La Voix De Sidi Bel Abbes

Les Maillot : l’a Bel Abbesienneté en partage

Les maillot de Sidi Bel Abbes, on leur doit la construction du Théâtre Municipal et l’Hôtel de Ville,  selon leur petit fils Pierre. Pour ce qui est de René Maillot, ex architecte émérite de la Ville et son épouse Germaine Maillot, qui fût sage femme, et derrière l’accouchement de milliers de Bel Abbesiens entre 1932 et 1962. Bien que généralement en citant le nom de Maillot, le commun des lecteurs pensera à feu l’aspirant Henri Maillot, qui fut un des grands militants anti colonialiste qui s’est joint aux Algériens engagés dans la lutte pour l’indépendance, tout en désertant, alors qu’il était au 57e bataillon des tirailleurs de Miliana, et ce le 4 avril 1956, détournant un camion d’armes et de munitions dont la plus grande partie sera finalement livrée, après tractations entre le PCA (ou il faisait partie). Le 5 juin 1956 il mourra en héros, au sein  d’un groupe de maquisards. Ainsi un Maillot en cache d’autres : LES NOTRES DE SIDI BEL ABBES, je veux dire les MAILLOT. Nous insistons pour dire LES NOTRES, car la Bel Abbesiennité est en partage. Et si généralement votre serviteur n’écrit pas a la première personne, et si il le fait aujourd’hui contre l’usage recommandé, c’est parce que les lignes qui suivent ont trait a évoquer un PAN MECONNU par certainement des milliers de Bel Abbesiens : il s’agit initialement ou au départ de Mr René Maillot et son épouse Germaine Sallès (Mme Maillot), et leurs petits fils Pierre et Jean François.

Les Maillots, nous faisons allusion a René et son épouse Germaine, ceux sont d’autres empreintes indélébiles que nous avons le plaisir à faire découvrir, ou a redécouvrir, car au fil des discussions que j’avais eu dernièrement avec des octogénaires, autochtones de Sidi Bel Abbes, Mme Germaine est relativement connue. Pour notre journal, figure entre autres parmi ses objectifs, cette communion entre les deux rives, et plus loin que ces contrées géographiques. C’est également aux fins de complétude, de continuité des liens et de raviver les bons souvenirs communs, et la mémoire comme l’a été d’abord l’emblème de notre premier contact avec Mr Pierre Maillot via notre jeune Administrateur Brikci Salim, j’avoue qu’on a été très engourdi par de longues années très difficiles en pensant aux années 90 face à la barbarie sanglante. Néanmoins, toutes les considérations, quelque soit leur nature, au demeurant objectives, n’occultent pas le devoir de reconnaissance vis-à-vis de ces hommes et femmes, de tout bord qui durant notre guerre et au péril de leur vie, ont assisté, mobilisé l’opinion internationale pour la cause Algérienne. En ces épreuves là, période charnière, se révéleront au grand jour des contingents de vrais français, et autres humanistes. Et là l’odyssée d’Henry Maillot, Maurice Audin, Maurice Labane, le Général Bollabordiére, conjuguée a tous ceux qui a leurs manières, ont fait la guerre à la guerre. Politiques, militaires, religieux, artistes, militants de gauche, tous conscients de représenter les vraies valeurs des peuples épris de paix et de recouvrement de l’indépendance.

René Maillot

La parenthèse est peut ètre longue, elle s’imposait pour aborder l’indélébile empreinte des Maillot locaux. Laissons le soin a Pierre, qui est Professeur émérite et observateur. Le petit fils nous fournira de précieux éléments qu’on lui avait demandés : Voilà ce qu’il avait répondu :

Mon grand-père, René MAILLOT, est né en 1880, en Algérie, mais je ne sais pas où. Probablement dans le sud oranais, ou encore à Sidi Bel Abbès. Car son père, mon arrière grand-père Edouard Maillot, était Administrateur de Commune mixte et s’occupait de gérer l’administration de la région entre Sidi Bel Abbès et le désert. René Maillot fera des études d’architecte au début du XXème siècle en Algérie et à Marseille.  Puis il deviendra « Agent Voyer », c’est-à-dire Ingénieur des Travaux Publics dans le sud-oranais. Il construit des routes. Mon père, Edouard, naît en 1910 à Sidi-Aïssa. Puis René Maillot part avec toute sa famille en Turquie, pour construire le train d’Istanboul à Ankara. Au moment de la guerre de 1914-1918, comme la Turquie était alliée des Allemands, mon grand père et sa famille sont expulsés de Turquie. Ils reviendront en Algérie après la guerre. Mon grand-père partira alors au Maroc exercer son métier d’architecte. Il y restera quelques années. Il repart ensuite en  Ethiopie pour construire encore une voie de chemin de fer au départ d’Addis-Abbeba. Mais dans les années Trente, il revient à Sidi-Bel Abbès, comme architecte de la Ville. Il construira, entre autres,  le Théâtre Municipal et l’Hôtel de Ville.  En secondes noces, il épouse Germaine Sallès, qui devient Germaine Maillot, bien connue à Sidi Bel Abbès, comme sage-femme. Elle a mis au monde  « la moitié de la population de Sidi Bel Abbès », disait-elle en plaisantant. Mais il est vrai que la moitié des femmes de la ville qui ont accouché entre 1932 et 1962 l’ont  probablement été par elle. Cela signifie que bien des hommes et des femmes de Sidi-Bel Abbès qui ont aujourd’hui entre 80 ans et  48 ans, ont été mis au monde par Germaine Maillot. Mon frère cadet, Jean-François Maillot est né à Sidi Bel Abbès le 16 février 1940. Notre mère était venue d’Alger pour accoucher chez son beau-père, René Maillot, et se confier au soin de sa belle-mère, Germaine Maillot. La mère de René Maillot, Marguerite Maillot, mon arrière grand-mère, était  née à Tlemcen en 1849. Voilà tout ce que je sais des rapports de la famille Maillot avec Sidi Bel Abbès. Pour le reste nous étions d’Alger depuis le milieu du XIXème siècle.

Pierre Maillot et son épouse Claude

Après Pierre, c’est le tour de son frère, le Bel Abbesien : Jean François, qui est Economiste du développement et Ingénieur industriel, de prendre le relais et une fois de plus, laissons lui le soin de nous éclairer d’avantage :

Bien que « La Voix de Sidi Bel Abbes » m’arrive bien tard dans ma vie, j’apprécie énormément cette initiative, car jamais je n’aurais pu penser qu’un jour un pont  puisse exister entre ma ville natale et mon passé et celui de ma famille.

Et pourtant, je ne suis pas si surpris que cela, car je sais que les gens de cette partie de l’Algérie sont connus pour leur qualités humaines et à ce sujet, j’ai un souvenir de l’année 1971 qui restera gravé dans ma mémoire encore longtemps. C’était lors de mon dernier passage à Sidi-Bel-Abbès, alors que je faisais visiter les trois pays du Mahgreb à mon épouse Nicole. Nous nous sommes arrêtés, par pur hasard, dans une des rues du centre de Sidi-Bel-Abbès, juste devant un établissement, qui s’est avéré être une petit restaurant.   Comme il faisait une chaleur suffocante, le patron avait tiré de grosses tentures pour garder la fraîcheur. Lorsque j’ai coupé le moteur de ma voiture, celui-ci est sorti en pensant que j’étais un client. Je lui expliquais qu’en fait il n’était que 11 heures du matin et que pour l’instant,  j’essayais de retrouver mon lieu de naissance. Après avoir précisé mon nom et qui m’avait mis au monde, le patron tira sur les tentures pour me présenter trois jeunes gens qui se trouvaient derrière le comptoir en m’annonçant que ces fils aussi avaient été mis au monde par Germaine Maillot, la seconde épouse de mon grand-père René maillot. Nous avons passé tout le reste de la journée ensemble, car il m’a appris bien plus sur mon grand-père que je n’en savais. René Maillot lui était en effet venu en aide de diverses façons et c’est ce qui l’avait permis de s’établir dignement. Je remercie profondément cet homme, dont j’ai malheureusement perdu la trace.

Je voudrais aussi dire que naître à Sidi-Bel-Abbès n’a pas été pour moi une fatalité, mais au contraire un puissant vecteur pour m’en sortir dans la vie et également conserver en moi le profond désir d’apporter mes connaissances et mes efforts à la réalisation de projets de développement dans une trentaine de pays dans le monde et plus particulièrement en Afrique sub-saharienne. Nos ancêtres qui ont aimé cette terre de tout leur cœur nous ont transmis des valeurs de travail, de courage et de sérieux. Car si  la terre d’Algérie est généreuse, elle est aussi très capricieuse et demande beaucoup d’attention…

En me penchant sur les informations présentées dans « La Voix de Sidi-Bel-Abbès » j’ai pu apprécier l’énorme potentiel de cette ville et la foison d’opportunités qui s’ouvrent aux jeunes de cette oranie qui m’est si chère. Ce qui frappe le plus c’est la modernité des systèmes mis en place, ce qui est un gage supplémentaire pour permettre à la jeunesse de poursuivre avec assurance les projets d’avenir démarrés par les anciens. Je constate que Sidi Bel Abbès n’est plus cette petite ville qui avait tendance à vivre un peu à l’écart, mais qui est définitivement ancrée dans l’avenir. Bravo à tous et moi je suis fier d’y avoir mes racines.

Jean françois Maillot et son épouse Nicole

J’espère que ce modeste apport vous sera utile…. Soulignait Jean François dans son courrier. Il ne manquera pas dans son ultime contact, qui n’est pas le dernier, de nous dire ceci :

«  Je suis ravi d’apprendre que mes deux derniers courriers ont satisfait « la voix de Sidi-Bel-Abbès ». Je me ferais un plaisir de reprendre contact avec vous si nécessaire. De notre côté mon frère et moi envisageons à terme un petit voyage en Algérie et naturellement à Sidi-Bel-Abbès avec ma nièce Juliette qui s’intéresse beaucoup à ses ancêtres. Meilleures salutations à vous et toute votre équipe ».

************************

Jean françois Maillot découvrant notre journal

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=4059

Posté par le Mai 9 2011. inséré dans ACTUALITE, HOTE DU JOURNAL. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

50 Commentaires pour “Les Maillot : l’a Bel Abbesienneté en partage”

  1. lecteur

    Kadiri, je t’ai toujours dit que tu es un grand ,ton ami et ton frère H .

  2. Un frère Belabbesien

    Tout ce temps ? Aucun n’avait l’idée qui a construit la mairie, il fallait attendre l’arrivée de la voix de Sidi Bel Abbes pour dévoiler un mystère qui date de x temps, en plus de la mairie, il a construit le premier théâtre aussi, tout ce temps et personne ne le savait ? à l’autre bout de la rive, il existent des milliers comme Maillot, des belabbesiens qui veulent reprendre contacte avec leurs passés. Il faut juste savoir, que les portes de Sidi Bel Abbes sont toujours ouverts vous êtes les bienvenus (sauf l’été, c’est pour votre bien…je rigole). Bravo la VSDBA, un travail de pro.

  3. abbassia b s

    c superbe de redecouvrir des informations sur d’autres belabbesiens les maillot mon defunt epoux adore l’ancien maire et courageux rene justrabo les rues de mon quartier natal pres de hammam elboutkhiliya de village erih poinde jour seneclauze c lui alors voila un autre rene belabbesien et ace moment mafille ainee venant recuperer sa marmaille je ris pour mes enfants elle m’a dit germaine etait derriere la naisance de belabbes eon 1fils et denoria rahma et zhor quel plaisir de lire cela moi meme je m’associe aux bonnes habitudes de bienvenue et c leur terre de naissance n est cpas monsieur hadri apc

  4. toufik 2

    je ne cesse de decouvrir ma ville a dire la veritei maillot c’est le nom de lhopital rde bab el oued alger sur el watn j’ai trouve aspirant maillot henri lanticolonialiste et voila kadiri pondre les maillot de sidibel abbes.
    une decouverte

  5. hachemi amine

    kadiri khayi allah yaatik essaha

  6. Karen Woinet

    trés bel article !

  7. Ms

    je suis à sidi belabbes depuis 16ans ,je ne savais rien de cette ville et surtout son passé,et tout d’1 coup je resens que j’habitais sba depuis ma naissance wech angoulek Mr Kadiri nowartna ya3tek essaha .

  8. Nathalie

    haa voila cet article tant attendu,je suis émerveillé de découvrir tout ces trésors cachés de SBA,c’est un vrai plaisir de vous lire et de voir ces photos nous transporter au fil du temps,longue vie a vous pour nous faire encore voyager le plus longtemps dans le passé et le présent de SBA inchallah

  9. berkani sfisef

    je dois saluer l’equipe de la voix belabbesienne avec kadiri mohamed en tete et aussi l’admin au theatre de sba on m’aparle de ce site qui est riche allezy puisezet defricher sba et ses arrondissements sont un tresor.

  10. blal

    merci kadiri.tu es notre fierte pour ce que tu fais pour la ville.longue vie a toi afin de nous faire decouvrir beaucoup de choses encore et mettre en relief sidi bel abbes
    qui n’est pas une ville simplement comme le pretendent certains li yaklou el ghala wi sabou el mala.

  11. A ibn-rahimine

    Que de nostalgie sur ma chère ville ,narrée pas des enfants de la cité de la Mekerra .

    Pour cela un vieil ami de la ville et de la cité SERNA m’a annoncé hier qu’une rencontre des enfants de la ville et du quartier de Bario-Altio vont se retrouver le 1er Juin , dans l’Hérault,et pour moi ce sera un évennement pour rencontrer mes amis d’enfance JE VAIS TACHER D’ETRE DE LA PARTI INCH-ALLAH si le temps me le permet .

  12. jilla

    la Bel Abbesienneté @KADIRI

    Tiens! tiens ! un nouvel concept ?

    • bekani de sfisef ml

      oui c’est un concept qui ebranle des certitudes et l’oranite n’existe pas eh bien voila jilla puique le redacteur s’abstient de repondre au passage je reponds comme je trouve belles ces photos du theatre et la mairiecomme

    • berkan i de mercier lacombe

      belles photos

  13. sans reproche

    Bonjour M. Kadiri. Voudras-tu avoir la gentillesse d’avertir Jean François Maillot qu’il fait toujours chaud à Sidi Bel Abbes; surtout en été, pour qu’il prenne le soin de s’équiper en conséquence à l’occasion du voyage-pélerinage qu’il compte entreprendre chez nous avec quelques uns des siens (chandails en laine, parka, bottes .. , lui, verra bien). Tu lui diras que les gens de Sidi Bel Abbes ont toujours dans le coeur la chaleur qu’ils ont dehors (pour paraphraser E. Macias). Et tu lui diras qu’à cause de la tempète que tu as provoquée en nous le faisant découvrir, et ses aieux, chacun de nous veut qu’il soit son hote dès l’instant où il arrivera à Sidi Bel Abbés. Tu lui diras que tous sortent déjà les belles nappes et commencent à lustrer les couverts que l’on ne convoque que quand on reçoit un invité de marque. Et de plus, un enfant du pays puisque la SEULE patrie et celle de l’enfance. Tu lui diras tout cela n’est-ce-pas ? Il comprendra, parce qu’il est très intelligent et lui meme revendique des racines bel abessiennes. Tu lui diras aussi que les blessures se sont cicatrisées un demi siècle après la fin de la guerre d’Algérie et que nous avons pardonné meme à ceux de ses compatriotes qui nous ont causé du tort parce que l’Islam nous l’enseigne et parce que nous avons fait notre ce mot de M. Proust (A la recherche du temps perdu) « Certains souvenirs sont comme des amis communs, ils savent faire les reconciliations ». A l’inverse, ses aieux ont été les batisseurs de notre ville et méritent, à ce titre, tous les égards. N’est ce pas que les témoins de leur présence dans notre ville continuent de « parader » et de constituer la fiérté de Sidi Bel Abbes. ces batiments prestigieux que nous nous empressons de faire visiter à nos invités: la remarquable mairie et le magnifique théatre. Et sa grand mère Germaine Maillot. Elle a aidé à mettre au monde non pas des batiments, ce qui est une gageure, mais des générations entières de belabessiennes et de belabessiens. Tu lui diras que tous ces gens s’inclinent à sa mémoire. Tu m’excuseras de ne pas rester longtemps car je perçois au loin l’appel à la prière du dhohr et je file de ce pas à la mosquée et implorer Dieu pour qu’Il te prète vie, toi et ton ami Jean-François Maillot et les siens, et qu’Il vous garde en bonne santé. Tu lui diras tout cela, n’est-ce-pas Allez, hop, je file.

  14. احد عمال البلدية المتقاعدين

    je suis un vieux communal madame germaine est une femme de bien tres humaniste elle allait chez nous arabes aider aux accouchements le bonjour a pierre et a jean francois

  15. bel abbesien

    la cune bonne recherche instructive

  16. megherbi enseignant

    voila encore une nouveauté sur des belabesiens .et comme c’est ecrit je croyais en entendant maillot je pensais a l’hopital en hommage a ce moujahid qui etait aux cotés des notres alors que votre journal nous fait découvrir d’autres maillots qui ont laissé des traces dans leur ville.

  17. SANDRA DIAS

    Ton grand père a été à grand homme et qui a marqué la vie de tous ces Bel Abbesiens par son tallent ainsi que sa femme. Meci pour m avoir fait découvrir ce coin d Algérie. Merci Jean- Francois. Ton amie pour la vie. Sandra

  18. blal

    mosieur megherbi l’enseignant vous jouer a merveille votre role

  19. khoukfidine de hai houria

    beau article il ya franchement des informations sur sidi belabbes et sur des personnalites natives sur les bors de la mekerra et puis ce pont virtuel qui a ma lecture se concretise en retour apres 40ans bienvenue jean francoiset votre famille

  20. abbes o belabbes

    bon sujet bienvenue deja des pelerinages sont frequents

  21. benaissi kaddour

    les nostalgiques sauront apprecier…

  22. MAILLOT Jean-François

    Tous nos remerciements à M. Brikci Salim et la verve de de M. Kadiri qui font que Sidi bel Abbes n’est plus à des années lumières, mais juste derrière notre porte. j’en profite pour ajouter que les petits fils de René Maillot compte aussi Michel Maillot qui lui s’est illustré dans le monde du cinéma et du théâtre au Canada et notre soeur Christine qui est une brillante chef d’entreprise et à qui nous devons un apport majeur….les photos qu’elel avait soigneusement gardés.

  23. Warin François

    C’est avec un immense plaisir que je vois mes amis Maillot renouer avec leur pays natal. Décidemment cette année est celle d’un grand lever de soleil dans les relations qu’entretiennent nos deux pays ; je la célèbre dans ce petit texte :

    Dix thèses sur le réveil du monde arabe

    1-Personne n’avait prévu le profond mouvement de libération populaire qui soulève le monde Arabe. Hier encore, il semblait pris dans l’étau du seul dilemme, de l’alternative perverse : soit la dictature, soit l’islamisme. Il a longtemps semblé à certains légitime de soutenir dans le monde musulman le despotisme éclairé de gouvernements tyranniques seuls capables d’imposer une modernisation forcée à des sociétés tentées par le retour du religieux. Cette idée faussement rassurante de la stabilité des autocraties s’est désormais effondrée.

    2- Personne ne peut prévoir quelles seront les conséquences à long terme de cette lame de fond, de cette onde de choc, de cet effet domino qui se propagent maintenant jusqu’aux rives de la Chine. Une seule chose est sûre : le mur de la peur a cédé, l’imagination est au pouvoir, la parole est libérée et malgré la diversité des contextes et la difficulté de combats héroïques et risqués qui sont loin d’être gagnés, les tyrans du monde arabe et iranien qui paraissaient les plus indétrônables sont fragilisés et irréversiblement discrédités par une révolte non-violente et disciplinée qui a refusé toute compromission avec eux.

    3- La dynamique de ce bouleversement géo-politique a une force et une portée qui dépasse les bouleversements sismiques consécutifs à l’effondrement de l’Empire soviétique et à la chute du mur de Berlin mais se heurte aux mêmes problèmes : en Syrie, en Lybie, à Bahreïn, comme hier en Yougoslavie, la question des minorités et des frontières enraye et empoisonne la dynamique démocratique. Le souvenir que nous avons de Srebenica est encore douloureux, il a sans doute justifié, aux yeux de l’opinion, l’engagement militaire français pour sauver Bengazi, engagement qui risque pourtant de précipiter la guerre civile et la partition du pays.

    4- Le conflit israélo-arabe et la distribution de la rente pétrolière a longtemps permis à des régimes despotiques de freiner ce mouvement en censurant l’expression des oppositions suspectes de faire le jeu de l’Impérialisme occidental. Ce prétexte est devenu obsolète et seul Israël n’a pas tiré les conséquences de cette nouvelle donne.

    5- Le monde arabe sort aujourd’hui de l’opprobre d’une humiliation et d’une malédiction pluriséculaire ; il ouvre une troisième voie qui bouscule nos catégories et nos oppositions binaires. On peut la qualifier de post-idéologique (demandes pragmatiques sans aucun mots d’ordre hostile à l’Occident) et, comme Olivier Roy, de post-islamique (l’islamisation des sociétés s’est banalisée et ce sont des femmes voilées qui, après la prière, lèvent le point non pour demander l’instauration de la charia mais pour dégager les despotes et dénoncer le fondamentalisme). La Turquie, dirigée depuis huit ans par l’AKP, la Turquie à la fois « développée » et musulmane offre à cet égard un modèle, celui qu’a déja choisi Ganouchi en Tunisie pour le Nahda et, implicitement, les frères musulmans en Egypte même si bien des incertitudes pèsent encore sur l’avenir de ce mouvement.

