La Voix De Sidi Bel Abbes

Les députés Algériens veulent encore se sucrer…

apn_2547046

Au moment où tout le monde s’inquiète de la baisse drastique et continue des prix du pétrole et que les experts tirent la sonnette d’alarme sur les dépenses tous azimuts de l’Etat, les députés ont, quant à eux, d’autres préoccupations.Jeudi dernier, les parlementaires ont été destinataires d’une proposition de loi modifiant et complétant la n°00 01 du 31 janvier 2001 portant statut du député. Ce document de sept pages, qui se veut une révision du statut du député, est signé par les élus de la majorité ainsi que par des députés d’autres formations politiques. Ils remettent sur la table leur demande de plus de privilèges.Le projet de la révision constitutionnelle étant remis sur les rails, «les élus du peuple veulent, semble-t-il, en tirer un maximum de profit : majoration des salaires et indemnités ainsi qu’un passeport diplomatique. Dans cette proposition, l’une des rares qui émane de cette institution, les initiateurs veulent bénéficier de ‘‘la diplomatie parlementaire’’».En effet, les signataires proposent la révision à la hausse de l’indemnité de responsabilité, la réévaluation de leurs salaires, un passeport diplomatique, un congé spécial en fin de mandat, la possibilité de réintégrer leur poste d’emploi en quittant l’Assemblée et l’instauration de l’égalité entre tous les députés en matière de retraite.Pour ce qui est du premier point, les députés suggèrent de revoir à la hausse l’indemnité de responsabilité pour les présidents des commissions et des groupes parlementaires pour atteindre les 40%, et de 30% pour les vice-présidents des commissions et les rapporteurs. Ils proposent aussi le calcul de leurs nouveaux salaires «sur la base du plus haut point indiciaire de la Fonction publique des cadres supérieurs de l’Etat».

Passeport diplomatique «VIP»

images

Selon l’article 19 du projet de loi, les députés veulent que leur «indemnité particulière spécifique» soit calculée sur la base du point indiciaire 15 .505. Les initiateurs de ce texte demandent aussi l’alignement des salaires des présidents de l’Assemblée populaire nationale (APN) et celui du Conseil de la nation sur celui du Premier ministre. L’article 20 porte, quant à lui, sur l’octroi aux députés d’une indemnité complémentaire mensuelle de représentation (costume et cravate…) équivalente à 50% de l’indemnité principale. Parmi les revendications, il y en a une qui intrigue également. C’est celle portant sur l’octroi d’un «passeport diplomatique pour leurs déplacements officiels avec la qualité de ‘‘VIP’’ (very important person)». Selon le souhait des signataires, le membre du Parlement doit assister à toutes les activités et les manifestations officielles, organisées dans sa circonscription électorale et la wilaya et bénéficier «du premier rang» dans le protocole. Dans la proposition de loi, les députés demandent également à ce qu’ils bénéficient d’un congé spécial à la fin de leur mandat, au cours duquel ils garderont toutes les indemnités qu’ils percevaient en tant que parlementaires. «Le membre du Parlement est mis automatiquement en congé spécial à la fin de son mandat. Il bénéficie, au cours de ce congé, dont la durée ne doit pas dépasser un an, de la somme des indemnités d’un membre du Parlement», indique l’article 14 bis du projet. Le texte donne aussi la possibilité au parlementaire de choisir «au moins six mois avant la fin de son mandat» de «réintégrer son précédent poste d’emploi», de «renoncer à la réintégration» ou de «partir en retraite s’il remplit les conditions exigées». Concernant la retraite, les députés demandent la prise en charge des années d’activité dans les administrations publiques et dans les entreprises publiques ou privées dans le calcul de la pension. Actuellement, les années de députation, pour un élu qui exerçait dans le secteur économique privé ou public, ne sont pas comptabilisées dans la retraite, seuls ceux qui étaient dans la Fonction publique bénéficient de cet avantage.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56833

Posté par le Déc 6 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

17 Commentaires pour “Les députés Algériens veulent encore se sucrer…”

  1. Mohand

    Dans Parlement, il y a parle et ment.
    Léon Campion

    • Imène

      Oulaaaa !… Bravo Léon via Mohand !
      Voleurs , profiteurs du système , opportunistes qui vivent aux crochets de l’état ..sucrez -vous , mettez vous en plein les poches : argent mal acquis ne profite jamais ya djahala !

