La Voix De Sidi Bel Abbes

Les « dossiers compromettants » de Khalifa sur les hauts responsables de l’État : entre mythe et réalité

Abdelmoumène Khalifa détient-il réellement des dossiers impliquant de hauts responsables de l’État ? C’est la question que se posent les Algériens depuis l’éclatement du scandale. La question est encore plus d’actualité depuis l’extradition, le 24 décembre, de l’ex-milliardaire algérien. En Algérie, les liens entre Khalifa et les hauts responsables de l’État étaient un secret de Polichinelle. Des images ou des photos le montrent en compagnie de ministres, du patron de l’UGTA et même serrant la main du président Bouteflika. Depuis dix ans, on parle beaucoup de ces révélations que pourrait faire l’ex-homme d’affaires. Mais à aucun moment, un seul document ou une seule preuve n’ont été dévoilés ou publiés. Dans ses déclarations à la presse faites notamment en 2007, après sa condamnation par le tribunal de Blida à la prison à vie, depuis Londres, Khalifa a notamment accordé des entretiens à la chaîne qatarie Al Jazeera et au journal français, Le Figaro.Qu’a-t-il dit ? Sur Al Jazeera (voir la vidéo), il a accusé le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, d’être à l’origine de l’effondrement du groupe Khalifa rejetant le fait que la faillite du groupe soit due à des raisons purement économiques. « À la demande de Bouteflika, la DGSE (services secrets français) avait fourni à la presse française un rapport annonçant la chute du groupe, ce qui n’a pas manqué d’influencer mes partenaires commerciaux », a-t-il expliqué précisant qu’un « travail de sape avait été mené, en même temps, en Algérie pour faire tomber le groupe Khalifa ».La même année, en 2007, l’ex-homme d’affaires algérien donnait presque les mêmes explications au Figaro (lire). Développant ce qui ressemble à une théorie du complot, il accuse même l’ancien président français Jacques Chirac de complicité dans cette affaire.  « Bouteflika voulait ma peau et a demandé à Chirac de l’aider », assurait-il au journal français. Concernant les raisons de ce « complot », Khalifa expliquait : « J’étais en désaccord avec Bouteflika sur le fonctionnement du pays. Et lui ne supportait pas ma puissance économique ».Les déclarations faites à Al Jazeera et au Figaro n’ont jamais été suivies par la divulgation de documents ou autre éléments faisant office de preuve pour étayer les dires de l’ex-golden boy algérien.On apprend seulement que le président Bouteflika serait à l’origine des déboires du groupe Khalifa. Mais, paradoxalement, une telle accusation est favorable au chef de l’État. Tout le monde connaissait la gestion et les méthodes de Khalifa. L’intervention du chef de l’État pour mettre fin aux activités du groupe peut donc paraître comme un acte positif.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=36016

Posté par le Déc 29 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

7 Commentaires pour “Les « dossiers compromettants » de Khalifa sur les hauts responsables de l’État : entre mythe et réalité”

  1. H Bouasria

    encore une autre chanson

  2. abbes

    L’opinion est écœurée et des frustrations sont ressenties chez le peuple qui croit au pére noel

  3. Hamid ourrad

    Dommage que Abdelmoumen avait choisis un mauvais cheval lors des présidentielle de2004 (benflis)autrement il serai à l’heure actuelle toujours le grand magnat ,et peut être même ministre ou premier ministre.

  4. s y oran

    Mr ourrad hamid vous avez raison mais une question me taraude Croyez vous a une sentence de Abdelmoumen?

  5. kamara

    Par la magie des mots et par des subterfuges on nous fera admettre que l’affaire Khalifa était un mauvais rêve, mais un rêve comme même. Il n y a jamais eu de complicité de hauts responsables pour faire de ce jeunot un magnat des finances en si peu de temps. La preuve est qu’en Algérie, avec certaines qualités, on peut réussir rapidement. C’était juste une histoire de jalousie et des mauvaises langues. Il n y a jamais eu de malversation et de délit, c’était juste une mauvaise interprétation de textes par des parties adverses et des concurrents. La preuve est que ce jeunot à été récompensé comme l’homme de l’année pour sa réussite. Les petits comme les grands épargnants de Khalifa Bank n’ont pas perdu leurs avoirs. L’état payera juste deux fois, une fois Khalifa , une fois les petits épargnants. Sidi Saïd, DG de l’UGTA pas le SG, n’a jamais hypothéqué, de son propre chef, 114 milliard s de la mutuelle des travailleurs et lui n’a rien perdu, mais les travailleurs juste une cotisation. Sans citer des noms, certains ministres n’ont pas bénéficié de privilèges, un ministre n’a rien à donner en contrepartie d’une faveur. Khalifa, à travers Khalifa TV, n’était ni l’allié ni l’adversaire politique de Personne.
    Dans notre pays, tout le monde est vertueux, ne croyez pas ce que vous voyez et ce que vous entendez, c’est de l’illusion et de la magie.
    Bonne Année

  6. Hamid ourrad

    Mon ami sy plusieurs questions me taraudent moi aussi »Pouquoi lui et lui tout seul,?
    Pourquoi pas sidi said ,said bouteflika,et beaucoup d’autres…….?
    Pourquoi cette extradition s’est faite en ce moment précis des élections présidentielles? Et beaucoup d’autres questions…..
    De toute façon ce procès portera le nom »la vengeance du roi d’ elmouradia » et des mafiosis qui l’entourent. Bonne nuit

  7. tewfikhayii

    Salam,
    Le pouvoir CARTOON que nous avons en Algérie,a encore une fois,raté l’occasion de la mettre en veilleuse.Ce ramassis de va nu pieds,prend toujours le peuple Algérien pour des handicapés lourds.Khalifa est arrivé à point nommé pour permettre aux leviers du pouvoir de trouver matière à disserter pendant les campagnes électorales (n’est pas le Guélaili et le Maroqui Bensalah?¨).Le pouvoir de pourris,va essayer de faire croire aux citoyens que le BRÉZIDÈNE va s’attaquer à la corruption et aux autres fléaux sociaux,alors Basta, il faut que le peuple se réveille et fasse ce qu’il a à faire,sinon,il rendra compte devant l,histoire et les générations futures.Mon Dieu fasse que nous serions débarrassés de toute cette pourriture inchallah Ya rabi.
    Salam.

Répondre