La Voix De Sidi Bel Abbes

Les ratés et les attentes de Constantine, capitale de la culture arabe 2015.

Constantine a officiellement lancé hier soir sa grande année culturelle. 2015 sera donc celle du rayonnement de la culture arabe et de l’Algérie. Un rendez-vous que la ville des ponts, mais surtout le pays, ne doit pas rater. Pas seulement pour mériter une dimension internationale dans le monde arabe auquel  elle veut tant adhérer, mais pour impulser une réelle culture algérienne . Il ne suffit pas de découper un ruban pour relancer la culture en Algérie. C’est sans doute ce que nous a appris l’ouverture officielle de Constantine, Capitale de la culture arabe. Tout le beau monde présent hier pour cette inauguration ne suffira pas à convaincre que Constantine a enfin sa consécration.

delegations-officiellesNous pourrions vous raconter combien cette journée fut fastueuse, avec la visite de nombreuses infrastructures alliant modernité et tradition, construites pour cette occasion. Les milliards de dinars qu’elles ont demandés. Nous pourrions parler de cette cérémonie d’ouverture très solennelle, durant laquelle la langue et la culture arabe ont été mises en valeur. Ou encore de l’ambiance extraordinaire obtenue grâce aux milliers de Constantinois qui arpentaient les rues à cette occasion. Nous pourrions également nous extasier sur l’attention internationale apportée au rocher. Un airbus A330-220 flambant neuf qui dépose sur le tarmac de l’aéroport Mohamed Boudiaf, une délégation de choix. Quasiment la moitié du gouvernement algérien, Premier ministre, ministre de la Culture, ministre des Affaires étrangères, du tourisme… Des hôtes de l’événement international comme de la pléthore d’ambassadeurs, ministres étrangers ou émissaires spéciaux envoyés par les 22 pays arabes participant à Qasantina 2015.

Aeroport-delegationLa moitié de la ville en chantier

Mais ce serait se limiter au côté élitiste de l’événement. Dans les coulisses, on remarque que Constantine est seulement à l’aune de devenir Capitale de la culture. La moitié de la ville est encore en chantier. Les grues creusent l’horizon constantinois. Les façades sont habillées d’échafaudages. L’air sent la peinture fraîche, et la poussière des rues ancestrales. Dans son message prononcé hier soir par  son conseiller Mohamed Benamar Zerhouni, le président Abdelaziz Bouteflika estime que la  « promotion de la culture constituait le meilleur et le plus efficace moyen d’éveiller le sentiment d’appartenance à une même nation ». Sauf que pour l’heure les Algériens ne sont pas réellement concernés par ce nouveau statut de ville monde culturelle. Eux ont eu le droit la veille à une belle parade lumineuse, dans une ambiance carnavalesque, avec comme seul loisir de se photographier devant la fameuse statue d’Ibn Badis avec femmes et enfants. Souvenir impérissable.

Soiree-inaugurationConsolider, ne pas bâcler

Constantine 2015 n’a donc pas commencé hier mais plutôt demain. Cette année n’est qu’un départ, et l’agitation autour du lancement officiel n’est gage de rien pour le moment. Espérons que son lendemain ne soit pas à l’image de l’organisation de l’inauguration. À vouloir trop bien faire, les autorités algériennes se prennent les pieds dans le tapis. L’envie est là en tout cas. Coup de peinture jusqu’à la dernière minute. On perce, on troue pour prouver que les Algériens peuvent avoir leur capitale arabe. « Ils ont commencé au dernier moment, donc ils ont dû accélérer le rythme, jusqu’à la veille de la parade, ils ont du faire des travaux », explique une commerçante constantinoise qui a vécu au rythme des marteaux-piqueurs cette dernière année.

Dispositif de sécurité digne d’un état de siège .

Un dispositif sécuritaire digne d’un état de siège mais qui ne parvient pas à s’organiser. Au point où des embouteillages monstrueux paralysent la ville et que même des journalistes sont empêchés d’accéder sur les lieux culturels, qu’ils étaient censés couvrir. Quant à la soirée d’inauguration, les discours à rallonge en arabe classique et sans traduction pour les étrangers qui ne comprennent pas un mot d’arabe. Celui du Président qui a duré près de 40 minutes, n’aura pas été du goût de tous. La longueur et surtout l’incompréhension de la langue a fait fuir certains ambassadeurs et représentants officiels avant la fin du spectacle. Le lendemain encore on en parlait parmi les invités prestigieux, « le spectacle était beau, mais les discours surtout celui du Président étaient trop longs », soufflaient encore certains diplomates.

Beaucoup d’argent dépensé. C’est une certitude. À bon ou à mauvais escient ? Seul l’avenir nous dira si l’investissement en valait la peine. Si le somptueux hôtel Marriott amènera un tourisme haut de gamme. Si le Zénith de 3000 places accueillera régulièrement des spectacles. Enfin si les nouveaux lieux de culture seront le tremplin pour l’émergence d’une culture et d’un art populaire, poussant les Algériens de l’est à échanger et à devenir curieux.

Rendre à Constantine ce qui est à Constantine .

