La Voix De Sidi Bel Abbes

La poétesse Naimi A :Hote de « paroles et écriture. « LIRE » est un acte de résistance. Par Tewfik Adda Boudjelal.

La bibliothèque paroles et écriture, à renouer aujourd’hui avec son fidèle  public en lui proposant d’accueillir, une invité de  marque, en la personne de Naimi Abbassia. Fille du quartier mythique  d’El Graba.

Ce quartier populaire, au terreau fertile, connu pour avoir engendré des générations entières d’hommes et de femmes qui se sont battus pour ce pays pour les uns, et les autres qui continuent toujours de porter haut les couleurs de l’Algérie avec  une modestie sans pareille.

Abbassia Naima est de ceux-là. Ingénieur et Docteur en Electronique, actuellement professeur de mathématiques, physiques-chimie, informatique et la liste est encore longue.

Née un jour de 1957 à la rue « impasse du Sénégal » à Sidi-Bel-Abbès et grandit à Oran .Elle avoua avoir été  Contrainte de quitter l’Algérie, sa Terre natale, car elle s’est retrouver  prise en otage par la régression obscurantiste.

Elle choisit la France à cause de sa culture Francophone. Avec un ton grave, elle confie avoir eu droit à un accueil « très inhospitalier » et son destin bascula vers l’enfer. Ces deux détails, furent pour elle  des  éléments  déterminants et déclencheurs qui l’ont poussé plu tard  vers l’écriture, elle qui  est de formation plutôt scientifique.

Armé d’une  volonté de fer, elle décrocha toute une série de diplômes .Pensant avoir enfin réussi à avoir le précieux sésame et surtout d’avoir atteint le mérite pour ses qualifications et pouvoir enfin savourer les mérites d’un engagement sans commune mesure, elle désenchanta rapidement.

Bardée de diplôme, Abbassia Naimi se retrouve encore une fois à la case départ. Elle doit en partie son salut à une dame, psychologue qu’elle  avait croisé un jour . Elle lui fit part de son désarroi devant une telle injustice, car elle la vécu comme telle. La psychologue lui parle alors d’écriture et de poésie.

Faire autre chose diamétralement  opposée avec ses compétences. Suivant les conseils de la psychologue, timidement, elle pousse les portes de cet  univers haut en couleurs, qui  la fascine et qui lui offre la possibilité de s’exprimer avec des mots simples mais « raisonnants «.

Grace à la poésie, Abbassia commence à  se  réconcilier avec l’espèce humaine et ce monde malade à son gout. Elle choisit d’utiliser des mots pour guérir et faire guérir des maux tout en continuant à croire à ses idéaux, en affirmant ses engagements et ses valeurs.

Cet après midi, notre Bélabésienne, armé de son sourire à la fois candide et plein d’humilité, à réussi le challenge  de  charmer son public venu à sa rencontre. Un échange fort agréable et de haute facture à eu lieu ponctué  de temps à autre, par la lecture d’extraits de ses poèmes.

Vers la fin de la rencontre,  une question lui fut posée sur ces  origines .Abbassia  se lança  avec  franchise et fierté. L’émotion était palpable et mal cachée sous ses lunettes de vue.

Fière  d’être Bélabésienne sa ville natale .Elle ne rate aucune occasion pour revenir sur les pas de son enfance .Mais  le moment le plus fort, c’est quand elle parla de son papa qui fut sourd muet,  respecté  de tous pour sa droiture et son honnêteté. Il était aussi connu pour avoir été boxeur dans son temps, ce qui lui a valu double respect. Sa maman quant à elle, est arrivée à Bel-abbés à l’âge de huit ans .Elle fut scolarisée à l’école Marceau et en ressorti avec le certificat d’études en poche. Ce qui lui a permît  de suivre un peu la scolarité de ses enfants et de leur inculquer les vraies valeurs de la vie. La rencontre s’est étirée au-delà de la vente dédiasse de ses ouvrages tellement l’ambiance fut à la fois courtoise et bon enfant.