  2. Mohand

    trop de sucre est nuisible pour la santé.

  3. Mohand

    et surtout d’une nation.

  4. Mme CH

    « In Lem Tastahi If3el Ma Chi’ta.. »..!!!!!
    Pour avoir du sucre, il faut planter des cannes à sucre, mais ces dépoutés, ils n’ont rien planter, bien au contraire, ils se plantent sur toute la ligne ou presque…..!!!!! C’est le job le plus cher payé, puisqu’ils lèvent seulement la main, mais à tous les coups….c’est la seule condition….!!!

    S’ils avaient un brin de pudeur et un petit soupçon de dignité, ils auraient su que leurs salaires sont déjà très très loin, des services rendus à la Nation…!!! Et encore, quels services…..!!!

    Arrêtez votre provocation et un peu de respect SVP..!! Où est votre conscience.? Ils ont du flair; ils font du chantage dés maintenant, à l’approche de la révision de la constitution….!!!! Eh bien ainsi, on est sûr que tout va passer….!!!

    Effectivement Mr Mohand, je crois qu’ils cherchent à devenir diabétique à tout prix….!!!!

    J’ai lu quelque part, cette blague qui ne l’est pas tout à fait:

    Quelle est la différence entre un voleur saoudien et un voleur algérien….???

    Le voleur saoudien sera amputé et le voleur algérien sera député..!!!!??? (Illa Men Rahima Rabbi)

  5. Miloud

    Ki Sidi, Ki Lalla !!! Et pourquoi pas? Pourquoi changer une recette qui s’est avérée gagnante avec leurs prédécesseurs ?

    Mais à ce niveau d’exigences, ce ne sont plus des doléances , c’est du RACKET de l’Etat !!!

  6. Boudjemaa Med

    Ne les insultez pas ,ils aiment ça .Dites seulement NON BARAKET et ça va leur faire peur.

  7. Khenfous

    C’est de l’aberration au sens propre du terme.Pourquoi leur accorder sur le denier du peuple un pécule qui dépasse tout entendement et de surcroît à vie alors que chez nos anciens colons ,un pays riche par les idées ,la technologie et la puissance économique ,on leur accorde une année de salaire ,le temps qu’ils trouvent un emploi pour subvenir à leurs besoins;et quand ils fautent ils sont traduits devant le tribunal pour répondre de leurs actes au nom du peuple français .Puisque nous sommes à ce point m’boukline ,copions sur ce qui se fait ailleurs,c’est aussi simple que cela.Le premier n’est-il pas parti quémander de l’aide et de l’assistance chez ses maîtres,alors ?

  8. ourrad n

    ces assoiffés d’argents ne pensent qu’à leurs intérets et demanderont toujours plus et ne s’arreteront jamais et dire qu’ils représentent le peuple! ou est leurs consciences on dirait qu’ils sont dans un casino leurs buts c’est de gagner plus d’argents sans fournir aucun effort (rien qu’en levant la main) et croyez moi ils le perdent facilement comme ils le gagnent facilement c’est pour cela qu’ils ne sont jamais satisfaits allah sobhanou leur a enlevé sa baraka moi je trouve qu’ils sont voraces au soht(gains illicites)
    hamdoullah on vit de notre retraite qui n’est que le fruit de notre travail durant de longues années et on ne demande que rida allah et baraktou
    allahouma barike lana fi malina wa awladina wa sihatina! et vous de méme!

