La Voix De Sidi Bel Abbes

Notre ami Tewfikhayi du Canada et le ramadan du cher bled

Nous trouvons un plaisir de reprendre le commentaire posté par notre ami Tewfikkhayi qui pour une fois sera contraint a lire les posts de nos amis lecteurs avec toute la latitude de leur répondre si questionnement il ya.Et c’est encore une mémoire parfumée de nostalgie et d’anciens souvenirs qui est convoquée par ce fils de l’ex faubourg Thiers aujourd’hui sakia el hamra S.B.A ;qui nous dit le plus simplement comment se préparait chez lui ce sacré mois et comment se déroulait sidna ramadhan et tous ces rites séculaires d ‘antan tout en partageant avec nous tous ce qu’il vit actuellement comme ambiance ramadanesque au Canada ou il est établi depuis plus d’une décennie.et ce a l’instar d’autres amis et parents de Sidi Bel Abbes. par KADIRI. M

Feu Tayebi Larbi ex ministre devant la maquette du projet de la Sonelec (ENIE  SBA)

Relisons ce qu’il nous a dit en réagissant a l’article sur le ramadan de notre ami G Bouchentouf    » Si Bouchentouf,votre commentaire m’a rendu 40 ans en arrière,et j’en ai la chair de poule. Je me rappelle,c’était toujours au début de mois de Chaâbane, que commençaient les préparatifs pour sidna Ramadhan.Maman,que Dieu lui prête encore vie inchallah,dressait la liste des ingrédients qu’il fallait acheter pour les différentes préparations culinaires. Le plus important dans tout cela,était la préparation quasi-religieuse de la fameuse MCHAIKHA pour l’indétronable HRIRA quotidienne et indispensable.

Maman, allait chez le marchand d’épices à la GRABA et lui demandait de lui donnait les constituants de la MCHAIKHA et la tête du magasin (RASS EL HANOUT). Une fois rentrée, Maman, et mes soeurs,qui faisaient leur apprentissage culinaire,commençaient à laver à grande eau les différentes épices, pour enlever toutes les impuretés et les mauvais grains. ensuite, elle mettait les épices lessivées sur une grande toile pour les faire secher au soleil pendant plusieurs jours. Une fois les épices prêtes,commençait la cérémonie de la préparation de l,épice principale de la HRIRA, qui est en fait ,un mélange subtil de 8 à 10 épices, pour donner la fameuse MCHAIKHA.Ce qui me fait remémorer avec émotion, cette dernière partie est la façon avec laquelle était menée cette dernière.

Comme nous habitions un Haouche avec les Jouarines (voisins), les autres aussi faisaient les même préparatifs, ce qui fait qu’au jour J, avec accord préalable entre toutes les concernées, nous assistions heureux et enthousiates, à une symphonie de MAHREZ,dont devrait s’inspirer SI Tewfik Adda Boudjellel, que je salue au passage,et lui dit joyeux anniversaire pour les années qu’il a (ne te formalises pas khayi, nous avons le même âge,à quelques mois près), dignes des grands orchestres philarmoniques, et cela dure quelques jours, car les épices doivent être écrasées ,une première fois,tamisées,repassées au pilon autant de fois que nécessaire,et je vous assure qu’il fallait de la force car les MAHREZ étaient en fonte. Mais tout cela se passait dans la bonne ambiance entre femmes, qui se racontaient des vertes et des pas mûres.Quand, cette première corvée était finie, suivaient les autres, tel que le grain, quelques nouvelles vaisselles, pour le bon souhait que nos mères troquaient avec MOUL EL MOUA3INES (marchand de vaisselle ambulant) contre une vieille veste ou pantalon.

                                                                                                                                                                       

Ma grand mère paternelle RAHIMAHA ALLAH, elle préparait les vermicelles pour les jours de la chorba. Papa de son côté, partait au marché à bestiaux, le jour du souk, pour acheter un mouton, qu’il partageait avec un ami.,Comme nous habitions, à côté d,un four banal (KOUCHA TA3 EL MILOUD) – les gars du Fg Thiers doivent bien se rappeler – ,nous étions submergés, de toutes les odeurs, de pain et de patisseries,qui étaient cuites pendant tout le mois de Ramadhan, et surtout les 10 derniers jours, quand commençaient les préparatifs de l,Aid.

