La Voix De Sidi Bel Abbes

Nostalgie: Nos jeux d’hier …Toupie , Lastak, cerf volant …A vos souvenirs

Selon un article publié par Mekkerra FR  Nous lisons ceci  .Nous achetions les toupies dans les bazars de la ville : chez Puidebat, chez Ferouillat  ou ailleurs. Elles avaient, toutes, la forme d’une petite poire , la partie pointue se terminant par un clou de deux centimètres environ de long, car nous aimions voir la toupie sauter en tournant sur elle-même et nous verrons ci-dessous que l’opération avait un tout autre but, moins amusant celui-là..

Autre chose qui ne nous plaisait pas, c’était ce petit chapeau décoratif sur le sommet. Armé de notre petit canif, nous nous acharnions à le faire disparaître au plus vite, afin de laisser bien lisse le sommet de l’objet…

La toupie tournait ainsi plus vite paraît-il. Les Anciens nous racontaient que lorsqu’un joueur non averti, innocent, arrivait avec une toupie dotée du ridicule clou d’usine et de son petit chapeau, on saisissait l’objet et on le jetait sur le toit.

De mon temps, cette punition n’avait plus déjà cours On recommandait tout de même fortement au copain de remédier à ces anomalies. On ne plaisantait pas avec la… coutume. Nous prenions ensuite un bout de ficelle de quelques dizaines de centimètres dont un bout était attaché à une pièce de monnaie trouée, par exemple. C’est ce que nous appelions « la liance » du mot espagnol « lianza » parce qu’elle servait à enrouler la toupie. La pièce de monnaie coincée au-dessus de l’index et du majeur joints, nous enroulions alors le jouet en partant du clou jusqu’au sommet par cercles successifs.

Lorsqu’un joueur ratait son coup, la toupie tombait sur le dos ou sur le côté ou finissait sa course une vingtaine de mètres plus loin. Elle n’avait donc pas tourné sur son clou. C’était l’échec !
Ses camarades de jeu s’écriaient alors : « Carrutchaaaaaa ! ». (carroutcha)
Le joueur malchanceux venait en effet de « faire carrucha ». Il devait donc poser sa toupie à l’intérieur d’un cercle tracé sur le sol et les autres joueurs s’ingéniaient alors à l’en sortir, en lançant la leur.
Mais…le but premier était d’essayer de casser, de fendre l’objet de jeu inerte, puni, posé au sol, à l’aide du clou très pointu dont les toupies étaient obligatoirement toutes munies.
Voilà ! C’était à l’époque de la toupie, car tout au long de l’année, chaque jeu avait sa place dans un calendrier bien établi.
Nota : La toupie se disait aussi « la trompa ». Le mot « carrucha » désignant la poulie. La toupie tournant sur le dos ou sur le côté, sans vrombir, comme une poulie qui, n’étant pas entraînée par le mouvement de la corde, tournait à vide.

De la bonne réalisation de ce travail d’enroulement dépendait souvent la réussite du lancer. Nous tenions la toupie, ainsi ficelée, avec le pouce et l’index, la pointe vers le haut. Elle était alors expédiée à la volée, la « liance » restant toujours en main du lanceur.

Chacun propulsait la sienne à tour de rôle. Il s’en trouvait de très doués qui réussissaient à passer les doigts écartés sous le ventre de l’objet et à le faire sauter sur la paume de leur main sans interrompre sa folle danse giratoire.cite Manuel Rodriguez dans son article auquel on peut ajouter d’autres jeux tels LASTAK. LE CERF VOLANT…etc.Revoyons la suite il cite l’enlévement du chapeua   ,En continuant il dira que, cette punition n’avait plus déjà cours On recommandait tout de même fortement au copain de remédier à ces anomalies. On ne plaisantait pas avec la… coutume. Nous prenions ensuite un bout de ficelle de quelques dizaines de centimètres dont un bout était attaché à une pièce de monnaie trouée, par exemple. C’est ce que nous appelions « la liance » du mot espagnol « lianza » parce qu’elle servait à enrouler la toupie. La pièce de monnaie coincée au-dessus de l’index et du majeur joints, nous enroulions alors le jouet en partant du clou jusqu’au sommet par cercles successifs.

