La Voix De Sidi Bel Abbes

« Les Lauréats 2018 de la Journée du Manuscrit Francophone… »

La Journée du Manuscrit Francophone

Les Lauréats 2018 sont…

Les prix littéraires sont décernés à :

Témoignage :
-  Arthur Macua (France) pour son livre De profundis II – Pensées d’un jeune diplômé naufragé de l’emploi

Roman :
-  Alexa Keas (Togo) pour son livre La veuve des nuits de noces

Poésie :
-  Keltoum Deffous (Algérie) pour son livre Mon poème de demain

Policier :
-  Arlette Lameyre (France) pour son livre Drame au prieuré

Essai :
-  Mohamed Koursi (Algérie) pour son livre Journalistes en Algérie

Science fiction :
-  Laurence Qui-Elle (France) pour son livre La Masculine

————————————————————————————

Auteur : Keltoum Deffous
Pays : Algérie
Créé le : 10 octobre 2018
Catégories : 


De grâce, tue-moi ! Tue-moi, je ne serai que ce que je suis Abats-moi, je suis l’arbre de tes fruits Je suis idée flottante dans ton esprit. Née des ténèbres de mille et une nuits Pleurons cette distance, cri de nos cris De la passion devant la société faites « d’interdits », c’est mon poème de demain, celui d’aujourd’hui.

Auteur : Mohamed Koursi
Pays : Algérie
Créé le : 12 octobre 2018
Catégories : 


Le premier livre connecté sur l’Algérie ! Rien de grand n’a été accompli dans le monde sans passion. Cette sentence de Hegel traverse de bout en bout ce livre qui nous emmène dans un voyage épique au cours duquel une séquence de l’Algérie a été l’œuvre de femmes et d’hommes passionnés, jetés dans le tourbillon de l’histoire. On verra Ahmed Ben Bella au sommet de sa gloire s’en prendre aux médias. Déchu, quasiment oublié, il connaîtra l’amour et se mariera avec une journaliste. On verra Houari Boumediene maladroit, gagner en assurance pour, enfin, devenir l’alpha et l’oméga de l’État et de la société. Chadli Bendjedid désemparé en 1988. L’auteur exhume des noms de journalistes oubliés, inconnus aujourd’hui. Pourtant, ils ont accompagnés avec une plume élégante la voix de l’Algérie révolutionnaire. Bientôt le mur de la réalité, le doute, la révolte, la répression. Voguant sur une mer de sang des hordes terroristes vont, durant une décennie, marquer à jamais la conscience collective algérienne. Ce passé récent, tragique va-t-il influer sur son avenir ?

 

Vous pouvez télécharger la liste des nominés ICI.

Auteur : Ahmed Ouhala

L’ écrivain Bélabbésien Ahmed OUHALA sur la liste des nominés.

Pays : Algérie
Créé le : 4 octobre 2018
Catégories : 


Entre Djédji, le chasseur Massaï, et Thomas, l’ingénieur anglais, existe un énorme écart chronologique et géographique, pourtant, ils sont très proches l’un de l’autre. Toutefois, chacun d’eux représente un chapitre dans une longue histoire, qui commence dans une époque très reculée de l’histoire quelque part en Afrique, et qui se prolonge à travers le temps et l’espace, et à travers d’autres héroïnes racontées dans ce roman.
Lien: http://www.lajourneedumanuscrit.com/Les-Laureats-2018-sont

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=74653

Posté par le Oct 24 2018. inséré dans ACTUALITE, CULTURE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

6 Commentaires pour “« Les Lauréats 2018 de la Journée du Manuscrit Francophone… »”

  1. Mémoria

    Notre compatriote et écrivain Ahmed OUHALA n’est plus à présenter :

    Après son premier ouvrage « La Malédiction de l’or noir » publié en 2014, Ahmed Ouhala signe avec « La Permaculture, le sentier vert », son deuxième ouvrage publié aux Éditions Edilivre.
    Natif de Sidi Bel Abbes le 25 mars 1969, l’auteur qui est architecte naval de formation, a travaillé dans plusieurs secteurs notamment dans le secteur des ressources en eau et celui de la pêche et de l’aquaculture, acquérant des compétences diversifiées, et des formations dans les domaines de la nutrition, la politique de pêche et enfin, la gestion et l’exploitation en aquaculture et halieutique.
    Nominé aux journées du Manuscrit francophone avec son ouvrage « Sur la voie des ancêtres »,nous ne pouvons que l’encourager à continuer sur cette…voie même s’il est reconnu aujourd’hui que les maisons d’édition sous tutelle de la Francophonie sont devenues des voies de …garage périphériques pour les écrivants francophones de la périphérie afin de mieux les contrôler et mettre sous séquestre ceux qui refusent l’assimilation et la sujétion aux…panthéons ! Edouard Glissant originaire pourtant des DOM Tom avait fait cette amère expérience en préférant la Mondialité à une francophonie des stéréotypes !!! Bon courage Si Ahmed !

