La Voix De Sidi Bel Abbes

Législatives : Le cri de coeur d’un intellectuel Belabbesien.

Loin des querelles de clochers et toutes autres polémiques stériles, nous n’avons pas relevé que de rares articles relatifs au future joutes éléctorales du 10 Mai prochain. Ainsi ce soir, nous avons jugé nécessaire de faire partager avec nos nombreux lecteurs(ices) une contribution qui est vraiment un cri de cœur ayant trait à cet évenement, et qui est signée par un ami et frère Belabbesien monsieur Abdeddaim Hamid, qui a déjà à son actif d’autres contributions dont une sur le lac de Sidi Mohamed Benali, qui au passage avait été très bien accueillie. Et cela, nous honore et nous réjouit. Laissons notre ami le soin de nous dire ce qu’il en pense sur le sujet suscité plus haut.

Par : Kadiri.M

Dans un pays où l’on met en exergue la dévotion, la morale publique n’admet plus l’immoralité privée. Les politiques, plus que d’autres, doivent non seulement faire avec, mais ils sont tenus d’être l’exemple dans une société où les bigots réussissent toujours en en donnant l’apparence.

A la veille des législatives, il n’est pas incongru de rappeler un certain nombre de principes auxquels les candidats choisis doivent être soumis pour être représentatifs des aspirations de tout un peuple. Je dis bien « choisis » car, pour ceux que l’on connaît, ils n’ont de programme que celui qu’on veuille bien leur inculquer. L’assimiler ou les convaincre, ils en sont loin tellement l’appât de la notoriété ou de l’affairisme est évident, à fortiori dans un scrutin de liste où le poids d’un parti l’emporte sur les tendances politiques individuelles.

La sagesse nous dicte de ne pas nous attacher à la nuisance de la rumeur mais ce que l’on constate c’est que tout un chacun s’en fait prévaloir tant et si bien que tous les journaux en ligne font de certains candidats des corrupteurs qui n’ont pour seuls arguments que les mallettes qu’ils traînent de-ci delà. Même si nous nous faisons force de les contredire, les C.V de la majorité d’entre eux nous laissent impuissants pour mener une bataille de la clarté et du parler vrai. En notre qualité de citoyens, nous ne pouvons seuls juguler une croyance qui a tendance à se crédibiliser si les autorités en charge des élections ne mettent le holà en présentant des candidats à la dimension des enjeux et des défis que le Pays doit relever pour assurer aux générations futures un avenir radieux tel que nos illustres prédécesseurs y ont cru par le sacrifice qu’ils ont donné de leurs personnes.

Il n’y a pas d’autre légitimité que celle émanant d’un programme de développement qui nous sorte d’un assistanat relevant d’un populisme abject qui fait de l’Algérien un exigeant dans une perspective incertaine, espérant toujours un avenir meilleur sans qu’il mette le prix de l’effort. En d’autres temps, d’autres mœurs ; le mur de Berlin est tombé, le rideau de fer s’est , volatilisé un printemps est annoncé dans les contrées fraternelles et nous, nous restons figés, dur comme fer, dans un système obsolète à l’image d’une chorale rythmée par « la voix de son maître ». Notre Peuple, héritier d’une Révolution qui a eu ses heures de gloire, est on ne peut plus mûr que l’ensemble des pays arabes. L’infantiliser encore par des élections, à l’avant-goût de « remake » dont les résultats ont été toujours connus d’avance, ne fera qu’émousser sa volonté à s’engager pour une économie ouverte sur le progrès dans un environnement international qui s’envole vers un monde où les technologies de l’information font la différence.

Il n’est qu’à voir que nos élus du Sénat ou de l’APN n’ont à ce jour suscité aucune loi de nature à être signalée si ce n’est celle proposée ou programmée par le Gouvernement ; leur seul actif notable a malheureusement concerné leurs propres émoluments qu’ils ont souhaité aligner sur leurs « homologues » des pays occidentaux qui, en ce qui les concerne, s’interdisent les conflits d’intérêt par un contrôle strict des patrimoines.