Lorsqu’un joueur ratait son coup, la toupie tombait sur le dos ou sur le côté ou finissait sa course une vingtaine de mètres plus loin. Elle n’avait donc pas tourné sur son clou. C’était l’échec !
Ses camarades de jeu s’écriaient alors : « Carrutchaaaaaa ! ». (carroutcha)
Le joueur malchanceux venait en effet de « faire carrucha ». Il devait donc poser sa toupie à l’intérieur d’un cercle tracé sur le sol et les autres joueurs s’ingéniaient alors à l’en sortir, en lançant la leur.
Mais…le but premier était d’essayer de casser, de fendre l’objet de jeu inerte, puni, posé au sol, à l’aide du clou très pointu dont les toupies étaient obligatoirement toutes munies.
Voilà ! C’était à l’époque de la toupie, car tout au long de l’année, chaque jeu avait sa place dans un calendrier bien établi.
Nota : La toupie se disait aussi « la trompa ». Le mot « carrucha » désignant la poulie. La toupie tournant sur le dos ou sur le côté, sans vrombir, comme une poulie qui, n’étant pas entraînée par le mouvement de la corde, tournait à vide.Ceux sont des souvenirs , a vous lecteurs ;de nous raconter d »autres…

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=17069

Posté par le Oct 13 2012. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

69 Commentaires pour “Nostalgie: Nos jeux d’hier …Toupie , Lastak, cerf volant …A vos souvenirs”

  1. Giselle de Marseille

    Bonjour , vraiment vous nous retrompez dans la rendre enfance mais il faut ajouter les jeux féminins ;spécifiquement féminins quoique, on participait avec nos voisins fréres a ces jeux.Merci; pour le rappel de ces souvenirs

  2. hanene

    Des jeux publiés en ligne dans cet article ,je n’ai pas entendu parler a part la marelle TCHAPA comme on disait.

  3. FETHI

    laourika estc un jeu?

  4. dr Reguieg y menouar

    chari kebch .kared. zanzlit .ghoumaida

  5. Souad CITE SABAH

    Le sujet est nostalgique il ya de tout dans la voix et doct on est avec vous vous compreniez..on a pas aimé l’ingérence de certains anciens au bilan désastreux Faisons avec Restons sur le débat de cette nostalgie; moi j’ai joué a la poupée et a la marelle

    • dr Reguieg y menouar

      je pense que notre génération a vécu son enfance de façon formidable ,il n y avait pas de différence entre les deux sexe c était la grande famille on ne fermé jamais nos portes ,c était un pour tous et tous pour un

  6. Brikci Salim

    laourika c’est à Sidi Bel Abbes, à Oran c’est tiniga tinigou, ya pinyor (le noyau de l’abricot), harb (la guerre dans les soirées de ramadan) mais c’était loin d’être violent, yavait pas des coups, mais si ils t’attrapent, tu ira en prison (un mur désigné pour ça). et il y avait aussi un jeu quand on finissait l’école, on déchirait les pages des cahiers, on faisait des cornet avec puis on coupait le bout, puis le bout dans un tuyau, et on souffle dans ce dernier, 🙂 c’était la belle époque. et ce que j’aimai aussi c’était le foot, on jouait 30 contre 30 lol; 58 courent derrière la balles, juste les 2 gardiens qui étaient à leurs places. C’est fou, mais ça me manque.

  7. mekki b vdsba

    Administ; tu es inspiré et tu parles c bien bonne journée..nos amis font la grace matinée.