    6- Aujourd’hui les Arabes se révoltent au nom des valeurs occidentales (dignité, liberté-….) celles qu’Israël a longtemps incarnées au moyen-orient avant de s’isoler et de se mettre à l’écart de l’Histoire, celles que nous avons nous-mêmes trahi en confortant les dictatures qui servaient nos intérêts. Ils se révoltent contre la dictature et le déni des libertés fondamentales, contre la corruption, contre le népotisme, contre la tradition ottomane du monde arabe qui n’accordait aucune place à l’espace public et qui par le jeu de la corruption assurait à travers des corps intermédiaires (oulémas, guildes, corporations, associations charitables religieuses, confréries) une forme de redistribution. Désormais la demande est adressée à l’Etat qui doit être le garant de l’espace public. La place Tahrir du Caire, la place de la libération offre à tout le monde arabe le modèle d’une agora arabe, d’une place de discussion et d’une nouvelle scène symbolique.

    7- A l’époque sinistre du Président Bush on vivait dans la peur du clash des civilisations et le livre d’Huntington constituait la référence majeur qui confortait l’islamophobie dominante à l’époque du 11 septembre. La contagion de la liberté qui a mis debout un monde arabe qui relève la tête (c’est le sens du mot intifada) pourrait plutôt permettre aujourd’hui aux prophéties de Fukuyama de refaire surface : si ce n’est pas la fin de l’histoire, la page historique de l’autoritarisme a été définitivement tournée.

    8- La demande de liberté et la revendication de droits sociaux fait le fond de ce mouvement qui est à la fois pacifique et laïque et qui marque l’échec de l’islamisme politique qui, avec Al-Qaida, n’a jamais constitué un mouvement de masse et qui n’a atteint aucun de ses objectifs. Il est nourri comme par une base arrière, par Facebook, Twitter et internet, porté massivement par une nouvelle génération de jeunes diplômés qui, comme chez nous en 1968, veulent en découdre avec la résignation de leurs aînés. La nouveauté de ce changement de mentalité consécutif à une transition démographique, sa jeunesse et sa légitimité ne sauraient être contestés même si les barbus et leurs vieilles crispations identitaires n’ont pas désarmé et sont en mesure de confisquer au profit de la pire des dictatures, la victoire populaire. Se focaliser comme le font certains historiens sur le caractère « tribal » de la rébellion libyenne (l’Afrique bien sûr ne connaitrait que des guerres « tribales » et non des guerres politiques..) n’y voir que la résurgence de la dissension séculaire entre les Warfala de cyrénaïque et les Maghara de tripolitaine c’est resté tourné vers le passé et aveugle au poids d’une mondialisation qui désenclave intellectuellement les peuples, ouvre la totalité de la planète à l’information, développe l’autonomie du jugement et les aspirations individualistes : quelque soit l’avenir politique de cette effervescence fraternelle si souvent héroïque, son chant profond a déjà, historiquement, gagné.

    9- La Tunisie et surtout la Lybie constituait un entonnoir qui retenait par la force les flux migratoires venus surtout d’Afrique sub-saharienne (soit 500 000 à 1,5 millions de travailleurs venus d’Erythrée, de Somalie mais aussi du d’Egypte, du Bangladesh…). Les vieux parapets de l’Europe étaient ainsi protégés. La partie la plus nostalgique et la plus rancie de la France, encouragée dans ses aigreurs par la droite populiste, ne réagit au printemps arabe que par la peur et la haine de l’autre. Le seul problème pour le pouvoir instrumentalisant la crise étant de prétendre repousser à la mer quelques 20 000 réfugiés, des victimes d’une crise économique qui ne fait que s’aggraver.

    10- Notre solidarité idéologique avec la révolte arabe doit s’accompagner de discernement et d’un devoir de réserve. Aucune révolution violente ne peut accoucher sans coup férir de la démocratie. Elle est l’aboutissement d’un long et lent processus et elle ne s’est jamais imposer, dans un monde devenu chaotique, qu’au terme de multiples conflits et retournements : contre-révolution, radicalisation, terreur, dictature militaire… Si l’on songe aux différentes étapes, toutes marquées du sceau de la tragédie, que la Révolution Française, matrice de toutes les Révolutions, a franchi, on peut sans doute dire que les révolutionnaires du monde arabe ont à peine entamé la première étape : la page de l’autoritarisme est tournée mais la lutte, pour le moins, n’est pas terminée…

    F. W.

    • JILLA

      la Révolution Française, matrice de toutes les Révolutions@Warin François
      tien tiens ! qui a dit çà monsieur françois ?
      C’est juste un cliché , la verité est tout autre !
      on ne peut faire de l’ombre aux vraies révolutions non fabriquées et boumleversante de l’ordre etabli des pouvoirs occultes des eglises et des profiteurs DU CAPITAL , rois ou seigneurs ou pape comme celle de russie , du mexique ou de belgique ou d’algerie comtemporaine qui n’ont pas d’egales ni de genétrices .

