La Voix De Sidi Bel Abbes

Pauvreté: Les seniors, nouvelle génération précaire ?

Les plus de 50 ans sont de plus en plus fragilisés, du fait de carrières peu stables 
et d’une hausse du phénomène d’invalidité, pointe le rapport annuel du Secours catholique.

La progression est spectaculaire. Les plus de 60 ans représentent désormais 8,5 % du million et demi de personnes ayant franchi le seuil des permanences du Secours catholique, selon le rapport annuel de l’association, publié hier. Ils n’étaient que 5 % en 2000. Une augmentation encore plus forte chez les plus de 50 ans, qui comptent pour 25,5 % des personnes accueillies, contre 18 % en 2011. Ce phénomène s’explique évidemment par l’évolution de la pyramide des âges. Mais en partie seulement. Car la proportion de ces plus de 50 ans parmi les bénéficiaires du Secours s’accroît bien plus vite que le vieillissement de la population.

Ceux qui abordent la soixantaine aujourd’hui ont connu le plein-emploi, 
la croissance et le travail à vie. La génération des 50 à 60 ans, en revanche, a subi chocs pétroliers, désindustrialisation, et expérimenté la disparition de l’emploi à vie. On les retrouve sans surprise au Secours catholique. Les statistiques de l’association font d’ailleurs écho aux derniers chiffres du chômage. Au mois de septembre, le nombre de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans avait augmenté de 11,1 % sur un an, contre 4 % pour l’ensemble de la population.

Plus spectaculaire encore est le nombre d’inactifs accueillis. Parmi les 55-
64 ans reçus par les bénévoles, un tiers sont au chômage et 56 % ne cherchent plus de travail. Une inactivité très souvent liée à une inaptitude pour raisons de santé… Et comme souvent, ce sont les femmes qui souffrent le plus de la précarité. Elles représentaient 61 % des plus de 60 ans rencontrés par le Secours populaire en 2013, avec un revenu moyen de 772 euros. « Soit 215 euros en dessous du seuil de pauvreté. »

Dans ce contexte, il faut d’urgence favoriser le retour à l’emploi des chômeurs de longue durée, supplie le 
Secours catholique. Qui se permet même de lancer un avertissement au gouvernement : « Laisser se réduire le montant des retraites, comme ne pas revaloriser celui de l’allocation de solidarité aux personnes âgées, mettrait encore plus de ces personnes dans une situation de précarité avec l’augmentation constante des coûts du logement, de l’énergie ou de la santé. »

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56366

Posté par le Nov 14 2014. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

12 Commentaires pour “Pauvreté: Les seniors, nouvelle génération précaire ?”

  1. Mohand

    Le célèbre démographe français A. Sauvy à écrit « de tous les phénomènes contemporains, le vieillissement de la population est le plus sur dans son développement, le plus facile à prévoir et peut-être le plus grave dans ses conséquences ».

    Le vieillissement de la population représente, sans doute, la caractéristique démographique la plus spectaculaire que connaîtra l’Algérie dans les trois ou quatre prochaines décennies. Si la part des personnes âgées ne représente aujourd’hui que 7,5% de la population totale algérienne, force est de constater que leur nombre augmentera dans les décennies à venir, suite aux changements démographiques que vit l’Algérie depuis une trentaine d’années. Ce fait annonce le défi majeur de notre société pour les prochaines décennies.

    La situation des personnes âgées est souvent méconnue ou mal connue dans notre pays à l’instar des autres pays en développement ou le problème n’a pas encore pris une ampleur inquiétante. Certes, si les différentes actions menées jusqu’à présent pour contenir la croissance de la population depuis les années 1980, ont donné leurs fruits, les défis à surmonter demeurent ceux liés au vieillissement démographique, ces défis sont de nature économique et sociale et ils nécessitent une mobilisation de toutes les composantes de la société algérienne.

  2. Mohand

    La proportion d’hommes âgés présents dans la population active est considérablement plus élevée que celle des femmes. Cette proportion s’établie à 15,3 % contre 1,9 % pour les femmes.