  8. Abbassi22

    Salam
    Ahhhhh Ya Zamane ! celui qui a redige cet article veut vraiment arracher qq larmes de nos yeux (rires)
    juste un precision
    Lastak = lance pierre et mouglaa = la fronde
    A cela s’ ajoutent d’autres jeux telivre (delvre) cest a peu pres la meme chose que laourika le jeu des billes ( voici qq termes utilises dans ce jeu qui me font rire et pleurer maintenant ( dijou pas tienpousse bon carnage bon trimonage pas de laki ) un jeu de cartes consistant a lancer une carte d’une distance de 2 m et celui qui place la carte le plus pres du mur est gagnant
    « autres temps , autres moeurs  » Grand merci pour ce feerique retour de temps

  9. Mémoria

    Et nos jeux de mains et doigts,…..tifourmi………peut être venus de cette chanson « Tea for me and you for me ! tea for two and I for you » une vieille song interprêtée par l’accordéoniste Aimard Pluchard les années 1950….1960 .Anglaise ou américaine ?!?

  10. hadj dekar SD SBA

    Avec LAVOIX DE SBA y voit de tout surtout dans ces retours nostalgiques ; notre frére MEMORIA y participe quelle joie toute cette ambiance due a ces vieux souvenirs. Bonne journée

  11. Benhaddou boubakar

    encore un article qui nous replonge dans le passè un peu lointain ,mais plus près de nous,puisqu’on l’èvoque a chaque fois,c’ètait les seuls jeux qui nous permetaient de passer le temps apres nos ètudes;je m’arrete la pour laisser mon grand frere bouchentouf ghalem de nous èvoquer cela ,il s’y connait mieux que moi! « nostalgie quand tu nous tiens!

  12. Benali

    Vous voyez la voix de sba ya ousted c du fort tahdar tu parles bessifalik Des souvenirs et des bons échanges..

  13. Nasri

    Salam
    Nos toupies de notre enfance. J’en ai vu des fortiches à ce jeu…des fêlés aussi, qui cherchaient en lançant leur engin de bois, à casser la toupie du voisin. Mais un jour, un petit malin trouva la riposte pour ne plus à avoir à acheter d’autres toupies. Il planta des punaises sur toute la surface supérieure, couvrant ainsi sa toupie. Un jour, les marchands de toupies firent grève pour protester de ce détournement de la loi du jeu de la toupie…lol .!

  14. ghosne elbane

    Le ballon prisonnier, les quatres coins; collin maillard, tu-là, les patins, , les billes et les billes en plomb, elkfila( jeu du bouton,pitchak (j’étais champion )un deux trois canon, le cerf volant confectionné avec nos petites mains avec des roseaux croisés,la toupie on la faisait valser sur la pomme de la main les fortiches comme l’a dit si nasri! les pièges pour les sereins et les moineaux à l’aide de crible ficelle et grain

  15. merabbi

    A chaque jeu son but et ses limites et là est la question?

    les jeux ont disparu dès lors que l~on a dit que c<est des passe temps inutiles et qu<on les a considérés comme inacceptables
    au vu de certaines valeurs morales .
    Ce qui serait ,je le pense sincèrement, profitable à nos enfants ce
    serait la réintroduction de certains jeux visant le développement et l<épanouissement de leurs aptitudes .le cartes ayant au verso les informations sur le pays par exemple la population ,les ressources naturelles ,le nom de la capitale etc….. étaient trés prisés .
    les voitures ( leur histoire ,leur vitesse ,leur force…)
    les planetes leur nombre, leur masse ….)et la toupie ainsi que le pot sont autant de jeux qui seraient les bienvenus mais il faudrait donner gout à nos enfants d<abord en les jouant chez soi 9en famille .
    Et là ilfaut se poser cette question : jouons nous (assez) avec nos enfants .
    J<ai recemment suivi une emission TVoù les écoliers étaient ravis d<apprendre leur géographie via un jeu.
    c<est dire que jouer peut être aussi à l<ecole et ce n<est pas illicite.

  16. elhadj abdelhamid

    Dans le livre de lecture de l’école primaire des années 60 débutantes, il y avait des illustrations hautes en couleurs suivies de phrases pour apprendre les syllabes et les lettres particulières comme k, z, … ….puis des textes pour le vocabulaire.
    Ainsi , on lisait :
    Zina fait la vaisselle ( faire la vaisselle, c’était l’avenir de la petite fille  » arabe  » )
    Akli est un petit kabyle ( diviser tôt les enfants d’Algérie pour régner le plus tard sur les grands )
    Mais il y avait une phrase, pour illustrer la syllabe  » ou  » accompagnant l’image d’un enfant à l’air morveux et aux cheveux bien bouclés , que je n’ai pas oubliée!
    Zoubir joue de la toupie ( ou, ou, ou ).
    Si j’ai bien compris que Zoubir, l’enfant algérien, était souvent morveux, je n’ai pas , à ce jour, saisi la  » dimension subversive  » de la toupie . Peut-être que le jouet ( zerbot ) symbolise l’enfant d’Algérie  » agitateur ?

    • ghosne elbane

      Salam si abdelhamid l’école primiaire des années 60 débutantes moi j’étais au Lycée donc beaucoup plus âgé que vous. Nous c’était la bougie iiiii;Ali va à l’école….Zina(labelle) la vaisselle et SAIT servir le bon thé et sait dire wah oula lala! belle chanson!! zina pilote,tricote à l’endroit sait surtout SAIT où elle va! j’ai été en classe avec des morveux 4 saisons pas qu’en hiver!ils avaient un nez crochus et des cheveux bien crépus!!! et un bon zerbout celui qui tourne mouvement de rotation dans les deux sens khayi! et quand le couple est composé de zerbota et zerbot (rires) ça va loin!!! salut amical

  17. Mémoria

    Et les cerfs volants,jeu disparu de l’imaginaire de nos enfants dans notre beau pays où le vent s’est essoufflé à cause de l’audiovisuel domestique qui fixe notre jeunesse ,avide de jeux psychomoteurs,dans le réduit de leurs domiciles et les condamne à l’immobilisme …Ces cerfs volants qui permettraient aux jeunes de percevoir la dimension spatiale de leur environnement et rêver de lointains voyages qui structurent leur personnalité!Pourtant le cerf volant demande très peu de moyens…scolaires !

  18. oueldserkhane

    Pour fabriquer un pitchac il fallait se procurer d’une chambre à air d’un vélo, découper la en une trentaine de rondelles, les assembler à l’aide d’une ficelle, l’ensemble de rondelles attachées donne une souplesse et un effet rebondissant.
    Deux façons de jouer :
    1-le jonglage par les pieds ou les genoux et on comptait le nombre de jongles.
    2-on dessinait 2 cercles de 1mètres de rayon, chaque joueur se plaçait au milieu d’un cercle, tirait le pitchac par le pied. Le but est de faire tomber le pitchac dans le cercle de son adversaire.

    • ghosne elbane

      khayi ouldserkhane le pitchac c’était 120 à 120 jongles genoux pieds par un froid sec et glacial cela réchauffait c’était une épreuve pour un bambin!!!Salem fraternel khayi

  19. oueldserkhane

    Le carico :
    [size=12px]Pour fabriquer un carico, il fallait se procurer de vieux roulements à bille et des planches de bois rouge.
    Pour jouer, il fallait trouver une descente qui permettait au carico de rouler très vite.
    A Sidi Brahim les descentes ne manquent pas, surtout à la cité Marina, la route menant à Zerouala
    forme une véritable pente goudronnée de 300 mètres, ou les caricos se lançaient à toute vitesse.
    http://oueldserkhane.skyrock.com/2909452511-SIDI-BRAHIM-LES-JEUX-D-AUTREFOIS.html

  20. oueldserkhane

    et ça pour les villageois
    Piège à oiseaux
    Son ressort est fabriqué à partir d’un fil de fer procuré d’un vieux pneu après l’avoir brulé et le cadre par un fil de fer galvanisé trouvé dans les champs de vignes.

