La Voix De Sidi Bel Abbes

On veut une grappe de raisin et non une bouteille de vin.

Quand on se rappelle de l’immense verdure des champs de vignes qui couvrait des milliers d’hectare aux environs de Sidi Bel Abbés on s’écrie, on s’interroge : pourquoi une politique de réforme agraire des années 1970 à 1980 a mis fin à la viticulture, a décrété le déracinement total de la vigne en dévoilant la terre de sa tenue verte ? La réponse à cette question est fondée sur notre conviction religieuse que toute consommation, fabrication ou vente du vin rouge est Haram, interdit par l’islam, alors que l’Algérie produisait et exportait du vin à l’occident, c’était l’héritage d’une industrie coloniale. C’est apaisant et rassurant comme politique qui décrète la fermeture des caves et l’arrêt de la production et de l’exportation du vin. Une politique qui trace en rouge séparant le Hallal du Haram ne mérite qu’à être applaudie. Mais cette politique ne dura pas longtemps quand on voit aujourd’hui une Algérie qui importe de l’occident cette boisson que sa consommation est éternellement Haram ,un pays où il est très facile d’avoir une bouteille de vin…qu’une grappe de raisin.raisin
« On ne veut pas une bouteille de vin.On veut une grappe de raisin ».
El Anka ou Laouba à Sidi Bel Abbés ,c’est des noms qu’on donnait à une remorque chargée de raisin venue de vignobles à destination de la Cave. J’ignore l’étymologie exacte du premier mot,le deuxième est espagnole(selon notre ami Dennoun.A) « la uva = raisin ». Mais je me souviens très bien des vendanges et le chauffard du tracteur nommé Hamza qui transportait chaque jour du raisin à la cave de Sidi Bel Abbés. Il avait l’habitude, avant d’aller à la cave, de casser la croute chez lui à la cité Marina, il passait donc au village avec sa remorque chargée à plein. En connaissant bien l’heure de son rituel passage, nous devions, moi et mes deux copains, guetter le tracteur dans un coin de la rue et quand il nous dépassait de quelques mètres, nous courions derrière El Anka , nous nous agrippions la remorque et le plus preux et énergique arrivait à grimper dessus, il nous lançait quelques grappes… nous nous rassasions de ce raisin noir succulent et surtout juteux qui rafraîchit nos gorges déjà arides par un soleil brulant et remplit nos petits ventres, nous n’aurons pas besoin de déjeuner ensuite si nous le mangions avec du pain chaud, véritable plat de résistance pendant les vendanges. Tout ce traquenard devrait se passer loin des yeux de Hamza, le convoyeur et aussi loin des regards des passants.
Un jour, la chance nous a tourné le dos, plutôt elle m’a tourné le dos .Hamza remarqua notre présence soit notre attitude suspicieuse a réveillé sa méfiance ou, peut-être, quelqu’un, un adulte, nous a mouchardé auparavant. Il passa devant nous comme d’habitude sans prêter la moindre attention, il ralentit un peu le tracteur, ce qui nous a permis, cette fois, à monter ,tous les trois, sur la remorque sans beaucoup d’effort…quelle piège ! Tout d’un coup Hamza freina…, mes copains Tahar et Zouaoui étaient des bons sauteurs et des bons sprinters, mais moi El Hadj, je fus trahi par mon réflexe trop lent, Hamza m’a piégé avant de sauter. J’ai réglé mes dettes ,ce jour là, par des belles fessées. Hamza avait des mains faites pour cogner et un corps vigoureux d’un athlète.
Toutes ces belles choses,El Anka, mes copains,Hamza ,Sidi Brahim mon village…s’enchainent dans ma pensée à chaque fois que je déguste ce raisin mythique, le cinsault (sinsou), et quand j’entame une grappe, je passerai avec forte appétence à la deuxième, j’ai envie de ne plus m’arrêter à croustiller, à savourer ce raisin et de ne plus couper l’enchainement ,dans ma tête, de ces belles images qui me fait revivre des beaux souvenirs.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=36337

Posté par le Jan 9 2014. inséré dans ACTUALITE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

