La Voix De Sidi Bel Abbes

Le Professeur A. DJEBBARI, directeur du Laboratoire TTNS Nous écrit

Le professeur Djebbari Ali, directeur du Laboratoire TTNS (Telecommunications and Digital Signal Processing Laboratory) Département d’électronique, Faculté des sciences de l’ingénieur à Université Djillali Liabes de Sidi Bel Abbès, nous a écrit. Voici intégralement son texte, notons qu’il s’agit là d’une réaction de ce dernier suite a une pétition, (voir lien)    :

Peut-on légitimer  une fausse réussite même au détriment des valeurs morales… allant jusqu’à la diffamation ?

Au cours du dernier concours d’accès à l’école doctorale de Français organisé au sein de la faculté des lettres et des sciences humaines à l’université Djillali Liabès de Sidi Bel Abbès le 14 octobre 2010, il a été constaté une transgression de la réglementation en vigueur   quant à l’organisation  du dit concours et une non crédibilité des résultats (dans leur version finale) proclamés par le jury de délibération.

Les candidats « soit-disant » retenus  prétendent être victimes,  mais malheureusement,  ils refusent  de voir la réalité en face.

La lettre ouverte (ci-jointe), dévoile  la vérité  qu’on veut cacher à tout prix.

Lettre ouverte aux partisans de l’éthique et de la déontologie

Au cours du dernier concours d’accès à l’école doctorale de Français organisé au sein de la faculté des lettres et des sciences humaines à l’université Djillali Liabès de Sidi Bel Abbès le 14 octobre 2010, il a été constaté une transgression de la réglementation en vigueur quant à l’organisation du dit concours (notamment l’arrêté N° 90 du 12 Avril 2003, fixant les modalités d’organisation du concours d’accès à la formation en vue du diplôme de magister), et une non crédibilité des résultats (dans leur version finale) proclamés par le jury de délibération.

En tant qu’enseignant, membre de la communauté universitaire, je suis non seulement tenu de partager la démarche morale et méthodologique qui conduit à reconnaitre, aux plans éthique et déontologique, les meilleurs comportements et les meilleures pratiques universitaires mais aussi d’en combattre les dérives.

Dans ce contexte, je me permets de vous saisir à propos de l’organisation et des résultats de la dite école (suspendue actuellement : voir Journal EL WATAN en date du 23.03.2011) en vous dévoilant ce qui s’est réellement passé vu que les 45 candidats « apparemment retenus » prétendent être victimes d’une grande injustice dans une lettre adressée au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique/sous‐direction de la post‐graduation et postée le 25 mars 2011, dans le site : http://lavoixdesidibelabbes.info; le contenu de cette correspondance révèle d’autres propos mensongers et diffamatoires.

Les non retenus (environ 700 candidats) ne sont–ils pas eux aussi victimes !!!

Il est mentionné dans la même lettre citée précédemment, que la décision de la suspension de la formation a été prise par le Recteur de l’université (Djillali Liabès de Sidi Bel Abbès) suite à une lettre rédigée par un enseignant d’électronique qui prétend qu’il a y a eu anomalie dans le report des notes.

Une simple anomalie, comme le prétendent les signataires de la lettre, n’aurait pas amené le Recteur de l’université, à nommer une commission d’enquête, à présenter son rapport devant le conseil de direction de l’université, à décider le gel des inscriptions, à resoumettre les conclusions de la commission d’enquête au conseil scientifique de la faculté concernée et à informer Monsieur le Ministre des résultats de l’enquête. Le Recteur n’est ni dupe, ni mal renseigné pour prendre de telles décisions.

Ce genre de comportement «naif» de leur part laisse supposer qu’ils sont encore une fois victimes de leur source d’information insidieuse !!!. En ma qualité, d’enseignant, ayant dirigé plusieurs magisters en tant que responsable, et coordonnateur nationale d’une école doctorale en technologie, il m’était très simple de constater le non respect de la réglementation en vigueur quant à l’organisation du concours d’une part et d’ autre part d’identifier de graves injustices commises par le jury de délibérations du concours.