  21. naimi

    le carricot=erroulma,tchappa=marelle,lastak=eperon,el moglaa=la fronde,et les objets qu’on fabriquait a la main telque les moissonneuses avec du fil de fer pour couper l’herbe on ajoutaient des morceaux de lames gillette,ainsi que d’autres objets comme les tracteurs ,pour les pneus on utilisaient des pieces de semelles ,n’en deplaise aux nouveaux gadgets.

  22. Mohammed.G...

    Bonsoir tout le monde,
    N’est-il pas merveilleux de prendre un bain de jouvence et d’enfance?? En remémorant nos beaux souvenirs de notre belle époque,où l’on se partageaient le peu que nous possédions,où nos familles n’en faisaient qu’une seule,où le niveau de vie était quasiment le même……où l’on était,tout simplement,heureux !!!!
    Les jeux étaient notre passion,à l’époque où il n’y avait ni télévision,ni internet,ni salles de jeux,par contre le cinéma faisait notre joie,et sans oublier la bande dessinée dont j’étais très passionné,avec les Blek Le Roc,Zembla, Akim,Nevada,Rodéo,Miki Le Ranger,Tex Tone,Popey….puis quand on étaient adultes,on lisaient ce qu’on appelaient ‘les romans d’amour’ puis vinrent les romans policiers d’Agatha Christie,etc…
    Revenons aux jeux de billes (nibli),billes d’agate (pénégat) et le fameux ‘plomo’,avec le triangle qu’on appelait ‘kref’ et le ‘dijou’ qu’on tracent parterre,puis il y a l’autre jeu qui consistait à creuser un trou,qu’on appelait ‘pot’ !!!
    A vrai dire c’était une belle enfance et une merveilleuse jeunesse,et qui parmi nous ne soupire pas l’éternel mot ‘ya hasrah’ !!!!!!

    • Mohammed.G...

      @ Kadiri Mohammed,
      Je n’ai pas pu t’avoir au téléphone,c’est juste pour te dire que j’ai rencontré la personne aujourd’hui,dont on avait parlé l’autre jour et elle n’est pas prête (pour l’instant) étant malade!!!

    • Christian Vezon

      Mr Mohamed G..vous avez oublié « Pipo ,Tartine, Météor,les Pieds Nickelés, Bibi Fricotin,Buck John,Pim Pam Poum,Audax,Coeur Vaillant,Kit Carson,Strange,Garry,Vigor,Blondin et Cirage,Spoutnik,Ardan,Mandrake,Tif et Tondu,Cosms,La patrouille des Castors…..Pour la toupie,il fallait changer le clou d’origine,trop rond et lisse et le remplacer par un clou carré coupé dans un clou de fer à cheval,à cause des coins carrés elle faisait des bonds et cognaient les autres toupies pour les chasser du cercle.aux billes on jouait aux Villes et à la Capitale,une ville dans chaque coin du carré et la capoitale au centre ,qu’il fallait conquérir une à une…quant à la fronde par opposition au lance pierre ( Taouate ) avec ses elastiques carrés qu’on achetait au bazar du coin,la fronde que les bergers maniaient avec une précision diabolique,deux lactes de cuir et une poche en cuir pour la pierre,qu’ils faisaient tourner au dessus de la tête et propulasaient la pierre en lachant un des deux brins de cuir…toute une jeunesse que nous avions en commun tous les jeunes d’Algérie,toutes communautés confondues…Nous avons eu tous,ceux qui ont plus de 65 ans la même formation….

    • hanene

      je savais que vous avez des choses a dire

  23. Albarracin deSBA

    Et libérer les chiens prisonniers de la charette fourrière!

