La Voix De Sidi Bel Abbes

Le tatouage de ma mère….par Dr Douar.

Le tatouage n’est pas une mode récente comme certain le croyait mais c’est une pratique très ancienne, nos ancêtres algériens ont bien connu cette pratique et la majorité des femmes algériennes appartenant à des générations révolues c’est-à-dire nos mères et grand-mères sont tatouées.
Ma chère mère est née en 1931, que Dieu la garde, elle a des tatouages,comme ma grand-mère aussi, au front entre les yeux et sur le dos de la main gauche. Un jour, j’ai pas hésité à lui poser des questions à propos de ses tatouages comme par exemple;
Pourquoi sa génération et celle de sa mère portaient des tatouages ?
Elle me disait que c’était l’apparition soudaine d’une mode, c’était pour la beauté qu’on faisait ça, une femme embellissait par un ornement ou une fleur au poignet c’est semblable à une parure en or aujourd’hui.
A quel âge la femme fut-elle tatouée ?
Il n’y avait pas un âge précis, m’a répondu ! Mais la plupart pensait à l’embellissement par le tatouage quand elles sont jeunes filles.
Mais la question qui m’intéressait le plus, qui sont-ils ces tatoueurs?
Elle m’a répondu : puisque c’était des femmes des AMR qui pratiquaient le tatouage ,elles avaient accès à l’intérieur de nos foyers.
Qui sont-ils les AMR ?
Une tribu nomade, à caractère magique, semblable aux Tziganes de l’europe, les hommes exerçaient la profession de maquignons et les femmes de tatoueuses et de voyantes (Guezanates) en lisant le destin de quelqu’un sur le creux de sa main.
Les Amr habitaient des tentes et se déplaçaient dans toute la région de l’Oranie sur des chevaux et vivaient en mendiants.
Dans la région d’Alger, c’ètait les Béni Ades, une tribu très semblables comme profession et comme allure.
Des histoires rapportent que : Les Amr et les Béni Ades auraient été maudits par Sidi Ahmed Ben Youcef ,le célèbre saint de Miliana ,qui leur aurait dit :ila tat’olbou tsibou ,ou ila tfal’hou tkhibou c’est-à-dire :si vous mendiez on vous donnera ,mais si vous cultivez, vous serez déçus. الا تطلبو تصيبو و الا تفلحو تخيبو

3057696143_2_3_ke9a6iai

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69951

Posté par le Nov 29 2016. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

11 Commentaires pour “Le tatouage de ma mère….par Dr Douar.”

  1. SBA

    Bjr ce fut une pratique révolue. Actuellement d’autre moyens existent. Mais la pratique du tatouage à gagner d’autres franges de la société artistes sportifs etc..

  2. sidi yacine

    Le tatouage arabe est autant convoité par les hommes que par les femmes. Malgré l’innocence de cette pratique que constitue le tatouage, l’islam ne l’approuve pas. Pour notre religion, l’écriture est sacrée et ne doit en aucun cas perdre sa valeur dans ce type de rites. De plus, le corps humain est précieux aux yeux de notre religion et ne doit donc pas être souillé par des écritures.
    « Pour être téméraire, il ne suffit pas d’être volontaire, il faut encore être innocent jusqu’à l’ignorance. »
    George sand.

  3. Ayadoun

    SALEM, je salut Mr Douar qui reste très prolifique de part la variété des thèmes et sujets qu’il aborde au grand plaisir des lecteurs (ces) Merci.

