La Voix De Sidi Bel Abbes

Maman, cette berceuse à la voix douce 1. Par Ahmed Khiat

Je la voyais – Que Dieu ait son âme – bercer mes sœurs et frères cadets.
Je l’entendais, pour les endormir, moduler un poème dont ma courte mémoire avait conservé quelques bribes2 : L’Ourit, ya l’Ourit ! Mchit andhor fih, Sabt rabaâ châbbat yaârkou essaouabène fih : Ellaoula ya qamar ! wa ethanya bellar ; Ethaltha chaâlet fi qalbi nar ; Wa errabaâ, ya khouti, kouatni kya bla mesmar !
Et maintenant encore, soit soixante ans après, il me suffit de fermer les yeux pour retrouver son profil4 : Un beau visage rond, plutôt pâle à cause des maternités répétées et peu espacées les unes des autres, des longues veilles imposées, et des travaux ménagers ininterrompus, du matin au soir…
Oui, je vois encore ses grands yeux clairs en amande, et sa splendide chevelure lisse, presque rousse par l’effet de la hennée5 mensuelle.
L’Ourit ya l’Ourit… Sans saisir, enfant, le sens des sons rythmés, la voix douce et mélodieuse de maman remplissait déjà mon cœur de tendresse et affinait mon ouïe par ses chants lyriques.
Evidemment, mes cinq sœurs aînées, moi-même, et mes six frères et sœurs venus après, furent tous balancés dans le même berceau peint en vert, entendirent le même air ancestral.
Mais où est donc passé le berceau en bois qui, avec ses va et vient accompagnés de paroles harmonieuses, raffermissait l’amour maternel ? N’est-ce pas que, grâce à lui, les mamans d’antan entraient, dès la naissance, en relation avec leurs chérubins ? N’’est-ce pas aussi toute une communication cœur à cœur entre la mère et l’enfant, communication vitale, éternelle ?
L’Ourit ya l’Ourit … Ah qu’il était touchant ce chant nostalgique dit par maman, chant qui lui a été transmis par sa mère, Lalla Safia, belle Tlemcenienne, née à El-Alaâ 6 – comme elle disait – un certain jour de l’an 1881…
El-Bayadh le 2/4/2013
1 Extrait de l’ouvrage intitulé « Souvenirs d’enfance » en voie de parution.
2 لُوريتْ، يَا لُورِيتْ! اَمْشِيتْ نَنَظُرْ فِيهْ، صَبْتْ رَبْعَة شَابَّاتْ يَعَّرْكُو الصّْوَابَنْ فِيهْ اَلْأُولَى، يَا قَمَرْ! وَالثَّانِيَة بَلاَّرْ؛ وَالثَّالْثَة شَعْلَتْ فِي قَلْبِي نَارْ؛ وَالرَّابْعَة، يَا خُوتِي، كْوَاتْنِي كِيَّة بْلاَ مَسْمَارْ!
L’Ourit, ô l’Ourit ! Je suis allé le contempler. J’y ai trouvé quatre demoiselles en train de laver au savon des effets ; La première : une beauté ! La seconde comme du cristal ; La troisième a enflammé mon cœur ; El la quatrième m’a cautérisé sans l’emploi d’un fer rouge. ( Traduction Ahmed Khiat )
3 L’Ourit : Grotte près de la ville de Tlemcen, connue dans le passé, par ses jolies cascades.
4 Maman ‘ Khedouja ‘ est la 2ème de G. à D. La 3ème est ma grand-mère Lalla Safia. La photo date de 1936.
5 Le Henné : feuilles d’un arbuste fournissant une teinture rouge pour les cheveux.
6 El-Alaâ : Lire ‘ El-Qalaâ ( القلعة ) Ancien quartier de la Ville de Tlemcen.