  24. chaibdraa tani djamel

    Dr reguig menaouar,mougla3 c’est la fronde on suivait méme pendant notre enfance une série telévisée THIERRY LA FRONDE;mais dommage pour cette jeunesse actuelle de ces dernieres années il n’y a que la violence,les jeux que vous avait cité c’était une culture qu’on ne retrouvera jamais

  25. Abbassi22

    Salam
    Je partage entierement votre profond Soupiiiiiiiiiiiiiiir grand frere Mohamed G. A la liste des livres cites il y avait aussi les romans de James Hadley sans oublier ‘les histoires extraordinaires » de Pierre Bellemarre et Edgar Poe
    Pour frere Memoria eh bien le mot « tifourmi » vient tout simplement du verbe  » tu formes  »
    Pour les filles il y avait un jeu qui s’appelait « zanzlit  » si mes connaissances sont bonnes

    • Mohammed.G...

      Bonsoir,mon frère Abbassi22,
      Le soupire se transforme en soulagement,quand je lie de braves frères comme toi, qui nous réconfortent et qui n’agissent que pour dire du bien !!! Merci pour les rappels de ces romans que j’ai complètement oublié,on vieillit ya mhaynek !!!

    • elhadj abdelhamid

      Bonsoir
      le jeu de zanzlit c’est le jeu des  » osselets  » ( par contraction arabisée osselets devient zanzlit ) qui se joue avec les petits os ( les rotules , je crois ) des moutons.
      Ai-je raison ?

      • BRIKCI SALIM

        exactement, il s’appel karred aussi je crois

        • ghosne elbane

          Le jeu Karred c’est ancien qui vient du mot kourde qui veut dire pierre il fallait 5 pierres bien polies pour jouer une bonne partie, les osselets sont en os comme l’a expliqué mr abdelhamid ,il en existait en plastique en couleurs vendus au printania !yahasrah yamasrah

    • a.Dennoun.

      @ Abbassi22,
      Tu as evoque les romans policiers que j’adorais lire. J’avais une collection de Jeams Hadley Chase a Alger que j’ai vendu a brocanteur d’El Harrach pour me payer le billet de train vers SBA.
      Edgar Allen Poe, c’etait les romans d’horreur et mystere.
      Les billes: le plomo faisait des degats aux billes d’agate « pinagat ».
      On allait aux rails des trains pour se procurer ce monstre.
      « Bon qui degouline, pas bon qui degouline », qui se souvient de la signification?
      Salutations,
      A.D

  26. Abbassi22

    Salam
    je viens juste de me rappeler un jeu qui m’a fait beaucoup rire cest  » le doudah » le cerceau qu’on pilotait a l’aide d’un fil de fer .On l’utilisait comme une voiture pour aller faire des courses et que l’on garait au bord du trottoir

    • Brikci Salim

      lol merci abbassi22 depuis hier je cherchais comment s’appelait ce jeu, j’habitais a Yaghmourassen dans les années 80, il y avait des chantiers des 4 coins de la cités, là ou ont cherchait les tuyaux pour le doudah, et sur le fil de fer avec lequel on guidait, on mettait des décorations, sur le mien j’avais mis le poignet du guidon de mon vélo Bianchi.

  27. Abbassi22

    Salam
    Grand frere Mohamed G Mazalat el baraka la lecture de vos commentaires me donnent toujours l’espoir que ouled hlal existent
    « etre jeune c’est etre receptif a tout ce qui est beau bon et grand  »
    Frere Briksi ce sont des souvenirs indelibiles qui ont marque notre jeunesse

  28. Benhaddou boubakar

    LE JEU DES IMAGES en tapant sur un lot d’mages sur terre! construction des vehicules en fil de fer;khourirates: notre defunt journaliste allah yarhmah KADER MEHIDI dans son livre « la misere joyeuse » que j’ai eu l’occasion de le lire; on demende a la VDSBA de nous rememorer chaque fois ces choses nostalgiques! salutations a si BRIKCI

    • ghosne elbane

      Salem si benhaddou des petits engins construits à l’aide de bôites mettaliques de « chema » vides pour les roues d’ailleurs Brahim Tsaki a fait un film où l’on voyait l’enfant tirer ce genre d’engin la mémoire me fait faux bond pour vous donner le titre du film.Salem khayi

  29. Benhaddou boubakar

    salam mon frere ghosne elbane;on s’est rajeuni un peu en èvoquant ces jeux d’enfance non? mes salutations khayi!