Cet après midi El Graba fut à l’honneur , car grâce à Abbassia, j’ai pu revoir ma sœur de lait, une Naimi aussi que je n’ai pas vu depuis une décennie. Merci » Bent filaji « pour avoir rendu possible ces retrouvailles merveilleux.

  • Les deux derniers ouvrages de la poétesse :

De l’amertume fleurissent les jasmins.

– D’An Ishtar et Abbassia Naimi paru le 01 septembre 2011.

  • Les mots qui ne veulent pas se taire.

 Feuillets d’Uzès et d’Agen de Abbassia Naimi 01 juin 2013  Par Tewfik Adda Boudjelal

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=55850

Posté par le Oct 29 2014. inséré dans ACTUALITE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

37 Commentaires pour “La poétesse Naimi A :Hote de « paroles et écriture. « LIRE » est un acte de résistance. Par Tewfik Adda Boudjelal.”

  1. Mohamed

    Un bon point pour notre cité. Bon reportage.

  2. Abbassi

    Le Abbassi est content de voir nos intellectuels revenir au pays comme l’a fait la poétesse Abbassia.. Je dis bonne continuation aux organisateurs

  3. Hamid

    Chapeau pour la dame de fer de la poésie que je suis déjà depuis de longs moments marqués par son engagement et aussi une constance. Un récit qui reflète les activités que celle ci entreprit lors de son nouveau passage réussi. La partie organisatrice devrait être rassurée par la réussite de cet après midi cassant la torpeur ambiante et le vide sidéral.

    • Danielle B

      bonjour à tous
      Mr Boudjelal a raison, la lecture est un fantastique moyen non seulement pour ceux qui ont soif de connaissances mais aussi à ceux qui veulent s’évader et je ne connais rien de plus fantastique avec la musique qui donnent accés au réel, et qui vous ouvrent les portes de l’imaginaire sans se ruiner
      bonne journée
      cordialement

  4. un ami de vdsba

    La bibliothèque a été a la hauteur de cet événement poétique Nous avons passé d’agréables instants immortalisées par si Tewfik A d’autres rencontres culturelles.

  5. MADANI

    Du déjà vu avec un précédent article un titre fort et un sujet en totale contradiction fallait-il parler de lecture ou de la poetesse de sa vie ,son parcours , ses déboires, etc….. on aurait aimé que soit connu son oeuvre ses livres de quoi parlent-ils ? en quoi la lecture est un acte de résistance ? dans quel contexte ? que du flou ? une soirée entre amis ? les lecteurs avisés sont restés sur leur soif de découverte à mon avis critique utile ? la forme y est le fond n’existe pas .

    • Hamid

      Le texte est clair. Faudrait éviter de négativer.

      • kaid

        L’auteur a su que la dame a quitté son pays d’origine dans un contexte difficile et dans son engagement estudiantin elle était active. C’est la la première activité de résistance devant la montée des discours parvenus d’ IRAN etc

        • MADANI

          @Kaid quel lien y a-t-il entre quitter son pays et la lecture ? Engagement , activité et résistance envers qui expliquez vous ?Restez dans le vif du sujet @ hamid commentez le sujet dites ce que vous avez compris y a pas de place pour les sentiments négatifs ou positifs donnez votre avis mr .

          • kaid

            Monsieur moi j’ai su que l’an passé la voix de bel. Abbés avait invité cette poétesse et en a parlé longuement d’elle. Donc ses études furent marqués par des phases particulières difficiles qui sont ressenties dans ses poèmes accessibles sur le net

  6. Soraya Djellouli /Bruxelles

    Je viens de parcourir deux de vos ouvrages avec beaucoup d’émotions.
    Quelle belle âme.
    Bonne continuation Abbassia Naimi.

  7. lecteur.

    Bon vent aux belabbesiens de Bruxelles.

  8. Mohand

    Je dis à mes enfants de ne pas lire des textes pleins de fautes d’orthographe .
    Ce n’est pas de la résistance, mais le suicide de votre culture, et surtout une perte de temps.

  9. kaid

    Moi je devine qui vous êtes.