z

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69771

Posté par le Nov 11 2016. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

41 Commentaires pour “Maman, cette berceuse à la voix douce 1. Par Ahmed Khiat”

  1. Hassan

    Le récit de Mr. Khyat est trés touchant, en effet qui de nous n’a pas entendu ou vu sa mère entrain de fredonner une chanson pour bercer son enfant. La photographie est trés émouvante, elle nous montre notre passé à travers les habits et cette respectable famille nombreuse avec le patriarche bien présent pour soutenir sa famille.  »Allah yarham » toutes les mamans qui nous ont quitté et que dieu accorde la santé et une longue vie à celles qui sont encore vivantes. Beaucoup de livres ont été écrits et de films réalisés sur le sujet de la mére. C’est le cas par exemple de Gorki ou de Pearl Buck pour la mère chinoise. Souvent la mère représente un symbole celui de la Patrie . La mère alimente ses enfants avec son sein , et la patrie alimente ses enfants par l’odeur de la terre, celle d’un plat national ou la chanson patriotique. Que nous reste-t-il aprés la perte de l’une ou l’autre: Une certaine tendresse infinie, une nostalgie du temps passé , une image à jamais cachée au plus profond du cœur.
    Merci Mr. Khyat pour ce récit touchant et  »Allah yarham oualidina. »

  2. elabbassi

    Merci si khayate de nous rappeler ce beau monde
    Comment l.algerienne etait belle..y.avait aucun tabou de
    Montrer sa belle.cheveulure. et oa façon tlemecenienne et algeroise
    De laisser pencher un bout de foulare. Vers le cotè droit
    Laissr apparaitre de belle boucle d.oreille..
    Le linge ètendu dehors sur les terrasse agitè par
    Le vent d.automne sous un soleil pale et froid donnait
    Un sentiment unique chez les.passants voyageur..
    Et puis avec la misere l.algerienne est redevenue moche
    Tantot portant une djelaba a la marocaine c.trainante comme
    Une femme de mènage tantot envelopè dans un etoffe
    De hijabe etranglè par un noeud sous son monton
    Elle est redecenue comme une statuette d.eglise
    Un buste romain en marbre figè sur une demi stèlen granite..
    Et nos erudiantes font medecine et genie civile
    En hijabe trainat leur pieds avec une tchangla
    Dans la bout…
    Dans les administrations ècole pareille enroulè dans unz èroffe
    Elle ressemblent a ghoudja qui fait peur aux gamins qui refusaient
    De faire la sieste..l.administrarion est redevenu un repère
    De ghounjate surtout dans les postes et cliniques..
    Faudra faire du mènage et interdire de se montrer comme
    Ghounjate et ainsi imposer la culture algerienne chez l.etat..
    Les hommes et femmes politique a l.APN doivent chacun
    Portè l.habit de la region qui l.avait vu èlire..
    Le wali de mascara comme les chefs de daira doivent portè la djelaba mascarienne

    A bel abbes pareil dans les ecoles et administrarion je ne sais si bel abbes a une culture
    En principe il aurait une…si le site peut nous trier ancienne image de bel abbes
    Des annèes 30 on pourra faire une idèe..
    Ghounja lol

    • ahmed khiat

      وَلِبَاسُ التَّقْوَىٰ ذَٰلِكَ خَيْرٌ  » – صدق الله العظيم »
       » Mais le vêtement de la piété voilà qui est meilleur « . ( Verset coranique )
      Merci

  3. SBA

    Une fois de plus Un beau texte rendant hommage à nos mamans et à tous nos aînés Allah yerhamhoum. Et longue vie à ceux qui sont encore de ce monde Merci Cheikh KHIAT