  4. elabbassi

    bonjour si douar
    je crois c’est plutôt un masque qu’un tatouages..
    le sud en general avant l’arrivée des envahisseurs armés d’Europe étaient occupé par des tribus organisé socialement comme des tribus indienne..il y avait le village en camps de toiles et la journée les hommes sont dans les pâturages..
    une fois le massacre a été commis par les envahisseurs et brigands venant des villes pour s’emparer de leurs troupeaux, ils étaient presque exterminés..
    je pense lorsque vous voyez un berger seul avec sa femme c’est le troupeau appartient une tiers personne généralement installé dans une ville algérienne et il se peut aussi installé hors Algérie ou hors usa..ce sont des investisseurs qui recrutent des bergers ..dans ce model y’a pas de village de camps mais ya des bergers isolés..donc objet a toutes les convoitises et danger pour faire peur les femmes se maquille peut être que ces tatouages étaient une forme pour défigurer son visage et le rendre laid afin d’éviter les viols etc…ce n’est qu’une une hypothèse mais reste une étude sociologique sur ce thème
    rien avoir avec les pins posés par des femmes pour leurs compte de leurs marie dans les partis cachés..mais un tout petit pins que le marie fait beaucoup de temps pour le comprendre..elle l’efface et place un autre toujours pour subjuguer et forcer le marie a été curieux et attentif..c’est toujours un serpent dans le sac des femmes lol
    un cobras cracheur du Mozambique comme l’aime le dire l’animateur de radio HKM de la chaine 3…
    ces pins qu’adorent découvrir les maries c’est des aigles sous un tas de débris de branches …il faut vraiment patienter pour le découvrir lol

  5. ABBES.2

    Bonjour
    Merci Dr Douar pour ce beau récit.
    J’avais déjà posé cette question à ma mère rabi yahfadha et mes deux grands mères rabi yarhamhoum. Pourquoi ce tatouage? Leurs réponses étaient les même, c’était la mode, c’est pour se voir belles. Mais j’ai lu quelque part que le tatouage était pour défigurer le visage de la femme comme disait Mr abbassi, sur tout les jeunes filles, pour les rendre laides, moches, désagréables au yeux des soldats français afin d’éviter les viols. Alors ou est la vrais raison de tatouage?
    Bonne nuit

  6. elabbassi

    si abbes2
    bon c’est vrai l’histoire algérienne n’a pas été bien analysé les gens ne parlaient que de la guerre alors que la guerre économique faisaient rage entre les algériens et europeens et entre europeens eux même
    car l’algerie etaient encore non industrialisé y’avait que quelques villes dite cité ou y avait des artisans mais le reste c’était dans le domaine agricole
    chez les européens qui ont mis la mains sur toutes les terres y avait au minimum 3 grand blocs qui ne reniflaient pas
    ceux qui avaient voulu installer arboriculture a forte valeur ajouter jus de fruit et arôme et parfum cette technologie existaient avant même l’arrivée des européens Blida Alger Tipaza Oran Mohamadia Temouchent Tlemcen etc etc étaient connue par les parfums et eau d’orange avec leurs système de distillations c’était une technologie purement algérienne qui a été détournés par les colons..
    l’avait les céréalicultures qui produisaient les céréales
    et y ‘avait les éleveurs..

    les céréaliculteurs et les éleveurs ont perdus leurs sols par désertification il fallait acheter des engrais pour produire plus le sol algérien a été épuisé de 80 quintaux a l’hectare de céréale du coté de Temouchent par exemple vers les années 20 il est redescendu a 10 quintaux a l’hectare..vers les années 50..

    il n y avait que les colons qui avaient des vergers qui sortaient un peu bénéficiaire..

    c’est normal que les éleveurs ne toléraient plus les européens des vergers car si ces derniers faisaient de l’extension les éleveurs vont devoir affronter une baisse d’espace de pâturage donc y’avait une guerre entre eux..

    donc il fallait adopter la technique élevage dans un système varié de culture et éviter la monoculture..un peu de céréale un peu de maraicher un peu d’élevage un peu d’arboriculture
    mais comme les propriétaires n’habitaient pas l’algerie ils ne pouvaient pas adopté ce système de productions..car cela revient a investir sur place
    et être présent tout le temps en Algérie alors qu’ils proféraient rester en France ou ailleurs et recevoir le chèque annuel de la récolte ou de la vente de viandes
    voila donc ces bergers qui étaient travailleurs au profits des propriétaires qui investissaient dans le mouton et qui habitaient les villes algérienne voir même européenne étaient en face des risques quotidiens de vol de tuerie etc.car ils étaient isolés..mais en général les algériens vivaient bien a l’abri dans les douars les villages et les villes etc..

