La Voix De Sidi Bel Abbes

législatives du 10 mai 2012 :L’accablant rapport de la commission nationale indépendante de surveillance des élections législatives(CNISEL) .

« L’élection législative du 10 mai 2012 a perdu sa crédibilité au vu des transgressions et des dépassements enregistrés durant toutes les étapes qui ont accompagné l’organisation du scrutin », a conclu la Commission nationale indépendante de surveillance des élections législatives (Cnisel) dans son rapport final qui sera soumis aux membres de la Cnisel cet après‑midi et remis au courant de cette semaine au président de la République.Le document, dont TSA a obtenu une copie, est composé de 71 pages. Il revient en détail sur le déroulement du scrutin, à compter de la convocation du corps électoral par le président de la République jusqu’à la proclamation des résultats définitifs par le Conseil constitutionnel, avec bien évidemment un commentaire sur les résultats des recours déposés par des partis politiques.Très critique envers les autorités publiques et politiques, le rapport, développé en six chapitres (déroulement de l’opération électorale, observation étrangère, remarques générales, dépassements, recommandations et annexes), relève dans son préambule « le fossé entre le discours officiel garantissant la neutralité du scrutin et les pratiques traditionnelles qui consistent à manipuler les voix des électeurs ». Des pratiques qui ont pris le dessus une fois de plus le 10 mai 2012, observe la Cnisel.

Quand le président fait campagne pour le FLN
Dans son rapport, la Cnisel s’est intéressée à une date bien particulière, celle du 8 mai 2012. Le président, qui est à Sétif pour les festivités commémorant les massacres du 8 mai 45, sort de son devoir de réserve « et décide de prolonger la campagne électorale (clôturée quelques jours auparavant) en faveur de son parti ». Pour la Cnisel, il n’y a aucunl doute, « ce discours a constitué, en fait, un feu vert à l’adresse de l’administration afin d’œuvrer par tous les moyens à la victoire de son parti », allusion faite bien sûr au FLN dont Boutefika assure la présidence d’honneur.En plus de cet « appui » du président, la commission relève quelques indices qui laissent croire que le vote des militaires a été plus que salutaire pour l’ex‑parti unique. Sans ambages, la Cnisel affirme que « les résultats du FLN ont été gonflés dans les régions militaires ».Toujours concernant l‘institution militaire, le rapport final dénonce « le recours abusif aux procurations, estimées à des milliers, délivrées par les autorités militaires sans le respect des dispositions prévues dans la loi électorale ». la Cnisel parle de privilège accordé à l’armée dans la commune de Mila, précisément au « centre El Orfane, fermé exceptionnellement à vingt et une heures pour permettre à ce corps de voter ». Bien évidemment, le rapport revient sur l‘inscription en bloc des militaires hors du délai fixé par la loi. Cette mesure a permis, selon le même document, « de  gonfler les résultats des législatives ».Sans remettre en cause explicitement les résultats réalisés par le FLN, qui a raflé 218 sièges au parlement, la Cnisel revient sur ce qu’elle a qualifié de dépassement commis par des militants de ce parti lors de l’opération électorale, ciblant spécialement les président d’APC gérées par ce parti qui, note le document, « sont intervenus directement dans la gestion et l‘orientation de l‘opération du vote ».Cela s’est répercuté directement sur les résultats du parti. « Le procès‑verbal  établi après le dépouillement des bulletins dans la commune d’Oum Ali, à Mila, donne  les résultats suivants : nombre d’électeurs inscrits, 3 071 personnes ; nombre de votants, 1 900 ; nombre  de voix  gagnées par le FLN, 3 848 ». À Kouba, une commune de la capitale également gérée par le FLN, « un citoyen de Tamanrasset a signé une procuration pour un proche habitant à Naâma et qui a voté à Kouba ».Des PV contradictoires  et des morts qui votent.Fait grave : la Commission de Mohamed Seddiki souligne dans son rapport « la non‑conformité  de certains PV délivrés aux partis politiques avec ceux remis aux commissions de wilaya, présidées par des magistrats ». Ce n’est pas tout, le rapport fait aussi référence à des « PV signés à blanc » et au grand retard enregistré dans leur distribution. Dans certains cas, « on a empêché  les partis de les consulter ». Mais ce qui semble inquiéter le plus la Cnisel, c’est cet entêtement du gouvernement à annoncer les résultats avant la fin de l‘opération dans plusieurs centres à travers le territoire national.Le ministre de l’Intérieur l’avait nié le 11 mai lors de  la conférence de presse organisée pour annoncer les résultats, mais le rapport le confirme : des morts on bel et bien voté dans plusieurs wilayas, notamment dans la capitale. Autre défaillance relevée :« l‘inscription du même électeur dans plusieurs  communes ».
Dans le troisième chapitre, consacré aux remarques générales, la Cnisel évoque les difficultés rencontrées par ses membres sur le terrain. « Des surveillants ont étés forcés de quitter les bureaux de vote ». La Cnisel est convaincue que durant cette absence, des urnes ont été remplies, notamment dans la wilaya de Biskra. La commission reconnaît en termes à peine voilés son incapacité totale à intervenir le jour du vote, affirmant qu’elle était « absente et écartée de 7 heures du matin à 20 heures ». Sans omettre « le flou et le manque de clarté » des informations fournies par l’administration. Le rapport soulève en outre « un manque de coopération » de la Commission de supervision des élections dirigée par les magistrats. Ces derniers se sont contentés dans plusieurs cas de  formuler des instructions orales, et lorsqu’ils ont agi, « ils l’ont fait avec beaucoup de retard ».
Un taux de participation  à vérifier
La Cnisel a remarqué que le taux de participation a grimpé d’une manière assez inhabituelle le matin du 10 mai, passant de 4 % à 15 % en  l’espace de deux heures. Elle regrettera l’attitude du ministère de l’Intérieur et de l’État algérien qui a fait d’elle « un adversaire » alors que les deux parties étaient censées travailler en concertation.
Ce comportement a amené le gouvernement à rejeter plusieurs propositions formulées par la Cnisel, notamment le recours au bulletin unique et la révision du fichier électoral. Contre la volonté des partis politiques, le département d’Ould kablia a recouru au tirage au sort  pour la surveillance des bureaux de vote. Il a gardé le silence sur le marchandage des listes électorales, l’absence des bulletins de vote dans certains bureaux et l’absence des moyens logistiques nécessaires à la Cnisel pour travailler dans de bonnes conditions.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=13721