Ci‐dessous, les réalités qu’on veut cacher sous prétexte d’une « anomalie dans le report des notes ».

  1. Transgression des articles 06, 07, 12, 13, 17, 19, 21, 22 et 24 de l’ l’arrêté N° 90 du 12 Avril 2003).
  2. Copies distribuées aux candidats non adaptées à l’anonymat.
  3. Correction des copies (environ 1500 copies) en un temps record !!!
  4. Levée « du soidisant » anonymat (sans l’utilisation d’un logiciel) en un temps record !!!
  5. Affichage des résultats à l’université d’Oran et non pas à l’université organisatrice du concours (Première version, comportant la mention par ordre de mérite), avant même leurs validations.
  6. Refus de validation des résultats (Première ou deuxième version !) par le conseil scientifique de la faculté des lettres et des sciences humaines en date du 20/10/2010.
  7. Demande aux organisateurs, de la part du conseil scientifique, de reprendre ou de refaire le travail et de le représenter à la prochaine réunion (opération effectuée après la levée du soi disant « anonymat« ).
  8. Validation des résultats par le conseil scientifique de la faculté des lettres et des sciences humaines en date du 07/11/2010 (avec une nouvelle version). Alors que les résultats en question ne comportent ni le classement de tous les candidats ni même leurs moyennes générales (les moyennes générales n’ont été calculées que pour les candidats retenus !!!).
  9. Faire croire aux candidats que le jury à procéder à une troisième correction (alors que le troisième correcteur n’a fait que la moyenne entre la note octroyée par le premier correcteur et le deuxième correcteur).
  10. Absence d’anonymat (pour faire une moyenne, il faut à priori que les notes du correcteur 1 et celui du correcteur 2 soient disponibles).
  11. Adoption d’une fausse méthode de calcul de la moyenne des épreuves, après l’octroi d’une troisième note. Cette méthode est changée en cours de route lorsqu’ il s’agit de déclasser un candidat (Qu’estce que cela signifie ?)
  12. Certaines moyennes mentionnées dans le procès verbal sont fausses et ces dernières ont permis à certains candidats d’êtres retenus (Qu’estce que cela signifie ?)
  13. La déclaration « par ordre de mérite » est fausse (Qu’estce que cela signifie ?). N’est‐elle pas utilisée pour faire croire aux candidats que les résultats ont été contrôlés et vérifiés ?

Aussi, On a entendu dire que même le major de promotion retenu par l’antenne de Sidi Bel Abbès n’est pas le vrai major de promotion !!!

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’anomalies plus graves. Si mes constatations et mes remarques s’avèrent justes (confirmées par la commission d’enquête), je dirais que certains enseignants (organisateur du concours et signataires du PV des résultats de la dite école doctorale) n’ont pas assuré pleinement leurs fonctions.

Dans ce cas, Qui n’est pas victime de ces agissements irresponsables ?!

Dans le souci, de garantir à la fois la crédibilité pédagogique, scientifique et administrative ainsi que la légitimité de nos institutions, j’adresse un appel aux responsables concernés pour que des mesures rapides soient prises, compte‐tenu des fautes graves commises, à l’égard des auteurs en questions, dans le respect des procédures disciplinaires prévues par la réglementation en vigueur.

Prof A. DJEBBARI

Enseignant à l’Université Djillali Liabès Bel Abbès

NB : Par cette publication, La Voix De Sidi Bel Abbes, initialement destinataire d’un courrier confirmé avec les intéressés (étudiants), vient ce jour d’avoir une réaction qu’elle a mis en ligne, et n’encourage aucune polémique par la publication du courrier du professeur A.Djebbari

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=2745

Posté par le Avr 12 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

25 Commentaires pour “Le Professeur A. DJEBBARI, directeur du Laboratoire TTNS Nous écrit”

  1. Observateur

    Il fut un temps ou l’université était le vivier de l’élite intellectuelle et le grenier du savoir où murissait les bourgeons, plus maintenant, les fourbes règnent sur la scène sous couvert de l’intégrité et de l’honnêteté arrivant à une moisissure qui pue à 1000…0 km, et voila l’œuvre des incompétents, inconscients, ….
    qui s’auto proclament des rabbins de la baraque et des cardinaux de la science
    et une fois bien gavés : ils ont fermé le robinet et prônent maintenant l’honnêteté à outrance avec COSTUME 3 PIÈCES ET CRAVATE ou l’islam soft sous couvert d’une barbe, ômra et même hedja, et cela prouve une seul chose que l’horloge de leurs neurones s’est arrêté à l’âge de pierre.
    Et moi je dis comme disait le grillon, vivre heureux vivons cachés. La fuite n’est pas de la lacheté, mais bien au contraire une preuve de bon sens face à une agressivité démesuré.

    Un étudiant paumé brille à l’ombre de son maitre nullard.

  2. Algerien et Vraie

    il n’ya pa des études en ALgérie, vous etes tous pareil, le prof choisit son cousin, fils, fille, maitresse pkoi pas pour accéder au doctorat mémé pour decrocher un poste ALLAH YAHDIKOUM VOUS AVEZ DETRUIT le systeme

  3. un maître honoraire à la retraite

    les piliers sont lézardés, la batisse va s’écrouler et la préntion est là elle les ronge .
    Le crétin prétentieux est celui qui se croit plus intelligent que ceux qui sont aussi bêtes que lui.
    Je dirai qu’on est dans un cajot de laitue envahie par des pucerons

  4. un maître honoraire à la retraite

    mon cher hamdane nos universités actuelles ont remplacé le grand CFPA d’ou sortaient des mains ingénieuses

  5. blal

    que de degats fait par l’U.F.C

  6. du respect ...

    Affaire bien engagée, est à demi terminée.
    Peut-être que vous trouverez que ce qui semble confusion est un art caché, et si vous savez rencontrer le point par où il faut regarder les choses, toutes les inégalités se rectifieront, et vous ne verrez que sagesse où vous n’imaginiez que désordre.

  7. Le nouvel observateur

    J’en remets une couche, vlan !
    Ce soi-disant professeur est un charlatan et tous ceux qui le soutiennent sont soit ses femmes soit ses valets de services, il en a tant dans SON laboratoire. Si sa femme n’avait pas été candidate malheureuse il n’en aurait jamais parlé, et si elle avait réussi (!!!) il aurait défendu le diable en personne. Et puis après le conseil de l’université ne s’est jamais réuni en tant que tel mais c’est plutôt une association de gugus qui ne pensent qu’à casser de l’enseignant là où il se trouve ! Ce professeur est un briseur de grève, très loin de toute déontologie, lèche-bottes du recteur, et qui casse toute perspective de développement, et qui bloque toute initiative scientifique ou pas, et qui … enfin la liste est longue et c’est vraiment le der des der à pouvoir donner des leçons.

  8. mohammedi.imene@yahoo.fr

    Bonjour,
    SVP j’ai besoin de l’adresse electronique de Monsieur Ali DJEBBARI
    c’est urgent

  9. kamél

    es que ça c’est le niveau d’un professeur ??? qui répond à ce genre de sujet avec ce niveau ???!!! ça me ….