Notre rue était animée pendant tout le mois. Je me rappelle l,ambiance, de ce mois sacré,qui était unique dans l,année. Malheureusement, au fil des années, cette merveilleuse convivialité entre jouarines, entre wled el haouma,a disparu comme par enchantement, les fours banals ont pratiquement tous disparus, à part quelques une qui se comptent sur le bout des doigts, la préparation des épices, se fait au Moulinex, en quelques secondes, tout est acheté préparé.L’individualisme est entré dans nos vies,et a pris toutes les belles sensations de notre jeunesse.Maintenant, Sidna Ramadhan s’annonce, vient et repart dans une indifférence presque totale,où les gens,se préoccupent plus des dépenses envisagées que par la ferveur qu’il apporte avec lui. Tout est entrain de partir avec le temps.

il y a 4 ans, j’avais programmé mes vacances pour passer 2 semaines de Ramadhan chez nous à SBA, et j’étais heureux comme un gamin, de sentir les effets de Ramadhan des années passées. Malheureusement, j’ai été déçu et je n’ai pas eu de regret de repartir après 15 jours. tout avait changé, même l’ambiance après le Iftar. Ici ,au Québec, il n’y a aucune ambiance, car le travail, ne nous permets pas de rentrer au moment du Iftar, ce qui fait que nous emmenons (pour la plus part), nos sacs de gouter avec nous et nous faisons iftar frugalement en attendant le retour à la maison.sauf le week end où nous nous rassemblons autour de la table.

Le soir, les prières de Tarawihs nous permettent de rencontrer des amis pendant quelques heures, mais il faut vite rentrer car le lendemain, il faut se lever de bonne heure.Le jour de l’Aid, après la Salat, nous allons à la rencontre des amis et de la famille, et si c’est un jour de repos, nous nous rencontrons dans un resto au centre ville de Montréal,sinon on laisse cette rencontre au week end d,après. Voilà. Le Ramadhan ici est une formalité religieuse,c’est tout.

Ramadhan Karim.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=31084

Posté par le Août 1 2013. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

41 Commentaires pour “Notre ami Tewfikhayi du Canada et le ramadan du cher bled”

  1. Belamri abdelkader

    Il est vrai que la période du Ramadhan décrite par tewfikhayii refléte le vécu heureux de chaque algérien et l’insouciance devant l’ obligeance financière de ce mois sacré,atténuée par la force spirituelle,car la baraka et la kanaa3a occupaient nos esprits et Dieu ,aimant particulièrement les pauvres,leur facilitait l’accomplissement de ce mois dans la foi et la piété.J’ajouterais que nos mères et nos grand-mères s’employaient fi chabane et peut être bien avant,à préparer les ingrédients devant servir à cuisiner les différents plats et garnir quelque peu la table au grand plaisir de toute la famille.On séchait les raisins et les prunes ,rouler le couscous ,sécher la viande qui restait des différents événements ( aid ,mariage ,circoncision ou simple wzi3a ) et en oubliant peut être le plus anodin: le nettoyage général et quelquefois le ravalement des murs.Et les gens étaient surtout heureux.Saha F’tourkoum.

  2. saim m

    Ya hassrah ala z’mane ! Tout a foutu le camp en Algérie !

  3. merabi

    un autre joli récit du passé celui de ramadan dans notre ville ou la rahma existait et notamment la satisfaction morale que dieu permettait a nous démunis

  4. sofiane

    belles photos du quartier

  5. NORE BARAKA

    vraiment votre comentaire ma rendu des années en arriere du beau temps du Fg thier le ramadhan ,le hawch ,jwarine ,coucha ,limonade ZAZOU ,les enfants qui jouent apres ftour ,la cirene,rabi yahafdak Mr Toufikhayi vraiment vous khayi du bled c’est a dire SIDI BEL-ABBES le fait que vous penser a votre ville natale c’est deja bcp ,ramadhan karim et aid said moubarek inchallah ;BARAKA.

