La Voix De Sidi Bel Abbes

Mr Djoudet MERABET, maire d’Elbeuf, invité de la rubrique « DAYF »..par notre confrère Bouchentouf G.

Une fois n’est pas coutume, l’invité de la rubrique « DAYF » du journal n’est pas une personnalité de Bel Abbés mais au regard de ce qui se dit à travers les commentaires des lecteurs sur l’échec avant tout des enfants issus de l’immigration, amplifié constamment par la rubrique des faits divers médiatiques, nous avons souhaité rencontrer le Maire d’une commune Française, M Djoudet MERABET de parents algériens qui a accepté de se confier à nous pour exprimer sa vision sur la situation sociopolitique de son pays la France et nous parler de sa réussite personnel comme premier magistrat de sa commune.

Bonjour Monsieur le Maire

1) Tout d’abord, voulez-vous bien vous présentez à nos lecteurs Belabbésiens qui vous vous en doutez suivent attentivement l’actualité Française à cause de l’histoire qui lie nos deux pays mais aussi de la présence d’Algériens sur le territoire.

Bonjour. Je suis né à Elbeuf et j’ai 38 ans. Je suis marié et père de 3 enfants, mes parents sont originaires de la Kabylie prés de Tizi-Ouzou qu’ils ont quitté pour s’installer en France fin des années 1960 comme beaucoup de compatriotes kabyles à la recherche d’une meilleure situation.

2) Vous êtes d’origine Algérienne donc et maire de la ville d’Elbeuf sur Seine en Seine Maritime depuis 2008. Comment cela est-il arrivé ?

J’ai commencé le militantisme d’abord dans le domaine associatif où j’étais impliqué dans l’animation sportive et culturelle d’un quartier populaire de la ville à forte densité maghrébine. Cela m’a permit en 1994 de rencontrer M Didier Marie un jeune député socialiste qui se lançait dans la politique territoriale et qui m’a proposé de rejoindre son équipe pour être élu conseiller municipal en 1995, à l’époque le plus jeune de la commune. Depuis lors j’ai toujours siégé au conseil municipal où après avoir été l’adjoint au maire ces derniers temps, j’ai pris les commandes de la municipalité en 2008 pour remplacer justement de M Didier Marie appelé à d’autres fonctions politiques en application du non cumul des mandats électifs. Je suis fier de diriger une commune de 20.000 habitants répartie sur 16 km², une ville d’art et d’histoire dynamisée par sa proximité avec la région Parisienne et par son ouverture sur le bassin de la Seine.

3) Vous avez eu la confiance du parti socialiste, et par ricochet la confiance de toute la population Elbeuvienne mais avez-vous rencontré des difficultés dues à vos origines Algériennes quand on sait que 20% de la population Française vote pour le FN?

Très sincèrement sur le plan politique je n’ai pas de soucis particuliers. Je suis un enfant du terroir très impliqué dans la vie de la commune où je suis né et où réside encore une partie de ma grande famille connue par tous. Mais sur le plan privé, je reconnais que dans le contexte actuel, il existe un racisme anti-maghrébin instrumentalisé par le FN au regard de ce qu’il voit et entend sur la représentation de l’Islam. Ce racisme là je l’avais plus ressenti étant plus jeune et même en tant que conseiller municipal quand j’abordais les discussions sur les subventions de telle ou telle association « communautaire » par exemple, mais en général dans l’esprit républicain il n’y a pas de problèmes majeurs. Rien n’est pire que la méconnaissance s’il faut expliquer aux autres ce qu’est l’islam, il faut aussi expliquer à nos jeunes ce qu’est la laïcité, dénominateur commun de l’intégration qui permet le vivre ensemble dans le respect mutuel tout en gardant ses propres repères culturels.

4) Grâce à la construction automobile et au pôle industriel pétrochimique dynamique de la région normande, votre commune compte une population Maghrébine assez large, quels sont d’après vous les grands axes de l’échec ou de la réussite de leurs descendants?

La réussite ou l’échec sont des notions très individuelles. Si certains réussissent et d’autres pas c’est uniquement de leur propre responsabilité. Nos parents ont fait des efforts énormes pour nous inculquer certaines valeurs universelles et nous ne sommes pas programmés à l’échec à cause des traditions ou de la religion comme on le prétend. C’est vrai aussi que pour vendre et stigmatiser l’opinion publique en proie avec une récession économique actuellement, les médias valorisent plus l’échec que la réussite de la politique d’immigration.

5) Votre dernière visite au pays date de quand ? Et vous qui êtes totalement intégré à la société française, comment vous vous sentez quand vous allez en Algérie ?

Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de visiter l’Algérie dans ma tendre jeunesse, j’avais d’autres pôles d’intérêts. Ce n’est qu’il y a deux ans que j’ai pu me rendre au village natal de ma famille pour assister à l’enterrement de ma grand-mère, Allah yarham’ha. J’ai beaucoup aimé l’endroit et je compte m’y rendre plus souvent si mes obligations me le permettent in’challah.

6) Avec votre expérience politique et tout ce que vous avez pu apprendre en tant que maire maintenant, que comptez faire pour l’Algérie par exemple dans le domaine du développement, de l’éducation, de la culture, du sport  sous couvert d’échanges bilatéraux ?

Ce que je peux faire avec ma toute petite expérience de dirigeant politique, c’est d’abord de réveiller les consciences pour des relations apaisés entre nos deux pays. Je sais que la Région de Normandie est en jumelage avec la région de Bejaïa et j’ai suivi les projets de coopération sur le plan culturel spécialement pour promouvoir le théâtre où j’ai proposé d’accueillir dans ma commune les intervenants venants d’Algérie. Pour l’instant je n’ai pas de projet de jumelage avec une ville algérienne, mais c’est une possibilité que je ne néglige pas et si d’aventure la ville de Sidi Bel Abbés souhaiterait s’investir dans ce projet, pourquoi pas ?

7) Quel regard portez-vous sur la situation sociopolitique de l’Algérie ? Vous savez très bien que le pays traverse une période de turbulence où il y a des manifestations et où on réclame le changement politique. Que pensez-vous de tout ça ?

Je suis à l’écoute de la politique Algérienne par médias interposés et j’entends toujours les mêmes arguments au gré des événements qui se succèdent et qui bouleversent le quotidien du peuple, alors que le pays a d’énormes possibilités pour enrayer le malaise palpable de la société surtout celui des jeunes confrontés au chômage endémique et à l’ennui. Vu de la France, j’ai l’impression que l’Algérie est un pays riche mais qui a probablement un problème avec la répartition de sa richesse en créant des écarts important entre les très riches et les très pauvres de sa population. Je m’interroge aussi sur le tourisme source de rentrer devises et d’emplois bon critères économiques d’un pays, pourquoi n’arrive-t-on pas à le valoriser dans un pays qui a autant d’atout touristique sinon plus avec le Sahara que ses voisins du Maghreb ? Maintenant quand au changement politique profond que réclame le peuple Algérien, la déontologie et le devoir de réserve ne m’autorisent pas à donner un avis qui risquerait au demeurant de froisser vos lecteurs.

Merci monsieur Djoudet MERABET pour votre aimable participation et votre disponibilité à répondre à nos questions, j’espère que cela fera date pour une prochaine interview d’un homme politique par nos amis de VDSBA et pourquoi pas Monsieur le maire de Sidi Bel Abbés pour lancer le premier jalon d’un futur jumelage avec votre ville ?

Elbeuf le 26 Mars 2013

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=25338

Posté par le Avr 10 2013. inséré dans ACTUALITE, HOTE DU JOURNAL. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

23 Commentaires pour “Mr Djoudet MERABET, maire d’Elbeuf, invité de la rubrique « DAYF »..par notre confrère Bouchentouf G.”

  1. Belamri abdelkader

    Voila un gene qui dément la fatalité selon laquelle un algérien n’est pas fait pour etre un démocrate ni capable d’ affronter l’adversité en pays « étranger » pour se distinguer et honorer ses origines;il suffit pour cela de baigner dans la culture démocratique réelle et jouir de ses droits fondamentaux dans un environnement sain et exemplaire.Moi personnellement,je suis fier de ce monsieur qui n’est pas, le seul français issu de l’émigration, à reussir en politique en france;ceci grace à son sens du dévouement au service de l’autre,d’abord dans les associations pour s’imprégner des problèmes et des besoins des gens et son implication en politique ensuite pour réaliser ses convictions.Notre ami Bouchentouf,que je remercie pour cette initiative instructive à plus d’un titre,n’ a pas omis de singer le véritable algérien sur la question n°7 dont la réponse m’a quelque peu réjouie malgré ma curiosité gourmande.De toute manière,je souhaite à notre frere le Maire de la commune d’Elbeuf plein de succès en politique et la prochaine étape vers la députation.Pour le reste,il a raison de ne pas s’aventurer à un hypothétique jumelage avec une ville algérienne qui pourrait mettre en péril sa carrière politique si prometteuse.

  2. badissie

    il dit: comme beaucoup de compatriotes kabyles !! c’est plus diplomatique de dire compatriote algérien .

