La Voix De Sidi Bel Abbes

Les travailleurs du domaine « Si Rabah » de Sidi bel abbès en grève de faim et une solution tant attendue.

On a convenu avec nos amis des échos Belabbesiens de faire conjointement la revue de presse quand le sujet est  naturellement très intéressant et nous pensons avec sa publication contribuer à notre manière à médiatiser cette préoccupation imminente qui est celle des travailleurs du Domaine « Si Rabah » de Sidi bel abbès en grève de faim, et qui est signé par notre ami et ancien collaborateur K.Benkhlouf, même si nous reconnaissons que nous se devions de ne pas avoir informé nos lecteurs à temps, et il n’est jamais trop tard pour faire oeuvre utile.

Par : Kheireddine.B

Durant toute votre campagne, messieurs les  candidats qui alliez devenir députés, vous aviez  sans aucun doute, constaté et  observé  cet attroupement quasi permanent devant l’immeuble de l’UGTA. Des grévistes  de la  faim, sont devenus des bêtes étranges que la population découvre sans comprendre, leur état d’épuisement au milieu d’une multitude de pancartes de revendication et de documents justifiant la cause de leur combat de revendicatif. Ces travailleurs  grévistes que vous avez probablement  vu furtivement en tant que citoyen, devraient maintenant et plus que jamais  intéresser votre nouveau regard de député d’un parti de grande renommé le FLN.

Ces pères de famille  qui se trouvent  en ces lieux depuis plus de trente  jours, vous interpellent et  sont déterminés à ne  quitter l’enceinte des lieux du syndicat UGTA,  qu’après que les visiteurs de marque qui longeraient ces lieux, les représentants  syndicaux des autres entreprises ,  et tous les citoyens, contribuent à leur solutionner  avant le mois du ramadhan  l’objet de leur revendications. Ils réclament fortement, rien que leur droit qu’une administration m

afieuse de leur ministère les en prive. Ils sollicitent que  les apporteurs de solution  dont vous aites partie Mesdames et messieurs les députés, solutionner  miraculeusement  et de  nous ne savons d’ où,  les obligations de ne pas laisser des citoyens dans l’indigence et objet de dilapidation de leurs droit et moyens de subsistance/Mais jusqu’à l’heure actuelle, et particulièrement en ces périodes de  résultat de vote, l’indifférence semble avoir prit  le dessus.

Allongés sur des cartons, et de vieilles couvertures, tout le long du couloir de la bâtisse de la vieille UGTA, les grévistes qui se trouvent dans un état physique épuisé, restent  déterminés à persévérer dans leur position, jusqu’à  se que de bonnes et attentionnée  ouïes, acceptent de les entendre et de contribuer énergiquement auprès de qui de droit, pour  rétablissement dans leur droit.

Ils dénoncent un licenciement collectif «abusif» déguisé, par le non payement de leurs salaires depuis 2008,. Ils se trouvent sans salaire depuis 4 ans, alors qu’ils n’avaient jamais cessé de travailler (cet état de fait  est confirmé par  l’inspection du travail qui s’est rendue sur les lieux, et constat d’huissiers de justice).

Ils assimilent cette mesure inexpliquée de non payement de leurs salaires à  une sanction, pour leur persistance à refuser de céder les lieux du domaine, qui sont devenus selon ces travailleurs, des lieux de convoitises, pour certain, venues de je ne sais ou, mais qui emploient le harcèlement psychologique et particulièrement,  la méthode de l’usure à leur encontre, pour  qu’ils cèdent les lieux aux nouveaux « colons. ».

Depuis quatre années, ils n’ont pas cessés, d’écrire à toutes les instances, mais personnes semblent ne donner d’importance à leurs doléances. De l’histoire des mouvements de grève, que  l’UGTA, aurait pu traiter, aucune  grève de  faim  n’a été  marquée  d’autant de complexité  et démunis de voix de  solutions

Voyant depuis plus de trente jours ces pères de famille, allongés, épuisés, recherchant dans toutes apparitions étrangères, dans toutes les approches, tous les regards curieux ou bienveillant, « la providence », à leur problème qui dure depuis 04 longues années, depuis  2008.

De par ce fait, nous posons la question suivante, qu’a faite l’UGTA pour eux ? Plus de trente jours de grève  ne serait-il pas, une longue période, qui inquiéterait ?

Le moment est venu de vous mettre  vos marques mesdames et messieurs les  députés ! Voila du pain sur la planche ! Un échantillon de problème qui attendrait d’être pris en charge et d’être solutionné, par un élu, un député, un sénateur ! Parceque  tous  ceux  qui vous ont précédés, personnes  d’entre eux n’a bougé le petit doigt ! Personne  ne  s’est inquiété en venant leur rendre visite, les écouter, et puis peut-être faire des démarches, pour répondre à leur préoccupation !.En réglant leur litiges  c’est  l’ensemble des algériens vivant, dans ce marasme, qui serait heureux et s’enorgueillirait, de savoir qu’ils n’ont pas voté pour rien. Que ceux qui les représenteraient en haut lieux, sont dignes du poste qu’ils détiennent.

