La Voix De Sidi Bel Abbes

S.B.A ;Pas de cas de paludisme « Malaria », Ceci n ‘est pas nouveau, l’Algérie fut le labo de cette maladie.par notre ami le doct Douar HB

Le cas de paludisme  dépisté à Sidi Bel Abbès par une équipe d’épidémiologistes donné par la presse a été démenti;.ce matin en fin de matinée ou nous avons été conviés officiellement Et c’est la direction de santé qui a tenu a rassurer Tout de même parlons en a nos lecteurs par le biais de notre ami le doct Douar H Benamar Suivons le

« La mala aria est un mot italien qui veut dire « mauvais air », le paludisme du latin palus « marais », fièvres des marais, fièvres intermittentes, fièvres palustres, fièvres à quinquina, tous ces termes là dénomment une maladie infectieuse causée par un parasite transmis à l’homme par piqûre de certaines espèces de moustiques : anophèles. Actuellement seul le mot Paludisme est le plus usité pour désigner cette maladie.
L’Algérie fut l’un des premiers champs d’expériences et de recherches médicales paludique aboutissant à des résultats tant espérés allant de l’identification du germe à la thérapie curative et aux méthodes d’enquêtes et de prophylaxie.
L’agent causal du Paludisme, méconnu durant de longs siècles, a été mis en évidence pour la première fois le 6 novembre 1880 à l’hôpital militaire de Constantine par le Dr Alphonse Laveran, médecin parasitologue. Il observa, dans le sang des malades souffrants de la fièvre, des flagelles mobiles et capables de se multipliaient, fut convaincu que ce sont des micro-organismes parasites (protozoaires unicellulaires ou plasmodium) et non pas des globules rouges altérés comme pensaient encore d’autres chercheurs de son époque. Il décrivit les résultats de ses recherches dans un ouvrage : « Traité du Paludisme » .En 1907 on lui attribua le Prix Nobel de physiologie ou médecine.

Alphonse Laveran-prix Nobel 1907

Mais comment ces micro-organismes s’introduisaient dans le sang humain? Telle était la question qui embrouillait Laveran.
Ce n’est que 17 ans après, le Dr Ronald Ross travaillant en Inde viendra élucider l’énigme, il découvrit le protozoaire de Laveran dans l’estomac de la femelle hématophage d’un moustique qui ne se développe que dans les eaux des marais et ne se voit que la nuit, appelée anophèle, il prouva que le paludisme est transmis à l’homme par piqûre de l’anophèle. Cette découverte réduisit à néant la croyance que le mauvais air (mala aria) venant des marécages était responsable de la propagation du mal. Le Dr Ronald Ross reçut le prix Nobel de médecine en 1902.
Ensuite se fit l’étape de la thérapie antipaludique, grâce à la Quinine, perfectionnée par le chimiste Clément Maillot en 1834 et reconnue officiellement en 1881 à l’occasion du congrès sur le paludisme tenu à Alger, les premières victoires contre le paludisme furent obtenues.
Dés 1902, les frères Edmond et Étienne Sergent lancèrent la première compagne de lutte antipaludique sur le trajet Alger-Constantine. L’institut Pasteur d’Alger fut créé, dirigé par Edmond Sergent afin d’organiser une lutte permanente contre le paludisme en Algérie. Le nom des frères Sergent est rattaché également aux grands progrès dans l’étude sur les phlébotomes « mouches des dattes » moustiques responsables dans la transmission de la Leishmaniose cutanée ou clou de Biskra, une autre maladie de la peau qui subsiste encore dans plusieurs régions du sud algérien. »

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=34732

Posté par le Nov 12 2013. inséré dans ACTUALITE, SANTé. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

4 Commentaires pour “S.B.A ;Pas de cas de paludisme « Malaria », Ceci n ‘est pas nouveau, l’Algérie fut le labo de cette maladie.par notre ami le doct Douar HB”

  1. hamid

    Sujet préoccupant le doct Douar vient a la rescousse Merci

  2. Djamel

    Il n’y a aucun cas de malaria ou de paludisme à Sidi Bel Abbés .

  3. Redaction

    La direction de la santé signale officiellement qu(il n’ya aucun cas de paludisme Néanmoins des violons doivent s’accorder en termes de livraison d’infos.Nous en tenons a cette précision qui est venue démentir ce qui s’est dit voir écrit.

  4. mimouni

    ce démenti est venu tard les journalistes n’avaient rien inventé il parait que c’est un chef dans la wilaya qui a parlé alors!

Répondre