  4. AL HANIF

    Les grand-mères du monde entier savent par instinct et expérience que Bébé devient le centre du monde, de leur monde et elles connaÎssent sans passer ni par un livre savant, ni par un psycho-pédagogue que Bébé a une inclination naturelle pour la la langue et la musique:C’est la communication charnelle que la grand-mère lui infuse ainsi que la mémoire familiale.
    La berceuse ou ritournelle accomplit tout cela et dans la région de Tlemcen, et cette pratique ancestrale héritée d’un passé andalou hisse le quotidien d’une berceuse intra-muros et dans l’intimité d’un foyer au rang d’art et d’héritage culturel immatériel.
    Le Hawfi est mémoire et merveilleuse ‘madeleine’ de Proust, pour tous les Tlemcéniens ( je compte de nombreux neveux et nièces) qui évoqueront spontanément le dialogue des deux montagnes: le Djebel Chaouel à l’Est(1163 mètres) se plaingnant d’être plus petit que son voisin de l’Ouest, le Djebel El Hanaf qui culmine à 1208.
    Et cette querelle amicale dure depuis la nuit des temps.
    A plus de 80 ans un vieux monsieur retrouvait spontanément le chant des laveuses de vêtements de l’Ourit et les berceuses de sa grand-mère.
    L’Ourit est identifiable dans l’imaginaire de la région.
    Le génie de Mr Eiffel a même été sollicité pour y faire passer un pont et mettre Sidi Bel Abbès à proximité.
    Les amateurs de chgleb tengleb disposent de sept piscines naturelles ou ‘Algerian gueltas’
    dans des ébats nautiques ayant pour décor féerique les cascades d’El Ourit qui chantent toujours la m^me berceuse.
    Mr Khiat, présente avec cette archive familiale, un document d’une haute valeur ethnologique qui transcende la simple évocation de moments heureux.
    A en croire, les mythes, la cascade d’El Ourit fait venir les Féés et les Djinns ils vivent toujours dans l’écoulement régulier de l’eau ne faisant que refléter leurs efforts pour se libérer de cet endroit magique.
    Le passage du temps rend les personnes et les lieux de l’enfance encoure plus présents dans nos mémoires et doit nous rappeler que Vanitas Vanitus, tout n’est que vanité et que l’Oued ne comptera à son jour dernier (réchauffement climatique oblige) que les caillous qui lui seront restés fidèles.
    Un lecteur à pointé l’absence d’accoutrements-prison telle qu’une certaine mode dite islamique. La personnalité algérienne était autonome et authentique jusqu’aux vêtements de ses femmes.
    Merci Mr Khiat pour cette bouffée de nostalgie. Sur la photo, les yeux brillent d’un éclat et d’une lumière qui nous viennent à travers les années et d’un passé lointain, de m^me que parvient à la Terre ; El Nour’, la Lumière émise par étoiles mortes depuis bien longtemps

  5. Amirouche

    Plonger dans ses souvenirs d’enfance ne peut être que source de remémoration, de plaisir et de bonheur, même s’il y a de la mélancolie, elle ne peut être que belle. Ce sujet de monsieur KHIAT m’a transporté dans les miens, et curieusement je ne me rappelle d’aucune berceuse que ma mère m’a chanté et moi sur ses genoux ou dans ses bras!

    Par contre, je me rappelle que « Mouima », ma maman, se cachait son visage avec ses deux mains en faisant semblant de pleurer, puis d’un geste rapide, enleve ses mains et dit « a diiiiye, a diiiiye » pour faire rire aux éclats mon petit frère « le benjamin ». Je me rappelle aussi qu’elle lui fermait la main et en l’ouvrant, elle donnait à chaque doigt un nom :  » hada debouze el khassla, hada debouze enamla, hada sghire meskine,…etc ( je ne me rappelle pas des noms des doigts, ma mémoire qui flanche)
    puis elle remontait petit à petit avec deux doigts(imitant la marche) le bras de mon petit frère jusqu’à ses aisselles pour le chatouiller, en disant « debe el namla debe el far, yal 3zieze teghdi elnar « … » Ya 3mirouuuche bis! wine rahoume el m3ayzette? » « Rahoum e’hna » …. » daghe daghe daghe daghe » et mon frère qui riait jusqu’à avoir les larmes aux yeux…Ya hasrehe

    « Et ton Seigneur a décrété : N’adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : « Fi ! » et ne les brusques pas, mais adresses-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde; abaisses pour eux l’aile de l’humilité; et dis : Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit.» (Sourate Al Isra)

