La Voix De Sidi Bel Abbes

Mariage collectif: 15 couples convolent en justes noces

C’était l’effervescence jeudi soir au quartier populeux et populaire de Hadj Messaoud, dans la commune de Ghardaïa.

 En effet, 15  jeunes de ce bouillonnant quartier ont fait, devant des centaines de témoins, entre invités, famille, amis, bienfaiteurs et donateurs, leurs adieux au célibat, sautant le pas, entrant ainsi de plain pied dans le monde du mariage.

La cérémonie, toute en ferveur, s’est déroulée dans les locaux des anciennes galeries algériennes, mitoyennes de la protection civile et de la sûreté de wilaya de Ghardaïa. Organisée minutieusement par l’association El Ikhaa (la fraternité), présidée par le dynamique Naoum Noureddine, avec la contribution effective de nombreux donateurs et bienfaiteurs de la région, cette vingt sixième édition (26ème) a permis à des jeunes dans le besoin, de pouvoir fonder un foyer et réaliser un rêve qu’ils pensaient impossible. En effet, dans une grande ferveur et une ambiance religieuse des grands jours, pas moins de 15 jeunes de cette localité, drapés dans de beaux costumes traditionnels recouverts de burnous blancs en laine, ont été les vedettes incontestées d’une soirée qui a drainé jeudi dernier, plus de 300 convives, venus de toutes les contrées de la wilaya de Ghardaïa et même d’ailleurs.

Entamée par un succulent couscous garni de viande de chamelon, la soirée s’est poursuivie par la lecture de versets du Saint Coran, qassid al burdah du cheik al bussairi et de récitations de quelques psaumes religieux savamment distillés. C’est la 26e cérémonie du genre organisée à cet effet par cette dynamique association caritative religieuse qui souhaite, par ses nobles actions,  entre autres, «encourager et aider les jeunes en situation difficile à fonder un foyer et à s’intégrer dans la société».la toute première ayny eue lieu en 1991. «Cet événement constitue, par ailleurs, une occasion pour promouvoir les valeurs de solidarité et de cohésion sociale de notre société.» Le mariage s’est, en effet, déroulé dans la plus pure tradition de la région de l’immuable rituel du mariage, au cours duquel les futurs mariés accompagnés de leurs vizirs sont installés face aux invités sur une estrade pour procéder à la cérémonie d’habillage « Telbass». Pendant que les futurs mariés étaient habillés par des imams choisis au préalable par leurs familles, l’assistance ne cesse de fredonner des chants religieux ainsi que des louanges et panégyriques à Allah et le Prophète Mohamed (QSSL).

Des prêches portant sur les vertus du mariage dans la consécration des valeurs de stabilité et de la solidarité sociale ainsi que le rôle du couple dans la consolidation de la société musulmane sont prononcés durant la cérémonie de mariage par des imams, ainsi que des «cadeaux de mariage» généralement des produits électroménagers utiles pour la vie du couple sont offerts aux mariés parés de la tenue traditionnelle du mariage Ghardaoui avant que la foule ne se disperse. Pendant ce temps, les chants religieux de prennent le relais , avant d’accompagner que chaque marié se fasse accompagner par son vizir jusqu’au seuil de son domicile sous les youyous et le baroud.

Avant cela, et tout au long de la cérémonie d’habillage des hommes, le même rituel d’habillage est, par ailleurs, organisé, nous dit on,  côté femmes, pour les futures épouses. «Le mariage est le socle de la famille qui, elle-même, est l’un des fondements de stabilité et de solidarité sociale à même de permettre la consolidation de la solidarité musulmane», a déclaré un des imams présents à la cérémonie.

sans-titre-1_2619105_465x348

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69383

Posté par le Oct 3 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

5 Commentaires pour “Mariage collectif: 15 couples convolent en justes noces”

  1. Mme CH

    Très bonne initiative pour marier nos jeunes…..!!! Je ne sais pas, si à Sidi Bel Abbés, ils ont déjà organisé ce genre de mariage (collectif)…! Si Non, alors allez-y, il y a beaucoup de gens qui n’ont pas les moyens d’organiser des fêtes qui coûtent les yeux de la tête….!!! Et c’est l’un des facteur du Célibat endurci…!!!