  10. madjid

    Merci si tewfik pour ce résumé et ce reportage

  11. Baltimorien

    @ Madani
    Voici pourquoi il faut lire (extrait de « Comme un roman » de Daniel Pennac).
    Il faut lire :
    — Pour apprendre.
    — Pour réussir nos études.
    — Pour nous informer.
    — Pour savoir d’où l’on vient.
    — Pour savoir qui l’on est.
    — Pour mieux connaître les autres.
    — Pour savoir où l’on va.
    — Pour conserver la mémoire du passé.
    — Pour éclairer notre présent.
    — Pour profiter des expériences antérieures.
    — Pour ne pas refaire les bêtises de nos aïeux.
    — Pour gagner du temps.
    — Pour nous évader.
    — Pour chercher un sens à la vie.
    — Pour comprendre les fondements de notre civilisation.
    — Pour entretenir notre curiosité.
    — Pour nous distraire.
    — Pour nous cultiver.
    — Pour communiquer.
    — Pour exercer notre esprit critique.

    • MADANI

      ES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR:

      1- Le droit de ne pas lire.

      2- Le doit de sauter des pages.

      3- Le droit de ne pas finir un livre.

      4- Le droit de relire.

      5- Le droit de lire n’importe quoi.

      6- Le droit au bovarysme ( maladie textuellement transmissible ) .
      7- Le doit de lire n’importe où.

      8- Le droit de grappiller.

      9- Le droit de lire à haute voix.

      10- Le doit de nous taire. Baltimorien vous êtes sorti du sujet et vous avez ajouté de chez vous zad mane anedak et moi j’appelle ça un hypocrite

      • Baltimorien

        @ Madani
        Sorti du sujet ? Ce n’est pas le lieu pour notre poétesse de commettre un essai pour nous expliquer l’utilité et le caractère subversif de la lecture.
        Il va de soi que celui qui s’attelle à prendre connaissance de ce que d’autres ont pensé avant lui (fût-il un grand esprit) est appelé à élargir son monde.
        Manifestement, mon cher Madani, à vous lire, je doute fort que vous consacriez vos loisirs à dévorer Proust ou Cioran.
        Sans parler de la ponctuation, qui me donne proprement envie de hurler. Il n’y a pas d’espace avant la virgule. Par contre, il y en a un après. (Une espace, devrais-je dire, pour employer le lexique des typographes).
        Lire Proust ? Il est tombé dans le domaine public depuis deux décennies. Vous pouvez le télécharger librement. Bonne lecture !

        • MADANI

          @ baltimorien je ne lis jamais la ponctuation dans mes textes fait hurler pas devirgule ni de point ni après ni espace RIEN c’est de la polémique INUTILE . je ne connais pas cette poétesse jamais entendu parler mais je sais qu’elle est à la hauteur cette bonne dame bent bladi comme on dit ce que je peux vous dire baltimorien ce que je lis et les livres que je possède vous ne les avez jamais vu et le pire je vais les jeter ils ne me servent plus à rien

      • Foujita

         » Baltimorien vous êtes sorti du sujet et vous avez ajouté de chez vous ».
        Vous voulez dire que Baltimorien a inventé ces préceptes ?
        Nenni. Ils figurent bien dans le roman de Daniel Pennac (« Comme un roman »). Mais ils ne sont pas de son fait ; ils sont connus depuis la plus haute antiquité.
        Même dans l’Égypte antique, on mettait en avant l’élève studieux, qui s’applique et cherche à s’ouvrir au monde.

  12. majida

    un coucou a tewfik et a ce beau monde

  13. fethi

    C’est pas écrit en chinois pour ne pas étre compris Le plus important fut l’acceuil de cette femme apparemment ravie de revoir sa ville et offrir de la joie par ses mots.

  14. Amirouche

    Bonsoir

    Merci à la poétesse Abassia qui porte toujours sa ville dans son cœur et à si Tewfik Adda Boujlal qui nous l’a fait redécouvrir …. je lui dis qu’elle n’a pas du tout tort quand elle écrit :de l’amertume fleurissent les jasmins ……..