  6. tewfikhayii

    Salam,
    Merci beaucoup khayi Kadiri, pour cet honneur,de faire relire à tout le monde, mon modeste commentaire,qui émane du coeur.Je donnerai tout ce que je possède, pour passer quelques journées dans le passé d,antan,au milieu des miens, avec les mêmes voisins, avec l,insouciance de la jeunesse,au côté des présents et surtout des disparus,pour leur dire combien qu’ils nous manquent,et combien leur absence est lourde à supporter.De que temps perdu,ce qui me manque, c’est de revoir les amis avec lesquels j,ai grandi,joué au football sur les terrains vagues,qui aujourd’hui n,existent plus car tout a été envahi par le béton,bagarré avec les enfants des autres rues (car chaque rue appartenait aux enfants qui y habitaient),chassé les chardonnerets, à la lisière des pépinières de la traverse de Boukhanéfis,et cueilli les mûres et l’oeil de la vache (AÏN EL BAKARA),sur la route de Boukhanéfis, aller se baigner au oued Mékerra -quand l,eau était claire comme de l’eau de roche – ,ou à la piscine BOUCHE – du nom du colon à qui appartient la ferme -. En me rémomerant, ces moments inoubliables et indélibiles,j’ai les larmes aux yeux,car malgré la modestie de notre condition, on avait la joie de vivre et la solidarité n,était pas un vain mot, ett pourtant, les mosquées étaient tristement vides,ce qui me fait poser la question suivante:comment YA A3JABA YA RABI, LES MOSQUÉES ÉTAIENT VIDES,MAIS LES COEURS ÉTAIENT PLEIN DE COMPASSION ET DE PITIÉ POUR LES AUTRES.SOUBHANOU ALLAH.Ramadhan Karim.Merci de m,avoir lu.
    Salam.

    • Mohammed.G..

      Bonjour mon frère Tewfik,

      Avec ‘ ain elbaqra ‘ la pépinière et la piscine Bouche tu as éveillé en moi des souvenirs inoubliables , quand nous nous dirigions en banda vers la route de Boukanéfis , les fruits de saison des vergers qui étaient à notre portée , les mûriers (toute)….enfin tu ne m’as rien laissé à dire…c’est sur que ça te manque , alors viens nous voir le plus vite possible….on t’attend avec impatience !!!

      A bientôt mon frère !!!

  7. abbes

    Touchants sont ces mots et ces phrases proviennent du cœur de ce abbassi qui est avec nous de cœur malgré la géographie Ps le seul ce ci et évident

  8. Mouhal

    Salam tewfikkhayii
    Ouf! ça remonte à loin toute cette histoire.Je ne savais pas que tu étais du quartier,
    donc tu dois te rappeler de ammi moul balaraj ,il nous vendait de la menthe fraiche.Il habitait la rue qui longeait le jardin public,d ailleurs toute cette zone n était que des vergers.Ammi moul balaraj possédait un élevage de cigognes dont un ne possédait qu une seule patte.

    • Mohammed.G..

      Bonjour Mr Mouhal,

      Vous parlez du long d’eau et la vallée des jardins , c’est exact cet homme qui possédait de nombreuses cigognes et même des gazelles et d’autres animaux aussi , il se trouvait en bas de la piscine et du théâtre de verdure à droite en allant vers Bario Alto !!

      Djoumouaa Maqboula !!!

      • Mouhal

        Salam Mohammed.G et tewfikkhayii
        Il y avait coucha taâ Sassi bien avant le four de miloud,elle était en face de celle-ci et mitoyenne avec l épicerie de ammi ZINE sur la route de Tlemcen.
        J ai habité la rue BARA voisin des BOUCHENTOUF ,OUHIBI,BENHADOU,
        Dr BEILER assassiné bien plus tard par un détraqué sur la place carnot.

        • moncef

          Mouhal et donc un ould belabbes

        • Mémoria,

          Et oui Si Mouhal,le magasin de Ammi Zine à la Chéchia rouge en face de la station Drider.Et la boulangerie de Kessaci et un peu plus à droite en face la villa de Doussas « Hami » que Dieu lui prête longue vie !Et les frères Badji et « Ammi Mebarek » le cordonnier et Ghaïlane de Sidi Lahcène que reconnaîtra Notre frère Tewfik Khayi,et j’en ai oublié(s) jusqu’aux batiments « errouss »….

