La Voix De Sidi Bel Abbes

Mohamed Mechati, un des 5 survivants du groupe des 22 tire sa révérence la veille du 5 juillet.

Le moudjahid Mohamed Mechati est décédé jeudi dans un hôpital à Genève à l’âge de 93 ans, laissant derrière lui un long parcours de militantisme actif.

Parmi les cinq derniers membres du Groupe des 22 encore en vie (Zoubir Bouadjadj, Othmane Belouizdad, Amar Benaouda, Abdelkader Lamoudi), qui fut à l’origine de la révolution algérienne, Mohamed Mechati a vu le jour le 21 mars 1921 dans une famille modeste à Constantine. Il s’engage jeune dans l’armée et prend part à des campagnes lors de la seconde guerre mondiale.

Démobilisé en 1945, il rejoint le Parti du Peuple Algérien (PPA), l’Organisation secrète (OS), le Mouvement triomphe des libertés démocratiques (MTLD), ainsi que le Comité révolutionnaire pour l’unité et l’action (CRUA), où il se distingue par son militantisme actif.

Début 1954, il est contraint de quitter le territoire national pour se soigner en France. Lorsqu’il est rétabli, il rejoint la Fédération de France du Front de libération nationale (FLN).

Il a été chef d’une zone d’Alger sous le commandement de Mohamed Boudiaf avant d’être transféré vers celle sud-ouest.

Arrêté par les Français en août 1956, il a été incarcéré dans plusieurs établissements pénitenciers français avant d’être libéré en 1961.

Avec l’ère de l’Algérie indépendante, Mohamed Mechati a occupé plusieurs postes diplomatiques, dont celui d’ambassadeur d’Algérie en Allemagne. Il a également occupé la fonction de vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH).

En 2000, il consigne son témoignage dans « Militant de l’Algérie indépendante, Mémoires 1921-2000 », édité chez Casbah Editions.

En dépit de son âge avancé et jusqu’aux limites de ses capacités physiques, Mohamed Mechati s’est particulièrement attaché à livrer ses témoignages à ceux qui le souhaitaient, sur son parcours et celui de ses compagnons d’armes et de lutte.

A l’égard des professionnels des médias et autres historiens et chercheurs, le défunt s’est imposé un devoir de témoignage sur des périodes clés de la révolution algérienne. Il s’est soucié notamment de contribuer à une meilleure connaissance et compréhension de quelques zones d’ombres et de faits liés à cette période de l’histoire du pays, y compris celles controversées et conflictuelles.

Acteur indéniable de l’épopée révolutionnaire, Mohamed Mechati entendait le rester jusqu’au crépuscule de sa vie, en livrant avec audace et sans tabous, ses appréciations de l’actualité politique nationale, dont il suivait de très prés les péripéties.

Ses contributions sur les colonnes des différents titres nationaux sont innombrables et l’on retient, entre autres, celle publiée au lendemain de l’ouverture démocratique post- 1988: « Du parti unique au multipartisme unique ».

Le défunt moudjahid laisse derrière lui une veuve (d’origine suisse mais de cœur algérienne) ainsi que deux enfants.

Le rapatriement de sa dépouille mortelle vers Alger est prévu samedi.

792a7d6e002d229c1fca1f3956a270a6_L

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=50840

Posté par le Juil 4 2014. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

4 Commentaires pour “Mohamed Mechati, un des 5 survivants du groupe des 22 tire sa révérence la veille du 5 juillet.”

  1. OUERRAD

    SINCERES CONDOLEANCES à la FAMILLE REVOLUTIONNAIRE .
    Encore une icone qui disparait , pourquoi laisser les grands partir ainsi sans profiter de leurs tresors caches . Il ne reste plus quatre , à connaitre les vrais tenants et aboutissements de notre GLORIEUSE REVOLUTION .
    Messieurs les HISTORIENS ?ou etes vous , qu attendez vous pour leur tirer les verites de la bouche ,apres cela sera trop tard , l HISTOIRE retiendra que vous l aurez galvaudee tout autant que les acteurs actuels de ce GACHIS .

  2. MADANI

    Allah yarhmah il est mort à GENEVE à défaut de PARIS pourquoi ils ne meurent pas en ALGERIE ? à méditer ?

    • ike

      mon cher ami, il vivait a geneve !!!! est ce un crime ? Lui, il a fait son devoir, et nous ????????

    • OUERRAD

      POURQUOI ? LES AUTRES ET PAS LUI . EN PLUS IL ETAIT MARIE A UNE SUISSESSE DEPUIS LA REVOLUTION OU EST LE MAL .
      IL A DIT DES VERITES DERNIEREMENT . PERSONNE NE L A ECOUTE ? CHACUN SA VIE .
      RABI YARHMEH

Répondre