    « D’après un rapport, produit par l’agence allemande deutsche presse argenture (DPA), il y a 11 millions de femmes célibataires en Algérie dont 5 millions de femmes de plus de 35 ans qui sont encore célibataires. Sur les 9 millions de femmes algériennes en âge de se marier et procréer, 50% ne trouvent pas de maris. Ainsi a rapporté, via un rapport médiatique, l’agence allemande DPA. Citant le témoignage du chef du service gynécologie à l’hôpital Al Qobba à Alger. Selon ce responsable algérien, cité par l’agence, ce phénomène social déstabilise la cellule familiale en Algérie, et encourage, la prolifération des actes sexuels hors mariage. «L’impossibilité pour les femmes algériennes de trouver des maris poussent grands nombres parmi elles, à La sexualité et les relations hors mariage », a expliqué le docteur Mourad Drini du service précité. « …(Reflexion, 2/10/2013)

    « D’autres données émanant d’une enquête menée en coordination avec l’Unicef attestent que près de 55 % des femmes âgées de 15 à 49 ans sont célibataires. Le taux des femmes non mariées et dont la tranche d’âge varie entre 25 et 33 ans est de plus de 52 %. Ce qui a fait dire à un responsable du ministère de la Santé que «l’évolution est inquiétante puisque dans les années 1960, le taux des célibataires n’était que de 25 %. »
    (Horizons, le 29 – 05 – 2011)

    Alorsn accentuez les bonnes actions, sinon…..!!!!

  2. mouss

    Pourquoi dépenser et organiser des fêtes de mariage qui coûtent les yeux de la tête, pour impressionner les voisins et attirer les mauvaises œil des jaloux et des envieux, alors qu’il suffit d’inviter des pauvres à manger afin qu’ALLLAH accorde au nouveau couple sa BARAKA et donne à leur vie commune une longue vie d’ entente plein de bonheur.

  3. Hassan

    Le mariage n’est pas un contrat commercial. Ce n’est pas parce qu’on fait une grande cérémonie ou l’on dépense les yeux de la tête que le mariage va être une réussite et durer dans le temps. Le mariage doit être basé sur l’amour de deux êtres humains à savoir une femme et un homme dont le but de former une famille stable et prospére. Une femme heureuse dans dans sa maison est dèja la moitié de la réussite de son mari dans son travail et vis-versa, un homme heureux chez-lui ne traîne pas dans des cafés et son épouse peut s’épanouir en exerçant une profession qui l’accomplisse. Voici un cas véridique de mariage heureux:
    Lorsque j’étais étudiant j’avais un ami qui était amoureux d’une fille étudiante dans le même établissement que lui. Ils se marièrent alors qu’ils étaient encore étudiants. Pour toute dote le jeune homme offrit à sa future épouse un bouquet de fleurs comme  »dote ». Leurs parents organisèrent une fête toute simple et non onéreuse. Ils invitèrent les amis et la famille et firent un souper  »familiale » . Ce mariage dure depuis 45 ans et la famille a des enfants et petits enfants. Il m’arrive de temps à autre de rendre visite à mes amis et chaque fois je sors de chez-eux avec un sentiment de quiétude et de bonne humeur, pourtant ils ne sont pas riches matériellement, mais sentimentalement.
    Le mariage doit cesser d’être, chez-nous, une action commerciale .
     » Essan3a bourichia
    edi sabah, rod 3achia. »
    Je dis à nos jeunes osez affronter l’avenir et appuyez-vous sur la volonté de dieu et dieu vous aidera à réussir dans la vie.
     »Pleurez, gémir est également lâche »
    Alfred de Viny.

  4. SBA

    C’est toujours une bonne chose de faite des actes pareils. En plus de ses exigences matérielles tout mariage avec sa cérémonie revient très cher. Bravo aux initiateurs et félicitations aux couples.

  5. chaibdraa tani djamel

    A GHARDAIA, c’est chaque année qu’on fait ce genre de mariages collectifs , c’est du serieux chez les mozabites . Tandis que chez nous ,on voit beaucoup de divorces collectifs.

Répondre