Posté par le Mai 30 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

16 Commentaires pour “législatives du 10 mai 2012 :L’accablant rapport de la commission nationale indépendante de surveillance des élections législatives(CNISEL) .”

  1. MIMOUN

    Le président fait campagne à son parti FLN
    Les morts qui votent
    Les fausses procurations
    Les PV contradictoires
    Des PV signés à blanc
    Retard de fermeture des centres de vote
    Retard dans la distribution des PV
    Inscription du meme lecteur sur plusieurs communes
    Des surveillants ont été oblgé de quitter les bureaux de vote
    Lorsque le président fait campagne les sans principe obéissent.
    pour entacher les élections.Quelle démocratie ?

  2. Mme CH

    Quelles seraient les décisions à prendre après les conclusions de la Cnisel. Irons nous vers l’annulation de ces élections après toute cette pagaille, ou diront ils que toutes ces transgressions et dépassement n’ont pas eu un effet considérable sur le résultat du vote. Mais comme c’est le programme du président qui va continuer encore, quelque soit la couleur ou l’odeur de l’APN ou du gouvernement, le résultat serait toujours le même. c’est le régime présidentiel qui prime et non parlementaire donc majorité FLN; RND, PT, tous les Bandits ou autres……????? c’est kif kif…..
    Espérons que les fennecs veulent vraiment procéder aux changements tant attendus par la population car la situation ne peut plus durer éternellement et ça sera de leur faute si tout ira mal, car l’histoire retiendra qu’ils aient raté le virage alors qu’ils pouvaient ne pas le rater s’ils étaient un peu moins bornés et moins aveuglés par les intérêts, le pouvoir et l’argent sale …… et cela tant qu’il est encore temps….! Ne donnons pas l’occasion aux Roublards et aux fouteurs de trouble de semer la pagaille dans notre pays car les conséquences seraient désastreuses pour tous, cette fois-ci et non pas uniquement pour le « petit peuple » (expression d’un lecteur de la VDSBA) ………..

  3. abbassi feyek

    ces partis parlent de trafic n y a pas de trafic que ce que vous attendez de ces candidats d ‘oppositions qui ont payes pour ce présentés au parlement « chkara » vous avez tous ces candidats peuvent nous représentez tous ces présidents de parti son devenu riche par l’argent des candidats .

  4. zouaoui

    excusez moi si j’ose intervenir pour secouer certains esprits morts de naissance,comment avaler toutes ces idioties en citant des communes moins peuplées, y’a aucun impact, c juste des détails qui sont utilisés pour faire mouche c la haine des déchus, qui esperaient un printemps sanglant, hé c fini la barbe hypocrite, c fini la ruse uséé pour penetrer a aden,c fini l’endoctrinement, je termine avec le fameux adage local EL ANEB HAMED » le raisin est amer,VIVE FLN et vive l’algerie on se connait bien ,si l’equipe perd on taquine l’arbitre,c pas moi c lui .ya tafret.EL BAGRA NDEMRET WEL FERD DEH MOULAH.faut perseverer et gagner l’estime du peuple avec le concret ,pas les preches qui font rever le citoyen, dans les nuages,et apparaitre que dans les occasions de vote,et on critique l’etat.montrez moi quel est le pays qui attribue des logements sociaux, quel le pays qui permet a ses citoyens a etre scolarisé gratis,quel est le pays qui soigne gratis,sans oublier les facilités , les prets, etc.allons arretez le massacre,LITAHADROU EJROUH.TAHYA BLADNA LIHAB HAB WELI KRAH KRAH

