La Voix De Sidi Bel Abbes

L’odyssée du petit écrivain public par Dr Douar

Il était les onze heures passées de la journée. Je revenais du collège, j’étais à ma troisième année, me semble t-il. Je n’ai fais que quelques pas dans mon chemin quand une main surgit d’une porte entrouverte, et m’attrapa par le poignet .C’était bien Khéira, la turbulente voisine. Ça y est, je suis à mes frais cet après midi. Elle veut que je lui écrive une lettre à son mari, ouvrier émigré en France. Inutile de chercher une excuse. Elle ne cède pas.
La dame est chez ses parents depuis quelques jours ;elle me fit entrer ,m’invita de m’assoir prés d’une table basse (la Meida de l’époque est généralement ronde ou de petit format rectangulaire ) puis elle me donna un stylo bleu et me dit écrit ( à son mari ) : dis lui que ta mère « Hermoussa » comme il lui plaisait de l’appeler ,dis lui qu’après un malentendu ,elle s’est permis de rentrer dans ma chambre et dis lui aussi « Oumek Felsetli Fèlizti » et à pris tous mes bijoux. Je continuais à écrire. A cette époque, moi et mon camarade Aissa, nous étions les seuls jeunes gens de renommée dans le quartier qui écrivaient de pareilles lettres, la plupart du temps contre un dinar, bien sur si nos clients daignent nous le donner.
Mais pour une fois je me suis retrouvé face à une situation embarrassante. Comment dire en français « Felsetli », Oumek d’accord c’est ta mère, mais pour félsétli c’est un problème. Pour mon comble le frère de la dame était enseignant de français dans son état. Il relira le soir la lettre que j’écris. Devant cette situation, j’essayais alors de trouver une échappatoire. Je lui disais « madame, dis quelque chose de joli à ton époux, tu ne l’as pas vu depuis longtemps, ne serait pas plus utile de lui dire « Tu nous manques mon cher », …ou encore « je ne cesse de penser à toi depuis ton départ » etc…… Mais la dame me lança sèchement un non  et insista que son mari doit être mis au courant de ce qu’elle endure après lui.
Moi, ce qui me tracassait surtout, c’était le mot « Felsetli »  et l’avis de son frère, l’enseignant de français. Que disait-il si je n’arriverais pas à traduire ce verbe qui précède la valise. Surement, il va me taxé d’un faible en français alors qu’à notre époque, l’élève de CM2 qui prépare sa sixième et ne sait pas écrire une lettre on le taxe de mal instruit. J’interrogeais mes seize ans, que faire ? Une idée m’est venu en tête, j’ai mis entre Mère et valise un mot que j’ai inventé et dont il n’existait nulle part dans le dictionnaire Larousse quoi qu’il soit volumineux ou non. Mon travail terminé j’ai rendu la lettre à la dame comme si je rends ma feuille d’examen à mon prof et j’ai quitté enfin le lieu.
Le lendemain matin en passant prés de chez elle. Elle m’a hélé ! Sais-tu, petit cousin ? Mon frère a lu ta lettre et il a été satisfait. Tant mieux, dis-je ! Mais il m’a dit autre chose ajouta-t-elle. Quoi ! Répliquai-je ? Il m’a dit : Ma sœur ! Qu’est-ce tu voulais dire à propos de la valise ?
Hassene Kelmati.
Traduction:
Oumek Felsetli Fèlizti: Ta mère a défoncé la serrure de ma valise.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69697

Posté par le Nov 2 2016. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

4 Commentaires pour “L’odyssée du petit écrivain public par Dr Douar”

  1. SBA

    Un joli récit du docteur Douar qui donne ici une bonne leçon d’assistance à autrui La ceux sont ses voisins contents de lui. Quant à la traduction je crois avoir lu des commentaires la dessus sur un autre texte de l’écrivain Khiat

  2. sidi yacine

    C’était la belle époque Dr DOUAR le bon voisinage, eniya…
     » Dans la vie y’a pas de grands y’a pas de petits, la bonne longueur pour les jambes c’est quand les pieds touchent bien parterre. »
    Coluche.

  3. OUERRAD

    JOUOU3AH MOUBARAKAH ,
    Odysee ,, yeh ,, heureux qui comme ULYSSE?
    HEU comme docteur DOUAR a pu traduire ,,
    oumouk felsetli el faliza ,,
    au fait FALIZA wella VALISIERE ?
    ALLAH YATAGABEL MIN EL JAMI333

  4. Imène

    Dr. Douar : M’sse el kheir , tlm..
    D’abord bravo de faire le petit écrivain public , ça paraît anodin comme ça , mais c’est vraiment important pour quelqu’un qui ne sait pas écrire , ( et qui a bcp de choses à dire ! même bcp trop ! lol ) c’est une façon d’aider son prochain ..Le mystère de la valise elli felsetha belle mam, étant élucidé , Bon maintenant , cher docteur ce que vos lecteurs ( ices ) aimeraient vraiment savoir c’est : est ce tout ?? vous étiez bien jeune , et votre palmarès en bêtises est trés riche , alors regardez nous bien dans les yeux et dîtes je jure ! est ce tout ?? Est ce que vous ne lui avez pas fait une  » 3affssa  » qui l’a faite sortir de ses gonds , cette brave Kheira ? Est ce vous n’auriez pas par ex, enlever la muselière du chien, lequel chien aurait mordu nanna hermoussa ??? est ce que vous n’auriez pas  » édulcoré  » la lettre que kheira devait envoyer à son homme , en y ajoutant de votre propre initiative des  » trucs  » qu’elle ne vous a pas demandés ( et qu’elle ne voulait surtout pas dire ) par ex , dessiner en fin de la lettre un gros coeur rouge brisé ou transpercé d’une flèche ??? loool ..histoire de détendre l’ambiance , d’apaiser , de réconcilier ..je dis ça , parceque déjà vous lui avez fait la remarque à Kheira ( dans le texte ) qui , évidemment , ne l’entendait pas de cette oreille , avec tout ce qu’elle endure avec harmoussa !! Bon , vos bêtises d’enfant , vous les avez toujours fomenté avec bcp de soin ..alors qu’en est il cette fois -ci avec ces braves Kheira et Harmoussa ??? Mes amitiès cher Dr.Douar ..

Répondre