32 Commentaires pour “On veut une grappe de raisin et non une bouteille de vin.”

  1. benali

    beau texte une époque révolue H boumediene la avait tort

  2. s y oran

    le débat est difficile entre les convictions et l ‘économie

    • Danielle B

      bonjour mr BENALI
      je ne sais pas si votre président Boumédienne a eu raison ou tort de faire arracher les vignes qui étaient une des grandes richesses de l’Algérie, mais force nous est de constater que ça a été un grand manque à gagner pour ce pays, ensuite votre deccenie noire qui a vidé les villages de ses agriculteurs, a achevé le travail, l’Algérie était le grenier de l’Afrique du Nord et il serait bon voire judicieux peut-être pas de réinplanter des vignobles mais de faire en sorte que cette terre si riche redevienne ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être
      VOTRE GARDE MANGER
      bonne journée monsieur

      • benali

        @Danielle B Oui on remarque un peu tard cette erreur

        • Danielle B

          rebonjour mr BENALI
          il n’es jamais trop tard pour inverser la tendance
          le tout c’est de vouloir faire changer les choses, j’espère de tout coeur que votre peuple et surtout vos gouvernants vont vite en prendre conscience
          cordialement

  3. BADISSI

    @JOSEPH
    avant d avoir les réponses faite une recherche sur les dégâts causée par le vin dans le domaine médicale ensuite sociale

  4. Chot Lahcène

    le vin détériore le cerveau ,entraine la démence ,la violence le cancer du foie etc….le jus de raison est bon pour la santé …..ya pas photo …

    • Danielle B

      tout à fait d’accord avec vous mr LAHCENE
      mais force nous est de constater qu’il n’y a pas que le vin qui détériore le cerveau, ne vous sentez pas visé par ce que je vais dire loin de moi l’idée de vous vexer mais à mon avis
      C’EST LA BETISE QUI A NOTRE EPOQUE DETERIORE NOS JUGEMENTS
      le monde est devenu tellement égoiste ,bête , méchant et cruel que la violence physique et même verbale ont atteint des sommets inimaginables
      cordialement

  5. Argos

    Dans ses écrits littéraires, l’écrivain Jules Roy petit fils de colon français, un pied-noir qui a eut le courage de reconnaître en son temps la cause du peuple Algérien, évoque avec une nostalgie sans amertume le destin d’un pays où tant de civilisation mortelles se sont superposées. Au sujet des vendanges que narre si bien notre contributeur et qui me rappelle avec plaisir tant de souvenirs similaires de mon enfance, Jules Roy raconte avec la même verve ceux de la plaine de la Mitidja où il était né, quand les Kabyles saisonniers se répandaient dans la vigne pour couper le raisin, emplissant les comportes que des chariots tirés par des bœufs vidaient dans les pressoirs à l’entrée de la cave. Ce qui l’a beaucoup impressionné ce n’était pas tant leur abnégation au travail, mais leur foi indéfectible de musulman dans un lieu où le sacré côtoyait le sacrilège. Tout jeune, à cette époque là disait-il, je les regardais ébloui se prosterner, se relever et toute ma vie a été marqué par cette prière quand plus tard, je vis à l’aube ces croyants imploraient Dieu (Allah), le créateurs des pierres, du sable, des épines, du vide, du ciel qui soufflait l’enfer dans un immense déploiement d’astres. Synthèse difficile s’il en est que cette image du musulman vendangeant les raisins de la colère. Il ne faut pas s’étonner si aujourd’hui notre espace nous semble composite, tiraillé entre plusieurs directions comme en atteste parfois nos propres commentaires, écartelées par une crise d’identité fortement attirée par le model occidental si proche de nous par la Méditerranée, civilisation de la vigne que les phéniciens introduisirent en Algérie ou plutôt en Maurétanie Tingitane (si les historiens ne me contredisent pas) et une volonté profonde d’un retour aux sources islamiques irréfléchi qui tente d’éradiquer la vigne sans préalable, créant une catastrophe économique et écologique sans précédent sur notre territoire National.

    Merci Si Douar pour cette belle évocation ,je mettrais une autre de mon propre jus de raisin sur ton Blog bientôt. Joumouâa Moubaraka à tous(tes) les musulmans.