Ne soyons pas surpris par la persistance des actes revendicatifs, Ils  s’attachent à choquer  dans leur état de désolation, afin de sensibiliser et bousculer l’opinion et les  décideurs  qui végètent dans  leurs quotidiens. A travers eux, ils comptent, dégager l’image peux resplendissante, dans laquelle se trouve des milliers d’algériens et leurs famille,  …

Ces  travailleurs du domaine  ont entamé depuis plus de 30 jours, leur ieme  grève de la faim à Sidi bel abbès. Ils veulent dénoncer les agissements de l’arbitraire qui règnent depuis des années, cherchant à disloquer leur raison d’être et dilapider leur domaine, dont les productions, étaient louangeable et qu’une  mystérieuse politique de certain grand responsable d’Alger emploient  divers stratagèmes pour mettre fin  à leur domaine et le réserver à l’on ne sait qui ( ?) .Un grand créneaux d’exportation en devise, semble être le premier problème, auquel il faudrait une commission d’enquête du ministère- Une commission d’enquête de la sureté de Wilaya- Une commission d’enquête de la Gendarmerie Nationale- UNE COMMISSION D’ENQUETE !

C’est devant  et à l’intérieur du siège de la commune de l’UGTA de la  Wilaya de sidi bel abbes que les protestations physiques et écrites sous forme de banderoles ont lieu depuis plus de cinq semaines  C’est contre la précarité de leur situation socio-économique que ces grévistes protestent inlassablement. Ils sont en grève de faim pour préserver la dignité des leurs

Toutes ces entraves, causées par les responsables fonctionnel  de la SGP- SGDA ont eu par conséquent des préjudices financiers extrêmement importants  pour le domaine, dont une baisse de la production, une diminution exagérée  du cheptel, la disparition de matériel existant auparavant, un retard  considérable  dans un grand nombre de réalisation  des produits basiques de production exportables

En conclusion, cette grève entamé par une poignée de travailleur dans ces débuts, verra le mouvement prendre  de l’ampleur  au fur et a mesure. Il semble avoir gagné le soutien de la population, qui  vient signer leur registre de solidarité. Nous espérons un dénouement de cette affaire et que ces travailleurs retrouvent leur droit.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=13557

Posté par le Mai 23 2012. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

9 Commentaires pour “Les travailleurs du domaine « Si Rabah » de Sidi bel abbès en grève de faim et une solution tant attendue.”

  1. jamel

    sidi said est sourd muet et les autorités jouent le pourissement ces zrabas paient la poltique du mépris

  2. Smain

    je remercie monsieur benkhlelouf de parler de ces travailleurs en greve tout le mode les as vu dans l’ugta une issue salutaire et vite pour ce petit peuple mahgour

  3. messafer ftsba

    disons merci a cet article il faut aider ces braves travailleurs il n’ya que la médiatistion

  4. benhaddou boubakar

    allah ikoune fi 3awnhoum,c’est le silence des autoritès et les vrais medias qui tue!!!

  5. harmel sba

    une solution est sincérement exigée tres vite ceux sont des péres de famille et voyez vous ceux qui travaillent peinent terriblement a joindre les deux bouts

  6. syndicat

    Je remercie monsieur k benkhlouf pour cet article cela dure cette situation dramatique

  7. G.Mohamed..

    Bonjour les grévistes,
    Ne vous en faites pas,chers concitoyens,Dieu vous assistera!!Echedda fi Allah!!
    On a été tous des travailleurs,et quand on se sentait victimes d’agissements arbitraires,c’est normal qu’on devrait avoir recours à la grève comme ultime solution pour se faire entendre!!
    Malheureusement ce droit a été toujours piétiné,d’où certains responsables préfèrent le bras de fer pour, au final,arrivaient à leurs objectifs à savoir « humilier » le travailleur!!
    Détrompez-vous,Messieurs, ces braves gens n’ont aucun plaisir,ni aucune envie de se donner en « spectacle »,car s’ils sont là ,à supporter ces conséquences,c’est pour leurs progénitures!!
    Dans quel pays un travailleur reste sans salaire pendant 4 années????
    Mille Merci à vous Mr Benkellouf,et à la VDSBA !!!

  8. Mr merabi

    A mon tour de salue Mr k Benklouf qui nous a relaté cette situation trés pénible que vivent ces travailleurs de la ferme et surtout que cela n’a pas fait suite a une issue salutaire

  9. bennabi

    il faut que le syndicat les assiste

Répondre