          On parle trop …..comme le souligne notre camarade « Un parmi tant d’autres »… ;on se trucide entre Algériens des deux rives et …trois Rivières sur des sujets qui ciblent seulement la société algérienne alors que le site de la VDSBA est censé être un vecteur/media entre les deux rives…avec leurs communautés…Et lorsqu’on poste un article parlant du « linge sale » des autres en France,il ne passe pas ! Pourquoi ? La « saleté » serait-elle seulement algérienne dans la VDSBA ?
          A ce stade,camarade « Un parmi tant d’autres »,je crois qu’on ne se retrouvera jamais sur la Place Carnot !

          Aïdkoum Mabrouk à tous et à toutes !

        • un abbassi d’ailleurs

          mouhal ,
          j’habitais la meme rue que le dr Bellet , rue cambrone , celle qui faisait coin avec la boutique de ammi zine ( qui nous faisait credit) . cette rue finissait avec le garage caparos
          avant meme la coucha sassi , il y avait la boulangerie-patisserie « verte » en face de ammi zine , collée à la sation d’essence esso
          je jouais au foot sur le terrain « formaja » à coté de la placeta , en face de la maison du coiffeur borsali.
          une fois sur deux , les flics nous déchiraient le ballon en plastic orange qu’on avait acheté 1da chez  » cheikh » , libraire en face de ammi zine
          j’ai vu construire la premiere mosquée du quartier et j’allais à l’ecole coranique qui était un peu plus haut dans la meme rue… j’ai oublié tous les noms ..

          • Mouhal

            Eh oui Khayi cette placette en forme de triangle en face des borsali utilisée à l occasion comme terrain de foot,je l ai complètement oublié celle-là.

  9. tewfikhayii

    Salam,
    Enl lisant tous vos commentaires,les émotions me submergent,et je vois que nous, les  »vieux »,avons vécu de merveilleux moments,sans le sou ,certes, mais magiques,avec la simplicité,qui sied à merveille au peuple. S’il existait une machine à remonter le temps, je donnerai cher pour refaire, le voyage inverse vers ma jeunesse, et je casserai la machine pour revivre encore, une deuxième fois, ces merveilleux moments, mais cette fois, je ne perdrai pas le temps, à faire le guignol. Je profiterai, le plus longtemps possible, des personnes qui m’ont été chères, et qui sont parties trop rapidement, à mon avis,je demanderai pardon aux personnes,que j’ai offensé et blessé,par manque de tact et de discernement
    dû, à ma jeunesse et à sa fougue,qui fait qu’on se croit, le plus fort ,le plus intelligent et le plus malin,alors qu’en réalité, on étais les plus grands idiots sur terre; hormones quand vous nous teniez.Avec le recul ,et l’âge,nous nous rendons compte que ces personnes nous grondaient car elles nous éduquaient et nous aimez, mais à leur manière. Vous rappelez vous comme nous appelez nos grands parents et les aînés (je ne veux pas utiliser le nom de vieux),je vais vous le dire:mon grand père Rahimahou Allah,quand il me disait de venir utilisait cette phrase:ARWAH YA BNI EL KELB – VIENS, FILS DE CHIEN -,mais on ne s’offusquait pas outre mesure,car c’était un immense signe d,affection, que de nous traiter de fils de chien,et cela,les gosses d’aujourd’hui,ne comprennent pas
    le sens.Tous nos aieux,nous appelez comme cela,et cela me manque aussi,car ces piliers sont partis et la baraka avec eux.Nous sommes devenus des déracinés,courant derrière les mirages d,une vie meilleure,faite de bling bling, pour épater les jouarines et en faire des jaloux,au détriment,de la compassion, de la discrétion,et de l,amour du prochain.je voudrai avoir une pieuse pensée pour nos disparus du Faubourg thiers en commençant de ammi ZORNA papa de notre frère Amine, le papa de notre frère et PICASSO TARZAN Ahmed que nous appelions affectueusement Khali,de AMMI Badji et sa tribu en tête feue Khalti Fatima reguig,notre cordonnier Ammi Embarek Sahraoui,Miloud Moul koucha,et sa bande de bout en train et fouteurs de trouble,sympas qui animaient,nos soirées estivales,quand il nous était impossible de fermer l’oeil,à cause de la canicule,comme miloud PRO,moustique,Amar badji Rahimahou allah
    ghaouti,et beaucoup d’autres dont j’ai oublié les noms,AMMI el Miloud El MAASSACRI,AMMI AZZA,AMMI AEK EL AMRANI,AMMI BOUGUELMOUNA, père de nos amis mohamed,kouider,Mustapha et boualem DAI,et aussi nos voisins, AMMI MRABET,père de attou BRANCO et Tayeb SANCHO,AMMI CHIBANI, notre voisin,et tant d’autres qui nous ont quitté et ont laissé un vide dans nos coeurs.notre faubourg, à l’image de tous les quartiers de notre chère ville,ont été vidé de leurs substances, par les disparitions des anciens et l,exode
    imposé et obligé par la crise du logement, des jeunes familles,vers des cités dortoirs déshumanisées et véritables ghettos où se forment et se développent les
    maux sociaux qui ruinent la société.Dommage, pour la ville et les quartiers.
    Ramadhan Karim. Il n’est pas interdit de rêver.Utopie quand tu nous tiens.
    salam.