    • Bouchentouf

      @Badissie
      Dans le dictionnaire Larousse on trouve la définition suivante du mot compatriote : « Habitant ou personne originaire de la même contrée, de la même ville, du même village ou du même pays que quelqu’un d’autre; personne qui a la même nationalité ». Donc en dehors d’être des Algériens, nous pouvons aussi dire que de l’intérieur nous sommes aussi des compatriotes Kabyles, Targui, Nedromi ou Abbassi Madani (Bélabbésien de la ville comme vous je présume d’après vos commentaires anti-villageois)…… Plutôt que de nous suspecter d’antipatriotisme, j’aurai aimé que vous nous donniez un avis sur ce sujet et le miroir que vous êtes ferait bien de réfléchir avant de nous renvoyer l’image …….

  3. Arbi

    Du nouveau c’est toujours bien de vous lire monsieur Bouchentouf G et ce choix est encore un plus de notre savoir sur les potentialités.Algériennes mis dans des situations parfaites.

  4. fethi

    REMARQUABLE TRAVAIL DE LA VOIX DE SBA BRAVO

  5. Jamel

    je suis de votre avis monsieur Fethi La voix de sidi bel abbes est doucement en train de nous présenter des articles que je qualifie d’inédits comme celui la.Ainsi nous nous se devons plus laisser le doute nous envahir a lire le parcours de ce maire;un bon exemple a vraiment méditer.

  6. hami

    A travers l’interview de monsieur le maire monsieur Djoudet Mrabent on découvre que celui ci a mérité la con fiance des administrés car ce qui compte pour eux c’est le rendement la bonne gouvernance qui est synonyme de confiance de chéque a blanc Je remercie la VDSBA et particuliérement monsieur B Ghalem

  7. yabiladi

    Quel plaisir de voir nos enfants de 2 et 3ieme génération réussir dans la vie associatif et politique.
    Eux qui ont souhaite avec combativité réussir pour faire honneur à leurs parents qui sont venus pour travailler et collaborer à l’économie de ce pays qui leur à ouvert les bras .
    Pourquoi nos maires ne font -il pas de même pour leurs villes et le pays et pourquoi s’acharnent-il à vivre dans la corruption et à vouloir se remplir la chkara.
    « NOUS SOMMES TROMPES PAR L’APPARENCE DU BIEN ».

  8. Cheniti Gh.

    Salam Si Bouchentouf Gh., bien le bonjour à vous et à vos proches ! Je tiens à vous remercier pour l’excellente interview avec Mr le Maire d’Elbeuf .Je suis d’accord avec Si Jamel c’est un sujet inédit et très instructif .j’ai une petite confusion entre Elbeuf et Mulhouse;laquelle est surnommée la ville aux cent cheminées ? Une autre interrogation -si vous permettez- mon frère B.G.:est-ce- vrai que les plus grands voiliers se rassemblent à Rouen tous les quatre ans ? Nous ne pouvons qu’être fier de votre rencontre avec Monsieur le maire,Si Djoudet Merabet . A propos il y a beaucoup de Merabet ici à Sidibelabbès et notamment à Sidi-Ali-Boussidi ! J’ai beaucoup apprécier cette démarche d’une intelligence rare de nos jours et qui permettrait -sans l’ombre d’un doute- de participer au rapprochement entre non seulement les deux rives mais aussi entre tous les humains épris de sentiments de paix et de tolérance .Merci Si Bouchentouf Gh…PS: Je te connaissais excellent écrivain et poète mais je ne te connaissais pas excellent journaliste/interviewer qui sait allier le verbe avec l’action et les projets réalisables(pour peu qu’on y croit !) et ô combien bénéfiques pour nos deux pays ! Fraternellement .

    • Bouchentouf

      Salem Ghalem Ch. Joumouâa Moubaraka à tous
      D’abord pour faire cet interview cela a été très simple, pas de tralala protocolaire ni d’une quelconque autorisation préalable d’un Wali ou d’une autre autorité partisane de ce genre, un ami commun sur la photo avec moi que je remercie nous a permit cette rencontre amicale. Je remercie par ailleurs M Merabet pour son accueil chaleureux et pour l’intérêt qu’il a porté à ma démarche au nom de la VDSBA.
      Pour répondre à ta question, je dirais plutôt que c’est Rouen la ville aux 100 clochers, Elbeuf étant une ville limitrophe connue autrefois pour sa draperie de prestige qui s’est éteinte depuis, concurrencée par les pays émergents. L’Armada qui regroupe tous les 4 ans des bateaux de la Marine de guerre du monde entier y compris de superbes voiliers école comme l’Amerigo Vespucci Italien, se déroulera cette année du 7 au 16 Juin où nous comptons à l’occasion réunir nos amis Bélabbésiens de la région autour d’un repas et d’une rencontre amicale de foot avec l’un des équipages des deux seules Marines Arabes pressenties soit un voilier le « Shabab d’Oman » ou soit un Aviso escorteur du Maroc selon leur disponibilité car ils seront très sollicités, à défaut d’avoir le plaisir d’inviter un bateau de notre chère Marine Nationale Algérienne encore endormie et abonnée aux absents malgré une invitation et des tentatives personnelles depuis un an pour convaincre mes amis d’Alger sur les retombées de communication et de prestige d’une telle manifestation.
      Avec notre ami Bedrani Djillali de Sfisef qui est venu me rendre visite pour voir comment organiser cette rencontre, nous avons concocté un programme festif pour passer une bonne journée ensemble je l’espère, j’attends la réponse des organisateurs de l’Armada pour confirmer la date soit le Samedi 8 ou le Samedi 15 Juin. In’challah, nous avons encore un peu de temps devant nous pour concrétiser ce rendez vous. Amitiés