  30. lecteur assidu

    Salam mes amis!chaque jeu que vous avez évoqué ramène avec lui un lot impérissable de beaux souvenirs de notre enfance…et soudain ,comme par magie je revois certaines scènes qui défilent …Mon Dieu comme le temps passe vite ….Enfin bon!….Le doudah m’a permis d’être un grand sprinter plus tard…Eh oui!certains jouets qu’on fabriquait nous même (petites voitures,téléphone avec émetteur et récepteur :deux boites de « chemma »…..) nous ont permis sans le savoir de développer (chez les enfants que nous étions) certaines aptitudes:la création , la débrouille ,l’esprit d’initiative,les prises de risque,l’esprit imaginatif et surtout se sentir libre et décomplexé avec un esprit ouvert et beaucoup d’autres qualités dont savoir donner de la valeur aux « choses »et aussi apprécier le travail(trouvaille) des autres…..Pour terminer je voudrai remercier aussi celui qui nous a replongé dans un monde ….où la mélancolie et la tristesse se mélangent avec quelques larmes de joie et de bonheur….Fraternellement!

  31. Abbassi22

    Salam
    un autre jeu de groupe qui nous unissait aussi s’appelle  » Tila  » qui consiste a courir derriere un autre et le toucher avec la main
    Pour les filles il y avait le jeu de la corde qui consiste a balancer une corde et une fille sautait au milieu en chantant  » ch3al min autos fi 3arsak  » qui veut dire a peu pres « combien de voitures seront presentes a ton mariage … Hein les filles ? qui sont peut etre maintenant des meres ou des grandes meres !

  32. mohamed

    reveillez-vous on est en 2012????????????????????????????????????????

  33. chaibdraa tani djamel

    On a oublié un autre jeu, on raccordé 2 boites de CHEMA vides avec un fil de 10 métres et c’était un genre de télephone on se chuchotait de loin

  34. mohamed

    bkache zanzlit,tila………………………………..nsitou tila perche………………………….

  35. Nasri

    Salam si Brikci S
    Vous parlez de Tamangou Noredine le grand Mr du Foot?
    A moins qu’ il s’agit d’un autre sujet.

    • Brikci Salim

      Bonjour Si Nasri;
      Non de la grosse bille qu’on achetait pour jouer. ce joueur je ne le connais pas, à mon époque, il y avait Drid et compagnie, qui était un voisin a Yaghmourasen.

  36. hadj dekar SD sba

    tamango est un joli brun qui jouait gardien des espoirs UISMBAil était propriétaire du fameux café chantaco.il est décédé ilquelques années a oran

  37. candide

    @hadj dekar,je crois que tu confonds Tamango noredine avec Zouaoui Tango?Tamango était un excellent fooballeur,il doit avoir plus de 70 ans.la famille tamengo est d’Oran,son frére était directeur de la casoran durant les annés 60,nous sommes cousins germains.

  38. Mohammed.G...

    Tamango,c’est aussi,l’histoire de Prospère Mérimée ,sur l’esclavage en Afrique que j’ai lu cela fait très longtemps,car la lecture fait partie aussi de notre jeunesse,on appelait ça :’bouquiner’ !! De nos jours,on se contente de lire ou de se documenter sur internet,mais rien ne vaut notre fameux bouquin,surtout,lorsqu’on s’allonge sur un matelas,pendant l’heure du ‘m’guil’ (sieste) dans un silence absolu,avec une musique très douce, réduite,ou du Fausto Papetti ….et lire tout en se laissant emporter quelque part,là où nous emmène notre histoire…!!!
    Quant au tamangou,qu’a cité Salim,je n’ai pas joué avec….peut-être, il a une autre appellation, ici à Bel-Abbés ??

  39. MAACHOU

    pignol,doudah,dilivri,tour de france,sbardina,nibli,lourma,cerco,etc..la belle jeunesse

Répondre