La Voix De Sidi Bel Abbes

Nos amis Hani Abdelkader et Khiat font l’été littéraire 2013

La littérature est un art qui surprend par sa nouveauté et sa singularité  Cela s’appliquerait  sous toutes réserves a nos amis HANI  et KHIAT que le nouveau club de NADI NET de notre journal avait convié et honoré .Le duo en question vient a nos yeux ; de faire L’ÉTÉ  LITTERAIRE 2013 en attendant la rentrée sociale selon les éléments a notre disposition D’autre part tout lecteur averti se rend maitre de ce constat loin des posts et commentaires biaisés que l’on redécouvre sans surprise après toute publication d’articles d’ informations diverses.Et si le récent ouvrage de monsieur Khiat Ahmed sur le plagiat des auteurs Français célèbres qui plagiaient les auteurs Arabes a été relativement médiatisé et continue de susciter un large débat dans nos colonnes depuis des semaines Nous avons estimé nécessaire de parler du nouvel ouvrage de Abdelkader Hani, ex-cadre des Archives nationales, historien et enseignant à l’université de Sidi Bel Abbès,contributeur prolifique dans notre journal  qui retrace la vie de deux personnes d’une même ville, d’un même quartier. Et ce selon notre confrère M Medjahdi qui souligne ceci  « il s’agit, selon l’auteur, de deux hommes, nés la même année, à deux mois de différence, dans la même ville, la petite ville qu’était Sidi Bel Abbès au début du siècle dernier, qui ont probablement fréquenté la même école, même si les classes « indigènes » étaient séparées des classes « normales », qui ont grandi dans la même petite ville, qui ont fait des études supérieures, puis qui ont vécu dans la même ville dont ils ont été les intellectuels mais qui s’ignoraient totalement ! On chercherait en vain dans les déclarations ou les écrits de l’un ou de l’autre une évocation de l’un ou de l’autre ? L’auteur précise que « dans toutes les conférences qu’il a données, dans tous les écrits qu’il a publiés, dans tous les discours qu’il a brillamment fait, jamais Paul Bellat ne cite, n’évoque, ne critique, ne parle de Abdelkader Azza ! Et ce dernier a lui aussi multiplié les écrits, écrit des ouvrages remarqués, animé des séances de poésie sans jamais dire un mot sur Paul Bellat, le seul poète francophone de Sidi Bel Abbès à l’époque ». A travers la chronique comparée de ces deux intellectuels de Sidi Bel Abbès, HaniAbdelkader nous brosse une histoire de première ville française d’Algérie, cette ville duelle, avec sa ville française et son « village nègre », ses « grabas » ou étaient cantonnés les Arabes, les indigènes, les péripéties de deux intellectuels que tout oppose dans une ville coloniale. On y apprend entre autres le bref séjour que fit l’homme de gauche Albert Camus en 1937 dans cette ville dominée par les milices de l’extrême-droite… Les deux intellectuels à… l’indépendance de l’Algérie, le départ de la légendaire Légion étrangère qui avait fait de Sidi Bel Abbès « son berceau », le drame des petits pieds-noirs poussés à l’exode par les crimes odieux de l’OAS, mais aussi les abus d’un nouvel ordre qui s’installe, fort d’une légitimité historique… Ce nouveau livre de 170 pages, composé de quelque 10 (entre deux guerres, Seconde Guerre mondiale, lutte de Libération) demeure un travail de recherche universitaire qui apporte un éclairage certain sur le parcours, l’œuvre littéraire et l’engagement politique de ces deux personnalités hors-pair, nés en 1913 dans la Mekkera. « Dans ses conférences, ses publications, ses discours, jamais Paul Bellat ne cite, n’évoque, ne critique, ne parle de Azza Abdelkader ! Et ce dernier a, quant à lui, multiplié les écrits, publié des ouvrages remarquables, animé des séances de poésie sans jamais dire un mot sur Paul Bellat, le seul poète francophone de Sidi Bel Abbès à l’époque », précise l’auteur dans ses écrits. L’ouvrage qui décrit le bon vieux temps, et la vie simple des ces deux intellectuels s’ajoute aux œuvres de HaniAbdelkader, à savoir « Bechar et sa région entre histoire et légendes », « Correspondances de l’émir Abdelkader », « Le thermalisme en Algérie », « Les danses traditionnelles en Algérie ».

 

 

 

 

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=30303

Posté par le Août 1 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

14 Commentaires pour “Nos amis Hani Abdelkader et Khiat font l’été littéraire 2013”

  1. hamid

    Je crois que c’est grâce au volontarisme qui les caractérise et Au travail intensif car ils ont déjà des publications a leur actif que ces deux écrivains se distinguent et l’écrivain n’est appelé par son nom d écrivain que lors-qu’ il nous crée réellement

  2. gamra de sidi khaled

    ils méritent ils bossent

  3. Belamri abdelkader

    Les deux personnalités,cultivées d’abord et très curieuses intellectuellement ,ne pouvaient s’abstenir d’écrire surtout quand leur curiosité ( recherche ) est fertile en informations historiques ,alimentant l’histoire de l’Algérie ou du monde arabe de nouveaux faits historiques avérés. Nadi.net les a honorés et la voix de sba n’arretera pas de les encourager et les accompagner dans leurs œuvres présentes et à venir.Ils le méritent bien ;simples et disponibles comme ils sont,ils ne pourraient que réussir.Bon courage !