  10. BELABBES

    des souvenirs qui se réveilent belabbes écrite par ces fils de bonne famlle mais seulement toutesles photos qui sont sont du joli quartier mais une que veut elle direkhayi cele de seridi wali et taibi ministre devant une maquete?

  11. H.BOUASRIA

    SI Tewfik les mosouées etaient vides mais le plus beau il y avait une seule petite à coté hamam H.Moussa à F.THIERS et il y avait 7 bars celui du gardin-celui en face la cremerie de ami A.Allah celui de Kadid celui Zouaoui Touaita en face celui ou travaille Hbib nigro cousin Pékignou on ne voit jamais ce que nous voyons aujoud’huit Touts les soirs on part au cénima plein air pour voir un film ou saine de theatre a coté la piscine à cet époque on vivait juste juste avec ce que nous possedions mais nous avions des coeurs de petié te de rahma saha eftorkoum

  12. BADISSI

    jolie récit tewfikhayi qui nous fait revivre les ramadans de l’époque ,une nostalgie nous envahit merci khayi au plaisir de vous relire saha hourek

  13. un abbassi d’ailleurs

    sur la photo en n&b , j’ai reconnu à gauche Bouanani Mohamed , ancien ingénier ( usa) de la sonelec et actuellement paysagiste pepinieriste

  14. TARI Régine

    Plus de 500 Algériens ont mangé et bu en public en plein ramadan samedi dans la ville « rebelle » de Tizi Ouzou, dans une première action collective du genre pour marquer leur liberté de choix face à « l’islamisation » du pays. « Il y a un climat de terreur qui règne contre ceux qui ne jeûnent pas » durant le mois de jeûne sacré musulman du ramadan, dénonce à l’AFP l’un d’eux, Ali, la quarantaine, un technicien de cette ville kabyle située à 100 km d’Alger.
    Tahar Bessalah, un entrepreneur en climatisation kabyle venu d’Alger, acquiesce. « Il faut que la religion reste du domaine du privé », dit-il en s’affirmant « musulman de tradition mais pas jeûneur ». Parmi les participants à cette action figurent des citoyens sans affiliation et des militants politiques, surtout berbères, qui n’hésitent pas à afficher le drapeau berbère. Un étudiant de 18 ans, Lounès, va encore plus loin en arborant une pancarte sur laquelle est écrit : « Je ne suis pas arabe. Je ne suis pas obligé d’être musulman. »
    Du pain, des cigarettes… et même des bières

    La ville de Tizi Ouzou a été le théâtre de troubles parfois sanglants liés aux revendications culturelles et identitaires des Kabyles qui ont très mal vécu les politiques d’arabisation imposées par le gouvernement depuis l’indépendance. Face à un public essentiellement jeune et masculin, armé de bouteilles d’eau, de jus, de pain, de cigarettes et même de bières pour l’un d’eux, le président du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), Bouaziz Aït Chebib, a revendiqué « l’attachement ancestral » des Kabyles « à la liberté de conscience ».

