La Voix De Sidi Bel Abbes

Les Quatre horloges : Un indice révélateur de la gestion de notre cité.

Nous n’allons pas de nouveau redire que les quatre horloges de Sidi Bel Abbes sont un des repères les plus importants de l’ex petit paris. En septembre passé, il a fallut sans publicité aucune, que l’actuel wali fasse la remarque pour que ces quatre horloges retrouvent le nord, mais ceci n’est pas nouveau. Depuis quelques jours, voir  (photos), les Bel Abbesiens, et tous ceux  qui transitent par l’ex rue Prudon (Larbi Tebessi), dans les 2 sens, pourront dire et ils ont raison qu’il n’y a rien d’anormal, ils n’ont pas tort, mais ceux qui empruntent le boulevard de la République, venant  dans les 2 sens peuvent remarquer la criarde anomalie… le nord est de nouveau perdu et les injonctions tardent a se faire. Sommes nous tentés de le relever. Les commentaires des nombreux passants sont allé bon train sur la gestion de la ville, et s’en est un. Au passage nous rappellerons que, comme d’autres villes du pays Sidi Bel-Abbès s’enorgueillit de certains beaux édifices publics et privés perçus comme de véritables joyaux et repères architecturaux tels le théâtre, la coupole, le siège de l’hôtel de ville, les mosquées, les banques anciennes et autres châteaux, qui ont besoin de regards et attentions continues. A ces derniers, l’on ajoutera les carrefours tels celui des «Quatre horloges» objet de notre constat, qui est situé à l’intersection des deux principales artères centrales du périmètre urbain, à savoir ceux du boulevard la République et de l’avenue Larbi Tebessi (ex-Prudon).

En effet les dites «Quatre horloges» durent dans le passé, et au bonheur des autochtones et autres passagers et hôtes de la ville, de «retrouver le nord», vu qu’elles ont dû connaître des arrêts qui ont ainsi motivés leur réhabilitation mais qui ne s’est pas passé sans que des interrogations et des larges commentaires soient enregistrés. Pour rappel historique, la pose des «Quatre horloges» dit-on, remonte vers la fin du 19e siècle. Cette pose a été effectuée sur des espaces appartenant aux tribus autochtones des «Amarnas» qui furent dépossédées de leurs biens matériels par les colonisateurs, qui commirent des exactions au point où ils détruisirent les fontaines arabes qui existaient sur les lieux. Et n’est pas par hasard que l’un des nombreux poètes locaux qui fut véritable témoin de ces exactions criminelles, en l’occurrence feu Benharat Mostefa évoqua, dans l’une de ses célèbres poésies, voire qacidates, la source «Aïn ba Dahou» qui corrobore de l’existence de faits historiques qui vont à l’encontre des écrits coloniaux qui ont ainsi mis en branle des mythes fondateurs sur la création de Sidi Bel-Abbès.

Or malheureusement très peu de recherches et de prospections ont été faites, indique en juillet 1993, le directeur du CRNPAH (Centre national de recherche en préhistoire anthropologie et histoire). D’autres preuves de l’existence d’une agglomération importante car, à quelques centaines de mètres sur la place de marché du centre-ville, «une fontaine anciennement construite par les Arabes» est remise à neuf, reconnaît donc insidieusement un chroniqueur colonial qui naturellement fit l’impasse sur les exactions de la prétendue «mission civilisatrice» sur les terres des Amarnas, pourchassés par les légionnaires. C’est un lettré et militant de la cause nationale feu Docteur Amir Benaïssa, qui n’hésita pas à écrire: «Sidi Bel-Abbès, ville construite sur les ruines des Amarnas pourchassés par les légionnaires», et ce, dans son ouvrage sur l’histoire de la santé en Algérie, autour d’une expérience vécue dans ALN, dans wilaya V. En somme le site des «Quatre horloges» n’est point isolé dans le tracé et dessin de l’actuel périmètre urbain, voire l’ancienne armature, vu que Sidi Bel-Abbès, l’indépendante au prix d’un long combat séculaire et d’innombrables sacrifices humains et matériels s’est beaucoup développée, notamment avec l’extension nord-est. Ainsi sur 42 ha de terrain plat, fut donc dessiné un rectangle allongé dans le sens de l’oued Mékerra à cet endroit. Cette figure géométrique était coupée par deux médianes, l’une d’orientation nord-sud, constituait l’axe Oran-Daya d’où bab Daya, fortification construite pour se protéger des rebelles locaux autochtones et autres tribus.. et la seconde, de sens est-ouest, joignait Mascara et Tlemcen et à chaque point, une porte avec des remparts de 5 m de hauteur et des fossés de 3 m de profondeur. Ceci souligne l’aspect défensif d’un centre situé sur un pays conquis…

Cela a, certes, duré mais n’a pas empêché, le 1er Novembre 1954 de sonner minuit dans nos «Quatre horloges». La parenthèse historique est nécessaire pour remonter dans ces temps immémoriaux pour dire avec force qu’on ne doit pas badiner avec des repères, il ne s’agit pas d’un détail, ceci est publique. A bon entendeur salut.

—————————————————————

Les quatre Horloges d’antan

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=2469

Posté par le Avr 6 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre