La Voix De Sidi Bel Abbes

Mercuriale: Les prix des fruits et légumes explosent

Les prix des fruits et légumes ont explosé ces derniers jours, résultat autant de la spéculation, par manque de contrôle, que des effets de la persistance de la perturbation climatique qu’enregistre le pays, depuis maintenant trois semaines. Sur les principaux marchés de gros des régions nord du pays, les prix ont atteint des sommets, et au détail, ils sont tout simplement inabordables pour les bourses modestes. Hier samedi, une journée, également, «creuse»’ pour les marchés de gros, les prix étaient très hauts, à la limite de l’indécence. Ce sont les prix au détail des haricots verts, de la tomate et de la courgette qui sont les plus élevés sur un marché sans orientation, mais, surtout, marqué par la quasi-absence de contrôle des services du ministère du Commerce. Hier, la tomate était vendue en moyenne entre 170 et 200 DA/kg, le poivron à 120/140 DA/kg, la courgette à 170 DA/kg, la pomme de terre entre 60 et 70 DA/kg, ou le fenouil à 80 DA/kg. En général, tous les produits agricoles, qu’ils soient très ou peu consommés, ont vu leurs prix exploser, à l’instar de l’oignon qui est vendu entre 70 et 100 DA/kg. Même le piment (170 DA/kg), les petits pois (220 DA/kg) ou les fèves (100 DA/kg) et les carottes (70 DA/kg) sont inabordables.

Les raisons de ces hausses soudaines des prix sont autant relatives au mauvais temps que des prix de gros, qui ont augmenté durant cette période. Il y a, également le coût du transport qui est répercuté sur le prix final du produit. Car les produits agricoles mis sur le marché, entre novembre et février sont, pour la plupart, cultivés dans le sud du pays, en particulier à Biskra et El Oued, devenues les potagers du Nord durant la longue période hivernale. Est-ce, pour autant, une raison pour que les prix soient, à ce point, l’objet d’une féroce spéculation ? Les ministères de l’Agriculture et du Commerce doivent, en principe, réagir, rapidement, pour calmer le marché et le réguler de manière à faire retomber la fièvre actuelle des prix. D’autant que pour les fruits, c’est la même tendance, avec des prix assez élevés de l’orange (100 à 200 DA/kg), ou de la clémentine, qui, elle est cédée à 300 DA/kg, ou les pommes (plus de 240 DA/kg) ou les bananes (plus de 500 DA/kg). C’est dire que les prix des fruits et légumes restent très hauts, et, avec la cote du poisson tiré du congélateur, toujours aussi cher, cela fait beaucoup pour le panier de la ménagère. D’autant que cette surenchère frappe, sans distinction, tous les produits de large consommation, dont les oeufs qui sont à 15 DA l’unité, ou le poulet entre 240-250 DA/kg. Bref, la mercuriale des produits agricoles, en cette fin de janvier 2017, et la persistance de la perturbation climatique, font que les marchés des fruits et légumes ont pris des allures de traquenard pour les petites bourses. D’autant que la qualité des produits, souvent, laisse à désirer, en raison du manque d’approvisionnement des marchés, suite aux difficultés de circulation sur les grands axes routiers, autant en raison des chutes de neige que celles assez fortes des pluies. L’emballement des prix des produits agricoles, au mois de janvier, concomitamment avec l’arrivée d’une grosse perturbation climatique, devrait impacter l’indice des prix à la consommation, qui serait en hausse de plusieurs points par rapport à celui de décembre 2016. Selon l’Office national des Statistiques (ONS), l’inflation s’était établie en forte hausse à 6,4% à la fin 2016, contre 4,8% en 2015 et 2,9% en 2014. L’évolution mensuelle de l’indice brut des prix à la consommation, en décembre 2016 par rapport à novembre 2016 s’est établie à 0,19%, résultat de la hausse des prix des produits alimentaires (+0,13%) et des biens manufacturés (+0,34%). Depuis le quatrième trimestre 2016, tous les clignotants étaient, en fait, dans le rouge. L’ONS explique dans sa dernière note, que la croissance des prix en décembre 2016 par rapport à la même période, en 2015, a bondi de 7%, résultant d’une hausse quasi généralisée des prix des produits de consommation, dont les produits agricoles.

Selon l’ONS, les prix des biens alimentaires ont augmenté de 4,3% en décembre 2016, par rapport au même mois de 2015, (3,7% pour les produits agricoles frais et 4,91% pour les produits agroalimentaires.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=70336

Posté par le Jan 29 2017. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

6 Commentaires pour “Mercuriale: Les prix des fruits et légumes explosent”

  1. chaibdraa tani djamel

    Ici chez nous en algérie,dés qu’il peut ou il neige, les prix flambent, dés fois on trouve des gens ( des retraités avec un maigre salaire) ou des gens pauvres qui demandent  » la sécheresse » pour que les prix des fruits et légumes baissent sans oublier les prix des viandes (rouges et blanches) .Quand aux services du commerce, n’en parlons pas

  2. ABBES.2

    Bonjour
    Ecoutez moi ça.
    D’après le quotidien « chourouk » L’Algérie importe 50 cinquante millions de dollars (chewing-gum) 36 trente six millions de dollars (mayonnaise) et 300 trois cent millions de dollars (poissons gelés).Et il a ajouté: ce qui veut dire que l’Algérie va vers…( ou va l’Algérie?)
    Allah yjib el khir

    • *Hamza

      Salam, Si ABBES 2 on a oublié les priorités avant c été ( SMID , ZIT , SECOR , KAHOUA )Bref on à perdu les repères j admet les ordinateurs internet et tous se qui fait évolué l humain pas la mayonnaise ou le chewing-gum ALLAH YJIB EL HAFD Salutations Hamza Toba

  3. chaibdraa tani djamel

    Ce fut un bon vieux temps qu’ on appelait l’ALGERIE « le grenier de l’europe ».

  4. abbasi

    Le gouvernement a parait il interdit l.importation des bananes
    Et les gens aplaudissent comme si les importateurs transfereurs de devise de lalgerie vers l.etranger vont cesser d.importer la khourda de machine qui n.est plus vendable ailleurs
    Il n ya qu.a voir les equipements importè qui ne sert absolument a rien
    Et lorsque un jeune investisseur de l.ansej cherche une petite machine
    Pour emballer sa marchandise ou former un etit flacon ob le renvois vers des interlediaires
    La machine chinoise qui est facturè a 3000 dollars la banque lachete pour l.ansejiste a 30.000 dollars..alors ou faudra metre stop a l.importation de la khourda ou des bananes et vegicules au moin ces deux choses aillent directement pour le peuple
    Ce qui va faire du bien a tout le monde on l.arrete t le reste de la khourda
    On crèe des couloires..ce n.est pas normal..
    Il faut mettre fin a cette situation qui va mettre le pays dans une situation instable.
    Les quotats doit touchè tout sauf ce qui fait le bien au peuple.
    Il faut claifier les chose ce que doit l.etat doit importer de sa poche et ce que le privè doit importè aussi de sa poche..celui qui voudra creer une sociètè il n.a qu.a deposer ces propres devise a la banque et acheter de l.etranger ce qu.il voudra.
    N.import qui a l.etranger qui de la machandise invendable peut creer une sociètè en algerie et perer le transfert toute sa ferraille va la glicer a l.algerie.
    Qui va l.empecher de le faire? Vous croyez qu.il croit aux Anges qui sont en presence de lui entrain de noter? Ces gens ne croient en rien il lui reste 20 ans a vivre apres lui le dèluge..
    On va patoger dans ce deluge de boue apres sa mort il ne sera meme pas enterrè pour aller pleurer sur sa tombe..
    L.importation des vehicule de commerce neuve pour l.etat et moins de 3 ans pour les proffesinelles oui
    L.importation des fruits et banane les pilyvitaminè pour nos betes par l.etat oui
    L.importation de la feraille par le privè par sa poche et ses propre devise ça regarde il n.a qu.a payer les impots assurance les taxed et .energie chez l.etat..l.etat n.a rien perdu il a au contraire tout a gagner….

  5. abbasi

    Il est donc souhaitable que l.etat soit enfin direct sans detour ni recule ni cachoterie
    Il ya les affaire de l.etat seul
    Il ya les affaire publique privè
    Il ya les affaires publique
    L.affaire de letat c.est tout ce qui strategique liè a l.interne et interne/externe
    Les hydroxarbure les mines le transport de marchandise la santè et l.alimentation de base animalet humaine et vegetalr sont des domaines exclusive ni pargenariat ni rien..
    Le publique privè c.est tout ce qui reste et que le privè ne peut invesrire dedans car
    La rentabilitè du projet est a long terme comme par exemple ouvrir une maternitè dans une daira
    Le projet est important est utile mais sa rzntabilitè est difficile lã l.etat entre comme co investisseur elle s.occupe d.une partie de l.investissement xhqrge taxe impot electricitè transport carburant

    L.e publique tout ce reste du strategique interne..chaque algerien est tenu de faire des investissements le champs est vaste libre et clairement definit..t.a besoin d.une voiture pour faire
    Du tourisme ni l.etat ni le publique ne sont sencè de voys fournir czla t.a qu.a xhercher les decises pour lavoir..tout le quotat des vehicules sera verser dans les vegicule utilitaire de transport publique marchandise..les fabriquants de vehicule de tourisme c.est le privê rout seul l.egat n.a pas le droit de mettre un sous de devise..les fabriquants doivent trouver leur propre decisr ils doivent rexporter pour se constituer un matelat de devise..quuconque fait un projet pricè doit compter que sur lui meme si il a fait un bisness plan basè sur de produits importè
    Ni l.etat ni le publuque ne sont obliget de lui fournir les devises ni etre a sa merci pour fermer l.importation privê afin de lui reserver le marchè interne a lui seul ce n.est pas un prince il na.avaiy qu.a a faire un bon bisnesd plan s.il ke vend rien a acause de l.achat des particuliers a l.eteanger c.est de sa.faute..il avait qu.a planter des orangers et vendre le jus …il nna besoin ni des decise ni imoirtations de la matiere premieres..a part les machine bien que les anciens colons faisaient du jus par malaxage avec les bras des algeriennes..il avait la possibilitè d.achetet des machine mais non le bien c.est d.avoir une cooperative peuplè et animè qu.une ussine automatique et fermès sur elle meme..
    Voila les choses seront claires ou iront les devises de l.etat et ou iront les devises de particuliers
    une fois que le privè que le privè aura reussi a monter son affaire acec ces propres devises il pourra s.il le desire ouvrir son capital au publiqur et comme la clinique maternitè le publique prendra une partis des charges taxe impot electricitè energie carburants et l.etat nna rien a faire elle facture le transport et l.energie a ces prix du moment ni plus ni moins..si l.etat ne sera pasbpayer elle coupe et si elle ne sera pas payè elle passr par lew tribunaux confiscation dt vente aux enchairew elle rrècudre son argent et donne le reste aux ayants droits.

Répondre