    D’un autre angle , que nos beaucoup de nos jeunes ne s’intéressent pas à la poésie ; avec l’arrivée des nouvelles technologies , ils ont pris l’ habitude de passer leur temps devant leur écrans ,tablettes, ordi ,ou en transmettant durant toute la journée des mms ou sms où ni la syntaxe ni l’orthographe ne sont respectés et tout est entrain de changer …….
    Nos enfants utilisent des mots en diminutif ou en mélangeant lettres et chiffres « pour faire passer leurs messages  » ,alors qu’à notre jeunesse on écrivait de longues lettres et poèmes qui ,dès fois,étaient même parfumées !!!
    Voici quelques mots que le jeune utilise :

    A un de ces quatre : a1, 2c4 , Acheter : HT , Affaire : afR , Age : aj ,Agé : aG ,Aider : èD , Apéro : aPro , Après : aprè , Arrêter : aréT , Arriver : ariv , Aucun : ok1 , Aucune : oQne , Aussi vite que possible : asap , Avancer : avanC , Casser : KC ………etc , je pense que nous sommes devant deux mondes différents .

    Cordialement et A2M1 , oh ! pardon, je voulais dire à demain

  15. Abbes

    Quel sens aimable de l’humour .

  16. Mohand

    Les sept bienfaits de la lecture

    1. La littérature améliore l’intelligence émotionnelle

    Une étude récente parue dans Science révèle que la lecture de chefs d’oeuvres littéraires (donc pas de fiction populaire) augmente la capacité à reconnaître les émotions des autres : la littérature supérieure force à utiliser sa propre interprétation pour mieux comprendre les personnages complexes. Les lecteurs feraient appel à ces compétences dans leur vie quotidienne.

    2. La lecture prévient le stress

    D’après une étude réalisée en 2009 par l’université britannique de Sussex, la lecture constitue la façon la plus efficace pour lutter contre le stress. Les participants n’ont eu besoin que de six minutes pour s’apaiser une fois qu’ils avaient un livre en main. La lecture apaise même davantage que d’écouter de la musique, boire une tasse de café ou de thé ou même faire une promenade. « Pour se détendre, peu importe quel livre vous lisez. Se laisser entraîner par une histoire permet d’échapper aux soucis et aux tensions de la journée et de se laisser prendre par le monde de fantaisie de l’auteur » a déclaré le chercheur David Lewis au journal The Telegraph.

    3. La lecture maintient le cerveau en forme.

    Selon une étude parue dans la revue Neurology, lire toute une vie aiderait à maintenir le cerveau en forme. Des 294 participants décédés en moyenne à l’âge de 89 ans, les personnes qui exerçaient des activités « mentales » telles que la lecture, souffraient moins de problèmes de mémoire que celles qui ne le faisaient pas. Les personnes qui pratiquaient ce genre d’occupations à un âge plus avancé présentaient moins de 32 pour cent de risques de déchéance mentale que leurs congénères avec une activité mentale moyenne. Les personnes qui pratiquaient peu ou pas d’activité mentale subissaient une déchéance dont la rapidité augmentait de 48 pour cent par rapport au groupe d’ une activité mentale moyenne.

    4. La lecture diminue les risques d’Alzheimer

    En 2011, la revue Proceedings of the National Academy of Sciences a publié les résultats d’une enquête révélant que les adultes pratiquant un loisir où le cerveau joue un rôle important, tel que la lecture et les mots croisés, présentent moins de risques de développer la maladie d’Alzheimer même si les chercheurs ont admis qu’il ne s’agissait pas d’une relation de cause à effet, mais d’une association. « Les résultats pourraient signifier que l’inactivité est un facteur à risque pour la maladie ou que l’inactivité reflète les effets subcliniques très avancé de la maladie ou les deux » écrivaient les scientifiques.
    5. La lecture vous aiderait à mieux dormir

    De nombreux experts en sommeil conseillent une routine relaxante avant de dormir pour apaiser l’esprit et préparer le corps au sommeil. La lecture (avec une veilleuse) peut être d’une aide précieuse, à condition que le livre ne soit pas un thriller impossible à lâcher. Et on parle de livres en papier étant donné que la lumière d’appareils électroniques signale au cerveau qu’il est temps de se lever ce qui empêche de s’endormir facilement.