    Je tire mon chapeau à monsieur KHIAT pour ce beau récit et pour….sa mémoire.
    Allah yahafdake
    Amicalement

    • ABBES.2

      Bonjour Amirouche.
      Je me rappelle bien des noms des doigts puisque ma mère jouait généralement ce jeux avec ses petits fils et filles.1 hada sbaya3 meskine. 2 hada sbaya3 el khoussa. 3 hada tuile bla khasla. 4 hada lahesse el guas3a. 5 hada dabbouz el gmal. ya ra3i win rahoum ejdiettes?.Maintenant j’espère que tu peut essayer le jeu avec le plus jeune de tes enfants Rabi yahfadhoum.
      Bonne nuit.

      • Amirouche

        ABBES.2

        Que Dieu te garde toi aussi mon frère. Merci pour l’info, justement je n’ai pas encore fini avec la gasaa de ce soir Hummm. A bientôt

        Fraternellement

    • ahmed khiat

      M. Amirouche
      … ces souvenirs qui nous laissent encore enfants, même si nous sommes grands-pères. Allah yarham el-waldine. Merci

  6. Hamza

    Salam, Si Khiat merci pour ce retour d ou ont vient, ca fait du bien de pensé à nos parents et grand parents Allah yarhamhoum ouaytawal fe3more el hayine Hamza

    • ahmed khiat

      M. Hamza
      Oui, mon ami, ça fait du bien de penser à nos parents. C’est même un devoir, une obligation religieuse. Merci.

      • Hamza

        Salam, Si Khiat Ageroka inda Allah inchaa lah pauvre de nous faibles humains ont à besoin d un rappel ce monde nous tourne la tête même un peu de ZELAT ca fait pas de mal Hamza

  7. sidi yacine

    Un homme vint chez le Messager d’Allahصلي الله عليه وسلم et lui dit:  » Ô Messager d’Allah ! Quel est celui qui mérite le plus que je lui tienne compagnie ? ”. Il dit: “ Ta mère ”. Il dit: “ Et qui encore? ” – il dit: “ Ta mère ”. Il répéta : “ Et qui encore? ”, il dit: “ Ta mère ”. Il répéta de nouveau: “Et qui encore?”, il dit: “ Ton père ”. » [Rapporté par Al Boukhari et Mouslim]

    Le Prophèteصلي الله عليه وسلم a recommandé à l’homme sa mère trois fois de suite, ce qui reflète le privilège de la mère et la place honorable de la femme musulmane.
    merci si khiat…

    • ahmed khiat

      A M. Sidi Yassine.
      C’est bien tous ces rappels.
      وَقُل رَّبِّ ارْحَمْهُمَا كَمَا رَبَّيَانِي صَغِيرًا
       » Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit  »
      Merci

  8. Imène

    Azzul tlm…
    Une berceuse de maman , un air de douceur flotte sur la voix ! Ils sont venus , ils sont tous là.. les yeux pleins de ‎petites étoiles , les souvenirs étreignent leurs cœurs , et embuent leurs regards ..Qu’importe leur âge , leur ‎situation , devant une mère , on redevient tous des enfants ! Merci Mr. Khiat , merci pour cet instant de pur ‎bonheur.
    3mirouche :
    J’ai adoré deb ennemla , deb el far , et les doigts qui remontent jusqu’aux aisselles du petit qui se tord de rire !!! trooooop mignon , tu te souviens de  » nenni ,nenni ya bicha , bech intaybou la3cha ..n’taybou jari bedebbcha…( el jari : soupe , chorba / eddebcha feuilles de coriandre )
    tu te souviens ??? hein ?