  5. Mme CH

    Oui Mr Zouaoui, mais ce n’est pas une raison pour ne pas procéder aux changements tant attendus par le peuple pour éviter justement ce printemps sanglant que nos ennemis ne cessent de « courtiser » par le biais de leurs manchots, il faut leur barrer la route et penser à améliorer la situation et provoquer la réhabilitation de tous les systèmes qui sont défaillants, déclarer la guerre aux magouilleurs et aux corrompus comme voulait le faire le défunt Boudiaf… d’ailleurs c’est pour ça, qu’il a été assassiné en direct …!!! Nous possédons tous les moyens humains et financiers pour aspirer à une vie meilleure, pourvu que les hommes honnêtes, sincères, intègres et qui aiment vraiment leur pays soient propulsés au pouvoir pour une meilleure gestion de nos ressources et une bonne gouvernance. il faut mettre fin aux aléas du compromis d’Evian qui lie notre sort avec celui du colonisateur d’antan, il est temps qu’on soit enfin libre au sens propre du mot; un état souverain à 100% et non pas à 100 – §% ……….. Il faut que le noyau des éradicateurs fouteur de troubles et origine de tous les maux de l’Algérie soit lui même éradiqué, pour laisser la place à des Algériens qui ont servi et qui serviront l’Algérie w BESS….
    Tahya Bladna ne doit pas être uniquement un slogan mais une réalité, w bach tahya lazem yna9ouha mel 3adyan li rahoum bezzaf et à tous les niveaux……
    Salam!!!

  6. MIMOUN

    On utilise pas l ‘ ismam a des fins personnels pour créer un parti plein de contradictions L’islam est saint et sacré mais c’est l’individu qui l’utilise à son bon escient veut le manipuler ou le façonner à sa guise.on ne peut pas avoir plus d’exemple que cette décennie noire et les gens aveugles d’esprits continuent de voter pour les partis islamistes.Le peuple algérien est musulman donc pourquoi créer un parti musulman ou des partis musulmans comme s’il existait différents islams dans notre pays. Il faut que les autres partis jouent le jeu des partis islamiques en rajoutant le nom de musulman pour leur parti exemple Front Musulman de Libération National FMLN puisque les chouhadas qui ont crée le FLN se sont des véritables musulmans que les actuels responsables de partis hypocrites. L’islam est propre et intacte mais se sont les jetables qui veulent le noircir.

  7. MIMOUN

    IL faut lire islam et non ismam

  8. sohbi 22

    un sujer actuel je viens de lire el watan

  9. ssssssssss

    haya ala salat

  10. zouaoui

    mme ch et mimoun vous venez de confirmer que notre peuple est assez conscient aguerri,et s’est rendu compte du risque qui se dessine par le biais de nos voisins qui bavent pire que les notre,faut les voir dans nos frontieres, combien de fois nos services ont apprehendé de haragas tunisiens ,marocains,lybiens et sans compter les africains,combien d’algeriens haragas ont rallié leur pays d’origine, combien d’algeriens vivant meme en europe ont fini par rejoindre leurs proches,tous les maux regnent au monde,on ne peut gerer un peuple gourmand,ingrat,et ou sont les obligations puisque on revendique les droits?la reciprocité est recommandée.qu’on bannisse les malfaiteurs,et ceux qui utilisent l’islam pour fuire des faiblesses intellectuelles et particulierement de doctrine,imaginez l’islam dirige un parti qui ne cherche que les portefeuilles ministeriels,on est algeriens et on se connait.MABRAD MAY HOUK MABRAD.WEL FAHEM YEFHEM

  11. MIMOUN

    La barbe est toujours en dessous du front et elle ne peut jamais l’atteindre ce qui veut dire le parti FLN est et sera toujours le meilleur que les partis islamiques.
    Les partis musulmans et hypocrites ont fait alliance dans l’unique but de prendre le pouvoir et de l’arraché au FLN.mais la stratégie employée par le FLN était encore meilleure puisque les partis qui n’atteignent pas le taux de 5% seront annulés et c’est avec cette formule que le FLN est sorti gagnant.Le FLN est au pouvoir et a eu 218 sieges sur les 462 sieges mais si c’était un parti islamique il raflerai les 462 sieges et on vivra dans une dictature totale et la preuve il n’y a eu jamais de changement de tetes au niveau interne de leurs partis
    Avec le FLN on a pas tout mais on a l’essentiel c’ est la stabilité totale.

  12. attoche

    le president du CNISEL sur la photo on dirait CHADLI BENDJEDID

  13. MIMOUN

    Si attoche
    Le président du cnissel ressemble un peu à notre ancien président mais avant tout c’est un homme de principe et la preuve c’est son rapport réel qui relate les dépassements et les transgressions sur les déroulements des élections . Auparavant ,On a connu la faiblesse de caractère de certains présidents de commissions dont leurs rapports justifiaient les voeux du pouvoir.

Répondre