Au-delà d’une réforme des institutions nécessaire qui ne peut être concoctée que par une constituante puisant ses propositions dans le génie de notre Peuple, la désignation des candidats à des élections représentatives doit impérativement obéir à des critères de compétence, sans équivoque, où le parcours professionnel de l’intéressé est distillé sans complaisance, rejetant tout esprit de clan ou de népotisme. Nous avons encore une chance et un peu d’espoir de nous raccrocher au train du développement qui, sans institutions cycliquement renouvelées, s’éloignerait irrémédiablement en nous laissant nous lamenter sur les quais d’un sort que les générations futures ne nous pardonneront guère.

Cette modeste contribution est un cri du cœur. Elle se veut sincère et en rupture totale avec les trains thuriféraires, porteurs de l’encensoir de la flagornerie aux seules fins de défendre des intérêts particuliers, voire même occultes. Dans notre pays, hélas, être libre ou être indépendant n’a aucune signification du fait que les clivages politiques sont brouillés dans un lexique consensuel où le sens mystique l’emporte sur le fond républicain, nous avons préféré nous astreindre à un langage sans nuance bien marquée. « L’Algérie avant tout »doit être notre seule cause commune.

Pour conclure, je dois à Christophe Caldwell dans son livre « Une Révolution sous nos yeux » la citation qui suit qui me paraît la plus judicieuse pour configurer l’ambiance qui prévaut dans une élection législative du troisième millénaire. Il cite en l’occurrence Aristote (384-322 av. J-C)  dans son livre « La Politique » (V, III paragraphe 11) : « Un État ne peut se constituer d’une masse d’individus pris au hasard, pas plus qu’il ne forme un moment dû au hasard. La plupart des États qui ont accepté des individus d’autres origines, soit au moment de leur fondation, soit plus tard, ont connu les troubles de la sédition ».

Un impératif moral nous incite à une profonde indignation. Dans de telles circonstances, tout un chacun devinera aisément ce que sera mon attitude devant l’urne

Enfin, je ne ferai pas mienne cette maxime que je cite :

« Si pour arriver au but, tu te heurtes à des obstacles, fais-toi précéder d’une troupe de dinars, et ces obstacles tu les vaincras. » (Al-Zamakhchari, 1075-1144).

« Les courtisans ont fait alliance avec la fortune Ils demeurent toujours là où elle habite. » (Tiré d’un poème d’Ibn Mukla-mort en 940).

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=12389

Posté par le Avr 9 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

41 Commentaires pour “Législatives : Le cri de coeur d’un intellectuel Belabbesien.”

  1. sokato.ALICANTE

    je v iens de me delecter en lisant ce cri de coeur de si hamid les belabbésiens existent et ils n’ont pas le droit de se dérober je vous dis bravo monsieur.

  2. سليمان

    شكرا على هذا المقال القيم

  3. Veritas

    Bravo monsieur! Un parlement coquille vide ou alibi et chambre d’enregistrement ne sert à rien!

  4. attou de sba

    merci Veritas de la verite vos réctions sont superbes sans complaisence cela fait plaisir le monsieur a dit vrai

  5. harmel

    j’ai bien aimé ces maximes abordées dans la chute du papier qui est formidable j’ai pas lu les autres articles je vais chercher.

  6. lalimi t gambetta

    C’est l ‘ére de la chkara de l’argent sale pour bringuer un mandat et vous avez entiérement raison monsieur un état ne se construit pas avec des individus lesquels d’aileurs pas forcément les méritants regardez les listes hormis une poignée disparate rien d’optimiste.

  7. messafer ftsba

    Pas de quoi se réjouir nos ex députées cas sociaux et les futues seront tout cour une simple caiss de résonance pour amuser la galerie ersonelement j’ai admiré ce papier un cri de revolte pluq qu’un simmle cri de coeue notre pays est en parti en 1962.

  8. benali

    monsieur le sujet qui est traité est interpellatif vis avis des consciences engourdies qui ne s’aretent de cautionner tout un systéme gangréné .Et tant qu’il ya des guignols le cirque perdure.ce qui fait plus plaisir c’est une plume belabbésienne encore merci a notre journal

  9. SENHADJI de Tlemcen

    bravo monsieur les législatives seront un non événement pour le commun des Algériens lassés des vautours et des promesses on ratera une fois de plus le train des réformes vidées et cela est voulu boutef est bien floué ou complice

  10. madame mostefaoui sab

    les lendemains meilleurs sont a venir.nos petits enfants peu etre verront la démocratie sinon c’est flou et truqué ils vont pas laché

  11. kaddous cv sba

    une belle contribution d’un belabbésien qui se revolte en vrai

  12. Les risques de l'éternuement...

    «Il est des histoires surprenantes sur un plan médical et celle-ci est plus qu’étonnante, quasi incompréhensible. Il y a quelques temps, une Australienne s’est paralysée le haut du corps après avoir éternué dans son lit. Cette jeune femme est restée bloquée pendant des mois. Diagnostic : fracture des deux premières vertèbres cervicales !