    « Nous voulons dénoncer l’inquisition des autorités », « l’instrumentalisation de la religion », lance-t-il, applaudi par les manifestants postés devant la préfecture sur le principal axe routier de cette ville de quelque 150 000 habitants, sans le moindre contrôle apparent de forces de sécurité. Et d’annoncer que des manifestations similaires sont prévues ce jour à Bejaïa, ville portuaire kabyle, et même en France et au Canada, où vivent d’importantes communautés kabyles.
    « L’islamisation rampante de l’Algérie »

    Pendant le ramadan durant lequel les musulmans s’abstiennent de boire, de manger, de fumer et d’avoir des relations sexuelles du lever jusqu’au coucher du soleil, les restaurants sont ouverts seulement dans les hôtels de luxe, et les autorités tout autant que les religieux incitent la population à respecter le jeûne, l’un des cinq piliers de l’islam. Jusque dans les années 1980, dans les villes au moins, les restaurants étaient ouverts et ne jeûnaient que ceux qui le voulaient.
    La guerre anti-islamiste de plus de dix ans (à partir des années 1990) a changé la donne. Depuis, la société civile et nombre de partis d’opposition dénoncent ce qu’ils appellent « l’islamisation rampante » de l’Algérie, accentuée avec le Printemps arabe qui a vu l’arrivée au pouvoir d’islamistes dans plusieurs pays.
    « On ne peut pas forcer tout le monde à aller au paradis »
    Ce rassemblement à Tizi Ouzou, l’une des principales villes de Kabylie, a été lancé dans la foulée d’un contrôle de police effectué sur dénonciation le 19 juillet dans un bar fermé d’une commune proche, Tigzirt, où des jeunes déjeunaient. Le propriétaire, qui s’était vu retirer sa licence, a finalement pu la récupérer, selon la presse.

    Le Wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazeghi, avait alors expliqué qu’il s’agissait de « vérifications de routine ». Ce n’était pas la première fois que des mesures au moins vexatoires étaient prises contre des non-jeûneurs. Des chrétiens algériens se sont même retrouvés devant la justice ces dernières années pour avoir refusé de faire carême. « Quelque 80 % des Algériens sont d’accord avec ceux qui protestent contre le pouvoir grandissant des religieux dans le pays », dit le technicien Ali. Pour Hamid, un retraité de Tizi Ouzou venu exprimer son soutien au mouvement, « il faut bien mettre un holà à tout cela : on ne peut pas forcer tout le monde à aller au paradis », la fin ultime « promise » à tout pratiquant.

    • Ait Mohand

      Avec le sabre , je dirai oui, on obligera certains d’aller au paradis, les autres n’auront pas le choix . Enfin , je pense que vous méritez le destin que CDG vous a fixé , le mur des lamentations qui vous sera dressé ici sera payant, comme il l’a été avant 1962. J’applaudis notre ALN pour tout ce qu’elle a fait, et il faut savoir venger ses martyres qui se comptent par milliers. L’Algerie n’a jamais été et ne sera jamais votre terre même si on a des tonnes de problèmes.
      Je suis ne bien après l’indépendance et je ne n’oublierai jamais les souffrances de mes parents , et des centaines d’algeriens ……….
      Allah yarham nos chouhadas.

  15. tewfikhayii

    Salam,
    Madame,je voudrais savoir pourquoi avez vous mis, ce commentaire provocateur dans une rubrique traitant le Ramadhan et les us et coutumes de ce mois sacré des Musulmans.Là, vous donnez la tribune aux anti musulmans,qui ne seront jamais arabes (tant mieux pour nous),et aussi jamais musulmans (et alors !).Les kabyles,une minorité complexée (dont une partie est très fervente et religieuse), et ne sachant pas sur quel pied danser,cherche , à attirer l’attention,car le pouvoir n,est pas tombé dans le panneau de la répression,ce qui les as frustré.Pour nous, musulmans sunnites,c’est un non évènement,et de plus est,cela ne nous sonserne outre mesure,car le carême est un acte de piété
    entre le serviteur et Dieu,et celui qui transgresse,un des piliers de l,Islam,n,est pas musulman.Point barre.Bien sûr, la presse française en particuliers et la presse occidentale,en fait ses choux gras et veut à tout prix,faire croire au monde que les Kabyles sont persécutés en Algérie,alors que c’est faux,et archifaux.Donc je reviens à vous Madame,pourquoi avoir insérer ce torchon,si ce n’est pour essayer de troubler cette quiétude,et cette sérénité qui nous enveloppe, à l,évocation de notre cher mois sacré. Même, le torchon que vous avez mis est plein de mensonges éhontés,tel que je vous cite:
    Plus de 500 Algériens ont mangé et bu en public en plein ramadan samedi dans la ville « rebelle » de Tizi Ouzou, dans une première action collective du genre pour marquer leur liberté de choix face à « l’islamisation » du pays. « Il y a un climat de terreur qui règne contre ceux qui ne jeûnent pas » durant le mois de jeûne sacré musulman du ramadan.Fin de citation.
    Ce qui est faux car ils étaient quelques dizaines à le faire,et il n’y a pa de terreur
    pendant ce mois sacré.Alors, si vous venez ici pour changer des idées et se remémorer les merveilleux moments passés à SBA,vous êtes la bienvenue,si par contre,vous venez défendre les Kabyles,prémio,ils osnt assez grands pour le faire tous seuls,et deusio,vous n’êtes pas leur avocate à ce que je sache.Alors respectez nos convictions,et restez sympa comme vous avez l,habitude de l’être.
    A bon entendeur salut.

