La Voix De Sidi Bel Abbes

Les petits métiers de l’Aid, convoitise et concurrence entre jeunes vendeurs occasionnels

Les petits métiers de l’Aïd suscitent, comme chaque année, convoitise et concurrence entre les jeunes vendeurs occasionnels, notamment parmi les personnes sans emploi fixe qui ont squatté les ruelles et les artères de la ville de Médéa.

L’Aïd-El-Adha constitue, pour nombre d’entre eux, une occasion inespérée pour amasser de l’argent pour pouvoir l’investir, plus tard, dans d’autres créneau, tout aussi occasionnels que le type d’activité à laquelle ils s’adonnent, pour certains, depuis plusieurs années.

Ces métiers, au demeurant éphémères, constituent une vraie aubaine pour ces jeunes vendeurs occasionnels attirés par le profit et le gain facile. Ils témoignent également de cette grande faculté de ces vendeurs à s’adapter aux nouvelles situations qui se présentent et du sens développer des affaires.

Si certains ont investi le créneau de la vente de charbon, produit indispensable pour les amateurs de grillades, d’autres proposent, par contre, une gamme complète de coutellerie et d’accessoires indispensables au sacrifice, cédés, parfois, à des prix défiant toute concurrence.

Une troisième catégorie, des jeunes et des moins jeunes, s’est reconvertie en rémouleurs, proposant leurs services aux citoyens qui désirent accomplir eux-mêmes ce rituel. Une activité, certes, plus contraignante que la vente d’accessoires ou de charbon, mais qui a le mérite d’assurer une rentrée d’argent pour les quelques rémouleurs qui continuent d’exercer ce métier.

Les métiers de l’Aïd englobent d’autres créneaux, tout aussi lucratifs que les premiers, même s’ils sont considérés plus pénibles et n’attirent, souvent, que les jeunes des quartiers démunis de ressources financières leur permettant d’intégrer le « circuit informel ».

Parmi ces métiers, celui consistant à débarrasser la tête et les membres du mouton des poils qui les recouvrent, appelé communément tachwat. Un travail ingrat qu’acceptent d’accomplir ces jeunes, moyennant 300 à 400 Da pour chaque opération.

Malgré les désagréments provoqués par l’odeur et la fumée des poils brulés, ce métier génère de l’argent, d’autant plus que beaucoup de ménages préfèrent faire appel à ces jeunes, au lieu d’enfumer la maison et s’exposer à des risques de brûlures.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69094

Posté par le Sep 6 2016. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

2 Commentaires pour “Les petits métiers de l’Aid, convoitise et concurrence entre jeunes vendeurs occasionnels”

  1. elabbassi

    dommage nous n’avons pas encore apprie a faire des économie en exploitants le jetable.
    il faudra faire un tour en inde pour voir comment ils veivent a partir de rien.
    par exemple les indoue ne jettent rien.. prendre la sardine et jeter ensuite les tetes la queue et la squelette est un gaspillage ces relet sont recuperer pour faire des soupes prparer et aussi deq aliments pour chats..la peau chaque année jette environ 4 millions de peau en une seule journée..depuis 1830 l’algerien n’a pas pensé a lancer une affaire pour recuperer ces peaux pour un prix modqiue lui faire le premier traitement avant de la proposer semi finit..

    l’algerie met toujours la charue devant le boeuf..la charue certe se deplace mais au lieux que le boeuf tire chez nous dans notre raisonnement le boeuf pousse comme chez nous celui qui pousse la brouette et celui qui tourne et tire la brouette

    alors que la methode pour recupere la peau sans laine c’est facile..on place la peau sur un tapis roulats il passe par tunel qui pulversient une solution netoyante a chaud pendnat quelues mn la laine devient molle en suite un femme la gratte avec un peine..la peau sortira sans laine ensuite un traitement dans un bain aux sels de fer
    secher ensuite empacté par unités de 50 peaux prete a etre envoyer.

    ce que le gouvernement fait c’est de placer l’inductrie avant le marché et l’autoroute avant l’usine. les gens sensé créent d’abords une ferme ensuite lorsque entre dans un production on lui racordera la route.. on ne construit pas une route avant de construire une ferme car on n’a pas l’argent de faire les deux a la fois..

    un site web est facile a créer il ne demande ni ciment ni route ni electricite ni rien..un site wab du minister de l’industruie qui propose tout preoduit en gros et demi gros algerien c’est la bourse…ainsi lorsque le coolecteur de paeu aura fint et entassé l’equivamlent d’un conteneur il entre sur le site et place son produit
     »disponible un conteneur de peau de moutons semi traité..la discription est sous demande prix a partir de 1000 dollars ou equivalents dinars.. »

    on se demande si l’algerie desire faire de l’exportation et comment elle s’y prenent elle met toujours la charue avant le boeuf la charue marche mais elle boite diffcile de la pousser devant une bosse de dos d’ane , la bosse est la bosse satanique et ya partout et de differentes qualibre une bosse de jalousie de haine d’envie de hassade on ne veut pas que l’algerien ait de l’argent construit sa maison voyage vie s’amusent dans le respect etudie apprend rie rigole..
    il faut etre toujours malade mdigoutie nerveux malheureux
    rani mdigouti rani karéh khasni loto khasni mra khasni logement khasni rajél khansni des bijoux khasni cuisine khasni sallon et elle ne fout rien toute la journée entrain de tourner chez rafraf et les enfanst sont dehors jsuqu’a minuit et lorsque le marie demande des explications elle demande le divorce et met les enfants sur le dos du marie s’il ne paye pas la juge le met en mandat depot..faut touché a la femme algerienne le paradis est sous ses pieds ..elle passe son teps fel zounaka les petis enfants sont bandonné son foyer est abanodonné et lorsque l’enfant redevient inutilisable ni metier ni diplome elle se sent fière elle dit ((le paradis est sous mes pieds » walla ghaya les anges n’ont pas trouver ou placer le paradis..ya mra fiki c’est le volcan qui est sous tes pieds »

  2. SBA

    C’est une bonne aubaine que ces gens saissisent. Ces services sont utiles et demandes dans ces moments de fête de l’aid

Répondre