    • driss sidi bel abbes

      monsieur jilla jeune intelligent linguiste accrocheur ces messieurs ont formule des commentaires a vous d’apporter votre intelligence au lieu d’avoir le sonambule des cliches atout bout de champ.jean jores et la s uite ..ne peut etre baleye d’un revers de la mmain l’histoire telle une montee d’eau refait surface..il est l’heure de se preparer a la priere a la prochaine

    • dani kouider

      le sujet développement par monsieur Warin f est d’une actualité brûlante . la dynamique de la rue est toujours et souvent relative les différentes protestations sociales des différentes corporations et même des structures et service relevant du ministère de l’intérieur ont pu donné des résultats en matière de salaire de promulgation de statut ainsi que d’autres acquis sociaux mitigés pour certaines corporations mais dans l’ensemble la rue arabe a fait que de nombreux chefs ont baissé le caquet en répondant favorablement aux protestataires grévistes émeutiers .ils n’avaient pas le choix .la démocratie ne se construit pas d’un jour a l’autre et ce n’est que partie remise merci monsieur Warin francois pour votre commentaire dans notre journal belabesien

    • Ghandi,

      La perception humaine du monde extérieur reste d’une variance aléatoire qui fait que ce que nous appelons subjectivité se qualifie de prismes dans des montures de lunettes que d’autres taxeront de « déformantes » .Il faut avoir vécu dans plus de deux sociétés presqu’antinomiques pour s’apercevoir-au risque déontologique de se tromper-que même les penseurs et intellectuels ne peuvent se recentrer tout le temps et avec tous les interlocuteurs.Les mécanismes de pensée même s’ils sont censés être des invariants(universaux) ,du point de vue neuropsychologique,ont tendance à se diluer dans le culturalisme qui les formate à la Huntington légitimé par la supériorité technologique que certains attribuent médiatiquement à une combinaison diachronique entre Darwin , Von Braun et Oppenheimer…
      Le concept eurocentriste de « Révolution arabe » ne pourra se vérifier du point de vue opératoire sur le terrain.L’arabité reste un vécu civilisationnel comme l’ont été les périodes latines.Les Arabes ne peuvent pas régresser comme les Français et Italiens ne peuvent recréer le monde latin…de Rome à Athènes jusqu’à Constantinople…Le concept de nationalisme arabe est parti avec Michel Aflak…
      Notre lecture d’intellectuels algériens(pas tous) nous permet de décrypter d’autres pistes et enseignements:
      -Les émeutes dans les pays arabes à faibles revenus pétroliers ont été prévu par des experts occidentaux et locaux…Elles étaient des émeutes de la faim et très loin d’une quelconque libération de pouvoirs dictatoriaux despotiques qui perduraient tant que les Arabes pouvaient vivre décemment…Ces même émeutes ont touché les pays de l’UE les moins nantis comme la Grèce . Irlande,Espagne,Portugal,Italie sont sur la liste d’attente et l’amortissement de l’UE est là pour éteindre l’incendie qui reste chronologique à celui des pays arabes les plus faibles pour amortir les dépenses sociales par la plus value du pétrole(Tunisie,Syrie,Egypte).La libye sort du lot par les lubie d’un chef charismatique et…tribal ;donée que les laboratoires occidentaux n’ont pas mis à jour croyant copier le modèle national occidental à un conglomérat de tribus bédouines qui constituent l’arrière pays de Tripolitaine et Cyrénaïque…
      Srebrénica a eu lieu et appartient à l’histoire du « deux poids,deux mesures ».Le commandant du détachement des casques bleus était un officier supérieur français ayant fait la guerre d’Algérie et …a traité avec le justiciable serbe qui siège seul à La Haye…
      Les émeutes de la faim se sont arrêtées aux pays « arabo-berbères » pétroliers qui arrosent les départs de feux en pétro-dollars;la facture sociale est presqu’épongée et les émeutiers potentiels vont faire le Ramadhan et méditer le sort des malchanceux d’à côté !
      Nous espèrons nous limiter à une grille de lecture locale c’est-à-dire sociale et aucunement démocratie gréco-romaine où l’Agora reste une icône qu’il nous est difficile d’intégrer mentalement.
      Quant à FaceBook,l’Algérie est le pays-exception de la science eurocentriste-qui n’a jamais censuré ce réseau social.Bizarrement,et je ne suis pas fier de l’affirmer en tant qu’éducateur,la jeunesse algérienne a par miracle échappé aux sirènes des manipulateurs/animateurs des officines d’Huntington,non pas par génie d’intelligence mais bizarrement par un déficit éducatif et informatif ! Nos jeunes préfèrent les jeux et les rencontres dans la Toile ! Leur dédain de tout ce qui est conceptuel nous a sauvé de la « Science de l’espace vital…ou Lebensraum… »
      Cordialement !

  24. jibril/m

    je tiens à apporter mon soutien sans failles à notre cher ami Kadiri jaloux de sa ville et de son histoire .je voulais simplement dire qu ‘en 2006 ,j’avais croiser des pieds noirs bélabesiens au pied de l’hôtel métropole et je leur ai dit , vous savez cette ville ne peut retrouver son statut d’antan qu’avec votre concours , il vous suffit juste de créer des ponts entre les deux rives pour un développement Multi-sectoriel durable .cette ville à enfanter des lumières parmi toutes les communautés qui co-habitaient ensemble .c’était tt simplement une ville civilisée capable de renouer avec son statut si tt fois ses vrais enfants des deux rives acceptaient enfin de s’impliquer dans la vie de notre cher « petit-paris’ !