  6. Kfaraoun

    Avant la boisson du vin était halal puisqu’elle présentait des avantages et dieu à dit dans son livre qu’il faut s’éloigner du vin pendant la prière ensuite le vin est devenu une attirance à tel point que les gens abusaient et ne pouvaient pas controler ou maitriser leurs comportements et là les inconvénients devenaient plus importants que les avantages et dieu l’avait interdit dans le coran.Les conséquences de la boisson abusive du vin sont nombreuses et il n’y a pas que la perte de temps et d’argent mais ce qui est important ceux sont les divorces et par conséquent la mauvaise éducation

  7. AEK Nasri

    Il y a, à travers ces commentaires et même dans l’article, un amalgame. La décision d’arracher la vigne n’a jamais été prise sur la base d’une donnée religieuse. Après la nationalisation du pétrole par Boumediène, la France brandit l’arme du vin. Boukharrouba, dont les vues politiques étaient limitées, prend une décision irréfléchie « le vin pose problème, alors nous allons extirper le problème à sa racine » et là commença l’arrachage de la vigne, détruisant les micro-climats alors qu’il eût été plus rentable de la laisser en l’état en la remplaçant progressivement par du raisin de table. Faut-il rappeler que Boumediène a fait cadeau de la production de vin de 1962 à des anciens « moudjahidine » qui l’ont vendue en encaissant eux-mêmes le produit de la vente? Des cas sont connus dans notre ville. Donc ce n’est pas dans un cadre confessionnel que Boukharrouba a pris sa décision car sa foi, bien que sorti de l’Université d’Al-Azhar, était bien tiède sans quoi il n’aurait pas attendu quelque sept années pour ordonner l’arrachage tout en entamant, dans un total aveuglement, le massacre de notre agriculture. A ceux qui veulent voir plus clair je recommande de relire le discours sec qu’il a prononcé au sommet islamique de Lahore.Un faux problème ne peut engendrer qu’un faux débat et ainsi les dégâts causés par Boumediène continuent à nous coller à la peau et continueront si jamais nous n’avons pas la clairvoyance nécessaire d’en faire table rase.

    • Bennaceur Mohammed

      Mr AEK vous avez totalement raison.Evoquer Hallal-Haram au temps de Boumedienne était un crime la ou le socialisme était à son apogée à cela je veux dire que par un moment de folie des grandeurs que nos politiques dont la majorité étaient des athées ont décidé arbitrairement d en finir avec la viticulture

  8. Kfaraoun

    Arracher la vigne pour importer du vin c’est pas halal mais que haram fi haram
    DJOUMOUAA MAKBOULA

  9. Chot Lahcène

    nous connaissons la bêtise humaine à son paroxysme …quand nous étions des petits enfants sans défense …les légionnaires nous pointaient de leurs canons de mitraillettes nous traitons de petits fellaghas; de leurs gueules puantes qui sentaient le «  » »mauvais vin » » »; et que des balles sifflaient prés de nos petites têtes nous avions déjà compris la bêtise humaine …traumatisme quand tu nous tient ….rien de nouveau sous le soleil ….la fin du monde est proche …..Seul Allah est grand

    • Danielle B

      QUEL RAPPORT AVEC LA VIGNE MR CHOT????????????????
      rien ni personne ne pourra effacer vos blessures comme les nôtres
      alors svp
      POURQUOI REVENIR SANS CESSE DANS LE PASSE???????
      Il n’y a pas un article où l’un d’entre vous n’en parle pas, ce n’est pas de cette façon que vous évacuerez votre traumatisme
      quant à la fin du monde, Dieu seul est au courant

  10. mohamed

    madame ce chot est incorrigible

  11. CHOT Lahcene

    Le rapport est flagrant pour ceux qui sont doués d’intelligence ,et qui savent lire entre les lignes …que le mauvais vin et le vin tous court entraîne les violences et que à titre d’exemple j’ai le droit de prendre des exemples personnel ,sans que qui ce soit se sentent offensé …je disais donc que pendant cette période …et je pense que j’ai le droit de parler de cette période …et pourquoi donc je ne parlerais pas de cette période …..et donc je disais que le mauvais vin ,,puisque le sujet en est le vin …n’escepas …que le mauvais vin ingurgité par les légionnaires qui sévissaient à SBA disculpaient leurs violences envers les femmes et les enfants …donc pour conclure le mauvais vin et le vin tout court est mauvais en lui même et entraîne chez l »être humain et en particuliers chez le militaire qui ingurgite cette maudite boisson une démence meurtrière…c’est clair ou doit je encore développer …

