La Voix De Sidi Bel Abbes

« Messahrati » durant le Ramadhan depuis près d’un demi-siècle: il reveille les habitants pour le « SHOR »

Hadj Abdou Guemzar, septuagénaire habitant Djanet, la perle du Tassili, est le « Messahrati » qui réveille les gens pour le S’hour (repas précédant le début de la journée de jeûne) durant le mois sacré du Ramadhan.

Il s’est mis ainsi au service de la population, les jeûneurs en particulier, et ce depuis 46 ans, avec toujours autant de dévouement et d’application.

Issu d’une famille pieuse et pratiquante très attachée aux us et traditions socioreligieuses, Hadj Guemzar, fils d’un homme de culte, Si Ali Guemzar, une des éminentes personnalités religieuses de la région et enseignant du Coran à Djanet, s’est impliqué, depuis l’âge de 23 ans, à la bonne action et à cette honorable mission de réveiller la population de Djanet pour le S’hour.

Le Def, compagnon de Hadj Abdou pour réveiller les jeûneurs

Hadj Abdou, connu par la population de Djanet sous l’appellation de « Messahrati », mot dérivé du terme arabe S’hour, sort de chez lui une heure et demi avant l’horaire de reprise du jeune, armé de son Def (instrument à percussion recouvert d’une peau en cuir) et commence à sillonner, depuis son domicile sis à au quartier Zelouaz-Nord, les rues et ruelles de la ville, répétant des louanges à Allah et à son prophète Mohamed (QSSSL).

Hadj Abdou, à la mine toujours souriante, déclare ne pas s’imaginer un jour abandonner cette noble mission, se disant déterminé à perpétuer jusqu’à sa mort cette tradition au service des musulmans, et si possible à la léguer aux jeunes générations.

Pour Salah Tagabou (29 ans), un jeune de la région, le Messahrati Hadj Abdou est une des rares personnes perpétuant encore cette tradition et s’employant à préserver ce legs ancestral, que ce soit sous les fortes chaleurs de l’été ou la rigueur du froid de l’hiver.

Abdelaziz Touahria (28 ans) estime, lui, que les habitants de Djanet se sont habitués à la voix du Messahrati Hadj Abdou et conçoivent difficilement un mois de Ramadhan sans sa présence.

Hadj Abdou, l’enseignant du Coran aussi et l’agriculteur

Déjà ancien enseignant du Coran aux enfants, Hadj Abdou Guemzar est aussi très attaché au travail de la terre, dans son lopin de terre qu’il cultive avec beaucoup de soins au quartier Azelouaz.

En dépit de son âge et du développement actuellement des moyens et équipements de communication et d’astronomie, la mission du Messahrati qu’incarne Hadj Guemzar fait toujours la fierté de la ville de Djanet qui a su préserver cette noble tradition.

c7ffb014a458f9d70a6c76e0a763ba1a_L

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=68449

Posté par le Juin 26 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

2 Commentaires pour “« Messahrati » durant le Ramadhan depuis près d’un demi-siècle: il reveille les habitants pour le « SHOR »”

  1. SBA

    Que Dieu garde ces bonnes âmes. Dans plusieurs coins du pays cette tradition est encore observée. Hamdouallah

  2. ABBES2

    MachaAllah. Sincèrement je ne savais pas que le messaharati existe chez nous.C’est la première fois que j’entend parler.J’ai connu el messaharati à travers les séries télévisées « BAB EL HARA » qu’on regardait en famille depuis 8 ans le moment de « EL IFTAR » .Et on le nome comme ça »EL MESSAHARATI » lui aussi armé de son DEF. Comme il annonce aussi le premier jour de l’aid mais ce jour chaque famille lui donne un petite récompense qu’on appelle « EL 3IDIYA ».
    Qu’elle belle tradition !!!!
    Aujourd’hui à chaque fois ou le « mouadhine » appel à la prière de el maghrib et « iftar » je me rappelle du bon vieux temps,EL MADFA3 puis la sirène pour annoncer el iftar.
    Qu’elle belle époque!!
    saha ftourkoum

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →