La Voix De Sidi Bel Abbes

Mechkour Mouloud Ammi Mouloud, marchand de savoir»

Mechkour Mouloud, le bouquiniste d’Alger, est décédé il y a quelques jours. Il avait 82 ans.

La triste nouvelle de son décès m’est parvenue alors que j’étais à l’étranger. Sa disparition m’a ému et a accentué ma peine, parce que les médias s’étaient aventurés à annoncer une «mort tragique  suite à une agression sauvage». Cette info a fait du mal à sa famille qui l’a fait savoir. «Mon père, nous dit Kamel son fils, est mort dans mes bras.

C’est moi qui lui ai lu la Chahada (profession de foi)  alors qu’il agonisait. Il venait de décéder après avoir lutté courageusement durant de longs mois contre la maladie. Il est parti, l’âme en paix, entouré de l’affection des siens.» Kamel est le second fils de Mouloud, alors que l’aîné Yazid a préféré s’installer en Suisse où d’ailleurs le paternel s’offrait quelques escapades lorsque l’envie s’en ressentait.

A son retour, «retapé» comme il aimait se qualifier, il ne manquait pas de me vanter l’ordre, la discipline et la propreté qui rythment la vie des Helvètes.

L’autre fils, le plus jeune, Rafik, a préféré lui aussi vivre à l’étranger. Les trois frères ont six sœurs dont le fils de l’une d’elles, Chemseddine, s’était déjà préparé il y a quelques mois à prendre la relève, sous l’œil bienveillant de son grand-père.

La boutique de Mouloud, pleine d’ouvrages pédagogiques, de classiques littéraires ou de vieux magazines dont des récents également, bien rangés, l’est aussi par une clientèle qui sait qu’elle va toujours y trouver le livre recherché.

Mouloud n’était pas qu’un simple vendeur. Il savait orienter ses clients, réserver des livres commandés par des habitués et lorsque le temps le lui permettait, il s’attelait à redonner vie à un ouvrage trop usagé ou à recoller les feuilles rebelles d’un autre.

Et c’est non sans fierté qu’il évoquera, avec une certaine nostalgie, les gens célèbres qui ont défilé dans son étroite échoppe avec lesquels il a lié amitié. Il citera, pêle-mêle, Albert Camus qui venait régulièrement, Boucebci, Mouloud Feraoun, Mimouni, Emanuel Robles et bien d’autres.

Il racontera avec un ton exquis la «descente» impromptue du maire de Paris, Delanoë, en visite officielle à Alger, qui n’a pas manqué d’y faire une escale en faisant un brin de causette avec notre ami, qui restera pour lui un morceau d’anthologie. Mouloud, qui aimait écouter avait une sensibilité extrême.

Il me disait sans détour son mal-être et son indignation face à la monté de l’incivisme, de l’intolérance et surtout de l’irrespect, surtout de la part des jeunes. Homme avenant, accueillant, aimable, son sourire et sa gentillesse séduisaient ainsi que sa tendresse et sa générosité alors que la vie, comme il le rappelait, dans ses jeunes années ne se montrait envers lui ni tendre ni généreuse.
A 16 ans, il était déjà là dans ce réduit où il tenait le rôle de coursier en se frottant au métier qu’il apprendra au fil des ans. La propriétaire, en signe de reconnaissance, à son départ en 1962, lui léguera ce bien qui rayonnera durant plus d’un demi siècle comme l’enseigne «L’Etoile d’or» que porte ce magasin situé en haut de la rue Didouche Mourad.

Depuis, Mouloud avait cette conviction que les livres ne sont pas des paquets de mots inertes. Il savait leur parler et s’ingéniait  à les ranger de sorte qu’il puisse les repérer lorsque la nécessité l’exige. Mouloud aimait aussi raconter ses virées au fier pays des Beni Yala dont il est originaire.

Où il fait bon vivre à Guenzet et où l’on déguste à satiété la «Chlita» et le «Tikourbabine». Mouloud était ainsi, entier et très sociable. Sa mémoire qui a prodigieusement résisté à l’érosion du temps était une véritable bibliothèque. Adieu l’ami, repose en paix

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=70270

Posté par le Jan 10 2017. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

10 Commentaires pour “Mechkour Mouloud Ammi Mouloud, marchand de savoir»”

  1. chaibdraa tani djamel

    ALLAH YARHAM AMI MOULOUD, le bouquiniste d’ALGER il se trouve aussi chez nous un jeune vendeur de savoir , qui vend des livres sur une table sous un parasol et qui a eu plusieurs fois des problémes avec la police sur l’endroit qu’il occupe, tout prés de la DDA à coté de l’auto-ècole ZOUBIR, j’éspére que les autorités locales (APC) lui procurent un kiosque tout en respectant ce métier noble.

    • mohamed 2231

      assalam 3alikoum khaouti : ya djamel khouya , nous sommes devenus des khobziztes , passes le bjr à ton frère ( dites lui alama )

      • Mme CH

        Salam Khouya mohamed 2231..! Hadi Ghayba…!! Mazel Habess Fi Zahana….(rires)..!! La tarte Mazel Malahgatnich….ni le Mbessess, ni Saffa Bel 3ssel…..Ma3lich kach Enhar Inchaallah…!!! J’espère que vous allez bien ainsi que toute votre famille…!!! C’est toujours un plaisir de vous voir parmi-nous…!

        على قدر أهل العزم تأتي العزائم *** وتأتي على قدر الكرام المكارم

        وتعظم في عين الصغير صغارها *** وتصغر في عين العظيم العظائم

        Mes Respects…!

        • mohamed 2231

          wa 3alikoum assalam wa rahmatou allah wa barakatouh oukhtouna mme CH , assalam 3alikoum khaoutis . oukhtouna mme CH , je me porte très b1 ainsi que ma famille mais je suis tjr en panne à zahana . concernant la tarte , je sais très b1 que vous connaissez celui qui l a mangé . pour essafa wa elbassas , demandsez à celui qui a mangé la tarte s il les a préparé . merci bcp oukhtouna mme CH , j espère que vs vs portez très b1 , je vs souhaite une année pleine de réussite ds tous ls domaines et une bonne santé . assalam

  2. SBA

    Bonne observation. Ces gens n’ont pas changé de vocation. Ils sont des passionnés. Ils méritent respect et considération. Oui il faut les aider.

  3. ABBES.2

    BONJOUR
    Le grand poète EL MOUTANABI a dit:
    أعَـــــــــزّ مكــــــان في الدّنـــــى سرج سابــــــــــح……….وخير جليـــــــــس في الزّمـــــــــــــان كتـــــــابُ
    Le meilleur lieu dans la vie est de se mettre sur une selle d’un beau cheval rapide, alors que le meilleur ami de tout les temps est un bon bouquin.
    El moutanabi n’est qu’un surnom qu’on lui a donné,et qui veut dire deux explications:
    1-Il était tellement fière de lui et de son éloquence qu’il a dévié et revendiqué qu’il est un prophète.
    2-Il disait des poèmes à un age précoce, et tellement qu’il était petit il montait sur un sommet pour qu’on peut le voir.
    En lisant le vers on voit que notre poète donne une très grande importance à la lecture.
    Et quand il a dit que le livre est le meilleur ami de l’homme il n’avait pas tord, car l’ami humain peut trompait son ami s’il n’était pas fidèle mais le livre non.
    En lisant le commentaire de notre amie Imen que je salue, je me suis dis en ce temps de technologie bien avancée; es ce que nous pères nous pouvons rassembler la famille chaque week end pour les raconter les récits des messagers? قصص الأنبياء .Et nos enfants ou même nous les adultes, es ce qu’on peut bouquiner chaque jours avant de dormir?c’est impossible devant ces postes de téléviseurs et ces chaines non limitées.
    Le téléviseur et le micro ordinateur ont tué la lecture.
    Allah yarham si Mouloud le marchand de savoir w yarham jami3 mawtana.
    Bonne nuit

  4. James

    Fatima el Fihriya est issue du clan des Banu Fihr de la tribu de Quraych, clan qui s’est installé à Kairouan à la suite de l’un de ses membres, Oqba ibn Nafii al Fihri, fondateur de la cité et général envoyé en 670 à la tête des armées musulmanes par Muawiya Ier, calife omeyyade de Damas, dans le but de conquérir et propager l’islam en Afrique du Nord. Selon une autre hypothèse elle serait au contraire berbère, de Kabylie.
    Fatima El-Fihriya, surnommée Oum al Banine a créé La bibliothèque Al Quaraouiyine,
    située à Fès au Maroc avec sa fortune personnelle. Fondéé entre 859 et 877 apr. J.-C., selon les sources, elle fait parie de ces joyaux patrimoniaux , comprenant une mosquée et une université.
    La plus vieille bibliothèque du monde, a été créée par une femme!

  5. James

    Le livre est une véritable source de plaisir, de joie et d’émotion. Beaucoup d’élèves disent ne pas aimer lire. Je ne suis pas loin de penser que TOUS aiment lire, sans exception ! Le plus difficile pour eux est de parvenir à trouver dans la masse, le livre, celui qui ne va pas les endormir… LE LIVRE, celui qui va leur parler , le livre qui leur correspond, le livre qui va leur remuer les tripes, les boyaux, les neurones, la tête !!!

  6. Imène

    Amis (es ) de Vdsba , Azzul !
    L’étoile d’or ( ennedjma edhabia ) pour ceux qui ne connaissent pas, n’est pas une bibliothèque comme vous ‎pouvez l’imaginer : sapacieuse , éclairée aux néons , rayonnages métalliques où sont soigneusement disposés ‎livres et collections…Non rien de tout cela ! chez ammi Mouloud , c’est le capharnaüm ! au bon fouillis ! des ‎étagères jusqu’au plafond sont chargés de livres : on y déniche de tout ! des classiques de la littérature , du ‎cinéma , livres pédagogiques , vieux magazines aux pages jaunies ( magnifiquement conservés par ses petits ‎soins ) des BD , des disques à microsillons ( qui marchent très fort ) des ouvrages divers empilés ..derrière son ‎comptoir ammi Mouloud – Allah yarhamou – tout sourire , règne en maître absolu dans ce réduit ‎encombré , où le client est reçu comme un prince ! Ammi Mouloud vend , achète , échange , prête les livres ‎c’est bien dit dans le texte ,c’était un marchand du savoir ! enfant déjà j’y allais avec mon père pour ‎emprunter ou échanger livres de contes , des bd , plus tard c’est pour les romans , les annales , et ‎publications universitaires ..impossible de passer par là sans marquer une halte pour saluer Mr . le ‎bouquiniste, puis voir les dernières nouveautés , palper les livres , tourner les pages , lire quelques passages , ‎et cette odeur ..tout de suite on est plongé dedans : le contact du livre a quelque choses de magique et vous procure une ‎émotion indescriptible ..il doit connaître ça , lui ..‎le plus vieux bouquiniste e la place d’Alger !
    Je viens , par le présent article d’apprendre la maladie et le décès de Ammi Mouloud , je suis très peinée .. je voudrais présenter ‎mes condoléances très attristées à sa famille , ses enfants , à tous les amoureux de l’étoile d’or qui va ‎continuer inchAllah à briller de mille feux ..‎
    Une page est tournée…Allahoma arham mawtana .
    Salam .

  7. sidi yacine

    Chaque lecture est un acte de courage de patience.La lecture nous sauve et nous procure du plaisir,on respire, on vit. Sans lecture on ne peut pas écrire,elle est salutaire.
    (La lecture élargit l’horizon de la vie, la vie devient plus grande, elle devient autre chose c’est comme si on possédait une chose que personne ne pourra jamais nous enlever, jamais et ça vous rend plus heureux). »Le coeur de l’homme » – Jon Kalman Stefansson.
    Allah yarham Ammi Mouloud

Leave a Reply to sidi yacine