    Concernant l’occupation d’une profession rémunérée dans le passé, 45,5% des personnes de 60 ans et plus déclarent avoir déjà travaillé, la répartition selon le sexe favorise les hommes avec un pourcentage de 82,0% contre 11,7% des femmes. Les revenus sont jugés insuffisants par les personnes âgées à cause de la hausse de plus en plus importante du coût de la vie et la permanence des charges familiales que les personnes âgée continuent à assumer.

  3. Mohand

    Le modèle de famille dans lequel les personnes âgées sont hébergées par les enfants est encore vivace et demeure un pilier de la forte solidarité familiale intergénérationnelle en Algérie L’analyse des données montre que l’écrasante majorité des personnes âgées vit avec les membres de leur famille (98%) .
    Aux âges avancés, les personnes qui vivent seuls sont essentiellement des femmes. Nous remarquons que les proportions d’individus vivants seuls sont toujours plus élevées pour les femmes que pour les hommes. Ce phénomène s’explique par la différence d’âge au mariage auquel nous devons également ajouter un niveau de remariage plus élevé chez les hommes veufs et divorcés comparativement aux femmes dans la même situation.

  4. Mohand

    Les données recueillies au cours de l’enquête Algérienne sur la santé de la famille (EASF2000) montrent qu’avec l’âge, les problèmes de santé deviennent multiples et plus chroniques, tant chez les hommes que chez les femmes. La santé physique ici est cernée au moyen d’un catalogue des troubles classés selon leur localisation dans le corps.

    Les principales maladies qui ont été déclarées par les personnes âgées enquêtées sont l’hypertension artérielle (43,5%), les maladies articulaires (26,4%), les maladies gastriques (18,3%), le diabète (16,1%) ; les problèmes de dos (14,9%), les maladies cardio-vasculaires (10,9%), la cataracte (10,6%) et les migraines (11,2%). Selon le milieu de résidence, l’enquête met en évidence la prévalence relativement plus élevés de certaines maladies telles que l’hypertension, le diabète et les maladies cardio-vasculaires en milieu urbain. Par contre, en milieu rural, on observe une prévalence relativement plus importante des maladies articulaires et des maladies gastriques. Il est également à noter que la plupart des maladies déclarées ont été diagnostiquées par un médecin.

  5. Mohand

    les données sont tirées d’un travail du DR Karima BOUAZIZ, Université A. Mira – Bejaia, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Algérie.
    Intitulé: Conditions de vie et santé des personnes âgées en Algérie

  6. Mohand

    mise à part la santé des sujets âgés, et la création de centres de gériatrie spécialisés, il faut penser à établir des cellules d’aide sociale surtout avec une espérance de vie devenue meilleure.

  7. OUERRAD en squatteur

    Les chiffres , les statistiques en Algerie ne m ont jamais convaincu, c est tout simple je n y crois pas .Le reel , le palpable il n y a que cela de sur pour avancer .Nos yeux , sont les outils pour jauger la societe , et ce que l on voit est tout autre , alors arretez SVP de nous bassiner avec des chiffres qui n ont aucun sens ?

    • Mohand

      Pardon ce sont les chiffres qui permettent d’adopter une politique telle ou telle. Le travail du Dr Karima Bouaziz n’est pas au service du système , mais pour améliorer la situation des sujets âge.
      On ne peut convaincre qu’avec les chiffres.

  8. OUERRAD en squatteur

    Seulement , si les chiffres etaient reels , d ou tient elle ces chiffres notre Dr ??

    • Mohand

      C’est l’une des rares scientifiques algériennes qui s’intéresse à la démographie de la population algérienne et surtout à la santé des sujets , et vous en un seul clic vous mettez son travail dans une poubelle.
      Et oui Dr Karima Bouaziz tire la sonnette d’alarme pour vous, et pour tous les algériens qui vieillissent . Enfin je préfère m’arrêter la .

  9. Mohand

    et dire que c’est le secours catholique qui tire la sonnette d’alarme. Chez nous en dehors de la famille, vous pouvez crier au secours islamiste. Les nouveaux émirs
    s’en foutent .

Répondre