  25. BD

    Vous avez oublié qu vous étiez un citoyen de seconde zone, un indigène qui n’avait pas les mêmes droits que ceux que vous adulez et avec autant voire plus de devoirs! Je sais que la nostalgie , comme tout autre ressnti humain ,a tendance et peut modifier notre juste perception de la réalité, mais il ne faut quand même pas oublier que ces  » pieds noirs » même quand ils n’étaient pas impliqués dans les évènements de la guerre d’Algérie, acceptaient tout de même le statut d’indigène de la population autochtone et que la ville de Bel-Abbes était gérée par une municipalté proche des idéesde l’extrême droite!
    Qui votait pour elle? Ce n’étaient pas les indigènes dont les voix ne valaient pas constitutionnnellement les voix des français d’origine européenne!
    De plus, cher monsiuer, moi je veux bien tout ce que vous voulez, parceque je suis tout aussi humaniste que vous, mais retrouver le Bel-Abbes d’antan c’est une chimère! Même Paris n’est plus le Paris d’antan! Il s’en est passé bien des choses depuis.
    Par ailleurs, il ne faut point oublier , que contrairement à vous , de l’autre côté de la méditerrannée, il existe des nostalgiques ( qui militent dans les rangs des partis politiques d’extême droite), qui ne rêvent que d’une chose c’est de revenir en Algérie reconquérir ce qu’ils estiment avoir perdu et asservir de nouveau les algériens.
    Pour finir, cher monsieur , je vous soumets deux citations à méditer,l’ une, poulaire que tous les nord-africains s’attribuent :  » El – aârbi , aârbi même si c’était le clonel Bendaoud ».
    L’ autre, écrite, par un illustre écrivain algérien dont on a beaucoup fait l’éloge ici, et qui , donnant son sentiment sur la guerre d’Algérie et plus précisément sur les attentats à la bombe à Alger, a dit textuellement:  » entre la République et ma mère, je choisis ma mère… ».Il s’agit d’Albert Camus.
    Salam!

    • sfisefi

      monsieur bd alors que penses tu de quelqun quiparle de citoyen de2 zone et quiest paye par ses anciens maitres il les a suivi meme fel assima des droits de l’homme moralite oblige faudra se terrer

    • jibril/m

      merci pour votre point de vue Mr BD ,mais dans l’histoire des grands conflits l’exemple de la France avec l’Allemagne est édifiant ,malgré la tragédie les deux pays ont renouer avec la civilisation les temps ont changer , alors de grâce épargnez- nous ces discours qui ne mènent nulle part , le monde bouge et nous on bouge aussi mais à reculons ,

      • tayeb m

        monsieur jibril.m je suis un fidele lecteur de la voix de sidibelabbes et des reactions convergent vers le meme sens interet general cette equipe du site est a ma connaissance benevole alors que penses tu d’un comite de vrais notables de sba compose de cadres architetectes medecins unversitaires retraites meme si des gens d’outre mer..commencons a reflechir en regardant la photosouvenir des anciens de azza je me suis dit toutes ces competences et la wilaya souffre j’attends ta reponse peut etre la redaction du site nous aidera

      • Bedrani.D.

        Mais bien entendu Mr jibril/m, je suis tout à fait du meme avis que vous, simplement je ne supporte pas que l’on puisse rester passéiste et se morfondre sur le sort du pays en regrettant ce qu’il a été; et je rappelais tout de meme qu’avant ce n’étais pas mieux! Cela étant dit, je tiens aucun discours , j’exprime un point de vue qui peut etre discutable, j’en conviens, et qui ne doit pas empecher , en tout cas je le souhaite, les gens d’avancer comme ils le souhaitent, je suis un modeste mais fervent démocrate qui tient à sa liberté d’expression et à celle des autres.
        Merci pour votre réaction somme toute sensée. Bonne soirée!

  26. JILLA

    L’ autre, écrite, par un illustre écrivain algérien dont on a beaucoup fait l’éloge ici, et qui , donnant son sentiment sur la guerre d’Algérie et plus précisément sur les attentats à la bombe à Alger, a dit textuellement: » entre la République et ma mère, je choisis ma mère… ».Il s’agit d’Albert Camus.@bd

    merci monsieur pour votre com j’ai bokou apprécié
    et j’ajoutepour le Camus , ce n’est pas un ecrivain algerien c’est un français mm natif d’algerie et je vous rapelle aussi une autre sentence de lui à propos de la guerre d’algerie :
    « donnez moi la liberté de choisir mon camp » et il a choisi la france.

    • BD

      Je ne connaissais pas cette citation, comme je ne connais pas toute l’oeuvre de Camus,merci Mr JILLA d’enrichir mon précédent propos. Cependant, loin de moi l’idée de faire le procès d’A. Camus, je n’ai pas cette compétence.
      Ma réaction ne concerne pas les gens qui pensent que c’était mieux avant , car , oui effectivement , avant , c’est toujours mieux, parceque c’est passé , ça n’est plus la réalité du « maintenant » qui est rude pour plein de raison , ni le « futur » incertain, angoissant, qu’on ne peut pas maitriser, alors on se réfugie dans un passé enjolivé par un processus psychologique tout à fait naturel pour nous prémunir de la dureté de l’instant présent et de l’incertitude de l’avenir. Jusque là je n’ai aucun problème . En revanche, là où je n’était pas et ne serai jamais d’accord avec le discours ambiant qui consiste à dire que nous  » indigènes », nous vivions mieux que maintenant, du temps où l’on était colonisés. Cela n’est pas vrai pour tout le monde. Peut-être était-ce le cas pour certains, c’est possible, mais n’apprenons pas à nos jeunes des contre-vérités vécues à travers le prisme déformant de nos souvenirs subjectivement magnifiés.
      Merci

