La Voix De Sidi Bel Abbes

Le peuple se précipitera t-il aux élections législatives ?

Alors que localement, la salle Adda Boudjlal de Sidi Yacine pour n’en citer que ce lieu officiel est devenu un espace politique mise à la disposition des partis pour leurs meetings. Ce samedi n’a pas dérogé au constat succité. Mais cela n’est pas forcèmet un indice relatif à la participation des élécteurs des futures législatives. Pour notre partn nous publions une opinion de monsieur Kamal Benkoussa, économiste, est partenaire dans un fonds américain à la Bourse de Londres. Il est trader en obligations d’État.

Par : La Rédaction

Quel sera le taux de participation aux législatives du 10 mai 2012 ? Voilà une question qui hante bien des esprits, surtout ceux du gouvernement. La participation des Algériens aux élections (qu’elles soient locales ou nationales) a été plutôt faible durant la décennie passée et ce, à juste titre. Ce désintérêt pour la chose politique n’est de fait qu’une manifestation de la rupture qui s’est opérée entre le peuple et l’État.

La question que chaque Algérien se pose est de savoir pour quelle raison il devrait aller aux urnes. Soulignons qu’en raison de la crise financière, certains pays démocratiques connaissent aujourd’hui un véritable soulèvement populaire. En effet, leurs peuples ont perdu toute confiance dans le politique pour trouver des solutions à leurs problèmes. Cependant, dans ces démocraties, la légitimité du régime politique n’est pas posée (sauf peut‑-être en Grèce en ce moment). Et surtout, les institutions y sont fortes et crédibles, elles  supportent et garantissent un contrat social. En Algérie, rien de tout cela n’existe et le contexte dans lequel ont lieu ces législatives pèse lourdement dans le choix que vont faire les électeurs.

Quel est donc ce contexte ? Nous n’allons pas refaire toute l’histoire récente de l’Algérie, mais il est cependant utile de rappeler que, depuis plus de deux décennies, l’Algérie connaît une crise multidimensionnelle. Crise politique parce que depuis l’arrêt du processus électoral en 1991, la légitimité populaire de l’État algérien s’est érodée au point où la société et les institutions évoluent aujourd’hui quasiment dans deux mondes parallèles. Crise sociale parce que le régime politique est dans l’incapacité de mener les réformes structurelles nécessaires pour créer les conditions d’un véritable développement économique. Au contraire, la logique rentière de l’économie, et plus généralement, de l’ordre social, a été renforcée par un prix du pétrole (et donc du gaz) qui se maintient à un niveau élevé depuis le début des années 2000. Enfin, aux yeux de la population, le régime n’a pas tiré les bonnes leçons de la décennie noire qui a endeuillé notre pays et s’entête à vouloir maintenir le statu quo.

Le pouvoir a consenti des réformes dans un contexte de révoltes populaires au Maghreb et dans d’autres pays arabes. Elles sont cependant jugées très insuffisantes et souvent qualifiées de « cosmétiques ». En effet, elles sont principalement destinées à donner l’illusion d’une volonté de réforme – notamment pour satisfaire les exigences des puissances étrangères – sans toucher aux fondations même de l’ordre social. Ainsi, la participation aux élections législatives est un enjeu majeur pour le régime qui y voit un moyen de légitimer ses « réformes ».

En ne procédant pas à des réformes suffisamment convaincantes aux yeux de la société, les gouvernants adressent en réalité un signal d’absence de réelle volonté de changement, ce qui, dès lors, fausse toutes les actions qu’il pourrait entreprendre pour convaincre l’électorat. Quand bien même le régime aurait une réelle volonté de réforme, en procédant par étapes (ce dont bien sûr tout le monde doute), il souffre d’un problème de crédibilité qui mettra ainsi en échec toute sa stratégie. Ce manque de crédibilité  provient en grande partie de l’expérience du passé, notamment avec un pouvoir qui a trop usé de ruse et de force pour se maintenir. Il provient également du fait que les réformes politiques mises en œuvre ne modifient en rien les fondamentaux du régime politique, alors que c’est bien évidemment cela qui est attendu par la société dans son ensemble. Enfin, cet échec était par ailleurs inévitable parce que le peuple n’a pas été associé aux réformes politiques, qui ont été élaborées quasiment à huis clos.

Ainsi le problème fondamental est que le peuple ne perçoit pas vraiment où se trouve son intérêt à participer aux élections. Et le fait d’avoir autorisé dans un laps de temps aussi court la création de 17 partis politiques n’y changera rien, d’autant plus qu’un nombre non négligeable d’entre eux a d’ores et déjà fait allégeance au régime. Pire, la façon dont le régime a répondu aux revendications politiques de la société (en se contentant de redistribuer à tire‑larigot la rente), et le tricotage rapide de réformes politiques, n’ont fait que renforcer l’idée qu’il ne cherche en réalité qu’à gagner du temps pour trouver la bonne parade qui permettra le maintien du statu quo.

En focalisant les esprits sur le problème de la transparence des élections, les gouvernants espèrent faire passer l’idée que c’est le seul problème que posent les prochaines législatives, occultant ainsi les véritables interrogations. La première est la réelle indépendance des partis politiques qui ont été agréés. La seconde est le pouvoir de la future assemblée et la rupture avec les pratiques du passé. Pourquoi le peuple irait‑il voter pour élire des députés qui n’ont jamais joué le rôle que la Constitution leur confère, ignorant ainsi totalement leurs devoirs envers le peuple en se contentant de lever la main quand on le leur demandait ? La troisième, enfin, est l’absence d’une réelle feuille de route politique qui trace les grandes lignes et principales étapes d’une véritable transition démocratique et dans laquelle s’inscriraient ces élections. Le véritable problème est donc encore et toujours l’absence d’une prise en compte de la voie du peuple. Dans ces conditions, pourquoi irait‑il voter ?

Nous pouvons donc éliminer le cas où le peuple se précipiterait aux urnes parce qu’il aurait miraculeusement été convaincu que les législatives sont un enjeu crucial pour son avenir.

Pourtant ces législatives sont effectivement importantes pour le pays, parce que leur échec ne fera qu’augmenter la probabilité du scénario que tout le monde redoute, à la fois le peuple et le pouvoir,  à savoir celui d’une explosion sociale.

Il n’y a en réalité qu’un seul scénario qui puisse permettre une participation efficace et massive des Algériens aux prochaines législatives. Ce scénario est celui d’un véritable sursaut citoyen par lequel chaque Algérien prendrait enfin conscience que la déresponsabilisation dont il fait preuve dans la gestion des affaires publiques (donc la chose politique par essence) est à la source ultime de l’impasse dans laquelle se trouve le pays. Autrement dit, il faut que chacun réalise qu’il n’est pas insignifiant face à la complexité de la crise que traverse l’Algérie, et qu’en redonnant un sens au combat citoyen, il peut au contraire apporter une contribution significative pour un changement pacifique. Pour cela, il faudrait que le citoyen qui sommeille en chacun de nous  puisse s’élever en faisant acte de son engagement par le vote tout en prenant connaissance des programmes des différents partis politiques en lice. Il faudrait que nous soyons tous convaincus que ce vote serait le début d’un engagement citoyen de long terme. J’entends par là que le peuple sera en droit de demander des comptes à ses  députés. De fait, l’Assemblée et plus généralement l’ensemble des institutions de notre pays devront être responsables devant le citoyen algérien.

On pourrait douter de l’efficacité d’une telle démarche, mais n’oublions pas que le peuple pourrait user d’un vote sanction aux prochaines élections présidentielles. Notre conscience citoyenne pourrait alors constituer un formidable levier pour discipliner l’ensemble du système politique de notre pays, députés y compris bien évidemment. Ainsi, la participation aux prochaines législatives pourrait être une manière démocratique d’exercer une pression saine sur le régime pour qu’enfin il s’attaque aux fondements même de l’ordre social de notre pays. Les Algériens auraient au maximum deux années d’observation de l’évolution des pratiques politiques et du fonctionnement des institutions. Si aucune évolution sensible n’est constatée, les Algériens seraient en droit de sanctionner le politique lors des prochaines élections présidentielles et législatives.

Le problème que soulève un tel scénario est celui de la résolution d’un problème classique de défaut de coordination. Autrement dit, il faudrait que l’ensemble des électeurs potentiels puissent trouver un point focal sur lequel se coordonner en grand nombre pour déclencher la participation aux élections, dans l’optique d’une véritable refondation de la citoyenneté. Parvenir à une telle prise de conscience « collective » en aussi peu de temps me paraît peu probable, voire impossible. On peut en effet douter de la capacité des partis politiques en lice à jouer le jeu en prenant des engagements concrets, et en s’affranchissant de la tutelle du régime.  Enfin, il faudrait que celui‑ci donne de véritables gages de volonté de changement.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=12109

Posté par le Mar 24 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

65 Commentaires pour “Le peuple se précipitera t-il aux élections législatives ?”

  1. Dekkiche Paris

    je trouve que vos choix sont toujours captivants avec cette opinion que vous publiéz.ce sujet interesse le pays et son devenir est lié aux bons choix .j’en douterai

  2. kouider.....

    bizarre le peuple qui a su opter pour son autodtermination pourtant suntil proposé par degaulle , ce peuple a su décrypter de piège gaullien pour le diviser et en 2012 on sous estime l’intelligence de ce peuple qui est vraiment conscient de l’enjeu…il sait faire la différence entre une élection et un référendum parce que elections sont en réalité de mon point un reférendum et une question posée  » es-tu d’accord toujours avec la déclaration du 1er novembre 1954 , ouiou non »…c est adire l’algerie démocratique et populaire sur des principes des valeurs musulmanes…c la question fondamentale…les réformes ne sont qu’une opération technique…le peuple le sait , il va répondre à cette question …les députés élus ne sont que secondaires…voter son autodermination donc son indépendance que le néo colonialisme aidé par les nostalgiques veulent créer une division au sein de ce peuple , le frapper dans l’âme et ce n’est pas par la guerre , pire par son pouvoir d’achat , sa misère sociale alors qu’objectivement nous n’en sommes pas là …ce sont leurs médias qui veulent séparer les « kabyles » des « arabes »..lacoste l’a déjà fait..et puis l’histoire est un éternelle recommencement…bien sur ceux qui vivent à paris , londres ou newyork defendent les thèses de l’europe pour nous signifier que nous autres ex colonisés c l’occident qui doit nous réeduquer selon sa force de loi et nous devons photocopier leur modèle avec notre sauce locale…sarko a juré d’avoir notre peau mais quel peau…simple la peau arabo-musulmane pour faire croire à nos frères kabyles , que les arabes sont des colonisateurs …ait ahmed le cheikh a compris , djeballah , le président bouteflika et notre institution militaire ont compris que les choses ne sont pas visibles mais que le peuple doit dépasser ses querelles internes..il faut protéger notre acuis liberté et indépendance…notre gestion on peut diverger mais veux subirle complotcontre la syrie , la libye , la tunisie , ce prétendu printemps arabe qui en fait sera notre ruine…notre révolution nous a appris ce veut dire conolisation surtout néo-colonisation….un peuple averti en vaux deux! tahya jazait , la

  3. kouider.....

    j’ajoute a mon propos que la citoyennté n’est pas vraiment l’enjeu actuel mais c notre indépendance qui doit etre mise en evidence…on va voter pour dire au monde c les algériens qui impose leur démocratie pas les ex colonisateurs…voyez les cubains , castro les a défait à lui seul parce que le peuplea cru en castro qui a défendu son peuple et sa révolution…je sais que le pouvoir cubain doit être reformer mais parles USA ? que les usa nous prouvent qu’ils sont démocrates…ils sont libres mais sans démocratie..c la loi du plus fort plus tot…il juge hitler mais qu’ils se jugent eux-memes …des indiens aux noirs aux viet , aux irakiens…alors qui doit donner des leçons…essmahli usted , avant la citoyenneté et le vote , il y a une position du peuple de dire au monde qu’il est encore fidèle a la révolution de 1954 le vrai printemps arabe….merci de me lire d’avance meme si j’ai fait beaucoup de fautes de frappes je m’en excuse…

    • Ibrahim T

      Le vote est un farce , marrant de vous voir fasciné par Castro , le
      déspote stalinien cancereux qui a ruiné Cuba. Je suis un fervent
      supporteur du printemps arabe , t’en fais pas , viendra le jour
      ou on se débarrassera de ce régime corrompu.