    L’éternuement est un phénomène réflexe produisant une expiration brusque, bruyante et involontaire par le nez et la bouche (mise en jeu des muscles «expirateurs» comme le diaphragme et les muscles intercostaux). Les médecins connaissent bien les classiques histoires liées aux complications de l’éternuement. Ce sont surtout les variations de pression engendrées par le fait de se boucher le nez qui peuvent provoquer des lésions.

    Les anévrismes, dilatations localisées de la paroi d’une artère aboutissant à la formation d’une poche de taille variable peuvent par exemple se majorer voire se rompre. Il est donc important de ne pas se pincer le nez car les à-coups de pression engendrés au niveau de la zone fragilisée entraînent une augmentation de la taille de l’anévrisme selon une loi physique bien-connue, la loi de Laplace. Des cas de dissection de l’aorte, la plus grosse artère de l’organisme, ont également été rapportés lors de l’éternuement avec des hémorragies massives.

    Consulter en cas de douleur «atypique»

    Plus classiquement, et là encore en se bouchant le nez, les variations de pression lors de l’éternuement peuvent provoquer des lésions de l’oreille interne et des tympans, avec au minimum une douleur et au pire une lésion (perforation tympanique,…). Enfin, autre risque de l’éternuement : le pneumothorax. Ceci est un «décollement» du poumon qui va s’affaisser dans le thorax et entraîner des troubles respiratoires voire une véritable détresse respiratoire (asphyxie). Une personne ayant une douleur pulmonaire «atypique» après un effort corporel, un fou rire ou un éternuement doit donc aller consulter en urgence pour un examen médical et une radiographie pulmonaire.

    En revanche, comment l’éternuement peut-il provoquer une fracture des vertèbres cervicales ? Hormis un traumatisme (se cogner lors du mouvement violent par exemple), je ne vois qu’une hyperflexion ou hyperextension de la tête – un peu comme le coup du lapin lors d’un accident – pour provoquer la fracture de ces deux premières vertèbres très particulières sur le plan anatomique puisqu’elles s’emboitent l’une dans l’autre.

    Mes conseils

    – Laissez se dérouler l’éternuement sans le retenir
    – On peut se pincer le nez en maintenant la bouche fermée pour tenter d’empêcher l’éternuement ; mais s’il se produit, laisser cet «orgasme cérébral» se dérouler.
    – Attention de ne pas se blesser en se cognant lors de l’éternuement. Dans la mesure du possible, éloignez vous de tout objet dangereux !»

  13. hadj dekar sd sba

    Avec cette contribution ce n’est pas notre réaction sur des listes bien que c’est normal de le faire surtout avec le FLN de oujda c’est un belabbésien qui livre une opinion sans détour sur ls legislatives et c’est bien exprimé

  14. meradi

    je crois savoir que le systeme est bien huilé et il n’est paspret a ‘enaller des forces de la stagnation almliées de l »argent salemal acquis se sont deja melé au jeu politique regardez sfisefias 4candidats ould berebah elhaouet..

  15. algerien

    ça fait déjà longtemps qu’on a dit que les dés étaient pipés, il n’y qu’à voir que la campagne a déjà commencé pour certains au frais de l’état, dans l’impunité la plus totale, ils ont l’avion, les ondes radio, la télé, si on veut réellement du changement, il faudrait d’abord assainir de ce côté là, ceux qui gouvernent ne sont pas encore prêts à partir et même sans cela ils veulent passer le témoin à leurs proches.

  16. abbes

    Trés beau texte

  17. chaibdraa tani djamel

    hamid abdedaim je le connais c’est un sacré bonhomme,franc et juste il dit son mot en face de n’importe quel résponsable on a bien aimé qu’il sera candidat aux légilatives, une grande perte pour notre ville ,salut hamid

  18. Amyna

    Nous ne pouvons faire abstraction de votre « cri de cœur » et de votre sagesse car cela mérite bien des égards. Mais de grâce comment faites vous ?? Personnellement, j’ai la rage de voir tant de régression sociale au 21 siècle. Comment arrivez vous monsieur pour acquérir cette sagesse devant cette misère culturelle, économique, sociale et environnementale où le riche s’enrichit facilement et le pauvre devient plus pauvre . Comment est ce possible alors que la pays regorge de richesses naturelles que seule une minorité qui est au pouvoir en profite.

  19. kerroum fonct retraité

    AMYNA il n ‘ya pas que le pays qui regorge de richeses naturelles mais sur leplan humain sur ce site que des aigris en mal de revanche sur toute nouveautécome la presse en ligne relisez messieur hassen smilez memoria frére ennemi hadrik madame ch democratica demarcation veritas sans parler des autres intervenants bd bouchentouf g sfisefi et j’en passe…ils sont nombreux qui font plaisir aux lecteurs et voila un autrebelabbésien qui leur dit haut ceque nous cachions pour dire plutot bas franchement mr je vous dis que votre article est trés bien ilreflete tout un drame national d’un pays mal servi et desservi par l’incompétence aux commandes

  20. kerroum fonct retraité

    untexte superbe

  21. Enfin

    9a mon pote c’est du niveau et du bon sans flagornerie ni souplesse d’échine.
    Dieu merci les VRAIS INTELLECTUELS ne sont pas une espèce disparue à l’Ouest D’Aden et avec des accointances avec….
    Cela nous chande de la daube insipide.
    Vive Abdaim. L’honneur est sauf et Bel Abbès fière de son enfant

  22. Smiley

    Le poisson mort pourrit par la tête en dernier dit-on!
    Le ‘ tous pourris ‘qui s’est installé comme attitude majoritaire chez les Algériens est hélas fondé et il est difficile de leur faire prendre les vessies pour des lanternes qui ne font que des ombres chinoises. Les remobiliser est ardu!
    Je rejoins ce monsieur qui pense aussi que notre société portait en elle les moyens intellectuels et culturels pour offrir à tous l’opportunité d’une vie pleine et du développement.
    La soif de l’argent est devenu horizon indépassable, et l’ostentation une marque de réussite.
    Dans les faits, la masse monétaire n’est qu’inflation si elle n’a pas de répondant industriel car le réel c’est l’activité créatrice et la structure d’une économie compétitive offrant de l’espoir à tous et des emplois viables.
    Nos réserves financières tirées du sang noir ne réflètent aucune réalité sinon celle comptable qui fait mine de rassurer les dirigeants qui naviguent au court terme et recyclent les mêmes personnels, parfois rajeunis mais formatés par les mêmes bias. Pauvre à milliards nous moque ailleurs avec raison tant les disparités entre les rentiers du systèmes et les citoyens sont abyssales. Les mendiants et les précaires se multiplient plus vite que les petits pains et le peuple est traité en mineur et infantilisé.
    La farce électorale revient à intervalle régulier sans le sortir de son désarroi profond. Le réflexe autorise, effrayé d’une absention record menace de rendre l’urne obligatoire comme jadis.
    La politique au sens noble, est une mission dans laquelle on se donne à corps perdu au bien commun et qui commande la mise en branle d’un vrai train de réformes qui doit toucher tous les secteurs , le chantier le plus urgent étant celui de l’Education sinistrée.

  23. jamel

    j’ai appris que tou veut profiterde cette protestationdes membres du fln pour se porter candidat il est pret atout c’est un tou d’opportunistes

  24. Dekkiche de PARIS

    Je suis franchement heureux que les grands hommes de ma ville chérie se donnent la main pour dire des mots aux maux meme si le sujet bien abordé est national.les belabbesiens les vrais politiciens sont en retrait et cela se ressent comme les vrais maquisards les lettrés grand bravo monsieur Abdeddaim hamid vive la voix qui donne de la voix