Au-delà d’une inauguration ce sont les Constantinois qui doivent profiter de l’événement les années à venir. « Il ne faut pas oublier que nous vivons sur un rocher, nous sommes très fermés. Etre capitale arabe ça nous permettra de voir des étrangers, de nous ouvrir », estime une habitante. D’autres sont plus durs. « Un ami m’a dit qu’il aurait fallu changer la population avant de changer la ville », plaisante une Constantinoise, la cinquantaine, qui appelle ses concitoyens au civisme et à la valorisation de leur patrimoine, pour prolonger les effets de Qasantina.

attente

 

Attente et manque de loisirs

En tout cas à Constantine, il y a une attente. Un peuple prêt à attendre pendant près de 5 heures sous le soleil tapant le passage furtif de son Premier ministre est forcément en demande de loisirs et d’attention. Comment leur donner envie ? Pas forcément avec de la grandeur ou du luxe, mais de manière simple et efficace.  « Nous attendons de voir les résultats sur l’année. J’ai entendu la ministre à la radio expliquer que tous les cinémas seraient réhabilités c’est ce genre de nouveautés que nous attendons. Nous manquons de loisirs. C’est pour ça que les jeunes traînent dans la rue », estime de son côté un jeune homme originaire de la ville.

Le 16 avril 2015 est définitivement un simple top départ. Que dire de plus ?

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=59790

Posté par le Avr 17 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

8 Commentaires pour “Les ratés et les attentes de Constantine, capitale de la culture arabe 2015.”

  1. Ali

    Quelques que soient les réactions sur cet événement. Je pense que cette grande ville méritait toute cet égard et mobilisation. Les constantinois ont certainement réussi.

  2. OUERRAD en squatteur

    Cela seraune reussite tout comme TLEMCEN , et il restera un arriere gout d inacheve ? Et surtout des dettes trop de dettes comme a TLEMCEN ou certains entrepreneurs continuent de courrir pour recouvrer leurs dus .
    Quant ; a la culture il n y en a point et le grand fiasco est deja consomme par cette satatue du cheikh ; qui n est autre qu une insulte pour lui .De plus , faite par des MAINS ETRANGERES :portugaises .
    LA CULTURE CE N EST PAS LE FASTE ET LES LUMIERES QUI VONT COUTER LES YEUX DE LA TETE DES CONSTANTINOIS .
    Et une ville toujours en chantier a ce jour , RABI YOUSTOUR .

  3. chaibdraa tani djamel

    Un 3alem comme CHEIKH ABDELHAMID BEN BADIS allah yarhamah ,n’a pas besoin de statue HADA HARAM

  4. OUERRAD en squatteur

    L Auteur de cet article , je le trouve tres intelligent , il nous dit tout sans rien nous dire , wel fahem yafhem .
    AVEC DES TOURNURES A VOUS DONNER LE TOURNIS .
    A lire et relire pour ,,,,,,,

  5. zaoui

    Comme en amerique du sud chaque année y’a un carnaval..nous avions nous, notre carnaval
    Qui rassemblait chaque mawssim des milliers d’algeriens ..il faut que chaque region chaque ville chaque village crée son carnaval mawssimique  »saisonniers »…
    Allez que dite vous de Mawssime sidi bel abbes cette année en mois de septembre?
    Les riches vont sortir leurs plats de couscous avec viande ….Les tentes seront dressés durant 3 jours pour dormir pour ceux qui viennent de loin..c’est notre culture..avec nos habits traditionel, foulard noué derriere la tete pas comme comme les soeurs chretienne enroulé sur le visage et noué sous les montons…nos enfant seront en abaya chechya blanche..celui qui nous viendra avec une cravate on va lui la faire ma’ger sauf les nos amis les europeens, ils auront une tente gratuite pour passer les 3 nuits..ils ne dépensent pas un 1 euro..apres 3 jours il se debrouille..

  6. mohamedDD

    Oui, c’est un événement très particulier à l’Algérie, avec la baisse des recettes hydrocarbures et l’érosion du panier de devises, on arrive à organiser des événements internationaux!!!!! dommage on a raté la CAF 2017 et aucune démission de notre côté; c’est la faute de la CAF haaaaaaaaaaa

  7. zaoui

    El 3awda illa el asli fadila. Apres l’indépendance on a essayé tout djean jupe costume barrita casquette , maintenant on retourne a nos oussoule. Nos femme en haik sont fiére .il faut multiplier ces manifestations culturelles chaque quinzaine…il faut encourager les femmes de venir au travail en haik, sur place elle porteront la tenue du travail, en accordant des primes dans les salaires allant jusqu’a la moitié du salaire..comme ça on va encourager la production nationale..lorsque le haik va tout suivra….deja le gateau traditionel commence a s’imposer sur le marché.

  8. ghosne

    Salem, la transmission à la TV en direct de la « Malhama » de Constantine nous a fait veiller tard le soir , une épopée retransmise très réussie acune époque n’a été ratée ni oubliée, de l’homme de Cro magnon ,Massinissa,sifax et sfax ,juba I et juba II ,youghourtha, Okba in nafa3,Salah Bey et les francais même la decennie noire , Constantine bled el 3oulamas ,ses ecrivains Boujedra et Mme Mesthanmi etcc.. Fergani,Bentabal et Darsouni , les Constantinois sont fiers d’eux. Je songe un jour de voir la » Malhma » de sidi bel abbes inchallah avant de mourir ;

Répondre