La Voix De Sidi Bel Abbes

« Le Wali de Sidi Bel Abbès appelé à réviser son attitude. »

Sidi Bel-Abbès: Des patrons répondent au wali

                                                                                          par M. Delli  

       Après l’intervention du wali de Sidi Bel-Abbès, Tahar Hachani, devant son exécutif élargi aux maires des 52 communes pour débattre de la question relative à l’assistance financière de l’USMBA en faisant appel aux entreprises du bâtiment et aux opérateurs économiques, la réaction des entreprises affiliées à une organisation patronale assez influente dans les milieux des affaires, ne s’est pas fait attendre.

Dans un communiqué rendu public, la confédération générale du patronat de la wilaya de Sidi Bel-Abbès «déplore avec véhémence les propos insidieux du wali concernant les entreprises privés locales lors de la réunion avec les directeurs de l’exécutif, le 2 septembre dernier». On dénonce «les menaces… envers les entreprises locales… qui n’apporteraient pas leur soutien financier au club de foot de la wilaya».

Les entreprises affiliées à la CGP tiennent à rappeler qu’elles ont été «des entreprises citoyennes bien avant votre désignation à la tête de la wilaya se conformant à l’appel de son excellence le président de la République».

Et de renchérir : «Nous avons cessé d’être des entreprises citoyennes depuis que vous avez adopté votre feuille de route qui s’inscrit dans la distinction entre l’entreprise publique et privée…». On argumente par l’exclusion des entreprises privées du bâtiment du programme des 1400 logements LPA, alors qu’elles répondent au même titre si ce n’est plus que les entreprises publiques à des exigences de masse salariale et de charges fiscales et parafiscales.

 

Le wali est invité à «réviser son attitude». Manifestement, l’action du wali pour trouver des moyens de financement au club phare de la Mekerra a buté contre une opposition clairement affichée. L’apport financier de l’actionnaire majoritaire en l’occurrence Okacha Hasnaoui semble essoufflé devant l’importance des dettes et de la masse salariale des joueurs estimée à 3 milliards et demi par mois. Ce qui dissuaderait les plus téméraires des présidents, c’est l’absence et curieusement pour la première fois des subventions des deux assemblées élues qui étaient d’au moins 7 à 8 milliards de centimes. Le conseil d’administration de la SSPA USMBA qui était prévu jeudi dernier pour débattre de toutes ces questions relatives à la nomination du nouveau PCA et du nouveau directeur général a été reporté après un accident de travail dont a été victime une autre important actionnaire, en l’occurrence le sénateur El Hannani Abdelghani.

La question relative au volet financier et les ressources d’argent était aussi à l’ordre du jour du conseil d’administration, a-t-on appris. A noter que l’homme d’affaires et actionnaire majoritaire Okacha Hasnaoui a encore une fois mis la main à la poche pour régulariser la prime de la victoire face au MCO. C’était au moins bon pour le moral des joueurs avant le match contre le CSC.

Source écrite :    M. Delli

Lien:

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5265908

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=73884

Posté par le Sep 8 2018. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE, SBA PROFONDE, SPORTS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

2 Commentaires pour “« Le Wali de Sidi Bel Abbès appelé à réviser son attitude. »”

  1. Amirouche

    Interrogations !

    Je ne sais pas, mais est-ce-que les walis sont tous « qualifiés » à exercer cette fonction?
    Est-ce-que leur nomination à ce poste (ainsi que pour d’autres fonctions importantes) passe vraiment par le chemin où la compétence et le diplôme sont les seuls critères ? Et serait-il bien si le wali serait élu comme le sont les membres de son APW ?

    Bon début de semaine à tout le monde

  2. MS

    En Suède, le chef d’ État, Stefan Löven, est un ancien ouvrier métallurgiste et syndicaliste. Margot Wallström, la ministre des affaires étrangères, n’ a que le Bac. Mona Sahlin, ancien ministre aux affaires sociales, pareil, l’ ancien chef d’Etat Persson dans les années 90, n’ avait pas achevé sa licence, etc.
    Par contre en France, les diplômés des grandes écoles sont surreprésentés à l’Assemblée nationale et dans les postes supérieurs.

    Pour moi il faut être capable capables d’écouter, de comprendre et d’œuvrer pour l’autre,

Répondre