  25. Le Nouvel Observateur

    Euh, pardon, mais si j’ai bien compris le fait de citer Aristote est mal à propos, car une nation s’est toujours construite d’une infinité de gens disparates. Je pourrai vous citer les Etats-Unis par exemple, exemple même du melting pot réussi mais prenons l’exemple de notre chère France, elle est formée de Gaulois ceertes, dans le sesn le plus large du terme, mais aussi de Ligures, Catalans, Aquitains (celtes peut être mais pas pour les Romains), de Francs (germaniques), de Normands (Viklings) et d’autres ethnies moins importantes en nombre. N’empêche que la France est une nation très forte (sans jeu de mots) pour une simple raison c’est que les Français se sont mis d’accord sur une législation et que la première de ces sacro-saintes lois est le respect de la loi quelle qu’elle soit ! Et de plus la loi s’applique sur tout le monde, euh, en temps voulu plutôt !
    Et vlan, un autre pavé, vous êtes encore mouillés !

    • ghosne el bane

      Bonsoir Nouvel Observ, quand je vous lis je pense à mon visas
      bon! Smiley quand il écrit je comprend vite, nouv observ je n’ai rien compris à ton commentaire c’est du Monde contemporain?il faut que je le relis demain sacro-saintes lois !!!quand j’étais au lycée dans un cours comme cela je passais mon temps à dessiner des petits coeurs avec des flèches en attendant de voir ma petite fiançée.Je te respecte nouv Observ je vais prendre un doliprane et je vais roupiller à demain.

    • Mme CH

      Pour un autruchon, vous vous débrouillez plutôt pas mal, euh! je voulais dire très bien. je vois aussi, que vous tenez le haut du pavé..
      salam Fraternel!!!!

  26. zouaoui

    dieu soit loué que tous les algeriens sont devenus par circonstances,des politiciens, tlmnd sait tout,et tlmnd connait tous,on ne cesse de critiquer nos elus, et pourtant l’adage dit EL ANEB HAMED.traduisez le et vous verrez, dans nos jours ,la politique , la responsabilité,le pouvoir, la gouvernance,sont des activités mal concues chez l’algerien.vous connaissez tous les elus de sba, avez vous vu un jour un elu dans un quartier,assister aux funerailles,et particulierement a sba ,tlmnd se plaint des attitudes d’autrui,TMANCHIR DAYER DAL,les orateurs menent des discussions steriles,helas, on ne peut plus avaler les bobards,tlmnd sait tout ,40millions politiciens,40millions entraineurs, 40millions deputés,40 millions maires.hé abdedaim la naiveté est a sidi bel abbes , pas la willaya ,le cimetiere je veux dire.g jamais vu autant les HARAGAS AU MONDE COMME CEUX DE SBA.c pas une insulte c une verité amere et on doit l’avaler, helas , jene peux plus croire les contes d’actualité,je crois qu’a ma famille, je ne fais confiance qu’a ceux qui sont modestes,qui detestent l’ingratitude.wel fahem yefhem.tebriha fi khater hamza .b et abdi fodil.ces gens je les salue,des braves gens qui ont honoré leur noms en soutenant certains defunts dans l’anonymat.hé oui, allah yerham fellah, et boucif,le reste, desolé ya kadiri,T UN GRAND, tu m’as permis de devoiler les secrets des coeurs belabesiens dignes , qui ne ralent pas ,ils agissent au bon moment ou les MGHABNAS ONT BESOIN DES ELUS .el fahem yefhem.

  27. mr menouar f

    les legislatives seront un rendez vous raté ce sera un scénario avec de petits acteurs pour le décor que validera hilary clinton

  28. gherbi sba

    le sujet qui est traité dans ce journal est celui d’un homme qui a ras le bol et qui ne caresse pas du poils abbassi spontané personne n’est naif on est bons certes mais il ya un hola

  29. Le Nouvel Observateur

    On ne doit absolument pas rater ces législatives. Revoilà les haineux du RCD avec leur appel pour le chaos en Algérie.
    Mme Ch vous aviez raison, Said Sadi est un membre du sionisme international. Confirmation, ils aboient de la même façon ! BHL, avec toute sa morve et sa bave a affirmé, lors du débat avc Zohra Drif, que l’Algérie vivra aussi son printemps arabe avec tout son cortège de deuils et de misère. Enfin c’est tout le bien qu’ils nous souhaitent !
    On doit les démentir et nous comporter en citoyens responsables. Trêve de haine, trêve de massacres, fini les séditions !
    Alors barrons la route à ces misérables, allons tous voter !
    Que le meilleur gagne et advienne que pourra !

Répondre