  4. Ibrahim T

    Vas voir un psychiatre demain ! Nous sommes déja colonisés par le
    FLN et le systéme des corrompus .on est pas dupe .

  5. benhaddou boubakar

    je voterais nchallah sans lire ce qui a ete ecrit en haut;je suis algerien et je ferais mon devoir comme d’autres;on est libres, on n’est pas colonises hamdollilah; les partis participants que chacun est responsable de ce qu’il dit;on n’a pas un autre pays ou on puisse vivre comme on l’est! chacun est libre de ce qu’il dit; .traitez moi comme bon vous semble, « masmouhalkoum ».

  6. Ibrahim T

    @ BENHADDOU

    Correction : Elire est droit et non un devoir .

  7. TAOUS

    moi je voterai rcd, le parti le plus serieux et le plus proche du peuple.

  8. Nasri

    Ya Mr ou Madame voter pour ce que vous voulez, mais je ne suis pas d’accord avec vous le parti rcd

  9. D.Reffas

    Je voterai pour ALI BABA. Ainsi on aura à faire à quarante V, pas un de plus et pas un de moins.Merci.

  10. Nasri

    le rcd n’a jamais été proche du peuple, je ne suis pas d’accord avec vous sur ce point.

  11. Ibrahim T

    De la comedie électorale , le dispositif de la fraude est déja en place.

  12. Nasri

    Moi je voterai pour la democratie, la liberté d’expression, et le respect des autres.
    Celui qui vole, s’il échappera à la justice des hommes, n’echappera pas à la justice divine, il rendra compte à dieu.

  13. Ibrahim T

    Moi je prefére une justice terrestre , cessons d »etre fatalistes.

  14. mohamed2231

    assalam 3alikoum khaoutis , ce matin à la salle multi-sport Adda Boudjellal a eu lieu le tirage pour le pelerinage , entre le nombre des inscrits de l année passée qui est 3600 et celui de cette année qui dépasse les 5600 , il y a une difference de 2000, in chaa allah koul khaoutis ihadjou

  15. mohamed2231

    c est le peuple , l état et les deux à la fois qui vont payer ( c a d les 3 vont payer pour rire ) , pour qu il n y aura pas de fraude et tout se passera en transparence , il faut que tous les électeurs s habillent le jour de vote en transparent

  16. mohamed2231

    et pour le tirage au sort de ce matin pour le pèlerinage , je n ai pas entendu parler de fraude wa allah 3alam

  17. Nasri

    je sais si mohamed mais le Mr avait à son actif que trois inscriptions légales, et les cinq autres étaients fictives.
    alaab oukaa fi sandok

  18. mohamed2231

    ya khouya Nasri , un futur hadji commence par la fraude , je ne dis pas où va l Algérie comme a dit le defunt Boudiaf allah yarhmah , je dis où allons nous

  19. mohamed2231

    Je dis à khaoutis assalam 3alikoum

  20. Demarcation 2

    Dans la peau de Momo Zahana
    Khaoutis je vous le dis, je suis un brave type. Un peu soupe au lait, un peu emporté mais j’ai un coeur d’or.
    J’aime l’Algérie comme Antar aimait Ablad , comme Quais aimait son amour impossible bien avant ce naze de Roméo.
    Ma Julitete c’est l’Armée. Elle m’a accueilli petit et m’a demandé de défendre le pays qui avait beaucoup d’ennemis.
    Mais au dessus de tout je défends notre Dîn El Hanif car je suis un soldat de Dieu.
    Je r^^eve de vous voir tous mes amis me rejoindre à l’appel de la prière et je prends sur moi d’être le porte voix de Sidna Billal à la virilité légendaire qui lançait d’une voix de stentor: Hai 3alaa el fallah, Hai 3aala el salaat’
    Aucun chant n’est plus doux à l’oreille du fils de Adama, donc de vous et de la fille de Hawa que l’on voudrait habillée modestement et de préférence à la maison pour la protéger d’el aoura, du serpent, du waswas qui rode en chacun de nous comme une bête immonde pour dévier du Droit Chemin.
    Suivez moi, had tnin, had tnin je vous aime tous mes frères mais j’aime certains plus que d’autres.
    Le brouhaha des ennemis de Dieu est intense mes amis, venez à la rescousse.
    J’aime aussi le Prizidane, Little Big Man d’un amour de militant et je suis là en mission pour le défendre et pourfendre ses détracteurs.
    Avant lui on avait une politique sans âme, sans dimension spirituelle, sans zaouia et ses zerdates; l’effroi quoi!
    J’aurai souhaité un quatrième mandant ou plutot un califat jusqu’à ce que Dieu Le Tout Puissant Dispose.
    Je suis et reste votre frère partagé entre deux régions comme la Mekerra traverse en silence notre mémoire asséchée.
    A bientôt les amis