    • SETTI

      M. il y avait des gens qui travaillaient sans savoir si leur travail représentait ou non un aspect de la colonisation. Comme il y avait des agriculteurs, des viticulteurs, il y avait aussi des architectes qui ne se doutaient pas que tracer des routes, lever des ponts, bâtir des villes, défricher et cultiver la terre, pouvait être un esprit négatif.

  12. Kfaraoun

    Si Chot heureux de vous lire et madame Danielle qui est entrain de distribuer des bon points ces derniers jours ne vous a pas apprécié comme Argos ou Belamri puisque que elle croit que vous etes hors du sujet et qu’ il n’y a pas de rapport entre la vigne et la betise humaine mais elle oublie que le vin est un dérivé de la vigne et les légionnaires en usant de l’alcool ont tiré sur tout ce qui bouge et prenaient les algériens pour des objets puisque l’ivresse est la mère de tous les vis. Si Chot pour que vous aurez un bon point prochainement il faudrait changer de sujet et parler de tous sauf de la colonisation .En outre, il faut pas oublier que les français ont subi le meme sort avec les soldats allemands .Revenir sur le passé c’est faire réveiller les morts, alors laisser les se reposer Djoumouaa makboula

    • Danielle B

      bonsoir mr KFARAOUN
      où avez-vous lu que j’interdisais à mr Chot de parler????? je disais simplement que ses propos étaient hors sujet et que ça ne changerait pas l’histoire de ressasser en permanence le passé
      quant à distribuer des bons points je pense avoir le droit de dire à un intervenant que j’apprécie ses écrits sans pour cela qu’on décortique et qu’on analyse ce que j’ai dit concernant cette personne??????????????

  13. H Bouasria

    une histoire racontée ils ont voulu libérer un prisonnier en lui exigeant de faire l’une de ces 3 conditions :Tuer une personne; coucher avec une f….. ou boire du vin. Le détenu avait peur de tuer une ame sans raison il a évité cette dernière; coucher avec une f….. qui n’est pas la sienne c’est du racolage; alors il a préféré la 3e condition qui lui parait la plus facile; le différent sera entre lui et le bon dieu sans faire du mal aux personnes ;en fin de contre il s’est soulé la gueule et il a fini de faire toutes les 3 conditions; le vin ou il l’a poussé .Touts mes respects de la conversation de la 2e condition l’histoire est comme ça

  14. kebdani

    Merci pour cet article qui m’a permis de faire un bon en arrière dans mon enfance à Berriato au niveau du passage à niveau du cimetière de sidi bel abbes . Quand moi aussi je guettais la remorque qui transportait le raisin afin de pouvoir en piquer quelques grappes ! C’était la bonne époque sans aucun doute !!

    Nasser, le grand enfant .

  15. Chot Lahcène

    je pourrais prendre un autre exemple anecdotique dans ma vie tumultueuse ,quand j’étais fauché touché par la précarité et le chômage ,il m’arrivait de passer la nuit ds les couloirs du métro parisien ;avec des sdf …pour se réchauffer certain buvaient du mauvais vin ,et une fois qu’ils étaient bien bourrés ça se terminer à coups de couteau et de bouteille sur la tête …comme quoi le vin mène à toutes les catastrophes …mais l’exemple des légionnaires est incommensurable par sa cruauté …….j’espère que le maire de Paris ne va pas m’imposer son dictkat pour me dire ce que je dois écrire ….

    seul Allah est beau

  16. Badsi

    Une belle rétrospective sans dire que les convictions religieuses ne doivent pas être mélangées avec ce retour dans la nostalgie d’une époque

  17. BADISSI

    et comme a dit kfaraoune les distributeurs des bon points et leur alliées pourquoi il commente pas sur le martyr MAURICE AUDIN

Répondre