    • Amirouche

      @Tout le monde & Imène,

      Un soir, juste après avoir fini ma prière, je me suis allongé sur mon canapé et en zappant d’une chaine à l’autre, je suis tombé sur une émission télé qui relatait l’histoire d’un jeune homme qui cherchait sa mère sans l’avoir vu depuis sa naissance. Par amour à sa mère, ce jeune allait acheter des roses le jour de la fête des mères et les offrait dans la rue aux femmes qui auraient l’age de sa maman, avec l’espoir de la trouver un jour. En parlant d’elle, le jeune homme, qui a actuellement une bonne situation, s’est effondré en larmes, ainsi que la présentatrice…Je n’ai pas pu me retenir, et j’ai pleuré à chaudes larmes moi aussi, c’était très émouvant  » el hjar yatfatete »….Kleenex, kleenex, kleeeenex.

      J’espère que nous réalisons toutes et tous la chance d’avoir connu nos mamans et leurs berceuses, alors si la votre est encore vivante, chérissez la et n’hésitez pas à lui dire : Maman je t’aime .

      Salam

      • Imène

        3mirouche : Azzul !
        Séparer un enfant de sa mère -quelque soit la raison – est fondamentalement inhumain..mais les drames de ce genre il y’en a bcp , et continuent de briser des vies.. dans mon bled ,mam m’avait raconté , qu’un homme avait enlevé ses deux fillettes à leur mamam française dont il a divorcé..la pauvre femme est rentrée toute seule dans son pays , elle a tout essayé pour les récupérer , mais elle n’a rien pu faire , le plus dur est que toute la dechra était de son côté , comme quoi les petites ne devaient en aucun grandir dans une société de kouffars !!
        Un autre drame celui des enfants nés sous x , et qui une fois adultes se mettent à la recherche de leur mère biologique dans une société qui les a bannis ( ainsi que leur mère) des situations trés douloureuses , qui nous font craquer , oui !

    • ahmed khiat

      Madame Imène
       » Ils sont venus , ils sont tous là  » cela m’a rappelé chère amie, le début du poème de V.H. ( L’art d’être grand-père ) :
      Dès que je suis assis, les voilà tous qui viennent… »
      Merci

  9. Mohamed Ghalouni

    Une pensée à toutes les mères , à toutes les femmes seules , à qui personnes ne viendra dire : « joyeuse fête maman » , qui ne recevront ni fleurs , ni cadeaux , ni gentils mots … une pensée à toutes les personnes qui ont perdu leur maman … une pensée à toutes les personnes qui n’ont jamais connu la tendresse d’une maman et qui errent dans cette vie … une pensée à toutes les mamans qui ont perdu un enfant , aux femmes qui ont perdu leur mari … une pensée aux mères des malades, des handicapés , des harragas , des détenus , des disparus… qui souffrent en silence … ! Qu’Allah Le Tout Puissant protège et bénisse toutes les mamans !

    A travers ce beau récit que nous a offert , notre ami Ahmed KHAYAT , et avec un peu de retard , je tiens à souhaiter un excellent anniversaire à la maman (notre maman à tous) de notre Grande Dame CH . Longue vie et parfaite santé inchaallah ! Embrassez -la sur le front de ma part ! Merci !

    • ahmed khiat

      Effectivement mon cher Ghalouni, si certains souffrent d’avoir perdu leur maman, d’autres mamans souffrent d’être seules pour plusieurs raisons, et cela est bien triste.
      Merci

  10. OUERRAD

    BONJOUR ,,, ma& mere c est plus qu une berceuse , c est toute une vie ,,, toute une histoire

  11. Ghosne

    Le chant du bébé (berceuse) est universel et varie selon les pays, le dialecte, la langue , la race .donc que l’on soit entoure de montagnes, de mers ou de sable le rapport mère enfant restera le même chez le chrétiens,les juifs, les arabes,les berbères et les chaouis.Moi, ma grand mère était une femme hautaine très belle ,grande de taille portait des bijoux en argent une belle Omrania qui savait rentrer dans les rangs pour danser le haidous …Elle était spécialite pour les histoires « Trig errmad » (jebt el hchiche bine krouni, elma fi guergouri,nar bin 3ayniya..cette petite chèvre dévouée me plongeait dans un sommeil comateux(rires) et puis l’histoire du djerbou3 ,fallait aller a la karma pour les ramer les feuilles etc.,les charades en hiver .de nos jours les berceuses sont sur les tablettes Maman les petits bateaux qui vont sur l’eau….cela est une autre époque.merci Mr Khiat pour ce beau récit .bonne journée.