  21. Ibrahim T

    Mohamed 2231
    C’est le systeme basé sur la culture de fraude que tu veux défendre
    mohamed ….hein .On ne cesse de vous dire que ce régime doit
    disparaitre . désormais , il faut nettoyer l’algerie .

    • mohamed2231

      assalam 3alikoum khaoutis , moi je ne defends personne , moi j ai dit que notre religion nous a interdit de s écarter de notre chef d état ( dinouna yamna3na bah nakhoudjou 3ane elhakem ) , j ai dit aussi que notre religion nous empeche de faire des manifestations , de faire la greve de faim , de bruler ….., si tu ne crois pas à notre religion alors ça c est une autre chose , je te conseille de b1 comprendre ce qu a dit notre religion

  22. Demarcation 2

    Même dans les pays de tradition supposément démocratique la désullision s’installe devant l’impérétie des élus et leur impuissance à changer le quotidien.
    Le plus grand parti dit-on est celui des absentéistes qui refusent de se déplacer le jour J pour ce qu’ils considèrent comme un jeu de rôles peu drôle et qui implique des professionnels de la politique.
    En Amérique, aucun candidat n’a d’espoir de briguer la candadature suprême si il/elle n’est pas appuyée par les puissances d’argent (suivez mon regard)
    En Europe, un nombre restreint d’encarté envoie au pouvoir son chef alors que le nombre d’ahdérent est ridiculement bas.
    Dans les traditions d’ex parti unique qui se survit à lui-même l’alternance n’est qu’un combat d’égos entre compagnons de route et de discorde.
    Les hommes de consensus, c’est-à-dire de nullité font prospérer les promesses et donc les frustrations.Plus cela change et plus c’est la même chose depuis que le Monde veut devenir république.
    Le plus redoutble est celle espèce de mimétisme qui nous saisit pour emprunter aux autres des solutions qui ne marchent pas.
    Devenue une masse molle sans idéologie définie, sinon le faux consensus confessionalo-identitaire,on nous demande de jouer le jeu pour faire tourner la roue de la Fortune pour que les mêmes gardent leurs places et leurs prébendes.
    En politique l’Art c’est de se servir de tout et de tous.
    Bonne journée!

  23. monsieur ouhibi reda

    la voix de sidibelabbes avec son élan fait de sujets trés variés démontre que le journalisme doit rimer avec intelligence rigueur et ceux sont ces choix judicieux qui font qu ‘elle plane et je nesuis pas complaisant j’ai assité a des rencontres du samedi belabbésien j’ai decelé la modestie de tous pigistes surtout les lecteurs dans une ambiance extra ce sujet de ce jour est révélateur .

    • Frère ennemi

      Frère Ouhibi,
      Il y a lieu de préciser,pour la postérité,que plus de 80% des volontaires qui font la Voix de Sidi-Bel-Abbès ne sont pas des journalistes mais des militants de la plume,intellectuels,universitaires ,retraités lettrés,fonctionnaires et la liste n’est pas exhaustive.La majorité d’entre eux n’a jamais assisté au Samedi Belabbésien…Pas par snobisme,loin de là,mais par un souci d’être prudent sur l’orientation éditoriale et l’opportunité du site.Le temps viendra peut être ou ces gens là sortiront de l’ombre des projecteurs.A ce jour la VDSBA nous donne satisfaction et honore le monde des Blogs…A ce jour….
      Fraternellement !

      • mohamed2231

        assalam 3alikoum khaoutis , si tu veux que je t appelle KHOUYA change ton pseudonyme parceque khaoutis houma khaoutis, khaoutis ne sont pas mes ennemis , appelles toi FRERE INTIME au lieu de frère ennemi

      • mahmoudi

        monsieur FRERE ENNEMIje suis content de voir cette claivoyance dans vos propos car l »défice démocratique a besoinde démocrates existe t’ils devvrais le dire trés fort
        .