      • Bouchentouf

        Excuse moi l’ami Ghalem pour cette étourderie car j’avais compris la ville aux cent « clochers » au lieu de « cheminées » certes Elbeuf et Mulhouse revendiquent cette appellation symbolique comme d’autres villes de France pour montrer leur dynamisme industriel à un moment de leur histoire. Et Bel Abbés c’est la ville de quoi ? des cent « Karenticas » peut être……..

        • Hakem Abderrahmane

          ……….Très déçu par cette réponse de Bouchentouf….!!!!!!!!!!!!!!
          Quelle dérision et….auto-dépréciation de soi !

          Ben Bella avait dit un jou r « Ce n’est pas l’Algérie qui m’a déçu! Ce sont ses hommes…! »

  9. HAMIDI

    Toujours vit et débordant un ailier quoi ghalem C qui commente un autre ghalem de Rouen .le maire est bien élu.bravo pour cet article dont lecontenu de l »iténéraire du maire est comme a dit un lecteur a méditer.

  10. sekkal

    BON ET BIEN UTILE ARTICLE POUR VOIR LES EFFORTS

  11. badissie

    monsieur bouchentouf je ne suis pas anti-villageois j’ai défendue le mot pure bélabésien et monsieur étranger et témoin quand j’ai dit que la race elle est importante pour l’animal chaval pure sang pour l’humain monsieur bouchentouf , c’est la foi , c’est notre religion qui indic ceux ci , et pour preuve un de mes meilleurs ami c’est un zaidi vous connaissez , il habite a boukhanifis , alors monsieur bouchentouf avant d’accuser les gens il faut etre sure , car l’accusation des gens sans preuve est un delit grave, avant d’etre tergui chaouis ect ont est algériens , et laisser monsieur madani , il n’a rien avoir dans ce commentaire , parler des voleurs chakib khelil et compagnie , mes condoléances a LA FAMILLE CHAKROUNE .

  12. kfaraoun

    MR djoudet merabet a fait un tres beau parcours en politique IL est jeune et il a de l’avenir devant lui et on lui souhaite que du progrès.Juste après l’indépendance, les ressortissants algériens résidents en france ont eu le meme droit au travail que les français à l’exception des droits politiques . Pour entrer en politique il fallait prendre la nationalité française qui a été de tout temps refusée par notre immigration dans les années soixante . Durant cette période un certificat de séjour de un mois a été instauré pour le travailleur immigré puis ce fut trois mois puis un an puis trois ans et la validité actuelle de la résidence est de 10 ans.Les droits en politiques ont été accordés après de multiples revendications durant ces dernières décennies et il faut rever pour qu’un enfant issu de l’immigration séduit une population française pour devenir maire.Notre immigration a changé positivement et nos immigrés revendiquent de plus en plus leur émergence ou leur intégration dans la société française Messieurs Merabet en politique comme Zidane en football ont fait la fierté de notre pays et ceux sont les meilleurs exemples à suivre par notre communauté de l’immigration.
    Merci si Bouchentouf pour tous vos bons articles

  13. samia

    je suis de votre avis monsieur Fakou.

  14. Fakou

    Un grand restera toujours un grand et je suis épaté par la réponse de Monsieur Bouchentouf Ghalem .Cest tellement vrai que la notion de l’humour a été remplacée par le sarcasme ,le « tenbar » et l’agressivité gratuite.Un petit sourire ça n’a jamais tué personne mais pour comprendre les subtilités d’une langue il faut un certain (Vrai) niveau d’instruction .Merci Samia et allons-y tous pour un bon plat de karantica ce soir ,après bien sûr un succulent couscous à midi !Djoumoua makboula à tous !

  15. messafer ft sba

    Un maire qui a réussi a avoir la confiance Bravo monsieur a d’autres sacres.

  16. badissie

    monsieur frère je respect les colonnes , je fais que répondre quand ont vous accuse ont a le droit de répondre avec politesse monsieur , etre accuser d’anti villageois c’est grave , et d’ètre accuser d’appartenir a un courant politique , alors ont a le droit de répondre . amicalement

Répondre