  4. Cheniti Gh.

    Nous avons eu,avec mes amis du Nadi.net,le grand privilège de faire la connaissance de deux grandes personnalités qui marquent les gens qui les côtoient.J’ai été personnellement séduit par la grande classe de messieurs Hani et Khiat et leurs grandes qualités humaines et intellectuelles.Très simples dans leurs comportements,leurs visions des ‘choses de la vie’ en plus de leurs grandes maîtrises du verbe parlé et écrit dans les deux langues.Il me semble ,qu’il est grand temps de mettre en exergue les différents talents de notre belle wilaya sans tomber dans le piège des louanges ou des reconnaissances conjoncturelles et factices mais d’essayer de rassembler toutes les belles plumes et rendre ainsi un grand service à nos enfants ,qui diront un jour peut-être, que nous leur avons légué quelque chose
    -pas si génial peut-être- mais au moins une piste littéraire et historique qui leur permettrait sûrement de s’identifier et de créer d’autres espaces et productions de tout ordre,pour un affranchissement total des carcans qui ont déjà humilié plusieurs générations. Bonne chance messieurs Khiat et Hani.

  5. gamra de sidi khaled

    actifs et simples

  6. jamel

    En effet nous avons suivi dans le journal de la voix les contributions de ce duo de charme littéraire bravo pour eux et pour la culture nationale

  7. M mokhtaria particpante

    bon vent aux amis du journal J’ai assisté avec eux c’était riche.

  8. Lecteur assidu

    Toute vérité se dit, il ya de qui être des plus sidérés qu’on constate que le débat sur le nouveau livre de cheikh Khiat Ahmed qui est encore serein très serein entre personnes connues qui se voient et se croisent dans la même cité est transporté machiavéliquement ailleurs pour combler quoi au juste ? ou démontrer quoi? Deux questions qui viennent a l’esprit et qui taraudent le lecteur assidu On nous croyait peu aguerris et peu être moins perspicaces et vigilants mais au contraire c’est au petit quart de tour comme une petite bombe artisanale que l’on veut saborder la dynamique culturelle du nouveau club de NADI NET du journal que nous lisons quotidiennement et qui en moins de eux mois a ‘ton suivi a fait des pas sereins et ne peut accepter ce genre d’inimitiés qui sont un plat que ne peut se manger facilement C’est la une vérité loin d’une réaction épidermique car l’abus est généralement un privilège de quelques…..C’est le ramadhan

    • Ahmed Khiat

      Bonjour M. Lecteur assidu
      Ma3lich ya sahibi!. Cela n’a pas grande importance. Peut-être en transportant le débat ailleurs, voudrait-on simplement lui donner un sang nouveau avec d’autres lecteurs qui n’ont pas eu l’occasion de le suivre dans notre Journal ‘ La voix de Sidi Bel Abbès ‘.

      D’ailleurs, j’ai été contraint de répondre ‘ la-bas ‘ pour que ‘ Matbatch fia ‘ ( je plaisante un peu ). Mais surtout aussi pour ménager la susceptibilité des gens, car rien n’est plus vexant que de ne pas répondre à ceux qui vous sollicitent. D’aucuns voient la chose comme de la provocation. Moi je la vois, plus optimiste, comme une prolongation ni plus ni moins. Un 2° round si vous préférez ( je crains que certains lecteurs non encore avisés trouvent ces propos incohérents )

      Quoi qu’il en soit, je vous remercie pour vos bonnes paroles et vous rassure que le Nadi Net avec à sa tête notre grand ami Si Chéniti et avec la ‘ bénédiction ‘ de notre frère Si Kadiri, fera incha Allah la fierté de Sidi Bel Abbès.

      Siamek fel Djenna.

  9. yahia

    Mr Hani j’attends toujours les 2livres que vous deviez dédicacer puis me les remettre à la radio de Sidi Bel Abbes sinon vous et Mr Khiat faites pour nous de l’excellent travail comme à l’accoutumée. Saha ramdankoum ajmaiine

  10. gherbi de sba

    Par la production ils font comme vous l’écriviez l été littéraire et les chefs de la culture payés gracieusement que font ils?

  11. rouai amina

    Bonsoir à vous tous, en particulier à notre maestro Cheniti, qui est toujours volontaire pour réunir les amoureux d’écritures, et de surcroît, avoir choisi Hani et Khiat, n’est pas anodin, car ils ont tous deux un talent sans égal, mais surtout une grande modestie et beaucoup de sagesse. Je vous embrasse bien fort tous les deux, avec l’espoir de lire vos récents ouvrages qui font « tabac ». Saha ramdankoum, et bonne fin de soirée. Amina rouai

  12. Lecteur intéressé

    En lisant le commentaire de M. Lecteur assidu ‘, je n’ai rien pigé. Mais avec la réponse du Cheikh Khiat, j’ai compris que quelqu’un n’a pas été content du débat sur la voix de sba et il a choisi un autre site pour le reprendre. Peut-être qu’i a des amis ( es )
    Après avoir éliminé 2 lecteurs, il me reste 2 autres. Donc ou bien c’est Madame Grace, ou bien c’est Monsieur Refas. Je chercherai le site où elle/ ou il a écrit. Je ne dormirai pas avant de le dénicher.

  13. BADISSI

    deux intellectuelles dont Bel abbés est fière ont remercie la VDSBA de les avoir honoré

Répondre