  2. Mansour G.

    Je m’en voudrais de jouer au rabat-joie, mais les pseudo Éditions Édilivre ne méritent guère ce nom.
    Comme la « Pensée Universelle », c’est un simple prestataire de services.
    Vous ramenez votre manuscrit (liste de commissions, etc.), vous payez, et on vous le publie, comme dans la première imprimerie venue.

    • Mémoria

      Salam Si Mansour,
      Je ne pense pas que la première imprimerie venue serait acceptée par la BNF (Bibliothèque nationale de France) http://www.bnf.fr/ où sont référencés les écrivains francophones avec les « métropolitains »… Si par malheur ou suspicion vous douteriez d’une publication,livre s’entend, vous n’avez qu »à cliquer sur ce lien https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43847896v
      Ceci dit, les Editions Edilivre/Aparis ne demandent aucun paiement à leurs auteurs sauf pour des services optionnels en sus qui n’empêchent aucunement la publication initiale après avis du comité de lecture .Vous devinez que les comités de lecture sont décriés même chez les plus grandes maisons qui font plus du marketing,du scoop et de l’intox pour les lobbies que vous devinez avec les thématiques que vous suspectez . Le tamis reste très aléatoire ,business oblige .Même les français ne croient plus aux comités de lecture.Les imprimeries comme vous dites (A compte d’auteur) sont connues en France à la limite de l’arnaque comme La Pensée universelle,Les éditions du Panthéon,…Le Bord de L’eau,éditions graine-auteur,éditions Baudelaire,éditions Benevent,…Libertalia,…Mélibée,et j’en passe ! Je vous rejoins sur un point .Le point noir des maisons à compte d’éditeur est leur parking en voie de garage pour les écrivains francophones peu francophiles et « FranceAfrique » à la limite de l’assimilationnisme ! D’autant plus que l’Agence de la FR les finance…Pendant ce temps des maisons.dz comme Barzakh friment au SILA avec La Découverte de François Gèze qui a appris à écrire au dégradé Lt Souaidia « La sale guerre »…Merci Si Mansour !

      • Ahmed

        Salem mon Ami,
        je suis totalement d’accord avec de ce qui vient de se dire. mais le problème des éditeurs de tous genres depuis qu’ils se sont donnés l’exclusivité de l’édition et le monopole sur la culture en général et la littérature en particulier, est presque universel et touche toute les catégories spécialement la littérature et la musique. pour la francophonie c’est encore plus compliqué qu’ailleurs, spécialement avec une sensibilité vis-à-vis une certaine catégorie.
        d’ailleurs en France même les écrivains qui avaient déjà une situation et une notoriété acquise dignement, on essaie de les étouffer, une inquisition sans merci est lancée contre tout écrivain ou intellectuel douteux, on n’accepte que les plumes douces qui écrivent à la carte pour le clergé de la littérature. Quant aux éditeurs nationaux ils fonctionnent comme tout le pays des cercles fermés comme des templiers qui n’acceptent que les fidèles qui vendent leurs libertés pour se faire une place tout près des maîtres.
        merci mon Ami.

        • Mme CH

          Totalement d’accord avec Mr Ahmed….!! Même les plumes sont devenues prisonnières des clubs fermés intra et extra-muros et des lobbies sionistes qui ne laissent passer que ceux qui les caressent dans le sens du poil ou ceux qui ont vendu leurs âmes aux diables…!!! Quelle honte….on parle bien des intellooossss, que dire alors des ignares
          et des analphabètes…!
          Quel monde…il n’y a plus de valeurs, plus de principes, plus de dignité, plus de pudeur, plus d’honneur….! Certains Zommes ne valent plus un rond…!

      • Mansour G.

        Bien reçu.
        Merci pour l’éclairage.

Répondre