    6. La lecture augmente les capacités d’empathie

    Selon une étude néerlandaise révélée par le magazine PLOS ONE, les personnes qui se laissent vraiment entraîner par la fiction font preuve de plus d’empathie. Les lecteurs qui ne laissent pas emporter ne montrent pas plus d’empathie. Cela vaut également pour les lecteurs qui ne lisent pas de fiction.

    7. Les livres de développement personnel sont efficaces contre les dépressions

    Les livres de développement personnel peuvent aider à s’aider soi-même. Il y a quelques mois, PLOS ONE a publié une étude de l’université de Glasgow démontrant que la lecture de livres de développement personnel, également appelée « bibliothérapie » associée à des sessions d’explications sur leur utilisation, a donné lieu à moins de dépressions en un an par rapport aux patients suivant une thérapie traditionnelle. Selon l’université de Manchester, ces livres pourraient même aider les personnes souffrant de profonde dépression.

    Trui Engels

  17. Abbes

    J’ajoute que ce commentaire est instructif.

  18. Belabbesien

    Bravo pour ce que vous entreprenez.

  19. BLAHA

    Ya misku Ya badru
    Ghosnaa naqan
    shamsu duhan fi
    falakin ta’liaatun

  20. Francesco Sinibaldi

    Like a path in the pinewood.

    In the light
    of a beautiful
    morning the
    song of a fine
    bird remembers
    the youth and
    the smile of
    a feeling.

    Francesco Sinibaldi

  21. Nadia Benhamed Boudar

    BRAVO Mme NAIMI ,on est fière d’être Bélabésienne quand on découvre des gens comme vous, vous incarnez tout simplement la femme Bélabésienne dans toute sa splendeur, combattive , intelligente , inventive , réussissant tous ce qu’elle entreprend et avec Brio (dirai je avec modestie) , j’avoue que je ne vous connaissais pas, mais grâce à notre Ami Tewfik je vous découvre avec un grand plaisir et une certaine fierté .MERCI cher ami Tewfik de nous suggérer régulièrement une surprise de taille en nous faisant connaître nos talents et avec beaucoup de talent, le hasard de l’histoire fait que je suis entrain de lire un roman de Yasmina KHADRA « les anges meurent de nos blessures « et ça se passe dans le quartier de GRABA…..à SBA …..Quelle coïncidence !!!

  22. K. Taleb présidente

    Bravo et grand merci a Abassia Naimi qui nous a transportés avec la lecture de ses superbes poèmes . Merci a tous ceux qui ont accepté notre invitation et qui ont assisté a cet agréable après midi.
    merci à l’association paroles et écriture qui a organisé cet événement ,l’a minutieusement préparé et s’est démenée des jours durant pour la réussite de cette rencontre
    Pour les membres de l’association , la présidente :madame Khalida Taleb

  23. Abbassi

    Un merci à celui qui a relaté cette rencontre.

  24. K. Taleb présidente

    @abassi .celui qui a relaté l’événement à été LARGEMENT remercié tout au long des commentaires .c’est l’association qui est a l’origine de cet événement qui n’a été ni citée dans l’article ni dans le commentaires ….
    Voilà pourquoi je tenais à poster mon commentaire de remerciements !!!!

  25. Hamid

    Madame. Outre mon commentaire. J’ai comptabilisé au moins cinq.intervenants qui ont évoqué positivement les organisateurs y compris le titre de cet article qui cite que la poétesse fut HÔTE de PAROLE et ÉCRITURE. À d’autres rendez-vous vous.

  26. madjid

    A d’autres rendez vous On sait que des efforts sont déployés mais les personnes présentes ce jour la ;peuvent booster le débat a mon humble avis. Amicalement votre

Répondre