La Voix De Sidi Bel Abbes

L’Histoire, l’Espoir et la Décennie Noire par le Docteur Elhadj Abdelhamid

Je ne sais pas pourquoi je suis resté longtemps à méditer devant cette photo des premières années de l’indépendance, dénichée lors d’une e-promenade. Chérif Guellal, notre ambassadeur à Washington est entouré de Boumaza et de Sid Ahmed Ghozali. A la fin de ma rêverie, un commentaire s’est imposé à mon esprit. Boumaza, Chérif Guellal et Ghozali, c’est l’Histoire, l’Espoir et la Décennie Noire.
La bouée et le bastingage signent le lieu ; nous sommes à l’évidence sur un bateau mais le port reste inconnu, ce qui me rappelle le cri de Boudiaf : Où va l’Algérie ?
Boumaza, symbole de l’Histoire, a le buste fier, zdar barez, et le visage sincère, buriné par le froid glacial des geôles coloniales, le visage de l’Algérie profonde. Militant depuis 1945, il est arrêté à Paris en 1958 et torturé par la DST avant d’être interné à Frênes d’où il s’évade en 1961. Homme de principes, opposant à Boumediène, il renonce à la politique sans jamais s’opposer à son pays.
Chérif Guellal a un look pétillant de crooner de Hollywood et l’élégance d’un prince. La posture, la coiffure, la veste croisée d’un lord, la cravate coquette et même le verre tenu délicatement de ses doigts par le bas témoignent d’un raffinement algérien digne de la High Society américaine. Fils d’un médecin, sa mère était une grande Résistante arrêtée par l’armée coloniale. A la fin de ses études supérieures, il est ambassadeur du GPRA avant de devenir celui, le premier, de l’Algérie indépendante à Washington. Sa Love Story avec une Miss America a longtemps défrayé la chronique mondaine des magazines américains.
L’écrivaine Barbara Howar évoque, dans son roman Laughing All the Way, Chérif Guellal devenu « une icône parmi l’élite du corps diplomatique accrédité à Washington » et le célèbre réalisateur Adam Bernstein rend hommage, dans le Washington Post à la « figure glamour de la haute société à Washington »
Chérif, le noble, c’était l’Espoir.
Sur la photo, Ghozali, le fonctionnaire du ministère de l’Economie, souffre visiblement du mal de mer à bord tant il semble, dos voûté, ventre creusé, bouche close et mâchoires serrées, lutter pour réprimer un vomissement imminent alors que son verre, empoigné à pleine main tel un broc de l’ben, est toujours plein.
La coupe de cheveux carrée de l’homme qui se disait harki du système est vraiment celle d’un supplétif démobilisé et ajoute à l’impression nette d’un subalterne, garde-papiers de documents bien en mains, qui n’est pas à sa place au milieu de cette honorable assemblée, à bord du bateau Algérie.
Si l’ambassadeur Chérif était devenu ami du président John F Kennedy, Mitterrand fera poireauter Ghozali pendant 4 mois avant d’accepter ses lettres de créances d’ambassadeur d’Algérie au début de la décennie noire. Ghozali pouvait, car il le devait, épargner à l’Algérie, ou du moins laver, l’affront diplomatique s’il avait dignement renoncé à Paris devant la malveillance de Mitterrand. Pour certains, un koursi, en Euros, tient bien plus chaud que la dignité qui ne cuit pas dans la marmite. Chez nous, cette philosophie cartésienne, à défaut d’être respectable, est devenue la plus partagée au monde, l’Espoir et la Décennie Noire.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=35316

Posté par le Déc 1 2013. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

8 Commentaires pour “L’Histoire, l’Espoir et la Décennie Noire par le Docteur Elhadj Abdelhamid”

  1. gamra de sidi khaled

    Ancien lecteur qui relie en se délectant le docteur haj Abdelhamid avec cet article sur des personnalités marquant une époque ,chacun a s propre maniére

  2. benali

    Docteur;d’une photo d’archives aux destins croisés de trois politiciens du pays ,vous disparaissez et vous réapparaissez avec a la main cette braya ce khbar et vous nous revenez donc avec ce zoom ,cette lecture ,ce message a déchiffrer :Boumaza laissa le souvenir du grand militant fondateur de l’association du 8 mai le jeune ambassadeur ,illustre serviteur de notre jeune diplomatie et finalement ghozali nous léguera son papillon et son récipissé de dépot de son parti qui attendra le 5iem mandat

  3. ya mma!

    Merci Docteur car vous prouvez et encore que l’indépendance a été arrachée mais que ,malheureusement,certaines figures historiques ont vite dévié de la trajectoire que les chouhada avaient tracée.
    Il est vraiment regrettable que ce type d’informations et d’autres ne soient pas connus de nos universitaires et qu’ils ne fassent pas,via internet, ce louable effort de recherche pour mettre au jour certaines vérités .
    Par la même occasion je voudrais remercier notre ami mémoria lequel a fait référence à un certain courage politique lequel continue d’exister chez certains témoins oculaires pouvant ,s’ils le voulaient,lever beaucoup de doute et soulager leur conscience et oeuvrer pour une véritable conscientisation de la jeunesse ( les hommes de demain).( le cas de feu Larbi belkheir,de feu Taibi larbi ,……..) qui auraient eu à écrire ou à transcrire leurs témoignages …Allah yarhamhoum jamiiian.
    Merci encore messieurs

  4. kerroucha

    Lecture spécifique d’une photo C ‘est le grand niveau Des homes de grande stature passés au crible bravo

  5. hassan jidden

    ISSM ALA MOUSAMMA BRAVO! POUR CETTE QUACIDA.

  6. mimouni

    Sid ahmed ghozali est venu dans un temps difficile lui aussi est un homme politique qui n’a pas réussi Je lis décennie noire la je dirai trop noire

  7. Khouk

    Merci doc toujour clairvoyant

Répondre