Simone Veil fait partie de celles et ceux, « Justes  d’Algérie »,  qui n’avaient pas porté des valises pour l’Algérie libre mais sa cause dans leur conscience.
          Au seuil du Panthéon, dans son discours prononcé à l’occasion l’entrée de La Belle du camp d’Auschwitz  au sanctuaire de la Révolution Française, Macron, qui avait pourtant déclaré à Alger que la colonisation était un crime contre l’Humanité,  censure    le combat algérien  de notre amie Simone Veil en faveur des résistants algériens détenus, surtout des femmes à l’image de Djamila Boupacha, l’icône de Picasso dont elle a obtenu le transfert en France pour la soustraire aux « traitements d’exception » qu’elle avait subis dans les geôles de l’armée . Une autre Simone, De Beauvoir, avait présidé un  Comité Djamila Boupacha .

La Moudjahida Djamila Boupacha

          Macron salue le combat féministe majeur de Simone Veil et  évoque la déportation  en se gardant de rappeler que la  beauté immaculée qui a résisté au camp de la mort avait reproché sa déportation aux…Français !
La France s’évertue toujours à exorciser son complexe « juif » de Vichy en se dédouanant  par un fait avéré ; si, en Pologne par exemple, 90% des Juifs ont été déportés, seuls 76000 l’ont été au pays de Pétain sur les 320000 Juifs de France de 1940. Et seuls 2551 sont revenus . Cachés, comme ceux de la Mosquée de Paris par le Recteur belabbésien Si Kaddour Benghabrit ou  « passés »  en Suisse neutre ou  en Zone Libre, étape d’un refuge méditerranéen en Algérie ou ailleurs au Sud, les 3/4 des Juifs de France ont été sauvés  des camps de la mort, Auschwitz, Buchenwald et autres.
       Simone Veil, pour se réapproprier ses Justes de France et couper l’herbe sous les pieds d’Israël qui instrumentalise abusivement l’Holocauste à ses fins belliqueuses  en Palestine, propose à Chirac, qui avait déjà demandé le grand pardon de son pays pour « l’étoile jaune », les « Rafles républicaines » des 40’s (mais en oubliant celles des Algériens  des 60’s « noyés » dans La Seine),  de rendre « l’hommage de la Nation » aux 2725 Justes de France, en leur donnant une place… au Panthéon de Paris.
Le 1 Juillet 2018, elle entre, à son tour, Justice rendue, au Panthéon, sur la proposition de Macron.
        Ne serait-il pas d’une auguste gratitude morale digne de notre pays, d’édifier, par notre ministère des Moudjahidines, un mémorial  des « Justes d’Algérie », monument portant les noms de tous, celles et ceux, amis parmi les nations, de toutes les croyances, qui ont aidé les Algériens dans leur combat contre l’occupation coloniale ? Notre prophète (QSSL) n’a-t-il pas institué La Prière de l’Absent, unique de son vivant, à la mémoire  du Négus  d’Ethiopie  qui avait recueilli et protégé ses compagnons  réfugiés, sur la recommandation du dernier messager d’Allah, chez le roi chrétien, un « Juste »?
La youdhlamo  3ndaho ahad, avait dit notre prophète QSSL .