  16. BENHADDOU B

    c’est une provocation indirecte ou quoi Règine? pourquoi ce commentaire en ce temps prècis? vous n’avez pas autre chose à nous gratifier? Tizi-Ouzou n’est pas une ville « rebelle »! c’est une minoritè qui ont gaffè et ils ont ètè rètablis à l’ordre alors ne vous fiez pas aux fausses informations provocatrices et essayez de rester dans le navire de la VDSBA sans pouvoir irriter les sentiments ! sans rancune !

  17. kfaraoun

    MME REGINE TARI Bonsoir ,
    Avec un peu d’intelligence on comprend facilement qu’il s’agit de trois pour mille des kabyles qui ont mangé et bu en public si on se réfère au rapport ou ratio qui existe entre 500 et 1500000 kabyles . Votre commentaire repose pas sur un nombre important de kabyles mais sur une petite minorité insignifiante qui s’est manifestée. Vous nous avez appris à réfléchir avant d’écrire alors pourquoi vous le faites pas.
    Bonne soirée

  18. BADISSI

    les masque tombent comme je l’ai dit plusieurs fois une minorité kabyle manipuler par des occidentaux et des sionistes (déjà leur chef s’est rendue chez les sionistes ) veulent provoquer les autorités , même de chrétiens respectait le karéme de musulman ils ne mangent jamais devant le musulmans , ceux qui veulent détruire notre pays cherchent toujours a amplifier un fait même mineurs , il faut savoir qu’ont va pas juger une région ou des kabyles pour cette minorité manipuler . car ont connait des kabyles musulmans et qui aiment leur pays alors ont souhaite que les étrangers restent en dehors de nos affaires intérieur. quand la nostalgie coloniale réapparait après tant d’années , enfin je salue le service d’ordres qui a sue maitriser la situation , car ces gens et leur maitres chercher la provocation . ALLAH YERHAME ECHOUHADAS VIVE ALGÉRIE INDÉPENDANTE ET ALLAH CHÂTIE CEUX QUI VEULENT DU MAL A NOTRE PAYS ET A L ISLAM

  19. Saim

    Dans les mêmes lieux,le même jour et après l’appel du muezzin pour la rupture
    du jeûne ,une foule immense de jeunes et moins jeunes se sont donnés rendez-vous ,après avoir nettoyé à grande eau la grande place et ensuite ils ont priés ensemble et ont rompu le jeûne dans une ambiance pleine de sérénité et de joie. Joie que procure la rupture du jeûne après une journée d’abstinence et de respect pour ceux qui ,durant toute l’année ,sont dans le besoin. C’était beau à voir …Une belle leçon de maturité des jeunes algériens et…….finalement et bizarrement cela m’a rappelé un certain jour (le 18 novembre 2009) et la grande épopée d’Oum Dorman. Mme Régine ,l’Algérie d’aujourd’hui a bel et bien changé et mûri…..Il n’y a eu ni casse ni feu ni fanfare…..Il y avait tout simplement
    de la grande Classe Civilisationnelle d’une Algérie une et indivisible ! Merci quand même pour l’intérêt que vous manifestez de temps à autre pour nous permettre de relever toujours des défis loin des chants des sirènes ….Et des fois il est conseillé à certains de s’abstenir de juger hâtivement et de prendre leurs rêves pour des réalités car le cauchemard n’est pas près d’être terminé
    ni les démons exorcisés. Bonne soirée et Saha Shour Ahl Ennour oua Elkheir!