  10. mohamed

    ce qui s’est déroule au sein de cette université reflète le niveau décadent de ses professeurs racistes et malhonnêtes. j’ai tapé 4 ans dans ce prétendu département de Français et j’ai souffert de ses malhonnêtes, des saccageurs, des voyou,des imbéciles. ils donnent des notes a des étudiants qui n’ont jamais assisté et dernierement j’ai passé le concours de didactique et il y’a un candidat parmi nous qui s’appele MOKADDEM MOHAMED LAMINE. Cette Dame est une caugar

  11. OMAR

    On connait les bonnes formules de notations par certains professeurs qui ne sont que des charlatans qui poussent le niveau de l’université à la décadence. Pauvre université qui lui reste que le nom et la malhonneteté a pris le dessus.

  12. un etudian

    grandissez mes vieux

  13. un doctoran

    incroyable ce qu on découvre sur nos profs

  14. une etudiante

    même un con ne se fiche pas,pauvre proffeseur::::;;;;!!!!!!!

  15. Bel Abbesien

    Je suis trés triste en lisant ces réactions sur ce qui semblerait se passer à l’université de SBA. En tant que chercheur(Maitre de recherche) je ne peux que déplorer une telle situation si elle s’avére exacte.
    A mon humble avis les proffesseurs et chercheurs de l’université ne doivent pas ocuper de fonction administrative, mais s’interresser seulement à la recherche et à l’enseignement. Ils doivent être exemplaires pour servir de model à nos jeunes étudiants . Un proffesseur de la faculté d’électronique n’a pas autorité pour s’imicer dans les problémes de la faculté des lettres. Il ferait mieux de consacrer son temps à la recherche dans son domaine. Les étudiants doivent respect à leurs enseignants et apprendre à s’exprimer corectement et avec dignité et non pas insulter qui que ce soit.
    Je suis triste pour ma ville et j’ai honte pour notre université qui doit être le sanctuaire du savoir et de l’ouverture d’esprit mais qui malheureusement donne une image d’un panier de crabes.
    Je connais des scientifiques bel abbésiens qui sont des sommités dans leurs domaines (Radio-chimie à l’AIEA en Autriche, physique des réacteurs, Angleterre, microbiologie Canada, géochimie Canada, génie chimique Allemagne, automatisation et fiabilité des processus ,Russie etc…) et qui sont trés cultivés, modestes et fils de bonnes familles. L’université de Bel Abbes ferait une bonne chose pour ses étudiants si elle daignerait prendre contact avec ces spécialistes pour qu’ils puissent faire bénévolement des conférences sur leurs travaux .
    Si j’ai écrit quoi que ce soit qui a froissé quiconque je m’en excuse d’avance et souhaite à notre université beaucoup de succés dans sa noble tâche qui consiste à former et éduqquer les bel abbésiens de demain.
    Votre frére du nord d’aprés la classification de Mme CH que je salut en passant.

  16. I'm free And not help me

    L’Algérie est pleine de chercheurs de toutes catégorie ,chercheurs de se remplire les poches et d’autres malheureusement chercheurs d’emploie .
    L’exploitation des compétences acquises n’a jamais été du ressort de la majorité de nos universitaires et tout ça par le manque de motivation et pus encore par le manque d’ambition et c’est ce que j’ai constaté chez nos jeunes qui n’ont aucune ambition si ce n’est d’avoir tout facilement et je me demande ce qu’ils ont étudié pour se lancer dans la vie active .
    C’est bien beau d’avoir passé des thèse est d’obtenir un titre de docteur en je ne sais quoi ,si le jour venu le titré est incapable de sortir ou de créer quelque chose ;et malheureusement c’est ce que j’ai constaté dans notre pays et on vient nous dire qu’il y-a des élites et des cerveaux .

  17. Vérité

    Moi j’était un étudiant en électronique, et je dis que monsieur professeur il ne métrise rien, il a changé le programme de module TEC 588 (Fonctions électronique) , car il ne métrise pas la pratique.

