La Voix De Sidi Bel Abbes

« L’USMBA ,un label historique » par El Hadj Abdelhamid

L’USMBA est un label historique ; on n’a pas le droit de mettre son destin entre les mains d’un seul homme, fût-il Bill Gates. Les Belabbésiens devraient méditer l’exemple des Belcourtois, les Belouizdadis.

Un constat national s’impose, la faillite du « professionnalisme » dans le football de «l’élite». Un professionnalisme spécifique, unique au monde, qui se nourrit de subventions publiques qui gagneraient à être versées dans le sport amateur, en général. Un système, miné par la corruption, devenu une véritable « traite des hommes » .Des joueurs ainsi que des « présidents »se vendent et s’achètent au gré de véritables cours de marchés. La corruption comme les matchs arrangés ou la complaisance, comme l’attribution des places, pour les équipes, dans les compétitions à « pétrodollars » comme la Coupe Arabe. La FAF avait désigné l’USMBA avant que Zetchi ne recule devant les rois algérois. Mais la tare majeure du football professionnel « local » est qu’il n’arrive pas à fournir, depuis son avènement, un seul joueur valable pour l’équipe nationale et si certains jeunes, par leur talent, étaient promis à un avenir radieux, les voilà, faute d’encadrement éducatif adéquat, verser dans la délinquance, compromettant ainsi une carrière de premier choix.
Le peuple de Belcourt, le maire de la ville en tête, a investi « la rue » pour crier « sebâa snine baraket »; on a marre de la valse « des présidents » supposés riches qui abandonnent, à chaque fin de saison, le CRB grevé de dettes et jouant à chaque saison, sa survie. Nous n’accepterons aucun repreneur « privé » et nous revendiquons, comme d’autres clubs qui semblent ceux d’un Premier Collège privilégié, UNE SOCIETE NATIONALE pour unique sponsor digne du Chabeb Belouizdad, la ville nommée en l’honneur du Chahid National (dixit le maire). Lorsque le football national était pris en charge par des entreprises publiques, la Sonatrach et filiales, Naftal…, la Sonelec…, il était le principal fournisseur des Fennecs Verts dont le fait d’armes mémorable reste le Mondial 82. Saison 81/82, celle du Mondial espagnol, Dahleb, « un meuble du PSG » pour son président, un des meilleurs joueurs de l’Hexagone, gagne la Coupe de France avec son club parisien et son président ( Borelli ? ) se précipite, à la fin du match, sur l’Algérien Moumous pour le porter en triomphe. Ecoutez ce que dit Michel Larqué, qui commentait le match avec Thierry Rolland : Dahleb n’est pas sûr de figurer parmi les 22 (oui les 22) des Fennecs Verts pour le Mondial ! Oui, le grand Dahleb, professionnel de France, n’était pas sûr d’avoir sa place de titulaire parmi les 22 à majorité de « joueurs locaux ».
Et du temps de la « gestion ETATIQUE du football », même les Fennecs Juniors, version Kermali, avaient effectué un splendide parcours au Mondial Jr (au Japon ?) perdant seulement en ¼ de finale contre…l’Argentine. Meddane, le Fennec Junior, avait gagné, lors de ce tournoi, le surnom de Petit Maradona.
Belabbésiens, Belabbésiennes, vous avez compris. Le salut de l’USMBA est entre vos mains. L’exemple des Belouizdadis est DEVANT VOUS ; le scandale des 6 points défalqués qui ont failli coûté, par la faute d’une gestion chaotique, la survie de notre chère équipe qui méritait, cette saison, Coupe et Championnat, le retrait de la Coupe Arabe, les « grèves » légitimes des joueurs non payés ( à ce jour, croit-on savoir), la suspicion des matchs arrangés…SERONT DERRIERE NOUS Inchallah.
Belouizdad (ex Belcourt) est la banlieue d’une grande ville. Sidi Bel-Abbès est une grande ville. L’USMBA historique qui recrutait des joueurs de …l’Athlético Madrid, du FC Toulouse, des internationaux de Tunisie…ne doit pas vivre de subventions ( 3chour) allouées au gré de l’humeur de responsables ou de primes et salaires versés aussi au gré de l’humeur d’un sponsor privé fût-il Bill Gates.