    Après l’indépendance le même affrontement a est lieu entre les éleveurs
    de moutons les céréaliers et les maraichers..l’influence était du coté des éleveurs des moutons et on tenter de limiter l’arboriculture et la céréaliculture pour faire de l’Algérie un vaste champs de pâturage..ils ont désertifié avant les haut plateaux ensuite ils ont ruiné l’agriculture du littoral algérien…ils ont tout perdu..la majorité sont redevenue des promoteurs immobiliers..le gouvernement est en face d’un grand chantier il ne sait pas par ou commencer car tout simplement ils ne savent pas les modes de productions..
    on ne fait pas l’agriculture et la mécanique dans un amphi universitaire lol

    c’est pourquoi dans la lois sur l’investissement ils faut bien éclaircir les choses pour les nouveaux investisseurs afin qu’ils ne tombent pas dans le même piège..c’est a dire trop exploiter pour désertifier ..
    dans le domaine de l’agriculture si l’investisseur étranger ne voudra faire que dans la monoculture il lui sera refuser..l’investissement doit être fait dans la pluriculture un peu de chose dans plusieurs choses..il va s’arranger avec les assemblés communes pour voir les modalités ..s’ils doit exporter ça le regarde a condition de payer en parti les ouvriers en devise..

  7. Hassan

    A ma connaissance il y avait deux types de tatouages:
    l’un réservé aux hommes et qui consistait en un trait fin au milieu du front. Ce signe servait, durant le colonialisme, à la base pour différencier les musulmans des juifs et des chrétiens.
    L’autre pour les femmes . Il représente le plus souvent des branches avec des feuilles sur tout l’avant bras, Un autre tatouage se trouvait sur le dos de la main et représentait une sorte de coquillage qu’on appelait  »El bzima » il ressemble aux bijoux portés par les africains.
    Les femmes faisaient aussi un point au milieux de la pommette (El khana).
    Dans les cosmétiques féminins entraient El harzou9 et el meswak. El harzou9 était obtenu d’une plante sauvage, bien de chez-nous, qui laissait une couleur rouge sur les lévres quand on les frottait avec cette plante. Pour donner un teint blanc à leurs visages, les femmes utilisaient  »El boudouri » c’est le talc une roche carbonatée trés friable et qui est douce au toucher . Il y avait une fête qu’on appelait  »El 3ansra » qui avait lieu au printemps. Durant cette fête les gens sortaient dans la campagne et cueillaient toute sortes de fleurs sauvages et puis de retour ils les mettaient sur le toit de la maison. C’est durant cette fête qu’on perce les oreilles des petites filles pour qu’elles puissent porter par la suite un bijou appelait  »El ounissa »
    C’est surement une très ancienne tradition d’origine païenne .
    Hélas on a perdu toutes nos traditions les bonnes et les moins bonnes.

    • ABBES.2

      Mr Hassan Bonjour.
      Quand j’ai lu votre commentaire ma mère rabi yahfadha était prés de moi, je lui ai posé la question sur la fête El ansra alors sa réponse était comme la votre, mais elle ne m’a jamais parlé, moi qui pensait que El ansra était une période chaleureuse comme ESSMAYEM. Mais pour le percement ce n’était pas l’occasion.
      Tiens en parlant de percement il y avait une autre croyance chez nos mères.Toute femme après d’avoir mis au monde ses enfants de sexe masculin doit percer une seule oreille, et moi ABBES.2 je suis une victime de cette (khourafa), parce que ma mère a perdu cinq de mes frères et sœurs l’un après l’autre alors les ( fhaymiya ) ont persuadé ma chère mère à percer mon oreille, et voila je suis vivant moi et mrs neuf frères et sœurs rabi yahfadhoum.
      Allah yasmahana melwalidine

    • Imène

      Hassan : M’sse el kheir !
      Merci pour ce coffret maquillage à l’ancienne : Qu’est qu’on apprend ! Il ya des produits de beauté traditionnels qui sont toujours en vogue : le Khol en poudre – le must des must – qu’on applique avec un bâtonnet , l’argile utilisée en masque pour le visage ou les cheveux : incroyables les bienfaits de cette roche ! elle exfolie , adoucit , regénère, nettoie ..il ya aussi les huiles essentielles surtout l’huile d’argan , l’huile de ricin pour nourrir et allonger les cils, le savon noir ( saboun dzaeir ) Des produits bien de chez nous , des alliés beauté naturels qu’on devrait revisiter , remettre au goût du jour ..ça va peut être détrôner les Clarins , L’oréal , Forever à l’aloe vera , Ysl…des produits qui coûtent trés chers , et on ne sait même pas d’où ça vient , ni ce qu’il ya dedans ! Il faut juste un peu d’imagination…Salem .

