La Voix De Sidi Bel Abbes

« L’hécatombe de Marseille a-t-elle livré tous ses secrets…sur le pont d’Avignon? »

Titre : Cerveau présumé du trafic de drogue à Avignon, Mohamed C. est aussi soupçonné du rapt d’un homme d’affaires sulfureux en Normandie. Il a été écroué et les enquêteurs ont porté un rude coup à son réseau.


Par Jean-Michel Décugis

—–Cette équipe de dangereux malfaiteurs régnait, à coups de rafales de kalachnikov, sur tout le trafic de drogue à Avignon (Vaucluse). Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier (Hérault) et des SR de gendarmerie de Caen (Calvados) et de Paris ont réussi, sous la coordination de l’Office national de lutte contre le crime organisé (Oclco), à neutraliser ces dangereux malfaiteurs.

Vendredi, sept personnes ont été mises en examen pour « enlèvement et séquestration en bande organisée » par des magistrats de la juridiction interrégionale spécialisée de Paris. Quinze autres dont une femme l’ont été à Avignon pour « association de malfaiteurs avec trafic de stupéfiants ». Douze dorment désormais en prison, dont le redoutable chef de ce réseau, Mohamed C., dit Taam, âgé tout juste de 30 ans mais au casier criminel déjà long comme le bras. Placé sous contrôle judiciaire dans une affaire de tentative d’assassinat avec interdiction de se rendre dans le sud de la France, le caïd gérait le trafic de drogue depuis sa résidence en Seine-Saint-Denis.

Une erreur sera fatale au commando

Tout commence en mars, puis mai 2017, avec les exécutions à l’arme de guerre de plusieurs trafiquants de stupéfiants, en pleine après-midi, dans les rues de la Cité des papes. « Une guerre des territoires à la marseillaise pour contrôler le trafic et la gestion des points de ventes dans la ville », résume le commissaire Jean-Philippe Fougereau, patron du SRPJ de Montpellier. Tout au long de l’enquête des policiers, qui va durer dix-huit mois, les règlements de compte vont se poursuivre. Au total, six assassinats non résolus dont celui, en décembre, du lieutenant du réseau, Vincent G, dit Pout, 31 ans, abattu dans un bar du centre-ville d’Avignon.

La veille de son assassinat, il avait laissé son ADN en Normandie, sur un brassard de police égaré sur les lieux de l’enlèvement d’un homme d’affaires sulfureux, à Beaumont-en-Auge (Calvados). Une erreur qui sera fatale au commando qui accompagnait le défunt dans cette expédition. Le financier de 45 ans, présenté comme un blanchisseur d’argent sale, avait été kidnappé à bord de son véhicule au petit matin, puis séquestré dans un immeuble de Noisy-le -Sec (Seine-Saint-Denis), avant d’être relâché le soir même en pleine nature. Sans doute après avoir versé à ses ravisseurs le million d’euros qu’ils réclamaient.

Un enlèvement commandité et lié, selon toute vraisemblance, à une dette contractée. Les caïds de la Cité des papes avaient fait le déplacement à Paris réquisitionnés par leur boss, faisant au passage quelques emplettes dans les grands magasins de la capitale avant de commettre leur méfait.

« Cette affaire démontre la capacité du crime organisé à avoir des activités diverses et à se projeter partout en France avec des intérêts criminels partagés entre bandes », observe Yann Sourisseau, le n° 2 de l’OCLCO.

Lien : http://www.leparisien.fr/faits-divers/trafic-de-drogue-kidnapping-le-caid-de-la-cite-des-papes-est-tombe-16-02-2019-8013549.php

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=75971

Posté par le Fév 19 2019. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE, CONFIDENCES, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

Répondre

*