    • Vérité

      Pour moi il faut supprimer les grades (professeurs, Maitre Assistant Classe A……) car pour moi ca ne fait rien dire, j’ai remarqué que les enseignants ne métrise pas la pratique, il connait rien sur le terrain (coté installation , les méthodes de maintenance, les bureaux études ……), il faut sortir les branches technique de l’université, des formations bidon , il faut créer des formations sous la tutelle des sociétés (Algérie télécom, Nedjma, Sonatrach….), moi je connais des technicien et des ingénieurs (dans le terrain)plus qualifiés pour enseignée électronique et Télécommunications, moi actuellement je suis dans une société, j’était obligé de refaire ma formation

      • I'm free And not help me

        Je suis bien content pour vous Vérité d’avoir trouvé une société ou vous êtes heureux professionnellement et c’est sur le terrain que vous allez apprendre beaucoup de chose techniquement et en se donnant au labeur car de mon temps les universités ne courraient pas les rues en Algérie qui n’en comptait moins d’une dizaine et encore alors qu’aujourd’hui dans notre ville à voir cette université grandiose par toutes les cathégories et disciplines qu’elle possède et les programmes qu’elle dispense l’on peut se demander si elle ne veut pas égaliser avec celle de l’occident .
        Prenons le cas de la fac de médecine ,quels médecins avons-nous aujourd’hui pour venir en aide aux malades souffrants d’une simple bronchiolite ou encore soigner une hernie inguinale .
        Aller prener soins de vous Vérité et ne basculer pas vers le Mensonge .

  18. BRAHIM

    Nous avons beaucoup de chercheurs mais sans aucune recherche. IL est préférable que le budget destiné à la recherche soit orienté vers un objectif plus rentable

  19. Vérité

    Pour moi il faut supprimer les grades (professeurs, Maitre Assistant Classe A……) car pour moi ca ne fait rien dire, j’ai remarqué que les enseignants ne métrise pas la pratique, il connait rien sur le terrain (coté installation , les méthodes de maintenance, les bureaux études ……), il faut sortir les branches technique de l’université, des formations bidon , il faut créer des formations sous la tutelle des sociétés (Algérie télécom, Nedjma, Sonatrach….), moi je connais des technicien et des ingénieurs (dans le terrain)plus qualifiés pour enseignée électronique et Télécommunications, moi actuellement je suis dans une société, j’était obligé de refaire ma formation

  20. conseille tous les nouveaux bacheliers

    Je conseille tous les nouveaux bacheliers d’éviter de faire les branches électroniques ou télécommunications a l’université de SBA, c’est des formations bidons, le blizzard que les sujets d’encadrements sont des sujets purement simulation(MATLAB), des sujets destiner soit disant pour justifier le bilan de la recherche scientifique (la recherche pour la recherche : grand mensonge). Ils vous posent un problème (obstacle) au niveau de recrutement dans les entreprises(le chef d’entreprise : ah vous êtes un chercheur, vous deviez faire le magister pour devenir un enseignant-chercheur <>), pour la branche télécommunication, je vous conseille l’Institut de Télécom d’ORAN, au moins vous étudierez les outils pratiques dédiés aux télecommunications.

  21. conseille tous les nouveaux bacheliers

    Je conseille tous les nouveaux bacheliers d’éviter de faire les branches électroniques ou télécommunications a l’université de SBA, c’est des formations bidons, le blizzard que les sujets d’encadrements sont des sujets purement simulation(MATLAB), des sujets destiner soit disant pour justifier le bilan de la recherche scientifique (la recherche pour la recherche : grand mensonge). Ils vous posent un problème (obstacle) au niveau de recrutement dans les entreprises(le chef d’entreprise : ah vous êtes un chercheur, vous deviez faire le magister pour devenir un enseignant-chercheur ( poste bidon)), pour la branche télécommunication, je vous conseille l’Institut de Télécom d’ORAN, au moins vous étudierez les outils pratiques dédiés aux télecommunications.

  22. Conclusion

    La formation et les étudiants ont était sacrifiés pour faire la recherche pour la recherche scientifique ……..

Répondre