  24. El guelliti

    Je me joins a tes idées , les consensus dans les contextes d ‘une idéocratie totallitaire ne peuvent q’etre stériles , ceci dit , bien évidemment, les consensus porteurs de PROGRÉS , fruits des siecle
    de lumiéres , est exclusivement démocratiques .

  25. Mustapha B ( sba)

    De quelles élections vous parlez ?

  26. par mekki b

    MONSIEUR frére ennemi marhab bik au samedi belabbésien notre ligne éditoriale peut etre décelée et vite .l’acte de création de la voix est un repére il suffit de s’en reférer monsieur.

  27. benhaddou boubakar

    attendons les listes pour voir plus clair,les gens competents ne manquent,esperons qu’il y’aura des surprises car il faut toujours esperer c’est notre bled avant tout non?

  28. hamid

    c est les memes personnes et vous etes content pour il faut voter benzeguir cra merci

  29. Mustapha B ( sba)

    Une belle leçon de démocratie vient d’être donnée par les Sénégalais aux pays africains , y compris l’Algérie .
    Une élection présidentielle propre , claire et transparente , avec un 2eme tour , et qui a vu la victoire du candidat de l’opposition Macky Sall , lequel a été félicité par son adversaire , le candidat sortant Abdoulaye
    Wade . C’est rare pour être souligné . Bravo les Sénégalais.

  30. Abdelmoumen

    Je pense qu’il n’y aura pas de fraude.
    Mais est ce sufissant ? Comment faire pour impliqué les jeunes dans ces élections.Nos responsables sous estiment cette question primordiale.Certains pensent qu’avec les moyens de l’état tout est possible.Attention cette jeune génération est trop Gatée.J’ai toujours pensé que ce qui donnait un sens à la vie d’un jeune Algérien, c’était de ne pas trop l’assister.

    • Mme CH

      Oui Mr Abdelmoumen je suis d’accord; mais si la question d’impliquer les jeunes fait partie de la politique politicienne, alors excusez-moi, ça ne marchera jamais, car les jeunes ne sont pas des meubles ou des tableaux du décor ???
      Quant à votre dernière phrase, je suis entièrement pour, car depuis l’indépendance et surtout à partir de 1965, ce qui a pourri la vie, les valeurs et les moeurs des Algériens c’est d’avoir confectionné un peuple assisté.
      Salam!

  31. Frère ennemi

    Je pense que Si Abdelmoumen n’a pas tout à fait tort et le rejoins sur la certitude que les élections se dérouleront normalement avec quelques incidents mineurs dans certaines wilayas.Mais reste cette problèmatique de la non-implication d’une frange de la jeunesse,déculturée et apolitique,qui ressemble plus à une masse de consommateurs formatés par les mass média étrangers et qui sera absente les prochaines échéances après 2014…La culture démocratique ne se décrète pas mais nous constatons cette fois qu’il y a un clivage qualitatif dans la carte électorale avec l’entrée en lice du FFS pour contrebalancer certains autres porte-étendards d’une régression féconde…
    La stabilité politique de l’Algérie restera sujette à la clairvoyance et à l’engagement de ses stratèges dans les concessions à faire au processus démocratique,sinon Samuel Huntington nous attend patiemment pour sa …Hilloula !!!

  32. l'hopital=mouroir

    La Hilloula (un hommage ) se fait sur la tombe du du grand Rav Ephraïm Enkaoua de Tlemcen

  33. bouaza

    Bonjour,
    y’en a marre de ces même têtes : amar tou, tou amar, mim son nom identique au numéro de la wilaya 22 on peut le lire de gauche a droite et vice versa, d’ici le vote si il y’aura pas un renouvellement le peuple en décidera tous seul, admirer LKECHFA :
    .. عبد لعزيز بوتفليقة : 75 سنة (ولد بالمغرب)،
    نور الدين زرهوني : 75 سنة (ولد بتونس وكبر بالمغرب)،
    أحمد أويحيى : 60 سنة (وُلد بتيزي وزو)،