    • ahmed khiat

      Merci Monsieur Ghosne.
      A propos, qu’est-ce le ‘ haidous ‘? Je ne vous le cache pas, c’est la première fois que j’entends ce mot.

      • Ghosne

        Salem, Monsieur Khiat le Haidous est une danse bien de chez nous c’est comme « ErKel » et chez les chaouis ils disent « Irahbou » 2 rangées l’une en face de l’autre ,avancer avec de petits pas cadencés par intermittence au rythme du bendir et du chant ,c’est plus beau que le Menuet et la valse viennoise (rires). Bonne soiree

        • ahmed khiat

          M. Ghosne. Merci pour l’explication. Si j’ai bien compris, c’est comme la danse de la région de Mcirda et peut-être aussi de Souahlia. On apprend à tout âge.

  12. Ayadoun

    Merci Mr KHIAT, que du bonheur, des souvenir et quels souvenirs…!!! vous m’avez fait replonger dans mon enfance. Je me rappel très bien ma mère me fredonnait une berceuse « ALLAH ALLAH DORK IJI BA YJJIBENA KESRA SIDAHMED RAH JI3NE » les mamans qui sont en vie ALLAH YTAOUL FI 3MARHOUM et ceux qui sont morts ALLAH YERHAMHOUM INCHAA ALLAH

  13. Mohamed Bendjafar

    Bonsoir.
    Décidément, Si Ahmed Khiat , sait mieux que personne nous replonger dans nos enfances et nos souvenirs de jeunesse. Il nous conte avec merveille et forte prouesse ses souvenirs , nos souvenirs, surtout pour ceux qui ont connu les longues nuits froides , sans chauffage autre que celui de la proximité , lorsque nous nous serrions les uns contre les autres sous un bourabah , dans le noir , et que nous écoutions nos mères ou grand mères nous conter de belles histoires.
    Aujourd’hui, nos enfants sont omnibulés par les réseaux sociaux, la télévision et les consoles de jeux. Savent-ils seulement ce qu’ils perdent , en perdant la proximité et la chaleur des leurs ?
    À toutes les mamans du monde , présentes ou absentes , permettez-moi de partager ces quelques vers dédiés à ma mère qui nous a quitté trop tôt .

    Dans ses bras j’aurais aimé encore
    Me blottir serein envahi d’amour
    Car pour sûr amour y avait
    Tenir sa main dans la mienne
    Et faire avec elle le chemin
    Qui mène au bout du bonheur

    D’elle ne me reste plus aujourd’hui
    Qu’une vieille photo par le temps ternie
    Volée à un moment ou moi à côté d’elle
    Un vieux cliché muet sans couleur
    Que l’envie d’interroger me vient parfois
    Tant ses traits dans ma tête se dissipent

    Je n’ai rien fait ni pu faire pour la retenir
    J’étais là pour la voir hélas partir
    Aucune larme dans mes yeux déjà taris
    Aucun mot dans ma bouche déjà close
    Alors que la voilà qui loin s’en allait
    Vers un autre destin où point je ne suis

    Mentir serait de dire je l’ai oubliée
    Même si le temps depuis est passé
    Chagrin et peine me nouent la gorge
    Imaginant parfois un parcours à deux
    Sachant que Jamais plus ne se fera
    Ou peut-être au delà comme promis

    Elle était encore si jeune je l’étais plus encore
    Elle n’a pas choisi l’heure pour me quitter
    Le moment ne convenait ni à elle ni à moi
    Les âmes sont faites pour qu’un jour s’envolent
    Puis se rejoignent dans un monde qu’on dit meilleur
    Ce monde où je te retrouverais un jour
    Pour te dire enfin …je t’aime maman . Tu m’as manqué .