EL Hadj Abdelhamid.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=72692

Posté par le Mai 31 2018. inséré dans ACT OPINIONS, Politique de la Ville, SPORTS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

5 Commentaires pour “« L’USMBA ,un label historique » par El Hadj Abdelhamid”

  1. hamidou

    tres bonne analyse . J ajoute que les pseudo responsables naviguent a vue , car comment il n y a pas longtemps on parlait de projet et maintenant on efface tout et on recommence.A bon entenduer salut.

  2. de passage et pour l info

    j adhere ,,,, merci de me doubler , je viens plus sur le site sauf lors de mes ressourcements ,, lors du dernier la VD SBA etait alitee , malade , DIEU merci , elle reprend du service ,,, non a BILL GATES 22 ….. SAHA F TOURKOUM /

  3. Mme CH

    Salam…! Comme a dit notre frère le squatteur (que je salue chaleureusement en ce mois de Carême) Non à Bill Gates 22: bis, tris …etc…!
    Tout à fait d’accord avec le point de vue de notre ami El Hadj Abdelhamid, d’ailleurs, je le remercie pour avoir tirer la sonnette d’alarme, pas uniquement sur le sort de l’USMBA mais le football en particulier et le sport en général…! La magouille, la corruption, le régionalisme, le favoritisme, la violence……l’ont emporté sur le jeu, le plaisir, le maillot, le fair paly..etc…je pense qu’il faut arrêter tout ce cirque et prendre du temps pour réorganiser les choses de haut en bas et de bas en haut…puis reprendre de nouveau….sinon ça ne marchera jamais, ça va empirer…!

  4. Mémoria

    Salam !
    Depuis le temps…de l’Etoile et des hospitaliers @Dr El Hadj ,tant joueurs que supporters de Hacini Allah y yarahmah à Hadj Khelladi et Hadj Doussas ;le second pour sa longévité sur les terrains et tribunes,le troisième parceque entraîneur et seul DJS et DAM nommé du terroir belabbésien !!! Allah y chafihoum oua y taoul fi omrihime !
    La saga de l’USMBA est difficile à retranscrire et ferait un excellent travail post gradué en sociologie du sport que ni l’université de Sidi Bel Abbès ni celle d’Oran ne peuvent homologuer vu l’absence de cursus et encadrement sur place ! Les rares post gradués diplômés à l’étranger se sont bureaucratisés et encore… alors que la longue liste très discrétionnaire de boursiers et détachés du MJS ferait ameuter la Cour des comptes du…Ministère du tourisme pour empiétement de prérogatives !
    C’est vrai que les lectures différent sur la gestion d’une crise qui n’aurait pas eu lieu sans cette victoire méritée au 5 juillet,cette Dame Coupe qui a mis à nu toute la nomenklatura officielle et officieuse du concubinage entre l’argent et le népotisme/régionalisme. L’USMBA devient le détonateur de la remise en question de toute une organisation souterraine des « vestiaires » d’Algérie en UE …L’USMBA a-t-elle bénéficié de prêts non remboursables d’El Khalifa ? Posez la question à la FAF !
    L’Usmba, c’est aussi une leçon d’humilité et d’éducation immortalisée par Chérif El Ouazzani et ses hommes…Et cela l’inconscient collectif Belabbésien puis Algérien ne devrait pas en faire…le déni au risque de pérenniser les ilôts de connivence in situ !

    Saha Ftourkoum !!!

  5. abdelhamid ELHADJ

    Mon cher Mémoria « Football et Histoire à Sidi Bel-Abbès » ferait un brûlant thème universitaire; A côté de la finale nord-africaine 100% Belabbésienne avortée, il y eut aussi, après l’appel du FLN au boycott du football par l’ensemble des clubs « musulmans » qui ont déposé les crampons pour porter « les armes », et sous l’égide de la Pacification chère à De Gaulle, une intense activité de « déradicalisation » de la jeunesse assignée aux « Sfendjias », des sportifs locaux encadrés par les SAS militaires et dont certains deviendront même des « notables » après l’indépendance.

Répondre