  8. Imène

    Azzul tlm !…
    le tatouage est un rite très ancien , pratiqué dans le monde entier . Dans les pays arabes , il remonte à la ‎période pré islamique , chez les ethnies berbères ou arabes notamment en milieu rural. pour avoir une idée ‎plus complète sur le sujet , j’ai contacté par tel , des personnes proches ou pas ,aux fins fonds de notre pays. ‎des femmes âgées ,tatouées leurs réponses se ressemblent à quelques variantes près . Le tatouage n’est pas seulement féminin , les hommes ‎aussi le font , ils se tatouent le front , les tempes , le menton… Dans les temps anciens c’était  » un mode de marquage utilisé pour l’identification des esclaves , des prisonniers ou des animaux domestiques  » ( wiki ). Les motivations du tatouage ne sont pas ‎seulement esthétiques , – bien que cet aspect est très important – surtout pour les femmes ,comme ‎en témoigne mam Douar – Allah yahfadha -, elles sont aussi de nature à protéger du mauvais œil , conjurer le mauvais sort – ‎protéger ses enfants , sa fortune , son bétail des envieux et des calamités ) par ex .les ‎tatouages au henné auraient le pouvoir de protéger de la malchance , el Ayacha ,comme son nom l’indique ‎c’est pour préserver les touts petits afin que leur vie soit sauve..( comme en témoigne, e crois , Abbes 2 ) Le rite du tatouage marque aussi le signe ‎d’appartenance à une tribu , à un groupe social : les fins connaisseurs ( ses ) peuvent dénicher ces démarcations ‎identitaires qui est de l’arabe ou du berbère à travers les motifs et symboles de leur tatouages. On reconnaît enfin aux ‎tatouages des vertus thérapeutiques dans le traitement de certaines affections et la , le tatoueur- traitant va ‎procéder à la scarification ( ettechalt ) qui n’est autre qu’une automutilation non sans danger . ‎
    Les tatouages ont différentes formes : figures géométriques , croix , rosaces , points , traits.. chaque ‎symbole a une signification , le plus surprenant c’est qu’on peut retrouver les mêmes motifs sur les tapisseries ‎‎, et les poteries de ses régions.. ont –ils le même sens ?? Aucune des femmes interrogées n’ a pu me ‎répondre . Enfin , il me paraît essentiel , amis vdsbn et 1 , avant de clore ma contribution de vous dire qu’au ‎regard de l’islam le tatouage ( à l’encre indélébile ) est considéré comme une altération , une atteinte à ‎l’œuvre divine . En islam on se doit de préserver son corps et sa santé avec une bonne hygiène de vie . – afin ‎de mieux adorer son créateur -Les mutilations inutiles , les tatouages donc, sont totalement proscrits. Salem . ‎

  9. Imène

    Dr Douar : J’ai oublié un détail concernant l’avant dernière question que vous avez posé à votre mam : Qui sont ces tatoueurs (eses ) ? J’avais posé la même question : ce ne sont pas forcément des tziganes ( des beni amr ou beni ades, ou autres ) qui sont  » invitées  » dans les maisons pour cette délicate opération ,( même si elles sont réputées d’être d’excellentes wachamates doublées de chouafates notoires ) mais ceux sont des femmes de la famille qui excellent dans cet art.. Les postulantes au tatouage ne sont pas toujours consentantes , surtout les toutes jeunes , (l’opération est douloureuse ,) mais les exigences de la beauté ( en tout temps ) sont impitoyables ! Salem.

Répondre