      • JILLA

        justement à propos de vérités à inculquer à nos chérubins surtout ceux du terroir c’est que notre liberté n’a pas de prix vu les sacrifices de nos ainés( allah yarhamhoum bi rahmatih)
        la nostalgie de ptit paris est certes vraie mais ne doit pas occultér un passé douloureux dans une « misère joyeuse » d’antan .
        La 1ere d’entre elles : nous étions des indigènes méprisés par certains de nos chers PN ET CORVEABLES àMERCI PAR EUX JUSTEMENT
        Car d’après mes maigres souvenirs ; il n’y avait que les français d’origine qui étaient clément avec nous la preuve certains ont les armes dans notre combat ; je cite les maillots et l’inspecteur aymard
        certes la ville etait proprette , mais les boulevards ce n’etait pas pour les arabes
        ils avaient leur quartiers negres ;
        et si certains faisaient furtivement des incursions dans les quartiens europeens ils sont vite refoulés par les gardes chjamapetres
        a moins qu’on etait accompagné par la maman autorisée car boniche fatma de service .ou le père jardinier et factotum de service

        alors forcément ça reste fixé dans les memoires : le clinquant du petit paris avec les bruits de kermesses et de la guinguette et la tournée des grands duchs dans les bars pour les enfants nostalgiques (vendeurs de cacahuètes et d’amandes grillées )

        le ptit arabe pouilleux ne côtoyait pas les jolis bambins tt aux jambes toutes roses des frenzouses ,
        allez j’arrette sinon je vais dire des betises .
        bonne journée monsieur BD et heureux de te lire

        • BD

          C’est vraiment réciproque cher JILLA! En tout cas ça fait chaud au coeur un écho plus ou moins fidèle à la voix portée.Moi aussi j’étais heureux de te lire. Aplus!

  27. abdou maghraoui prive f thiers

    juste un ajout de mes coordonnees

  28. JILLA

    Les révolutions qui affectent depuis plus d’un mois les pays des rivages méridionaux de la Méditerranée, ressemblent étrangement à celles du XIXème siècle en Europe, surtout celles de 1848 !

  29. bekkouche .abdenaceur

    mes 2 freres aines un dcd et l’autre age de 74 ans onete mis au monde par cette bonne dame maillot augrand coeur et toujours dans la graba monplaisir ma soeur en2001dcd en 2001 mavait souvent parle de cette dame

  30. Alexina / Urbain VANASSE

    Les MAILLOT et leur histoire . . .

    Quelle belle histoire que celle de votre Famille.
    Un peu de cette gloire rejaillit sur nous, les anciens amis et voisins de Jean-Francois et Nicole vers la fin des années `60, à Moncton, Nouveau-Brunswick. Canada.
    Nous ignorions, à cette époque, la chance que nous avions d’être si proche d’un descendant d’une aussi célèbre lignée.

  31. fezfouz

    apres avoir ete tres heureux de decouvrir tardivement le site ..je me permets d.adresser un petit bonjour au sieur jilla .apres avoir lu une de ses interventions en outre celle du 13 mai 2011 .je tiens a preciser que ces petits arabes pouilleux cotoyaient quand meme les jolis bambins .a l ecole et dans la vie..et n empeche .etaient une fierte pour leur race quant a chaque fin d annee scolaire recevaient des mains du maire de la villede sba des annees cinquante les premiers prix decernes aux meilleurs eleves..°que certains se reconnaissent.°sans arrieres pensees.

  32. Fitna

    Monsieur le mahatma ghandi je salue votre réincarnation en éducateur algérien.
    Je profite aussi de l’occasion pour adresser un bonjour à mon ami le psy Bedrani Dlillali. Trouve nous un remède

  33. Fitna

    Monsieur Warin, je découvre votre commentaire et je pense que vous confondez peuple et caméléon.
    Vous vous réjouissez ques les peuples arabes , retardataires invétérés embarquent enfin dans le train de l’histoire.
    Un train nommé désir ( de démocratie)
    Ne vous en déplaise, même si vos analyses sur la confiscation de la souveraineté populaire et la prise de pouvoir par des autocrates kleptocrates est juste, aucun peuple ne fonctionne comme un caméléon par mimétisme.
    Beaucoup de vos amis pieds noirs que je cotoie continuent de vivre dans le ressentissement et se complaisent dans un deuil pathologique.
    Il est vrai que la cause palestienne a servi de cache-sexe idéologique à tous les régimes mais vous occultez le sabordage par Israel, la France, la GB des tentatives d’instaurer l’avènement de régimes arabes modernistes et progressistes.
    La politique de la canonière d’alors ressemblaient à l’exportation de la démocratie par un tapis de bombes US en Irak.
    L’histoire arabe suivra son cours avec des révolutions et des contre-révolutions mais j’espère pour elle qu’elle s’affranchira du joup culturel.
    Mieux vaut se tromper seul qu’avec l’aide d’amis tels que BHL et consorts.
    Amicalement

  34. N.D ORAN

    vincent la brune président de l’OM ce soir aprés la victoire de l’OM SUR PSG par 3 a 0 il a démissionné et remis sa demission au maire Gaudin, s’il vous plait arrêter de prendre les gens pour des naifs.
    vive usmba avec ou sans benaissa d’abord qui est ce benaissa?

  35. Wedding Dresses for Sale 2012

    Only 15 of these watches were manufactured!Ever since the last 15 decades, Tag Heuer men’s and women’s watches have become symbols of pride, technological excellence,

Répondre