de la médiation  ;désigné puis élu de son village.situé a 18 km du chef lieu de wilaya.de sidi belabbes.nous permet aussi de révoquée  son grand ami et frère Belarbi Abdelkader lui aussi avec ses  innombrables actes de bravoure, son militantisme et ses sacrifices imprègnent les strates des mémoires et méritent une contribution, la noire en ce devoir de reconnaissance qui se veut une modeste contribution. Notons qu’en 1995 déjà, et en cette importante occasion, la D.E.C  et les S.M.A du village qui porte son depuis 1963, ont observé une halte en organisant des activités au centre culturel et ce, en présence des amis du chahid Tayeb et Derrar, Kadiri Kada Sahraoui qui  ont tenu à être présentes avec ensemble des élèves de l’école fondamentale(CEM) dudit village, débaptisé le 11 aout 1963 (voir journal La république). Le village Baudens devint donc Belarbi, prenant le nom du martyr. Ainsi 56 années après cette grande cérémonie reconnaissance, en hommage à ces héros de la résistance, l’on se souvient de cet homme qui a su rependre  à l’appel de sa part et mourir debout pour que vive l’Algérie. Les emprisonnements ni répression aveugle ni les actes de barbarie et asservissement n’avaient pu venir à bout de notre vaillant peuple. Pendant la lutte de Libération nationale. La guerre de Libération déclenchée, Belarbi prépara au sein de sa famille, des révolutionnaires pour rendre le maquis : ses fils ses frères, ses neveux .La première cellule de Baudens secrête de la lutte armée dans la région et lit le maquis, avec notamment son neveu le capitaine Tayeb Nehari.dont le fils Ali est hospitalisé ces jours ci.Et que la VDSBA avec sa nouvelle rubrique D.A.Y.F lui rendit visite le mercredi passé tout récemment Et ce jour c’est une pensée a feu Ouharzoune tahar qui nous a récemment quitté.mais c’est ce  lien trés fort qui existe entre cet intellectuel Ouharzoune et Feu BELARBI qui nous conduit a parler de dernier dans un contexte de rappel ou la guerre fait rage : les fermes brulent par dizaines, t, les militaires français font une répression aveugle dans la région .Belarbi se rend à Baudens rendre visite à sa sœur Belarbi Saadia, âgée de 75 ans, que ses deux fils qui l’ont quittés. Il trouve devant lui un ratissage destiné aux parents des maquisards, sa sœur qui pleurait devant sa maison dévastée par l’ennemi (militaires et C R S). Il lui dit « ne pleure pas ma sœur, fut ce que tu vois en mal et ruinée, c’est le chemin qui mène vers la liberté et tes enfants sont faits pour cette lutte. Moi si j’avais trente ans, je ne resterai pas là, et je suis certain que l’ennemi me vise et je   mourir sans voir les couleurs  Algériennes ».Puis, se retournant vers ses amis Mes m Kada, Mimoun Hadj Ben Abdallah et  feu Ouharzoune, ex maire de ce village, leur dit : « l’ennemi me suit depuis longtemps, et je vais mourir dans cette guerre de libération. Je vous charge, sur parole d’homme, que si vous êtes saufs venez devant mon tombeau m’informer que la France colonialiste est partie et que l’Algérie est libre et indépendante ». C’est ce qui a été fait : ses amis sont encore en vie .Autour de sa maison, aux douars Hassainat et Melgherir. La répression est aveuglante .Sans pitié ; quatre-vingts  civils sont massacrée par des coups de marteau, jetés dans un puits profond, parmi eux, deux blesses, enterrés vivants, sortirent quelques jours plus tard du gouffre.Ainsi, on apprendra  que Mokhtar Ould Belkhada Belarbi écrit une lettre au C.D.T au P.C Nahia deux zones V dans le but de relever le moral des populations. « Dites aux commissaires politique de contrecarrer la politique des SAS ». « Faites transformer le torrent de la révolte populaire en énergie créatrice ». « Dites au paysans de résister, de lutter .Après l’orage, ce sert le beau temps (victoire) ».

En citant le verset du Coran « Allah ne modifie pas ce qui est en un peuple avant que celui-ci n’ait modifie ce qui est en lui-même.»

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=23371

Posté par le Fév 24 2013. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

13 Commentaires pour “Pensée a l’ancien instituteur directeur d’école et maire de Belarbi ex Baudens Ouharzoune tahar”

  1. kerroucha

    magnifique je suis sur que ceci est un vrai devoir vis avis de ces morts.

  2. sohbi 22

    Rabi yerhammoutana

  3. bennabi

    Messieurs ces maires c’est un service a la nation qui les guida paix pour eux

  4. messafer ft sba

    ce que je sais de ce maire est qu’il fut bosseur et estimé.

  5. ZENAGUI

    Depuis son départ comme hassani a belabbes la mairie souffre

  6. miloua

    nous nous inclinons devant la memoire de Mr OUHARZOUN TAHAR un homme exemplaire qui nous a servi de modele tant dans sa vie professionnelle que dans sa vie privee il fut pour nous un pere et un guide je l’ai cotoyé grace à ses adjoints en l’occurence MR FEDDAL HAMANI et son beau fils MR DEBBAR TURKI je n’hesitais pas à me deplader aupres de ce monsieur pour profiter de sa sagesse et son experience.Il etait tres attaché à ses racines et maintenant je devine pourquoi grace à cet article que lors de sa retraite MR OUHARZOUN tres eleguant dans son costume a echangé ce dernier contre une tenue traditionnelle des caids on le comparait vetu de ce bel apparat vestimentaire à l’emir abdelkader.Decidement bravo VDSBA une bouffee d’oxygene que cette rememoration de nos hommes celebres.Je profite pour passer un bonjour à sa famille REBAI , DEBBAR et BENALI

  7. kerroum retraite

    Les grands maires ne corent plus les rues.Dieu est grand et rabi yerham ces nobles du savoir.

    • REBAI SAMIR

      bonjour, je tiens a remercier la voix de sidi bel abbes pour cet article dedié a mon grand pere ainsi que pour les commentaires qui s’en sont suivi et toutes les personnes qui ont compati a notre douleur

  8. Lamia Yassini

    I am really proud to be the grand-daughter of such an amazing men, allah yarhmo
    we will always have you in our heart…we love you

  9. Farch belarbi

    notre maire notre pére qui nus couvait dieu ait son ame

  10. Ahmed Khiat

    Rahimahou Allah. Il était d’une grande gentillesse. Il a été Directeur d’école jusqu’au 3 Juillet 1977 ( Ecole Mohamed Abdou ) et non jusqu’en 1975 comme il est rapporté dans le bel article. J’en parle en connaissance de cause.
    Mes condoléances à tous ses enfants et gendres.

  11. BD

    Je présente mes sincères condoléances à la famille Ouharzoun , Allah yarham si Tahar et feu mon ami Djamel , son fils.

  12. debbar nihad

    J’ai été trés touché en lisant l’article et les commentaires sur mon grand père Ouharzoune Tahar et je vous en remercie vivement.
    Mon grand père était un bon directeur de l’école primaire de Caid Belarbi le 1er maire du village aprés l’indépendance.Il a tout donné afin que enseignant et enfant deviennent des citoyens dignes d’etre de bons algériens et j’en suis fière.C’était un bon père et grand père ,il a su élever et éduquer ses enfants dans le respect d’autrui et la dignité.Les gens du village de Caid Belarbi qui le connaissent savent qu’il a fait énormement pour le village et ses alentours tel que tilmouni-mehada etc..d’ailleurs ils peuvent en témoigner.
    Par la meme occasion je remercie tous ceux qui ont présenté leurs condoléances et assisté à l’enterrement que dieu est son ame .Allah yarahmék.

Répondre