    عبد العزيز بلخادم : 67 سنة (وُلد بالأغواط)،
    … … عبد المالك قنايزية : 76 سنة (وُلد بسوق أهراس)،
    دحو ولد قابلية : 79 سنة (وُلد بالمغرب)،
    مراد مدلسي : 69 سنة (وُلد بتلمسان)،
    الطيب بلعيز : 64 سنة (وُلد بتلمسان)،
    كريم جودي : 54 سنة (وُلد بفرنسا)،
    يوسف يوسفي : 71 سنة (وُلد بباتنة)،
    عبد المالك سلال : 64 سنة (وُلد بقسنطينة)،
    عبد الحميد تمار : 74 سنة (وُلد بتلمسان)،
    بوعبد الله غلام الله : 78 سنة (وُلد بغلزان)،
    محمد شريف عباس : 76 سنة (وُلد بباتنة)،
    شريف رحماني : 67 سنة (وُلد بالجلفة)،
    عمار تو : 67 سنة (وُلد بتلمسان)،
    بوبكر بن بوزيد : 58 سنة (وُلد بأم البواقي)،
    رشيد بن عيسى : 66 سنة؟ (وُلد بتيزي وزو)،
    عمار غول : 51 سنة (وُلد بعين الدفلى)،
    سعيد بركات : 64 سنة (وُلد بسكرة)،
    خليدة تومي: 54 سنة (وُلدت بعين بسام)،
    مصطفى بن دابة : 50 سنة (وُلد بغرداية)،
    رشيدة حراوبية : 66 سنة (وُلد بسوق أهراس)،
    محمود خدري : 64 سنة (وُلد بباتنة)،
    الهادي خالدي : 56 سنة (وُلد بتونس)،
    نور الدين موسى : 56 سنة (وُلد بالبليدة)،
    طيب لوح : 61 سنة (وُلد بتلمسان)،
    جمال ولد عباس : 78 سنة (وُلد بتلمسان)،
    اسماعيل ميمون : 59 سنة (وُلد بالمسيلة)،
    هاشمي جيار : 66 سنة (وُلد بباتنة)،
    محمد بن مرادي : 58 سنة (وُلد بالعاصمة)،
    موسى بن حمدي : 59 سنة (وُلد برأس الوادي)،
    عبد الله خنافو : 61 سنة (وُلد بتلمسان)،
    ناصر مهال : 68 سنة (وُلد بباتنة)،
    عبد القادر مساهل : 63 سنة (وُلد بتلمسان)،
    نورة سعدية جعفر : 62 سنة (وُلدت بسطيف)،
    سعاد بن جاب الله : 59 سنة (وُلدت بسطيف)،
    علي بوكرامي : 65 سنة (وُلد بالعاصمة)،
    حليم بن عطاء الله : 60 سنة (وُلد بتيزي وزو)،

    معدل السن = 66 سنة!
    تسعة مسؤولين تجاوز عمرهم السبعين!
    تسعة مسؤولين من تلمسان!
    ……
    ملاحظة : الأغلبية الساحقة وُلدو قبل الحرب العالمية الثانية وشاءت الصدف أن يكون ذلك بولاية تلمسان أو باتنة!

  34. naimi

    je ne partage pas votre avis quand a la volonte de s’abstenir des jeunes,je vais te citer le cas de mon fils qui a ete ecarte de la cellule ou il activait au sein du fln de mr LABIAD ET CONSORTS .ALORS QU’IL REMPLIT LES CONDITIONS D’ADHESION VU QU’IL EST UNIVERSITAIRE (1 Annee master)devinez quelle a ete sa reaction apres qu’il ne trouva pas son nom sur la liste .un sentiment d’exasperation envers ces dirigents caciques ;je l’ ai pourtant prevenu de ne pas s’enroler dans ce parti tant qu’il y a les memes gueules qui y figurent et sevissent avec arrogance et mauvais comportements ainsi que leur pratiques electoralistes connues par tout le peuple ils ne daignent pas se remettre en cause et rectifier le tir ils persistent et signent dites moi que veut ce tou encore?billahi alaikom est ce que la ville est devenue sterile pour rejoindre un dirigent d’un autre nouveau parti ;je crois que j’ai donne une petite contribution a la question posee par l’auteur de ce papier .freres ennemis.

Répondre