  14. Imène

    Oh lalala..Qu’est ce que vous nous faîtes là M. Bendjafar ????Qu »est ce que vous nous faites ?? Kleeneeeeeex ..j’en ai pour un bon bout de temps là …no more comments.

  15. Mohamed Bendjafar

    Bonjour.
    Merci les amis .Merci d’avoir apprécié ces quelque lignes , hommage à toutes nos mamans .

  16. Merci si khiat,
    Vraiment tu as bercé mon cœur par ce récit, tu m’as fait rappeler le berceau en bois familial. J’ai beaucoup secoué mes frères cadets en remplaçant ma mère occupée par les tâches ménagères. Ce berceau séculaire a vu grandir toute une génération, frères et cousins, il passait d’un foyer à l’autre jusqu’ à l’usure de ses pieds. Il est toujours en vie, suspendu dans un coin alors que certains ne sont plus de ce monde.

    • ahmed khiat

      Cher M. Douar.
      Vous, au moins, votre ‘ berceau familial ‘ est encore en vie; mais le nôtre, je ne sais plus où il est passé! Seulement son souvenir reste inaltérable. Merci

  17. ebouterfas

    Ah ces filles.comme elles sont si belles
    Voila une petite lecture d.un point de vue commercial
    Culturel et hègèmonique..ces femmes si elle.n.ont pas
    Combatut avec les armes a feu elles ont combatue par
    La teinture l.aiguille et la couture..a vous de voir de constater
    Ces moujahidates de la monnaie algerienne..
    Voila un bel exemple dz cours socio economique..l.algerie etait developpè parceque la mode etait ètablie les femmes modelistes et couturiere de belle filles richement ornèes par le.savoir faire..la politique des subvention pensè ailleurs et malheureusement appliquè par nos commerçants de l.import import ont aneanti le savoir ancestrale algerien..en adoptant le hijabe confectionnè ailleurs et cousue dans des ateliers clandestins chez nous a pousser la femme algerienne dans l.ambaras tout etait gratuit pour un moment..l.oeuf proposè par le gouvernement socialiste du FLN etait gratuite importè elle ne faisait que 1 dinar symbolique..les gens ont abandonnè la poule l.ane le mulet..une fois fait l.inrelegent supprime les sunventions en absence de l.ane l.algerien paye le tracteur actuelement a 500 millions et la perite zastava saute de 4 a 40 ensuite a 120
    1aujordhui la maruti n.est que la zastava du FLN socialiste des annèes 70..
    Donc on a subit une bonne dose de tactique commerciale basè sur le soutient des prix par des centres exterieurs ..qui te fond gouter gratuit une tu auras prie le gout le bonhone sert les vices..mais peine perdu car l.etre humain perd facilementble gout..le gout est une memoire a entretenir si le bonhomme ne conduira pas la voiture au bout de deux annèe de suite il prendre le gout de la marche et du trasport publique..donc a force de forcer on perd la force..Donc le gouvernement est entrain de reflechir comment pousser lea commune a s.autodevelopper….
    Si on doit reprendre le.combat on doit le faire en premier
    Dans le domaine culrurel
    Et si l.ètat imposait le port des habits traditionnels dans
    Les fonctions des services que soit privè ou publique?
    Que va t.il se passait si tizi ouzou ou oran ou alger imposait
    Aux femmes de porter l habit traditionelle pour le domaine des services?
    C.est a dire receptioniste secretaires resraurant hotel poste aeroport
    Port douane santè transport taxi etc..
    Le.chinois sait il coudre un kaftan ou une abaya ?
    Peut etre mais avec la crise je pense que certain centre
    N.ont plus la meme donne des annèe 60 la population mondiale
    S.est fortement accru et les ressourxes sont redevenu un peu
    Rare pour faire du dumping offrir une boulgha marocaine
    Made in Ailleurs a 1 dollars symbolique..

Répondre