  9. MADANI

    Prions dieu pour un pétrole à 10 $ et on verra la suite …………QUI DEMANDERA QUOI ? au pays des GARGANTUAS

    • révolté

      Bonjour,
      Avant de demander des augmentations de salaire nos députés doivent pondre des lois pour une politique salariale homogène à tous les niveaux pour réparer les injustices et les disparités dans les salaires.
      Un handicapé touche 4000Da/Mois et un député perçoit 400 000 Da/Mois sans compter les primes et les mesures d’accompagnements.
      Faute de politique salariale cohérente, l’Exécutif, depuis plusieurs années, recherche par les augmentations de salaire à calmer le front social. La quête de l’efficacité, de la performance et de la productivité ne constitue pas la principale préoccupation, s’agissant des salaires.
      Les disparités dans la Fonction publique sont telles qu’aujourd’hui il devient difficile d’introduire de la cohérence dans la grille des salaires. Résultat des courses, ces écarts risquent d’alimenter la contestation sociale au cours des prochains mois, voire les prochaines années.
      En fait, l’Algérie n’a pas encore une politique salariale incitative en direction de l’amélioration de la qualité des services publics, ni dans le sens d’une plus grande compétitivité de l’économie nationale. Loin s’en faut. Pour preuve, l’État n’a exigé ces dernières années, s’agissant de l’administration ou des entreprises publiques économiques, aucune contrepartie en matière d’augmentation de la productivité ou en termes d’amélioration de la qualité des prestations lors de ses décisions de réajustement des rémunérations.
      Inversement, les salaires en Algérie demeurent non indexés à la hausse des prix. Du coup, les augmentations de salaire sont vite rattrapées par l’inflation. Tout simplement parce que la hausse des salaires ne correspond pas à une augmentation de la productivité, à une croissance de l’offre locale de produits sur le marché. Les gains des salariés sont donc annulés par ces périodiques flambées des prix des produits de large consommation.
      Même si pendant ces dix dernières années, le SNMG, en un mot le salaire minimum garanti, a été multiplié, les rémunérations restent fort modestes. La grande masse des salariés ainsi que des fonctionnaires touchent moins de 55 000 DA, le revenu de survie pour une famille de cinq personnes.
      Comment alors offrir des salaires décents à l’ensemble des salariés ? Quadrature du cercle . Nullement. Commençons d’abord par une politique salariale dans la Fonction publique et le secteur économique fondée sur la productivité, le mérite et la performance. Elle s’insère dans une politique de ressources humaines focalisée sur le développement de la connaissance, des compétences, la formation continue. Cela devrait être accompagné d’une dynamique économique hors hydrocarbures susceptible d’atteindre un rythme soutenu de création de richesses. On verra en peu de temps ses fruits en termes d’amélioration des revenus.
      Quant à nos députés Ils n’ont aucune pensée aux gens qui les ont élus s’ils l’ont été réellement car parmi ces gens, il doit y avoir certainement des personnes qui ne mangent pas trois repas par jour. Quelle honte franchement c’est complètement débile et insensé.

  10. OUERRAD en squatteur

    Demandez a un DES PITES , qu est ce que c est qu un passeport diplomatique et a quoi il sert ?80% sont analphabetes , 10% c est la gente feminine, et pour ne pas polymiquer je ne vais dire d ou elles viennent .Au moment ou d autre pays craignant la chute du baryl , ont diminues les salaires de leurs presidents , ministres etc ,,, nos valeureux representants du PEUPLE lui crachent a la figure pour demander encore des privilleges ,,, a quand le REVEIL ? de ce vaillant PEUPLE du 1 ier NOVEMBRE ,lire la chronique de KAMEL DAOUD de ce jour .

  11. BADISI

    on commence a regretter les conseil de la révolution qui remplacer ces maudits députés au temps de Houari Boumedienne

  12. hamama

    ils demandes un passeport diplomatique,pour prépare la fuite avec des lingots a l’abri de tous comme les anciens avant eux ;pour s’ instaler a l’étranger quel parcoure de leur part pour leur peuple il sufit élu il pense pas a la population tafrette fé chaab

  13. Amirouche

    400000 DA X 462 = 184 800 000 DA
    184800000 X 12 = 2 217 600 000 DA !!!!!!!!!! Un centre pour les polyhandicapés dans chaque wilaya est beaucoup moins onéreux que de lever les bras une fois par mois , n’est ce pas ?!!.

  14. ABBASSI

    Un député en retraite fait 20 millions par mois et son IRG de sa retraite est de 6000.00 DA (six mille dinars) par mois ,alors qu’un fonctionnaire son IRG est de plus de 15000.00 DA (quinze milles dinars) par mois , les membres de cet APN de merde ont bien préparer cette loi financiére que pour eux et c’est la faute au peuple qui court le jour du vote

Répondre