  20. BADISSI

    Merci mon frére Saim pour cette information vous voyer une mauvaise nouvelle meme minime et bien mediatiser par les ennemis de notre pay avec de long commentaires mais une bonne nouvelle que vous venez de cité est censurer ont salut ce jeunes vrais algériens et non quelque descendants des pères blanc qui sont une minorités insigniffiante .saha shourek mon frère

  21. Ait Mohand

    Nous sommes kabyles et musulmans, au service de notre pays qu’est l’Algérie.
    Laissez Votre qualificatif de rebelle pour vous, car ll y eu autant de martyres sur nos terres qu’ailleurs. Rebelle pour distinguer tel ou tel algérien est un jeu qu’on connaît , rangez le dans vos tiroirs.

  22. soltani (route de mascara)

    aL JAZAYRINE MA YASWOUCHE GALOULI

  23. Mohammed.G..

    Bonjour tout le monde,

    Permettez-moi de vous dire que le soit disant ‘ commentaire ‘ de Mme Régine Tari n’est pas le sien mais plutôt c’est un article ‘copier-coller ‘ du ‘ msn North Africa ‘ dont elle a voulu, sans doute , en faire son propre article sur ce groupuscule minable de non-jeûneurs sans importance . Peut-être que Mme veut connaitre nos réactions… ??…Seulement ayez la gentillesse d’indiquer vos sources…. d’ailleurs il y a un autre ‘copier-coller’ tiré d’une Wikipédia sur un article encore mis en ligne sur la VDSBA .
    Il faut éviter , Mme , de verser dans l’incitation !!!

  24. kfaraoun

    Ce que je dois comprendre de cette pied noir c’est qu’elle a toujours l’intention de retourner en Algérie et elle croit bien faire en exposant son commentaire sur le site avec objectif de diviser les algériens .Son but est de séparer les algériens pour qu’elle entre par la grande porte. Nous sommes des algériens des berbères et des musulmans donc nous sommes liés par trois dénominateurs communs alors que vous venez de citer que celui de la religion l’islam qui nous incite uniquement à s’unir . Les prénoms Brahim, Moussa , Aissa, Mohamed , Boubakar, Omar, Othmane et ali sont généralisés à travers le territoire et ceci pour vous prouver que nous portons tous des prénoms des prophètes et ceux des amis de Mohamed (SAWSA). Votre France coloniale n’a pas pu diviser le peuple Algérien pendant les 132 ans de présence , alors arreter de balancer des betises.

  25. hamid

    Le débat doit rester dans le contexte de cette magnifique ambiance dépeinte par tewfikkhayi

  26. kfaraoun

    SI HAMID comme on dit chez nous la mouche ne tue pas mais elle salit le coeur.
    BESSAHA FTOUREK

  27. NADIR

    Merci mon frère tawfic moi c’est nadir je vois qu’une bonne ambiance s’est dégagée après ton récit a propos de ramadhan , mais malheureusement les troubles fêtes nous guettes de partout , ont été entrain de parler de sidi bel abbes qu’une intruse vienne pour troubler cette quiétude tellement appréciée , enfin restons entre algérien et ne donnons pas l’occasion a d’autres parasites de s’incruster dans notre histoire et YEMOUT YEKHABCHE ceux qui n’aiment pas notre ISLAM notre Algérie et bien sur notre chère ville qui est SIDI BEL ABBES

  28. jamel

    Paroles très réconfortantes de NADIR que je connais pas d’ailleurs mais sa sagesse est très appréciable

  29. NADIR

    merci jamel je suis tout simplement le frere de tewfikhayi

  30. BADISSI

    @ NADIR
    Tout d’abord Aid MOUBARAK et bien venue sur le site , vous devez étre fière d’étre le frère de tewfikhayi qui commente avec l’art et la manière , meme si dèfois ont a des avis differents avec lui mais ont le respecte , car il repond avec une grande politesse et ça prouve que c’est un ouled fammilia mes amitiés a tous

Répondre